Poussan

Du 15 au 19 octobre le collège Via Domitia se mobilise pour ELA.

« Mets tes basquets et bats la maladie » du 15 au 19 octobre 2018.

dicteeP1150070

Le collège Via Domitia est en effet inscrit à la 25ème campagne nationale « mets tes basquets et bats la maladie » organisée par l’association européenne contre les leucodystrophies (ELA), parrainée par Zinédine ZIDANE.

 

 
ELA, c’est une association de parents et de patients motivés et informés qui se partagent les responsabilités au sein d’ELA et unissent leurs efforts contre les leucodystrophies en établissant et en respectant des objectifs clairs :

La Semaine dernière une présentation de l’association ELA et de ses objectifs a été proposée aux collégiens accompagnée de la projection d’un DVD.

Les leucodystrophies, c’est quoi ?

Mot d’origine grecque : leukos (blanc), dys- (trouble), trophê (nourriture).

Ce nom complexe désigne un groupe de maladies génétiques orphelines. Les leucodystrophies détruisent le système nerveux central (cerveau et moelle épinière) d’enfants et d’adultes. Elles affectent la myéline, substance blanche qui enveloppe les nerfs à la manière d’une gaine électrique.

Dans les leucodystrophies, la myéline n’assure plus la bonne conduction des messages nerveux. Elle ne se forme pas ou se détériore. Chaque cas est singulier mais les conséquences sont toujours particulièrement graves.
 En France, les leucodystrophies concernent 3 à 6 naissances par semaine (20 à 40 en Europe)

A ce jour, plus de 30 maladies ont été identifiées comme des leucodystrophies.

Retrouvez la liste des différents types de leucodystrophies ici.

Ce lundi 15 octobre 2018 alors que se déroule en France la semaine de la solidarité, partout sur le territoire avait lieu pour les élèves des établissements volontaires la dictée d’ELA et à Poussan elle concernait tous les élèves du collège, de la 6ème à la 3ème,  avec des longueurs de texte adaptées…

 

Texte « Leucodystrophie » rédigé par Alice ZENITER – prix Goncourt des lycéens 2017.
Une sérieuse participation du personnel et des professeurs du collège pour montrer leur engagement à cette action.

eladictCapture

•Et le vendredi 19 octobre 2018 après cet effort cérébral du lundi place à celui des jambes pour le Cross d’ELA de 8 h 30 à 12 h 00 autour du stade de Poussan avec une collecte de dons comme conclusion.

dicteeP1150067

 

Tambourin : reprise du championnat en salle pour l’USP

 

Cette semaine le Championnat en salle a repris du service.

tambourinCaptureLa Masculine A s’est déplacée à Gignac avec une féminine (M.Cazzani) et a réussi à prendre le point de bonus défensif s’inclinant par 13 à 12.

La Masculine B Equipe 1 s’est imposée facilement par 13 à 2 face à Saint Mathieu de Tréviers. Très bon début du jeune Thomas Kalvin minime doublement surclassé.

Les Masculines 2 et 3 se rencontraient dans un duel fratricide et l’équipe 2 restait maître en s’imposant par 13 à 4.

Les Féminines A se rencontraient également pour cette 1ère journée et force est restée à l’équipe 1 malgré une belle résistance de l’équipe 2, score final : 13 à 7.

La Féminine B s’est inclinée face à celle de Bessan par 13 à 11 marquant le point défensif.

La Féminine C , composée de débutantes s’incline logiquement face à l’aguerrie équipe de Mèze par 13 à 1.

Pour leur 1er plateau, les Poussins et les Minimes n’ont pas fait de détail, gagnant chacun leurs 2 matchs aisément face à ceux de Lavérune et de Cazouls pour les Poussins, et face à Florensac  et Viols pour les Minimes.

« La Roue Tourne » une satire des jeux télévisés

Au Poulailler du Strapontin « La Roue Tourne » bien car elle présentait avec l’aide de la troupe du Strapontin pour l’accueil et l’organisation « LA ROUE TOURNE » réservée à un public adulte ces samedi 14 et dimanche 15 octobre 2018. Le Poulailler du Strapontin qui est une école du rire, regroupe dans une franche camaraderie des adultes des ateliers de la troupe qui sont comme de grands enfants et qui prennent du plaisir à jouer ensemble. Guidés par Marie-Anne Mouraret,  ils ont atteint un haut niveau où le texte n’est plus une contrainte, où se produire sur scène est presque naturel.

roueP1150052

Durant ces deux représentations ils donnaient le meilleur d’eux-même sur une création qui ne pouvait laisser indifférent et qui faisait appel au public pour participer un maximum par ses cris, ses rires ses applaudissements.

L’on allait y découvrir un spectacle déjanté sur ces jeux TV qui inondent les écrans…

« Toujours   » du pain et des jeux « , avec des animateurs vedettes toujours plus orgueilleux, et des candidats » prostitués » a la gloire et à l’argent…
Heureusement que la roue tourne ! Mais les perdants d’hier se révèleront les tyrans du chaos futur… Faites vos jeux, messieurs dames, ça va saigner au casino des gougnafiers de l’ « entertainment » audiovisuel ! « 

Le Poulailler avait annoncé la couleur et le chauffeur de salle, animateur mettait le public en condition pour qu’il soit prêt et chaud pour intégrer cette pièce aux accents bien prononcés.roueP1150053

Si Adam et Eve allaient jouer des présentateurs douteux, l’on comprenait vite que les sélectionnés et les participants n’allaient pas faire dans la dentelle en poussant loin les traits de leurs personnalités bien affirmées, que ce soit au niveau sexuel, social, environnemental ou encore syndical.

Le ton était donné  par tous ces candidats qui avaient une longue expérience de la vie dans tous les domaines.

Et c’est dans cette ambiance chaude et survoltée que la roue allait tourner, une roue qui ne faisait pas que des cadeaux aux 6 candidats, pouvant remettre leur niveau de vie en jeu et bien d’autres choses.

Salle comble pour les 2 représentations avec un public participatif, qui ne sera pas resté insensible, dans un sens ou dans un autre, mais qui au second degré aura l’occasion de se poser quelques questions.

Des « Songes d’Automne » pour rêver avec les Arts

Le Service « Culture » de la Mairie de Poussan vous conviait à découvrir et à participer à la troisième édition de l’exposition et salon des Arts, « Songe d’Automne ».

Pour cette exposition dont la visite est possible du samedi 13 de 10h à 20h au dimanche 14 octobre 2017 de 10h à 17h, le service culturel proposait la 3ème édition de ce Salon qui accueillait cette année 18 artistes peintres et sculpteurs amateurs locaux ou du territoire de Sète Agglopôle méditerranée.


Du figuratif à l’abstrait, toutes les expressions et toutes les techniques étaient représentées avec des artistes de Poussan, de Frontignan, de Sète et du Bassin de Thau principalement.

A la fin du salon, le prix du public était décerné à un artiste en fonction des votes des visiteurs qui devaient déposer dans une urne le nom de l’artiste qui a créé l’œuvre qui les a le plus émus. Cet artiste pourra à nouveau exposer l’année prochaine.   gonP1140910

En 2017, c’est Monsieur Georges Château qui après un dépouillement dans les règles de l’art, avait reçu le prix du public étant l’artiste dont les œuvres avaient le plus marqué les visiteurs.  Il s’agissait de sculptures à partir de vieux outils, un artiste impressionnant par sa créativité et parla seconde vie qu’il donne à ceux-ci grâce à ses assemblages et son imagination.

Cet événement autour de l’art, permet aux artistes amateurs ou semi-professionnels d’exposer et de se faire connaître. Les possibilités d’expositions “solos” étant difficiles à trouver. Et ils ont été plus nombreux à répondre présents et 18 à être retenus, des sculpteurs, des peintres, avec leurs styles, leurs méthodes et leurs circuits souvent parallèles.

Un éventail assez riche de réalisations qui séduisent et qui attirent l’oeil à chaque passage du visiteur.

Certains étaient déjà présents dans les éditions précédentes comme  Marcel Pisiello de Séte pour qui tout se joue entre ombres et lumières avec des créations figuratives , comme Yvon Nogier et ses sculptures troublantes. C’est le Raku et ses belles créations qui interpelaient le visiteur avec une technique spéciale pour les émaux.

De son côté Christine Gairaud Prades préfère le figuratif à l’acrylique et aime s’inspirer de ses voyages, de sa perception et de son vécu tandis que pour Liliane Nogier et ses peintures très colorées l’on est dans l’Art singulier où il n’y a pas de codes, où tout est visuel.

gonP1140958

Comme le précisaient Michel Bernabeu,  Conseiller municipal délégué à la Culture, et Florence Sanchez,  Adjointe au Maire de Poussan déléguée à la Culture,  ceux qui  exposent ont l’occasion d’exprimer leurs sensations, leurs sentiments avec des échanges parfois insolites entre Artistes. »Ils ont grâce à l’Art le pouvoir de capter les rêves, et leur instinct laissé en liberté, ne peut se limiter qu’à une seule expression car peindre ou sculpter c’est musarder d’une tournure à une autre. » Et chacun en fait émerger.

L’on retrouvait aussi les sculptures en bois-flotté, sur bois ou avec du Raku d’Yveline Natta Rolland et le travail particulier de  Franck Cérepes, de Poussan,  son inspiration venant de la BD, avec une technique très bien maîtrisée avec stylos encre, gel et autres outils.

gonP1140926

Les nombreux visiteurs à l’heure du vernissage puis durant ces deux jours d’exposition pouvaient eux aussi se laisser surprendre et musarder d’une autre façon.

Georges Château et ses sculptures à partir de vieux outils est impressionnant par sa créativité et la seconde vie qu’il donne à ceux-ci grâce à ses assemblages et son imagination. Pour Franck Cérepes, lui aussi de Poussan, l’inspiration vient de la BD, mais la technique est très mien maîtrisée avec stylos encre, gel et autres outils.

Que du bonheur pour le public qui peut compléter sa visite avec les œuvres de Sylvie Copin, assez modernes et très stylées ou celles de René-Drion, des peintres exprimant une part de leur Moi intérieur.

Au grès de notre déambulation Mariette Masson ne nous laissait pas indifférents avec ses pastels et ses portraits réalisés à l’huile tout comme Jean Valéro, venu de Balaruc le Vieux, qui utilise différentes techniques, de l’aquarelle aux acryliques pour réaliser ses tableaux.

Michèle Vocoret-Lothié de Balaruc les Bains de son côté se faisait un plaisir de vous présenter ses nombreuses œuvres grâce à des photographies, n’ayant pu en présenter qu’une sélection. Des couleurs, des sources d’inspiration variées. « La mer, les fleurs, les personnages… » L’œil se laissait guider.

Anita Wagner qui a exposé à Loupian l’an dernier nous invitait à pénétrer dans son univers tout comme Claude Plouzane, et Pierre-Jean Ségura avec ses sculptures en métal qui n’ont rien de la récupération mais qui se veulent évolutives en associant des formes…

De son côté, Jean-louis Lapinte nous proposait un voyage, souvent tourné vers une mer accueillante sur laquelle la lumière sait jouer sans retenue.

Et pour terminer il ne fallait surtout pas oublier de s’imprégner des oeuvres de Marie-Claude Lutigneaux très colorées et rafraîchissantes car bien vives,  et des sculptures de Marie France Laurent devant lesquelles l’on ne pouvait rester insensibles : sculpture et modelage sont pour elle des techniques maîtrisées qui lui permettent de s’exprimer .

Si le service culture de la Mairie souhaitait que ce salon s’enracine durablement dans son projet culturel, il précisait qu’une des œuvres soit récompensée en fonction des votes des visiteurs et son créateur aussi car les artistes surprennent et créent des émotions : » Dans cette période difficile, ce Salon contribue à ouvrir le regard des visiteurs sur l’oeuvre artistique révélatrice de la vraie nature de nos émotions. Vous découvrirez la créativité étonnante et parfois de ces passionnés de leur art qui font très bien ce qu’ils aiment ». Précisaient Florence Sanchez et Michel Bernabeu qui rajoutaient :

« Un grand merci aux artistes et à tous ceux qui ont permis la réalisation de ces deux journées  car cela permet de mettre en avant l’Art qui est porteur d’émotions, de rêves et de liberté, la culture et les Arts n’étant pas des accessoires mais constituant l’essentiel pour provoquer l’imaginaire et l’émerveillement dont nous avons bien besoin ».gonP1140978Et Jacques Adgé abondait dans ce sens en félictant les élus organisateurs qui montrent qui permettent à de nombreux Poussannais et visiteurs de découvrir des artistes  du Bassin de Thau et de s’imprégner de leur Art.

Il fallait donc profiter de la multiplicité de sensations que l’on ressent face aux œuvres en allant plus loin, si besoin, car les Artistes étaient prêts pour se confier.

Si à l’heure du vernissage l’on pouvait échanger ses premières impressions autour d’un apéritif dînatoire, plus tard, c’est le foyer des Campagnes qui se voulait être un forum pour abriter les échanges relatifs à ces Songes d’Automne vraiment très réussis.roueP1150041

A l’heure de la clôture, après un dépouillement dans les règles de l’art avec 239 votes, Jean-Louis Lapinte était l’artiste dont les œuvres avaient le plus marqué les visiteurs. Il recevait des mains de Florence Sanchez  et de Michel Bernabeu qui le félicitaient trois livres sur Poussan et  sur des Artistes qui sont venus exposer au Foyer, avec la possibilité d’exposer lui-même l’an prochain. Florence remerciait tous les acteurs de cette réussite et les invitait à partager le verre de l’amitié pour terminer en beauté.

L’ASP Rugby s’incline ce dimanche

sportiP1140135

Opposés aux seniors de l’Union Nevian Canet Aude ceux de l’ASP Rugby  ce dimanche 14 octobre  à Nevian, en  Championnat 1ère série, se sont inclinés par 10 à 6.

Le Club de Billard de Poussan à plein régime

Bonne nouvelle, pour le Billard Club de Poussan,  les cours reprennent le mercredi à partir du 24 octobre… 

« Jean-Pierre C s’est gentiment proposé pour donner des cours d’initiation et de perfectionnement tous les mercredis après-midi. »
Pour ceux que ça intéresse, rendez-vous dès le mercredi 24 octobre à 14h30. 
et pour ceux qui veulent prendre de l’avance, rendez-vous sur le site du club : http://www.billard-club-poussan.ovh/poussan-billard-francais-position-1.html
 
D’autre part, la saison des compétitions reprend samedi prochain, cadre R1 au club,
 
L’image contient peut-être : texte

C’est pour 2 rire à Poussan le 10 novembre

OUF623Capture

C’est pour 2 rire est un spectacle humoristique où on rigole de trucs qui font rire et d’autres non, mais on rigole quand même, enfin normalement…

Bref le mieux c’est de venir pour voir si ça fait rire ou pas. Au programme :

liberté d’expression (ou pas), la téléphonie (ou pas), la téléréalité (ou pas), et d’autres choses (ou pas). Vous venez ? (ou vous venez ?)