Une très belle arrivée à la Plagette pour le LOUD

Un bel événement à la Plagette : le transfert du Loud sur le chantier des Voiles Latines

Vendredi 10 janvier 2020, en début d’après midi, au chantier naval de la Plagette à Sète, arrivait sur un semi remorque un LOUD, un des derniers exemplaires d’un voilier de pêche, emblématique des îles Kerkennah en Tunisie. Il a été déposé à l’aide d’une grue sur le chantier pour y être restauré par plusieurs bénévole de l'association Voile Latine de Sète et du Bassin de Thau.

Ce fut un moment fort pour l’association le LOUD qui a en charge la restauration de ce bateau de 11 mètres de long, ainsi que pour l’Association Voile Latine de Sète et du Bassin de Thau qui l’accueillait sur son chantier. Une convention ayant été passée entre les deux associations pour la restauration de ce bateau, dernier représentant d’un patrimoine maritime méditerranéen en péril.

Et Robert Entraygues qui Fut son concepteur était très ému de le retrouver, touché mais pas coulé par le poids des années et de la solitude.

Avant de se retrouver à Sète pour une seconde jeunesse il a failli disparaître mais grâce aux efforts de plusieurs associations de Robert Entraygues qui fut avec un groupe d'adolescents, son créateur, en Tunisie, il a pu survivre avant d'être pris en charge pour subir plus qu'un lifting, une restauration complète.

LOUDP1320223

Une invitation est lancée pour participer au coup d’envoi de cette restauration la 3ème semaine du mois de mars 2020 au Musée d’Abassia. Ce sera l’occasion de réunir toutes les compétences autour des universitaires de Sfax, et pourquoi pas d’inventer des projets communs. Un colloque sur l’histoire de la construction et de la navigation du loude en Méditerranée est au programme.

   Pour les initiés les particularités du loude ont été décrites par le Commandant HENNIQUE Privat Agathon en 1888 dans son ouvrage intitulé « Caboteurs et pêcheurs de Tunisie » illustré de nombreux croquis et de quelques aquarelles, ce travail a été repris par le Vice Amiral PARIS conservateur du Musée de marine au Louvre dans l’ouvrage « Souvenirs Marine Conservés » en 1889.https://leloud.org/ses-particularites/

A SFAX, il était utilisé pour le transport de marchandises ou pour pêcher éponges et poulpes... Il avait plusieurs avantages : une coque assez plate , pouvant naviguer avec des voiles ou des voiles auriques

Nous mentionnerons également le travail d’Albert GATEAU « la technologie du lûd » réalisé en 1944, largement cité dans les travaux du Père André LOUIS .

 Pour ce qui est du LOUD, ou« Haj Ameur »c' est un authentique loude tunisien dont l’épave gisait depuis plus de 15 ans au bord de l’étang du Barcarès. Ce voilier de travail, à la silhouette unique et au gréement étrange est emblématique des îles Kerkennah. Il avait été ramené en 1996 de Tunisie en Languedoc par une association qui, quelques mois plus tard été contrainte de cesser ses activités.

Ramené à Marseille par le "Napoléon" dans un premier temps il prit ensuite la direction du Musée de la Voile Latine à Barcarès. Mais l'association associée au Musée disparaissant il navigua quelquefois sur l'Etang de Salses avant d'être abandonné, oublié.

 Faute de moyens humains, matériels et financiers le loude se dégradait lentement au fil du temps et des coups de Tramontane. Les loudes autrefois nombreux ont aujourd’hui disparu de l’archipel alors même qu’ils revêtent une dimension historique et culturelle importante aux yeux des associations de sauvegarde du patrimoine maritime, tant tunisiennes que françaises.

Une poignée de bénévoles, engagés depuis longtemps dans la sauvegarde des bateaux traditionnels méditerranéens et conscients de sa valeur patrimoniale, a décidé de relever le défi de le faire revivre. Lionel de Sète, Charpentier de marine et Jacques ont monté une association "Le Loud"pour que le bateau en pin et aux membrures en olivier, revive et fasse partie du patrimoine maritime.

LOUDP1320232

Les conditions étaient réunies pour que le projet prenne corps : des hommes attachés  au patrimoine maritime, un bateau de travail historique en train de mourir et la possibilité d’un lieu d’accueil tout désigné pour sa restauration : le dernier chantier naval traditionnel de la ville de Sète, à la Plagette au bord de l’étang de Thau, un site associatif  emblématique d’un patrimoine côtier méditerranéen fortement menacé. La conjonction de ces éléments, en complète résonance, et qui se confortent mutuellement, inscrit ce projet  de restauration dans une cohérence évidente.

Ainsi « LE LOUD », une association de type 1901, s’est constituée afin de sauver cette embarcation et de la faire naviguer. L’annonce de ce projet a vite traversé la mer et a eu dès la première heure l’adhésion enthousiaste de Tunisiens attachés au souvenir de ce bateau disparu. C’est donc en toute logique que la restauration de ce loude, que le hasard a amené dans nos eaux, s’inscrit dans une démarche d’échanges culturels et techniques entre les deux rives de la Méditerranée. Elle est soutenue par des instances administratives ou fédératives hexagonales telles que la Fédération du Patrimoine Maritime Méditerranéen mais s’appuie également sur des associations tunisiennes et franco-tunisiennes.LOUDP1320238

Le propos est en premier lieu de sauvegarder la mémoire de ce bateau traditionnel en fixant son plan de formes, ses caractéristiques architecturales et en recueillant parallèlement tout un ensemble de documents, images, témoignages se rapportant au contexte historique, économique et ethnologique relatifs à la construction et à l’exploitation de ce bateau en tant qu’outil de travail. Dans cette quête, l’apport de nos partenaires tunisiens sera prépondérant.

Dans un second temps il s’agit de restaurer et de faire naviguer ce loude pour le faire connaître au public et représenter la Tunisie aux grandes manifestations nautiques comme Brest, Escale à Sète ou les Latines de Saint Tropez. Enfin, à plus long terme, nous nourrissons l’espoir qu’un autre loude sera restauré sur la rive tunisienne, pour voir cette embarcation emblématique naviguer dans ses eaux d’origine. En attendant ce moment, l’environnement marin de l’étang de Thau étant, en bien des aspects, proche de celui des Kerkennah, le loude sera en totale harmonie avec cet espace lagunaire d’accueil et de navigation.

Le Loud qui attendait donc depuis près de 20 ans grâce à l’intervention providentielle des amis de l’association Bonança qui ont profité de la montée importante du niveau de l’étang  de Barcarès pour le pousser à flot a été amarré sur l’étang à un piquet avant d'etre remorqué jusqu’à un engin de levage et d'être rapatrié sur le chantier de la Plagette à Sète pour commencer sa restauration.


 

Le Loud sort enfin de l’eau avant de prendre la direction de Sète...

Les 2 associations du Loud et des Voiles Latines de Sète et du Bassin de Thau remercient  toute l’équipe de l’association Bonança et tout particulièrement à Christian P. , Alain K., Jean-Claude F., Robert C. et Christian G mais aussi les Transports Charlon qui ont assuré gracieusement le dernier voyage. (Mr Charlon ayant eu des grands-parents résidant à Tunis) ainsi que les Poissons du Soleil pour un don qui aidera à la restauration du Loud.


 


Photos d’Antoine, Stéphane, Joël, Jean-Marie P ….et Christian.

Caractéristiques

Type : Loude Tunisien
Nom : Haj Ameur
Immatriculation : SF 10 589
Longueur : 10,65 m
Largeur au maître-bau : 2,34 m
Jauge : 4,74 tx
Poids : 2 tonnes
Matériaux : Bois
Propulsion : Voile (grand voile 50m2 + voile d’avant 10m2)
Année de construction : 1994
Lieu de construction : Sfax et Kerkennah (Tunisie)img376-copie

Cuisine secrète du Languedoc

Cuisine secrète du Languedoc-Roussillon

"Totalement sublime ! Un livre de recette que je recommande rien que pour la poésie des recettes et les commentaires authentiques.

J'y ai trouvé les recettes des bons petits plats que mes grands-mères préparaient si bien. De la rouille à la Sétoise aux escargots à la cévenole vous en aurez l'eau à la bouche !
C'est la vrai cuisine familiale du Languedoc, celle qui se transmet depuis des générations. » Amazon