Une cérémonie au cimetière ce 5 décembre

Le 5 décembre est une journée nationale d’hommage aux « Morts pour la France » pendant la guerre d’Algérie et les combats du Maroc et de la Tunisie. C’est ainsi que cette journée donne lieu chaque année, à des cérémonies à Paris et sur l’ensemble du territoire.

algDSC_0005 (24)

Elle a été instaurée par le décret n° 2003-925 du 26 septembre 2003. Elle a donné lieu à une cérémonie d’hommage à Paris, le 5 décembre 2013, en présence du ministre délégué auprès du ministre de la Défense, chargé des Anciens combattants, quai Branly, devant le Mémorial national de la guerre d’Algérie et des combats du Maroc et de la Tunisie.

A Poussan, pour commémorer ce 5 décembre, une cérémonie avait lieu ce mardi au monument aux morts à 11 h.

En présence de plusieurs anciens-combattants, avec de nombreux représentants de la Mairie et de l’UNC, entourés par peu de Poussannais il fut fait lecture des discours de Monsieur le Président de l’UNC par Monsieur Peytavi, Président de la section locale, et de Mr le secrétaire d’état délégué aux anciens combattants par Monsieur Jean-Claude Pagnier, Conseiller Municipal de Poussan délégué pour l’occasion…

algDSC_0008 (24)

 Entre mémoire et fraternité tous deux souhaitent que l’on n’oublie pas ceux qui sont morts pour défendre certaines valeurs : « C’étaient nos frères, c’étaient nos camarades, n’oublions pas leur sacrifice. Il est urgent d’écrire une histoire partagée et objective de cette guerre d’Algérie qui a marqué une génération. Plus de soixante ans après les faits, l’heure est au dépassement des souffrances et à l’apaisement des mémoires, dont la pluralité doit être respectée et préservée.Tous ceux qui ont laissé leur vie dans cette guerre doivent être associés à notre hommage. Sans oublier les souffrances d’hier, nous devons progresser ensemble vers cet apaisement et continuer à emprunter le chemin de la réconciliation. »

Une minute de silence permettait le recueillement nécessaire. Après avoir chanté la Marseillaise, les participants à la cérémonie ont déposé deux gerbes pour honorer toutes les victimes directes ou indirectes de cette guerre.

Avec l'APAVH, Voyou, le beau chat, est à l'adoption

voyouIMG_9578

"L'histoire de ma courte année de vie est triste, comme celle de milliers d'autres animaux sur cette pauvre planète. J'ai très certainement été donné lorsque j'étais un bébé à n'importe qui. Une fois que j'ai passé l'âge d'être un tout petit, je n'ai plus intéressé les membres de la famille. Du grand classique chez les humains. Ils m'ont donc tout simplement abandonné comme si c'était un acte normal et absolument pas grave. Un acte anodin dans de pauvres esprits. Je suis resté de long mois dehors... j'avais très faim et j'étais blessé. Je manquais énormément d'amour, je cherchais à rentrer chez des voisins, je cherchais désespérément une personne qui allait enfin me voir, je cherchais de l'aide tout simplement. ""J'ai mis du temps à en trouver... mon désarroi ne faisait que grandir... jusqu'à ce qu'une personne se mobilise enfin pour moi et contacte l'association. Merci du fond de mon petit coeur à cette personne. Ce fût la fin de mon calvaire de chat de rue. Depuis quelques semaines auprès de famille d'accueil, je revis ! Je suis enfin épanoui, je reçois enfin l'amour que je mérite et croyez moi je leur fais des milliers de ronrons et de bisous. Je suis devenu zen, tranquille, je ne suis plus inquiet( la preuve, je dors en montrant mon ventre ce qui est signe pour le chat d'une parfaite confiance)..."

» associations