Bon nombre de Talents en herbe ou confirmés à la MJC de Poussan

Talents prometteurs, ados et jeunes adultes, toute une jeunesse musicale réunie sur scène ce 8 février à la MJC : de 7 à 25 ans…

telaP1190074

La MJC de Poussan organisait ce vendredi soir une soirée  jeunes talents, à la salle de spectacle de l’association. Pour certains candidats c’était l’occasion de découvrir la scène, pour d’autres de s’affirmer et de se tester en public et pour des plus confirmés de se faire connaître. Des larmes, des rires, de l’improvisation, des applaudissements, c’est ainsi que le spectacle vit avec la capacité de certains à exceller sur scène. Près de 20 jeunes de moins de 25 ans avaient relevé le défi.

Ce 8 février, à l’heure des Victoires de la Musique à Paris, pour Poussan, musiques, danses, sketch, slam et  chansons étaient au programme. Comme le précisait Marina Dumonceaud, la scène était ouverte à toutes sortes de talents, mais les arts du cirque ou la magie, par exemple, n’ont pas eu de succès comme les années passées, cependant, encore une fois Marina remerciait les professeurs des élèves des ateliers musique auxquels ils avaient donné de bons conseils. Certains étaient présents pour encourager leurs élèves ou ceux qui jouaient de l’instrument dont ils sont les spécialistes. En souhaitant que d’une année sur l’autre de plus en plus de jeunes montent sur les planches, elle était très heureuse d’être épaulée par Mustapha à la Régie. D’autant que de très bonnes surprises attendaient le public venu très nombreux.

talenP1550525

Rien que de monter sur scène, les efforts étaient récompensés et les jeunes talents le méritaient bien.

 Marina confiante dans les talents très prometteurs des jeunes qui allaient investir la scène souhaitait  une excellente soirée à tous.

Très belle intro avec un sketch de Malou, Marion et Elsa, une création jouée avec maestria et décontraction sachant toucher les spectateurs en évoquant les problèmes d’autorité sur les ados.

Et l’on poursuivait avec la jeunesse, celle d’Eva T et de Léa C qui avec beaucoup d’assurance allaient chanter  » Ella, Ella » de France Gall avec une maîtrise incroyable.

Et l’on montait dans les années d’apprentissage avec Alexandre D au piano  et un « The Meadow » joué avec assurance.

Melissa Renda, jeune adulte faisait monter la pression avec une très belle version de  » When i was young » d’Adèle, et une voix qui fera son chemin.telaP1190088

Julien au piano qui avec ses 7 ans s’est alors attaqué merveilleusement et avec décontraction à Boogie N°1 puis avec Arthur Lacout et ses nombreuses années de violon l’on touchait du très haut niveau : une technique époustouflante, une musique limpide, une belle sensibilité que le public a pu ressentir.

Toujours avec la même qualité, le même souci d’approcher le meilleur, Arthur au violon, faisait preuve de très sérieux en montrant toutes ses compétences acquises avec des années de travail et d’amour, du violon…telaP1190093

Et l’on enchaînait avec Alexandre Gonzalez, venu de Sète, ayant participé il y a deux ans, un chanteur de qualité qui interprétait du Sardou avec naturel, emportant encore une fois le public dans son répertoire.

Après une valse interprétée sans hésitation par Emilie Ruiz, Eglantine Janssen nous  démontrait que la grâce et la pureté pouvaient être synonyme de rythme.

C’était le moment d’écouter « Sous les draps » d’O’Ren et de Wud, une création en mode Slam. Un registre que l’on découvrait sur cette scène et qui fut fort apprécié.

Et après cette création en venait une autre avec même une improvisation de deux guitaristes de qualité oscillant entre hard rock et folk, entre Métal et Deep purple, se répondant ou s’associant dans un duo toujours maîtrisé. Pour tous l’on imaginait déjà que des heures et des heures de travail avaient été nécessaires  pour que les résultats soient à la hauteur de leurs espérances.

 telaP1190122

Avec son violoncelle, Yannis entouré par Arthur et Aoife aux violons avec la participation de Violaine, allait lui aussi impressionner un public attentif et subjugué par la virtuosité des quatre musiciens.

Lilou, Léa, Emilie, Ninon et Esther investissaient alors la scène pour « Ta Marinière » dans une chorégraphie collective bien travaillée.

Avant que Laena n’interprète « I have nothing » de sa belle voix, Valentine Laurent nous faisait partager une belle valse de Chopin interprétée avec une maîtrise incontestable.

Si Piano et violon allaient ensuite s’enchaîner avec Coline Natali, Yannis Debon et Darian Sereno toujours avec un sérieux montrant que le travail et les aptitudes associés font des merveilles, O’Ren et Wud revenaient pour nous faire partager leur style rafraichissant où les mots et les musiques se marient pour nous éveiller l’esprit.

telaP1190115

C’était le moment de conclure avec un beau morceau de batterie interprété par Jonathan, un élève assidu des cours de la MJC depuis sa tendre enfance qui maintenant adulte maîtrise sans complexe cet instrument.

 

Mélissa et Alexandre interprétaient « Perfect » de Ed Sheeran ezt Beyoncé avec un duo durant lequel le public vibrait encore une fois.

Le final rassemblait tous ces jeunes artistes qui avaient démontré que le talent n’a pas d’age mais qu’en principe le travail lui permet de s’amplifier pour que chacun puisse s’épanouir et en faire profiter des spectateurs qui vibrent à travers eux.