MJC : La poésie a été fêtée dignement

Vous aimiez les beaux textes et la poésie ? Vous aimiez jouer avec les mots et les notes ? Vous aimiez la musique ? Vous aimiez le tout ?

La MJC de POUSSAN organisait une soirée « Poésie en musique » ce vendredi 10 mars à partir de 20 h 30 au foyer de la MJC de POUSSAN. Cette rencontre se voulait d'abord communautaire car chacun des participants pouvait rester spectateur ou lire des textes, jouer de la musique ou encore faire les 2 à la fois, avec ses créations ou avec celles d'auteurs ou de compositeurs plus ou moins connus. La soirée était animée par Delphine, passionnée par les beaux textes, les contes et la littérature.

Marina Dumonceaud remerciait tout d'abord tous les participants qui allaient tantôt déclamer ou jouer, tantôt écouter et entre temps se désaltérer tout en dégustant des encas. Plusieurs compagnies poussannaises avaient des représentants comme celle du Strapontin, celle de l'empreinte et l'on savait que les textes allaient prendre de la hauteur d'autant que d'autres spécialistes de la poésie ou du chant s'étaient joints au public : Annie, Malik et ses amis, Jeannot et ses camarades, Alain, Jeff, Josette et bien d'autres...

En solo ou en duo, chacun allait présenter un texte ou une composition pour le partager avec le public. De temps en temps, une pause écriture devait permettre aux volontaires de jouer avec les mots, avec les expressions en suivant quelques consignes données par Delphine. Et cette année, cette composition se faisait par exemple, à partir de séquences musicales.Muni d'un crayon et d'un carnet chacun pouvait alors jouer avec les mots, les syllabes, le verbe, la pensée, la sensation, l'imaginaire et tout ce qui compose la poésie.

 

Le ton était donné, Malik et ses amis de Clair de Swing ouvraient le bal avec du Jazz Manouche qui permettait une certaine improvisation. Corine poursuivait avec un beau texte éveillant l'imaginaire, avant de partir vers l'Afrique grâce à d'autres poèmes.

Alain restait dans le thème en interprétant une magnifique chanson de Lavilliers (Est-ce ainsi que les Hommes vivent ?), avant que Jeff ne lise le texte de Renaud "En cloque". Josette enchaînait avec du Prévert.

L'esprit des participants s'était déjà envolé dans l'imaginaire, dans une certaine concentration propice à une écoute intérieure. Et Jeannot accompagné par des musiciens en rajoutait pour le plaisir avec du Léonard Cohen, disparu il y a quelques mois. L'auditoire se concentrait et analysait chacune des phrases en se délectant des mots et des phrases, des rythmes et des rimes.

Mais déjà le premier jeu d'écriture projetait l'auditoire dans l'action. Dans ce bain de langage allait-on trouver les bons mots ? les bonnes expressions ? L'on ne se posait pas trop de question, l'esprit collectif poussait les participants à se laisser aller... Après quelques lectures qui montraient que la poésie était à la portée de tous, L'on reprenait de beaux enchaînements en chanson avec Alain et Annie toujours aussi motivés, puis en écoutant Jeannot, Aurélie et bien d'autres lecteurs qui avaient l'occasion de transmettre au public l'émotion que certains textes leur avaient procurée.

AAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAADSC_0015 (22)

 Et si les genres et les styles se mélangeaient c'était pour que cette soirée culturelle mais aussi bien ludique montre que la Langue française a des ressources et qu'elle permet, avec sa richesse, de créer sans limites. Les textes et les musiques comme celles de Clair de Swing s'enchaînaient pour que chacun des mots et chacune des notes trouve sa place dans la phrase et dans la partition, pour éveiller l'oreille du spectateur.Et l'on terminait la soirée avec Daniel, chanteur du groupe occitan "Sem d'Aqui é To"venu interpréter un chant traditionnel de "Lenga d'Oc" : "L'Aïgue de roca", précisant que le vin était meilleur que l'eau. A noter que Daniel et Jeannot Artières se produiront ensemble au mois d'octobre prochain pour un concert spectacle sur Hugues Aufray.

 

Que du bonheur pour les adeptes de ces jeux de parole. L'objectif était atteint. l'auditoire oubliait l'environnement pour profiter des belles joies que nous offre la langue française au travers de la poésie et de la chanson.