Sète

Des rendez-vous concrets et pratiques pour la Journée de la femme

FEMMECapture 

 Appelez-la plutôt la « Journée de toutes les femmes ». C’est l’idée en tout cas de la semaine organisée à Sète du 6 au 12 mars dans le cadre de la Journée internationale de la femme. Avec pour but de rassembler le maximum de participantes, de tous âges et horizons, autour de rendez-vous concrets et pratiques. Chapeauté par le CCAS de la Ville à travers la délégation à la condition féminine, auquel s’est associé pour l’événement le Point Info Europe, cette semaine a pour but d’aller au-delà du symbolique 8 mars afin de réaliser un travail de fond sur la condition de la femme.

Cette manifestation commencera dès le mercredi 6 mars avec une exposition intitulée « Grandes résistantes contemporaines » à voir dans le hall de la mairie de 8 h 30 à 17 h 30. Elle fera la lumière sur les femmes engagées et résistantes de l’histoire récente à travers 27 portraits emblématiques. Toujours le mercredi, un temps d’échanges est organisé sur le parvis des Halles avec le Greta, structure de formation de l’éducation nationale, et l’association Les Blouses roses sur le thème des métiers historiquement réservés aux hommes et désormais exercés par les femmes.

Autre temps fort : un speed dating professionnel le jeudi 7 mars à la Maison de la vie associative où des associations proposeront des offres d’emploi aux candidates. Le vendredi laissera place à une initiation aux sports et arts martiaux (le matin au Gymnase Clavel) et à un atelier bien-être autour de la sophrologie et des cosmétiques (l’après-midi à la Maison de la vie associative). En clôture, le mardi 12 mars à 11h30 François Commeinhes recevra un groupe de collégiens et lycéens afin de leur faire découvrir l’exposition en mairie. Les « Grandes résistantes contemporaines » resteront affichées jusqu’au 12 mars.

« Grandes résistantes contemporaines »

Exposition à découvrir du 6 au 12 mars 2019 - Hall de l'Hôtel de Ville de 8h30 à 17h30
Cette grande exposition photos de 27 portraits emblématiques, lancée à l'occasion de la Journée Internationale des Droits des Femmes en partenariat avec le Conseil Départemental de l'Hérault, l'association "Femmes ici et ailleurs", permet de rappeler à chacun d'entre nous, l'importance du nombre de ces femmes qui ont oeuvré ou oeuvrent encore, seules ou aux côtés des hommes, pour la liberté, l'égalité des sexes, les combats pour gagner une citoyenneté pleine et entière, la survie face à la misère et aux conflits, la reconnaissance, le respect des droits fondamentaux de tous et bienentendu la paix.

 

Pas de Mobil’infos en mars sur les marchés de Sète

Vos doléances peuvent être déposées :
  A la MVAQ, 14 rue Paul Valéry
  Par téléphone au : 04 99 04 70 69
  Par mail à Cette adresse e-mail est protégée contre les robots spammeurs. Vous devez activer le JavaScript pour la visualiser.

Recrutement 2019 des Sauveteurs pour les plages

FFSS

La ville de Sète (34) en partenariat avec le Comité Départemental de l’Hérault de la Fédération Française de Sauvetage et de Secourisme vous informe que la journée de recrutement des sauveteurs pour la surveillance et la sécurité des plages pour la saison 2019 aura lieu le mercredi 8 mai 2019.

Pour postuler, il faut être détenteur du BNSSA, du PSE1&2 ainsi que du permis bateau côtier.

Les candidatures sont à envoyer par mail à l’adresses suivante :

Cette adresse e-mail est protégée contre les robots spammeurs. Vous devez activer le JavaScript pour la visualiser.

Pour tous renseignements, téléphonez au 04.67.27.25.10

Sète : Journée internationale de lutte pour les droits des femmes

Vendredi 8 mars 2019

  Rassemblement pour la lutte des droits des femmes :

  • 11H 45 sur les marches du théâtre Molière, avenue Victor Hugo
  • 13h30 Flash mob place du Poulpe (face à la mairie)
  • 15h Témoignages de femmes au Georges Hostel, rue gabriel Péri
  • 17h Atelier d'écriture au café Flore, rue du général de Gaulle
  • 18h45 Flash mob place Aristide Briand
  • 20h30 Projection au cinéma le Comédia "la vie comme elle vient" présenté par l'association S.A.L.S.A


Manifestation gratuite à l'exception du film au ComédiaJournees internationale de lutte pour les droits des femmes

Bientôt un parcours fitness sur la ZAC des Salins à Sète

Une aire de fitness va être aménagée à la ZAC des Salins en bordure du boulevard Cerf Lurie sur une surface de 5 000 m². Cet espace de sport-santé devrait voir le jour à la mi-avril. Plusieurs zones vont être créées sur cet emplacement  libre, laissé en friche. Une première à l’entrée du site, en parallèle du boulevard, qui aura vocation à accueillir un public dit « jeune ».

"Elle sera équipée d’un « street workout ». Comprenez un parcours d’entraînement avec la possibilité de faire des sauts, des abdos, des pompes et des squats (flexion sur jambes). Des exercices de fitness de plus en plus prisés chez les jeunes."
 
La seconde sera installée au centre de ce nouveau lieu avec des équipements plus traditionnels tels que des rameurs, vélos elliptiques, planche à abdos ou encore ski alpin. Des appareils que l’on retrouve dans la majorité des parcours fitness grand public. Ils seront à destination des sportifs d’âge intermédiaire mais là encore, pas de restrictions pour les plus jeunes ou les plus âgés. En tout, six équipements seront installés.


La troisième zone prendra ses quartiers vers le mail des Salins et sera plus particulièrement destinée aux  seniors. Elle sera équipée de quatre agrès destinés à la remise en forme. Un équipement spécialement conçu pour les personnes âgées ou les personnes en rééducation suite à des blessures. Un boulodrome prendra aussi place à cet endroit. Avec ces trois installations, l’objectif est de favoriser les rencontres intergénérationnelles et le sport-santé, domaine dans lequel la Ville investit depuis de nombreuses années.

Laurent Wauquiez au théâtre de la mer

Hier soir, le président des républicains, Laurent Wauquiez était à Sète pour une réunion publique à la salle Tarbouriech dans le cadre des élections européennes. Celui qui est aussi le président de la région Auvergne-Rhône-Alpes s’y était déjà rendu en 2017, alors qu’il était en campagne pour prendre la direction du parti.

 Encore, quelque chose qui a traversé l’atlantique (depuis quelques année maintenant) et que ce vieux pays du vieux continent a adopté. Sans spectacle, un meeting politique, n’en est plus un. Hier, mardi 5 mars, telle une pop star, le leader des LR, a fait son entrée en musique dans une salle chauffée à blanc. « L’animateur », demandant par simple précaution aux « spectateurs » de lui assurer un accueil des plus chaleureux, à la hauteur du personnage. Mais aussi, de contenir sa joie au moment de l’apparition . Une dizaine de minutes, avant de traverser la salle, Laurent Wauquiez devait répondre à quelques questions pour la télévision dans un silence total . Le public se conforma aux exigences et laissa exploser son bonheur dès que le leader des Républicain en eut terminé avec l’interview. Accolade, embrassade, clin d’œil. Petites phrases glissées à quelques privilégiés.

Mais Laurent Wauquiez ne monta pas tout de suite sur scène. Comme dans un concert, il y avait des premières parties. Sébastien Pacull,  président de la fédération de l’Hérault fut le premier à passer derrière le pupitre où été collée une affiche : redonner un CAP à la France. Ce dernier fit l’éloge de Sète dans laquelle les différentes communautés vivent ensembles en bonne intelligence mais insista sur les valeurs judéo-chrétiennes, selon lui, vectrices de paix sociale. Sur l’affaire du hijab, il affirma qu’il allait étonner tout le monde. D’ailleurs n’avait –il pas surprit, tout à l’heure, en premier lieu son président, pendant le trajet en voiture ? Ce dernier assis au premier rang,  de sourire. Non, il ne ferait pas de procès d’intention à Décathlon déclara t-il , car pour lui, la clé du « problème » était l’ interdiction du hijab dans l’espace public, ajoutant que le seul voile qu’il voulait voir porté par sa fille était celui de son mariage. Le ton était donné…

A sa suite, c’est Arnaud Julien, le secrétaire départemental de la fédération de l’Hérault qui prit la parole. Enfin le chef de file des Républicains se leva. Des réactions spontanées portèrent sur sa taille, grande, la même que Sébastien Chabal , que l’inspecteur Derrick. Quant au contenu du discours,  les dépliants pouvaient le laisser présager. Sur la première page, de gauche : la réalité de notre pays. Sur l’autre, de droite : ce que nous proposons. Commençons par l’état des lieux : la flambée de la délinquance, la pression communautariste, le risque terroriste… quant aux solutions : sortir de l’immigration de masse en expulsant 300 000 clandestins et des délinquants étrangers, abaisser la majorité pénale, construire 15 000 places de prison, mais aussi la promesse de ne pas augmenter les impôts qu' Emmanuel Macron  aurait quant à lui augmentés de 4,5 milliard d’euros. Bref un programme musclé à l’image de la politique conduite  par le « patron » du parti qui, s’il est parfois contesté jusque dans son propre clan, continue de jouer la carte d’un « franc parler » lequel ne déplait visiblement pas à tout le monde notamment à des élus de la majorité municipale… Quant au maire de Sète , il n’était pas là , obligé par un évènement prévu de longue date…

La Ville de Sète renforce son offre jeunesse

 renfCapture

 

Sète renforce son offre jeunesse. Nouveaux lieux d'accueil, nouveaux équipements sportifs, meilleure collaboration entre les différents acteurs... Tour d'horizon, dans ce dossier de presse, du travail effectué par la Ville et des projets en cours pour mieux répondre aux attentes des jeunes Sétois(es). Quatre nouveaux lieux dédiés à la jeunesse ouvrent leurs portes. L’offre s’élargit et se déploie au travers du Centre social, du service Education et du service des sports.

L’objectif est double :
mieux coordonner les activités à destination des jeunes et mieux répondre à leurs attentes. À Sète, l’année 2019 démarre sur un élan renforcé de la politique au bénéfice de la jeunesse, dans le cadre d’un recentrage autour du Centre social désormais rattaché au CCAS, et en étroite collaboration avec le service éducation et le service des sports. Cette réorganisation permet non seulement une meilleure visibilité et accessibilité pour les usagers, mais aussi une plus grande cohérence et une complémentarité des actions mises en oeuvre. Tour d’horizon de cette offre jeunesse renouvelée.

Un lieu récréatif d’échanges : l’espace adolescence jeunesse Jean-Rigal
La salle Jean-Rigal rénovée a ouvert ses portes le 3 décembre 2018 au coeur de l’Ile de Thau. Trois salles d’activités sont dédiées aux 11-17 ans. Ce nouvel espace vient combler un manque avec des horaires qui vont jusqu’à 22 h en semaine pendant les vacances scolaires. Elle propose un espace multi activités (ping pong, baby foot, billard), un espace détente (TV- vidéo), un espace multimédia (point doc., vidéo projecteur), complété par une cuisine qui pourra accueillir
des activités à thème, un espace administratif et des communs.

Les 18-25 ans y trouveront également un espace ressource pour les accompagner dans leurs démarches : logement, santé, orientation dans leurs projets, mobilité… Depuis son ouverture, la salle Jean-Rigal ne désemplit pas.

 

Un lieu culturel : le site de La Passerelle
Depuis le 1er janvier 2019, le site La Passerelle est géré par le centre social du CCAS. En projet : une salle de spectacle, une salle de danse de 100m² et un studio d’enregistrement et de répétition. Le CCAS, l’agglo, la Ville et la Scène nationale proposeront une offre et des activités culturelles répondant aux demandes et besoins des habitants et des associations. L’idée est de mettre sur pied une offre culturelle large, structurée et ouverte vers les habitants. En attendant, les associations qui avaient démarré leurs activités poursuivent leur programmation autour du break dance, cirque, de chant choral, d’écriture, et de modern jazz. Parallèlement, des travaux d’un montant de 180 000 euros TTC débuteront en avril 2019 pour créer une entrée principale en face des barres d’immeubles, et permettre des accès autonomes aux salles d’activités, à la salle de spectacleet au bar. Fin prévue en juillet 2019.


De nouveaux équipements sportifs :


Un terrain de futsal et deux terrains de tennis ballon ont été créés sur le stade Llense et livrés en octobre dernier. Dans cette dynamique, la salle de l’ancien bowling du Barrou sera réhabilitée. Un espace sportif multi-activités y sera créé et dédié aux pratiques sportives urbaines émergentes sur le modèle de parcours type ninja warrior et aux disciplines de combat pieds-poing (rings de boxe, tatamis...) Plus qu’une simple salle de sport, ce sera un lieu de vie où parents et enfants pourront passer du temps ensemble. Le montant total est estimé à 1,2 M d’euros TTC. Les travaux devraient commencer fin 2019 pour une ouverture au public pour l’été 2020.

Un parcours sport-santé, à destination de tous les publics qui comprendra une zone dédiée aux jeunes sportifs, va aussi voir le jour à la ZAC des Salins.

2 – L’ACCOMPAGNEMENT ET LA FORMATION
Les Voûtes : un projet en deux temps
“Nous avons en centre-ville beaucoup de jeunes entre 12 et 25 ans qui ont besoin d’être accueillis, informés et accompagnés” explique Jocelyne Gizardin, vice-présidente du CCAS. “C’est à nous, collectivité, de leur apporter notre soutien. Il nous appartient de proposer des réponses à leurs attentes et de leur permettre de développer des projets récréatifs”.

C’est dans cet esprit qu’un lieu de vie calqué sur le modèle de l’espace adolescence jeunesse Jean-Rigal ouvrira ses portes dès le 1er avril, dans les locaux rénovés de l’ancienne mosquée, mitoyen avec l’ancien foyer des Voutes. Dans un second
temps, quand les travaux de requalification de l’ancien foyer des Voûtes seront achevés, l’espace adolescence jeunesse y sera transféré. L’ancienne mosquée accueillera pour sa part le centre social Villefranche.


Une priorité : la formation et l’emploi des jeunes adultes
Sète et l’agglopôle innovent en créant un dispositif unique en son genre, dédié aux 18-25 ans, et ont obtenu le soutien et l’aval du ministère du travail : un hub formation et emploi. Une plateforme d’accueil, coordonnée par un agent de Pôle Emploi et mise à disposition de la Ville, qui regroupe l’ensemble des dispositifs du territoire dédiés à l’emploi et la formation. Une convention d’intention est d’ores et déjà signée avec Pôle Emploi. Objectif : mieux faire bénéficier les jeunes du bassin de Thau des opportunités de recrutement, accompagner l’accès à la formation, en particulier pour les jeunes issus des Quartiers prioritaires de la Ville (QPV), et garantir l’accompagnement vers l’emploi et le suivi.

“La jeunesse de notre territoire regorge de talents, d’énergie et d’envies. Notre devoir est d’accompagner ce dynamisme, tout en étant à l’écoute des difficultés, mais aussi des potentiels de chacun. Cela s’appuie sur l’éducation, la culture, le sport, et les actions sociales qui leur sont dédiées, véritables tremplins pour une vie future épanouie,citoyenne et ouverte d’esprit” François Commeinhes.

LA VILLE RENFORCE SON OFFRE JEUNESSE
 ENTRE LOISIRS ET CITOYENNETÉ

renf66Capture
Le Club Ados élargit ses activités
Géré par le service Education, le Club ados de Sète compte 50 inscrits. “Nous avons repensé l’offre pour répondre au mieux aux attentes des 12-15 ans. Il fonctionne uniquement pendant les vacances scolaires et encadre les jeunes lors de sorties cinémas, patinoire, ‘raid nature’, activités sportives, mais aussi rencontres pédagogiques et
préventives. Récemment, il s’est ouvert aux rencontres inter-club ados du Bassin de Thau” précise Corinne Azaïs, adjointe à l’Education. L’occasion de découvrir ce qui se fait ailleurs dans les clubs ados du Bassin de Thau et d’élargir la gamme des activités.

Un exemple : le 30 Avril, au complexe du Lido, se tiendra une journée de sensibilisation au Handisport. En collaboration avec le service des sports, 10 équipes d’adolescents des Clubs ados du bassin de Thau pourront s’immerger dans le quotidien de sportifs en situation de handicap.


CMJ et CLJ : les jeunes au coeur de l’engagement citoyen
Pour les jeunes qui souhaitent participer à des activités avec d’autres adolescents de leur âge tout en remplissant un engagement citoyen, le Conseil municipal jeunes, relancé par le service Education, répond à ce besoin. Concrètement, il s’agit d’une instance composée d’une quinzaine de collégiens sétois récemment
élus. Ces 15 jeunes conseillers municipaux ont pour mission de représenter la jeunesse pendant un mandat de deux ans
et de mener des projets. Ils se réunissent chaque mercredi en mairie, sous l’autorité du service Education. Ils discutent, débattent, et décident des thématiques qu’ils souhaitent aborder.renf33Capture

Au programme, des projets solidaires avec des récoltes de jouets, de matériels scolaires, des collectes de déchets et l’élaboration d’une campagne de sensibilisation aux harcèlements scolaires en collaboration avec le Clubs Ados. Ils organisent aussi des soirées jeunes.

Autre moyen de conjuguer activités et action citoyenne :
le Centre de loisirs jeunes (CLJ). Dirigé par un représentant de la police nationale, il accueille les 11-17 ans en période estivale autour d’actions éducatives et sportives.

UNE FUTURE SALLE POLYVALENTE AU STADE LLENSE
Une salle polyvalente va voir le jour au stade Llense. Elle sera gérée par le centre social. D’une superficie d’environ 400 m² avec une salle d’environ 200 m² mise à la disposition des associations, elle accueillera également des évènements festifs,
publics ou privés (mariages, fêtes familiales...). Un espace de 100 m² estégalement prévu pour les évangélistes actuellement logés à Gabino.

 

 

Du Paul Bousquet I au Paul Bousquet II

 

 

Ce matin je pense à Paul…
Un texte de Bernard Gasco

Nom : Bousquet – Prénom : Paul… Aurait succédé au « Gabès »… Grand bateau noir, il est parti un jour, le pont semé des feuilles mortes des platanes qui le bordaient. J’étais déjà complètement idiot, j’ignorais la couleur des yeux de la fille du capitaine et j’ai appris vingt ans plus tard qu’ils étaient si beaux, noisette avec du vert, qu’ils clignaient quand elle débouchait de la coursive.

Paul… Dans le chuintement des pneumatiques de ma bicyclette, il m’arrivait de longer son mur riveté, à l’ombre de sa masse près d’un semblant de mur, avec à ma gauche la petite gare du sud, non loin un pont et au-delà cette zone incertaine de tous les ports, étrange avec des wagons rouges, des grues, des ferrailles d’art contemporain, l’ensemble répondant au doux nom de « Cayenne »… La terrasse du buffet était déserte, personne sauf deux filles qui sortaient en riant. A droite l’avenue si belle, la fraicheur de sa voute, ses cafés…

Sète.

Chaque année quand nous arrivions pour les vacances à Bouzigues, Paul était là, gros chat avec sa cheminée dans le claquement du vent, le coup de cymbale du soleil. Notre grand-mère et l’homme des « Docks Méridionaux », blouse grise, nous emmenaient parmi melons, poivrons, aubergines et courgettes. J’avais un œuf dur cassé au fond de ma valise.
Personne ne vieillissait, Paul, mère-grand, le type des « Docks », la route, les vignes… Nous-mêmes ne faisions que grandir.
Un jour, il y eut un échangeur près de Paul, de gros nuages de coton montaient de Frontignan. C’était « grec », sombre présage… Puis, toujours puis, plus rien, les équarisseurs n’avaient laissé que des trous dans l’eau contre la pierre, un morceau de banc, un platane plein de sagesse car il s’en remettait. Personne n’a pu me dire si les yeux de la fille du capitaine avaient abondamment pleuré.

Dans la chair de l’arbre j’ai écrit : « A Paul que j’ai tant aimé – Bernard »

Honni soit qui mal y pense.

Bernard Gasco
 Cette adresse e-mail est protégée contre les robots spammeurs. Vous devez activer le JavaScript pour la visualiser.

Bernard Gasco est un poète et un écrivain de talent, auteur entre autres d'un roman très remarqué par la critique : Montorgueil Cafe. Il est aussi un excellent peintre et plasticien.

"Je travaille mais je n'en pense pas moins... La pensée, les mots, le geste, le regard, cela se fond parfaitement... Les vieux bois, les portes, les photos, autant d'occasions de divaguer de la main, de lancer le bras, de brasser mille pinceaux, pénétrer mille toiles, investir tous ces supports, souder deux coqs amoureux, sculpter un guerrier africain au sexe de cuir, faire un masque primitif d'une porte de « foudre », un grand oiseau de ce frein de charrette..."

Fils d'un père espagnol naturalisé français vivant à Sète et d'une mère née à Bouzigues, Bernard Gasco passa son enfance en Pays de Thau. Devenu avocat à Paris, il continue d'y revenir régulièrement.  

   

Jusqu’au 19ème siècle, la formation des marins de l'Hérault se faisait «sur le tas». Les jeunes mousses s’enrôlaient à bord des voiliers pour apprendre le métier de marin.
Après la fondation de l'école navale en 1851 une grande partie de l'enseignement se déroule encore sur des bateaux et ceux-ci ont même hébergé l'institution de 1859 à 1970. 

Dès l'ouverture l'Ecole navale s'est dotée d'un navire d'exercice, une goëlette vapeur, le premier Paul Bousquet du nom d'un généreux bienfaiteur, marchand chapelier, fournisseur des armées de la république et de l'empire.

 

En 1859 l'école s'installe à bord d'un brick: "le Fabert" deux mâts qui sera remplacé en 1872 par le brick aviso "Marceau" rebaptisé "l'Hérault" en 1880. 

 

"L'Hérault" est immortalisé par une toile célèbre du peintre sétois Toussaint ROUSSY (Musée Paul VALERY - Sète) représentant un professeur et un mousse.

En 1902 l'Hérault, trop vétuste, est remplacé par une canonnière "le Gabès".
L'école restera à bord de ce trois mâts jusqu'en 1951 hormis une brève interruption durant la guerre. En raison des bombardements les élèves sont alors logés à Balaruc les bains dans un ancien couvent (qui abrite aujourd'hui la pizzeria "la mer" !!!); Le Gabès restant au mouillage dans l'étang.

En 1951 l'école est transbordée du Gabès sur le "Gouverneur Général Lépine". Ce paquebot qui a assuré des lignes régulières entre la France et l'Afrique du Nord possède un passé glorieux: Réquisitionné durant la dernière guerre il a participé au transport des troupes pour le débarquement allié en Italie. De ce fait il faisait partie des rares navires à pouvoir arborer le pavillon national frappé de la croix de Lorraine, symbole de la libération .

En 1949, il inaugure la ligne Marseille Alger mais  il revient rapidement de Marseille à Sète, dès 1950. En 1955 le Gouverneur Général Lépine est rebaptisé "Paul BOUSQUET", l'école restera à son bord jusqu'à la construction, en 1974, des bâtiments du Barrou du lycée de la mer. Il sera démonté en 1976.

 


Le Paul Bousquet

 

Cuisine secrète du Languedoc

Cuisine secrète du Languedoc-Roussillon

"Totalement sublime ! Un livre de recette que je recommande rien que pour la poésie des recettes et les commentaires authentiques.

J'y ai trouvé les recettes des bons petits plats que mes grands-mères préparaient si bien. De la rouille à la Sétoise aux escargots à la cévenole vous en aurez l'eau à la bouche !
C'est la vrai cuisine familiale du Languedoc, celle qui se transmet depuis des générations. » Amazon