Juste pour le plaisir !

Décontracté, avenant, le sourire aux lèvres ainsi qu’un cigare bien entamé, derrière le regard espiègle d’Alain Armenio, le président de Buena Vida Cigaro Cub, un tremblement de préoccupation pour l’avenir  : « heureusement que certains membres se sont désistés sinon on aurait jamais pu rentrer !... ». Hier, c’était depuis la fondation de l’association , la cinquième fois que ses membres se réunissaient. Cette fois, les réjouissances ont lieu   dans le patio du Paris Méditerranée. Attablés dans une ambiance chaleureuse,  une trentaine de femmes et d’hommes de tout âge partagent un bon moment entre bons vins, mets raffinés, et cigares de qualité.

Ce soir c’est le cigare Olivia que les convives sont en train d’honorer. Momia Amara, la commerciale de la filière, présente hier soir, avoue ne pas fumer depuis longtemps, disons qu’elle est en phase d’initiation et n’émet aucune réserve quant à sa certitude à devenir une véritable amatrice d’ici quelques années. Les cigares qu’elle a amenés pour cette soirée viennent tous du Nicaragua. Olivia Cigare est actuellement le deuxième plus gros producteur de tabac cubain et ses cigares se sont classés à plusieurs reprises dans le Top 25 des meilleurs cigares établit par Cigar Aficionado. A base d’une graine d’Albano que l’on fait pousser dans différentes régions du pays, le tabac est ensuite, réuni, puis mélangé. Il n’y a pas du tout de nicotine ? Non, du tout. D’ailleurs, c’est grâce au cigare que j’ai arrêté les Marlboro intervient Alain Almario avec le joyeux enthousiasme dû  à la soudaine réminiscence d’être passé d’un vice à un plaisir. C’est aussi pour cela qu’il milite ouvertement pour une démocratisation du cigare. « Ici on n'est pas dans un club" insiste t-il encore, « c’est une association  ouverte à tout le monde, tout ce que l'on désire  c’est partager de bons moments, permettre des rencontres, faire des découvertes ! » Selon cet amateur éclairé et habité d’une incurable curiosité, le cigare ne doit plus être l’apanage de quelques privilégiés, il est grand temps  de casser certains codes et de parler plutôt  d’éducation au  gout. Ainsi compare-t-il le fait de fumer un cigare, à celui de savourer un grand vin, ou un plat ouvragé. Hier soir, dans la nuit claire de cet havre discret,   on s’attelait consciencieusement mais sans cérémonie à faire les trois choses à la fois ; à l’air libre,  ce qui pour les non-fumeurs n’est pas non plus du luxe !

J.B.S

Cuisine secrète du Languedoc

Cuisine secrète du Languedoc-Roussillon

"Totalement sublime ! Un livre de recette que je recommande rien que pour la poésie des recettes et les commentaires authentiques.

J'y ai trouvé les recettes des bons petits plats que mes grands-mères préparaient si bien. De la rouille à la Sétoise aux escargots à la cévenole vous en aurez l'eau à la bouche !
C'est la vrai cuisine familiale du Languedoc, celle qui se transmet depuis des générations. » Amazon