En Poussan ta porte acte III, une belle leçon d’Histoire

La troisième soirée de la saison “En Poussan ta porte” 2017-2018, déjà la 3ème édition, se déroulait ce 11 mai !
 
Cet événement s’annonçait encore une fois particulier car il allait se dérouler dans un magasin agricole, 11 Avenue de la Gare, chez Bernard. Au programme, « La grande saga de la Françafrique » de la Cie « Les 3 points de suspension » .

">Une épopée dépeinte avec précision mais avec humour, entre le comique de l’acteur et au second niveau le dramatique des situations, de 1917 à nos jours, ou comment la France et ses Présidents successifs ont entretenu des relations complexes souvent dans l’ombre, avec de nombreux pays de Centre-Afrique. Cette soirée se voulait participative avec des interventions possibles pour les nombreux spectateurs (plus de 100) réunis, au niveau historique si nécessaire avec près d’un siècle de relations tumultueuses , avec le poids de l’universalité….

Et pour l’acteur, chanteur, bruiteur… Une performance physique et théâtrale de plus de 1 h 30.
Une soiré sous le signe du printemps, sans pluie, sans vent.
afffP1050029

Elle s’annonçait bien douce car le site assez grand allait permettre un très bon déroulement du spectacle en intérieur, pour des spectateurs bien concentrés venus du Bassin de Thau. Comme le précisait Mathilde Feurbach, toujours fidèle aux principes de fonctionnement c’est toujours un plaisir de recevoir autant de spectateurs qui vont être surpris par l’énergie dégagée et par ce spectacle qui va parcourir plus de 60 ans d’histoire… Car « .la compagnie est très connue dans les arts de rue !

Et avant d’assister au spectacle il était opportun de réfléchir sur ce proverbe : Tant que les lions n’auront pas leurs historiens, les histoires de chasse continueront à faire l’éloge des chasseurs.» .Si vous vouliez être surpris, c’était le moment ! Impertinence et dérision étaient les mots d’ordre : ce one-man show documentaire croisait anecdotes et événements majeurs de la Françafrique, mettait en perspective les principaux protagonistes, les discours célèbres, les jalons d’une histoire de France parfois méconnue. »
 
  Jérôme, le comédien, est en effet le genre de comédien qui sait tout faire, et qui vous bluffe de sa performance en débutant par les années durant lesquelles, à l’aube des indépendances, Jacques Foccart, futur directeur des affaires africaines, découvrait, dans un village abandonné du sud Dahomey, un livre ancestral qui lui procurait les pouvoirs maléfiques nécessaires pour établir les réseaux occultes reliant la France à l’Afrique. Commençait alors le récit de la course effrénée du pouvoir hexagonal pour garder la mainmise sur les richesses de ses anciennes colonies. »

http://www.troispointsdesuspension.fr/show.php?q=124312

Entre la société Elf et Bob Denard, du temps du Général de Gaulle à nos jours comment se sont noués les liens entre la France et le Biafra, le Congo, le Gabon, le Cameroun, la Haute-Volta rebaptisé Burkina Faso, pour le meilleur en principe, mais presque toujours pour le pire.

affP1050023

La Grande saga de la françafrique convie donc , de 1958 à nos jours, mercenaires, politiciens, hommes d’affaires et travailleurs humanitaires à rejouer, entre tragédie, comédie musicale et documentaire, cette partie de l’histoire encore trop méconnue.

Cette équipe de jeunes artistes franco-suisse élevés aux droits de l’homme évoquent avec humour dans ce spectacle les échecs de la colonisation, les mirages de la libre-circulation des hommes, dans une Europe au racisme persistant et aux frontières angoissées…

Une joyeuse leçon d’Histoire républicaine pour spectateurs de tout âge.

affP1050012

 Les spectateurs ont donc pu apprécier un spectacle exceptionnel par son intensité et par les compétences de Jérôme, qui,  les a plongés dans un passé oublié pour la plupart,  en mettant en lumière des épisodes qui ont plusieurs fois orienté le Centre-Afrique dans des avenirs incertains.

Exceptionnelle interprétation qui fut saluée par de très longs applaudissements, et des félicitations qui ont fait l’unanimité dans le public.

Si vous croisez un chien ou un chat errant, ne détournez pas le regard

CHIENCapture

"Alors la mort dans l’âme, sur les conseils du vétérinaire et en concertation avec la famille d’accueil, nous avons pris la décision d’abréger ses souffrances. Véronique et son fils Ange ont décidé que cette petite misère aurait quand même un nom, Glimm car « glimmer of hope » signifie lueur d'espoir… Alors voilà maintenant Glimm est au paradis des chiens.Mais que de souffrances. Cette petite chienne a été vue errante des semaines auparavant par des habitants du village, elle était à ce moment là sur ses 4 pattes, courant la campagne, mais personne ne s’en est inquiété. Un chien comme elle tout le monde s’en fout. Cela n’émeut et ne touche personne. Ce n’est qu’un chien de chasse. Personne ne lui a donné à boire, ni même de quoi manger. Glimm est morte lentement mais sûrement. Elle est morte de faim, de soif, de fatigue. Glimm est morte de notre indifférence à tous. Enfin presque tous...

» associations