Sète

Conseil Municipal

Le conseil municipal de ce lundi 18 décembre s’est ouvert sur un dossier toujours très actuel: le  rapport égalité  Femmes-Hommes. Hervé Merz qui en est le rapporteur a bien répété qu’il avait dit Femmes- Hommes...et non le contraire. Fort bien, mais on apprend tout de même dans ce rapport que l' équilibre est encore aujourd’hui difficile à obtenir en dépit des bonnes intentions. Ce dossier qui a abordé ce rapport Femmes-hommes par filières, nous apprend que les femmes sont les nombreuses dans la filière administrative (85%), celle de la culture (63%)   de l’animation (73%) . Par contre,  elles sont en infériorité dans la filière technique (37 %), le sport (25%). A noter également qu’elles représentent 25% de l’effectif de la police municipale. Si ces pourcentage témoignent de profil "collant" au "genre" et prouve que chacun a pour ainsi, toujours   sa spécialité où il se trouve plus à l’aise, les femmes derrière  un bureau, les hommes sur un terrain de sport, les femmes sensibles et... passives... s’adonnant au plaisir de la lecture,  les hommes façonnant le réel,  ils ont au moins la qualité avec leur  inégalité par filière assez marquée de parvenir à un équilibre général. Mais on apprend également qu’il y a 15% d’écart en faveur des hommes dans les postes de direction, qu’en ce qui concerne les formations en catégorie C les hommes profitent globalement de 400 jours contre 167 pour les femmes, et de 244 contre 137 dans les formations professionnelles tout au long de la carrière. Enfin pour ce qui est de la rémunération,  on retrouve des écarts de salaires de 200 euros dans les emplois de catégorie A et de 80 euros  dans ceux de catégories C. Ce dossier n’émet pas d’hypothèses sur l’explication de ces écarts et c’est ce qu’une personne lui reprochera. La parité semble donc aujourd'hui d’autant plus naturelle dans les esprits qu’elle est complexe à pérenniser dans les faits.

Le deuxième dossier était lui consacré au budget primitif de 2018. Il est de 121 062 771 euros. Les dépenses annuelles fonctionnelles sont de 74, 4 millions d’euros,  soit une hausse de 3,4%, à cause notamment des charges de personnel dues à l’impact de la CSG et de la revalorisation des caisses d’allocation retraite. Une conséquence : En 2018,  l’embauche de nouveaux agents se limitera à des postes régaliens. Les charges financières sont quant à elles en baisse de 5%. On note également aucun recourt à l’emprunt en 2017, une baisse des frais de fonctionnement de 6 millions d’euros. Les recettes réelles sont de 84,3 millions d’euros,  soit une hausse de 2%  qui est  notamment due à une optimisation des tarifs des services. Il est rappelé que le plan d’économie de l’état sur la candidature est de 13 Milliard d’euros. Dans ce contexte, la ville affiche un bon niveau d’investissement, 16 millions d’euros, persévérant dans sa politique de reconquête du cœur de Sète. Pour clore le dossier l’année 2018 prévoit la restructuration de la corniche avec 1 4 kilomètres de voies pour le mois de septembre. Un pont à l’entrée de la ville. Une mise en valeur du Molle ainsi qu’une extension de la vidéo surveillance. Ces projets sont auto-financés à hauteur de 41%, le but étant de limiter le recours à l’emprunt. La dette qui est passée de 86,4% de 2016 à 78,6 % en 2018 devrait continuer de baisser.

Mobilisation internationale et ambitions locales

Hier, Lundi 18 décembre,  avait lieu la journée internationale des migrants qui est l’occasion dans le monde entier de réaffirmer les droits des migrants. Cette date fut choisie par L’ONU il y a quatre ans pour évoquer une convention adoptée par l’ensemble des membres des Nations-Unies mais elle n’a toujours pas été ratifiée, notamment par la France. Cette convention stipule que les migrants et leurs familles ont droit à une protection,  qu’ils soient sans papiers ou non, à partir du moment que l’un deux travaille sur leur terre d’accueil. . A propos des migrations , le secrétaire de L’ONU, Antonio Guterrez rappelle. Les migrations existent depuis toujours. Elles continueront à exister, à cause des changements climatiques, des inégalités croissantes, des marchés du travail et de la volonté de mener une vie meilleure. La réponse passe par l’instauration d’une coopération qui aidera à encadrer la migration de sorte que les bénéfices qu’elles apportent soient largement répartis et que les droits fondamentaux de toutes personnes soient protégés.

Le 18 décembre est donc instauré journée internationale afin de se mobiliser pour ces droits non appliqués dans les faits, mais également pour célébrer les apports culturels apportés par ces  individus  dans les pays d’accueil.

Cette richesse, les nombreuses associations comme  La Ligue des Droits de l’Homme ou SOS Méditerranée regroupées devant la mairie aimeraient que la ville de Sète, alors solidaire, puisse en tirer profit. Il y a quelques temps,  elles ont fait parvenir un courrier réclamant que l’île singulière se propose pour accueillir un certains nombre de migrants et également prenne en charge des mineurs isolés. Ce courrier est resté lettre morte.  Hier,  les membres des diverses associations venues donc  chercher  une réponse en ont  profité pour accrocher une jolie banderole bleutée « Sète terre d’accueil ».

Sète : Les inscriptions des Accueils de Loisirs sans Hébergement (ALSH)

alshCaptureLes inscriptions des Accueils de Loisirs sans Hébergement (ALSH) désormais en ligne

C'est nouveau !

espacefamille.ville-sete.fr

A compter du 2 janvier 2018 ,il sera possible de réserver les mercredis de janvier (dernier délai le vendredi midi pour la semaine suivante) et dès le 29 janvier les inscriptions et les réservations pour l'année 2018.

Ce dossier est téléchargeable depuis l'espace famille (espacefamille.ville-sete.fr)ou à retirer au guichet unique mairie centrale ou annexe Ile de Thau.

Pour plus de renseignements :

Direction de l'Education ,rue A. Lorraine 34200 SETE ;

Tél 0499047440 .

Professionnels de santé/ Expérimentation repérage des aidants bassin de Thau

clic-geronthau.com

Une expérimentation facilitant le repérage des aidants de personnes âgées et de leurs besoins dans le département de l’Hérault va être menée au premier semestre 2018 dans le cadre de la conférence des financeurs de la prévention de la perte d’autonomie.
 
Il a été confié au cabinet Cekoïa Conseil, en partenariat avec le CLIC Géronthau et la MAIA Cités Maritimes,  la réalisation d’une expérimentation d’un outil de repérage des aidants et de leurs besoins, opérationnel en associant une pluralité d’acteurs impliqués dans le repérage des aidants et de leurs besoins.  
 
A ce titre, à l’attention des professionnels de santé libéraux, une réunion de présentation de l’outil et du déroulé de l’expérimentation aura lieu le :
 
 
Mardi 19 décembre de 20h00 à 21h30
 
à la Maison départementale de la Solidarité, 427 Bb de Verdun, Sète
 
Accueil buffet à partir de 19h30Création d’un outil d’aide au repérage des aidants et de leurs besoins  
Conférence des financeurs de la prévention de la perte d’autonomie (CFPPA)

Magie et féérie au rendez-vous du COS

Pour son arbre de Noël au théâtre Molière, qui s'est déroulé samedi 16 décembre, le Centre des Œuvres Sociales de Sète (COS) avait convié, en présence de François Commeinhes, Maire de Sète et de nombreux élus, près de 700 enfants et leurs parents à un après-midi placé sous le signe de la féérie. C'est avec « Le Voyage extraordinaire de Couette », de la compagnie Leenka, que l'après-midi a débuté. Une invitation sur les traces de cette jeune héroïne vers des pays imaginaires peuplés de personnages habitant des mondes à la fois oniriques et féériques pour le plus grand émerveillement des petits et des grands. Mais la vraie star de l'après-midi était sans conteste le Père Noël, arrivé après la représentation pour la distribution des nombreux cadeaux. Et cette année encore, la générosité des partenaires a permis de faire gagner par tirage au sort six tablettes ainsi que des séjours.

Lancement de la 13ème saison de l'opération SAKADO

Avec SAKADO, vous n'offrez pas un toit ou un emploi mais vous faites un geste fort de solidarité, avec un sac à dos de 40/50 litres contenant 4 kits : 1 Kit chaleur + 1 kit hygiène + 1 kit festif + 1 kit culture/communication que vous déposerez au Club de la Presse Occitane ou dans une maison des services de l'ADMR...L’image contient peut-être : 1 personne, sourit

Plus d'infos sur www.sakado.org

Depuis 2005, l’association SAKADO collecte des sacs à dos à l’occasion des fêtes de fin d’année pour les distribuer aux sans-abri dans la France entière.

Grâce à SAKADO, vous n’offrez ni un toit, ni un emploi mais un geste de solidarité sous la forme d’un sac à dos style randonnée de 40 ou 50 litres en bon état contenant 4 kits d’objets usuels et pratiques :

1 kit chaleur, 1 kit hygiène, 1 kit festif et 1 kit culture-communication.

CE SONT 4 PRINCIPES DE FONCTIONNEMENT :

1°) SANS ARGENT : Pas d'argent circulant, pas de comptes bancaires, les bénévoles SAKADO financent eux-mêmes leurs actions.C'est pour vous la certitude de voir votre don aller directement aux sans-abris, sans autres utilisations.

 2°) AVEC LES STRUCTURES D'AIDE AUX SANS-ABRI : Nous ne sommes pas des professionnels de l’aide aux sans-abri, SAKADO distribue les sacs à dos qui lui sont remis  en partenariat avec les structures d’aides aux sans-abri. (SAMU Social, Croix-Rouge, Secours Populaire, Secours Catholique, etc.).

 3°) SEULEMENT EN FIN D'ANNEE : SAKADO fonctionne à la période où les donateurs sont plus généreux ; au moment des fêtes de fin d’année et durant la saison où le froid et les intempéries isolent encore plus les sans-abri.

4°) GRACE AUX MEDIAS : La presse écrite, la radio, la télévision et les réseaux sociaux sont les portes voix de SAKADO, ils relaient notre appel à dons mais témoignent aussi de la bonne distribution des sacs à dos qui nous ont été remis.

Dernier bain 2017

D’accord,  il y avait du café d’offert. C’est vrai la musique était entraînante. Et parfois, le soleil perçait les nuages. Mais il y avait du vent ce dimanche 17 décembre.

Il y avait du vent et il faisait froid. 8 degrès. A l’extérieur .  La trentaine de personnes présentes à la base nautique n’était pas simplement là pour exposer leurs corps à la vitamine D. La mer,  quant à elle,  était à 5 degrès. Ceux qui les regardaient s’échauffer, rire, danser portaient des gants et des bonnets. A les voir ainsi en maillot,  la température semblait chuter encore de quelques degrés. Le décompte commença.

Personne ne partit se rhabiller. Galop général vers la grande bleue superbe d’éclats glacés. Un rapide plouf pour certains, les plus jeunes. Quelques brassées pour ceux qui connaissent les bienfaits des bains dans l’eau très froide et s’y adonnent en dehors de ces spectaculaires plongées. Mais personne n’y est resté une heure non plus...!  Et les secours qui n’étaient pas loin n’eurent pas à intervenir… Prochaines baignade le 1 janvier ? !

On pause ...on  se prépare...

On ne rigole plus ... a l'eau !

On fait semblant de ne pas être frigorifié  en revenant le plus tranquillement possible...

On s'imagine à la croisette...au printemps !

Parade féerique à Sète

  Malgré le froid et le vent du nord, dès ce week-end, d'étranges créatures ont sillonné  les rues commerçantes de Sète : jongleurs, échassiers, acrobates, musiciens et peluches géantes, avec Madame Etoile, Monsieur Bonhomme, Monsieur Joyeux et le Père Noël en personne, la « Princesse des Glaces » et sa cour,  les célèbres personnages de dessins animés de« Féériland» ont déambulé entre la place Léon Blum et celle d'Aristide Briand...parDSC_0074 (4)

Et si le samedi  vin chaud et chocolat chaud furent offerts par la Ville sur la place Léon-Blum le dimanche 17 décembre du pont de la savonnerie, jusqu'au cadre Royal ce fut une méga Parade Magique et bien sympathique avec six chars et 52 artistes costumés.

Que du bonheur pour les enfants et même pour les adultes. Et pour ceux qui n'ont pu en profiter, ce sera possible les 23 et 24 décembre,  avec le Noël enchanté, les sœurs Sapins, le Cirque Apolo...

Comme ce week-end, un stand de maquillage et une fabrique de chapeaux en papier permettront aux enfants de se composer une frimousse de circonstance avant de se faire photographier aux côtés du Père Noël...

parDSC_0058 (6)parDSC_0053 (6)parDSC_0048 (8)parDSC_0054 (6)parDSC_0060 (5)

Noël

Il y a ceux pour lesquels les festivités de Noël sont synonymes de rictus contraints , de prise sur soi afin de ne pas laisser percer ce malaise provoqué par la répétition d’une éternelle scène dans laquelle le rôle censé être tenu depuis l’adolescence les agace ou les déprime. Il y a ceux qui se drapent dans une bougonnerie en partie nourrie par le goût inavoué de prendre le contre-pied de la majorité, qui s’assoient dans un anticonformisme lugubre et confortable, certes nullement dérangeant, sauf lorsque les adeptes de cette position devenue pause inamovible, ne se distinguent plus par leur seule aigreur ponctuelle mais cherchent à convertir les autres à leur pompeuse noirceur. Les autres, ce sont ceux qui les attendent impatiemment, ces fêtes, commencent à s’y plonger dès le chocolat du premier décembre précautionneusement retiré de sa case d’un calendrier de l’Avent initialement prévu pour être acheté pour les seuls petits enfants, ce sont les jeunes parents réjouis par le passage de l’autre côté du miroir, ou même ceux qui se plaignent de devoir s’y préparer mais finissent chaque année par passer d’agréables moments.

Aimer Noël, c’est offrir et recevoir mais également accepter de se laisser griser par un évènement combiné à cet effet , c’est fermer les yeux sur la récupération marchande, ne les ouvrir que sur l’aménagement de son rêve privé inscrit dans la féerie générale

.

Ainsi certaines personnes réprouvent-elles ces grandes surfaces qui, deux mois avant l’échéance, se transforment en royaumes ou entrepôts du jouet dont la diversité revêt – comme le rayon yaourt – selon eux, un caractère déplaisant, car brusquant un désir qu’Ils aimeraient sentir monter avec le plus de douceur possible, et crescendo.

Pour d’autres , la seule pensée d’être pris de court leur suffit pour ne considérer cet étalage prématuré que sous le seul aspect positif , à savoir que le père Noël n’aura pas à accomplir des exploits de dernières minutes, car ça ne lui réussit pas, lui qui aime aussi disposer de son temps pour deviner les attentes les plus secrètes.

De toute manière, à moins d’éviter les centres commerciaux, cette omniprésence, exagérée et contrariante pour les uns, anodine pour les plus pragmatiques, est bel est bien une réalité. Mais, promener dans sa ville et ne pas baigner dans cet ambiance d’hiver, car Noël, c’est l’hiver qui prend des gants pour s’annoncer , décevrait tout le monde.

A commencer par les délicats amoureux de cette féerie cyclique qui au contraire s’y purgent de l’aura désillusionnante des grands magasins, mais aussi ceux qui ont la hantise de ces repas interminables ou encore les infatigables grincheux qui doivent se surprendre à sourire dans un coin de leur tête obnubilée par la résolution d’un boycott. Ce weekend, l’avant dernier précédant l’événement tant attendu a vu la ville s’égayer d’animations, de spectacles, de lumières, de rires lumineux. Les enfants aiment Noël, et c’est la meilleure raison pour, en dépit de ses idéaux réfractaires au consumérisme ou de ses intimes fêlures – pour se réjouir de ce qui est élaboré pour éveiller leur émerveillement. Sétois, nous avons la souvenance de ces petits chalets installés sur la place Léon Blum, où, plus que l’approche des rennes tirant leurs fantastiques traîneaux, la présence d’un loup solitaire aiguillonnait l’imagination . Ceux qui y campaient à l’intérieur , tels des vigies de corvée, devaient quant à eux appréhender les fêtes pour être à nouveau cloîtrés dans un refuge austère que quelques rares âmes erratiques visitaient en coups de vent avant de regagner au pas de course leurs pénates.

Cette année, le marché de Noël a pris ses aises sur la place Aristide Briand ; il est autrement plus attrayant. Samedi, le soleil irisait les ornements des stands où nous avons retrouvé encore une fois Hélène et ses blagues à tabacs avec une amie créatrice, Béatrice, ainsi que de nombreux artisans visiblement ravis de prendre part à ces préparatifs… Un peu plus loin, sur les quais, dans le chalut - musée de Nocca, s’était déployé un autre marché, dont le vernissage avait lieu le samedi midi. Là-bas c’est Luz et ses sacs en vinyle, Isabelle et ses figures en bois flotté que nous rencontrions … Quelques heures plus tard, au théâtre Molière, les enfants pouvaient assister à un superbe spectacle offert dans le cadre du COS (centres des œuvres sociales) et proposé par la compagnie Linka. Une belle histoire dans la lignée des contes de Noël entrecoupée de danses et de chants absolument enchanteurs, même pour les adultes. Après le spectacle, le père Noël fit une première apparition avant l’heure, pour distribuer quelques cadeaux... à des enfants qui évidemment n’avaient jamais été aussi sages que quelques instants avant de les recevoir…

Sur la place Aristide Briand, toujours gaie, animée, malgré le déclin du jour, une chorale chantait "Quand on a que l’amour" de Jacques Brel.

Des enfants sautaient à l’élastique, montaient haut dans le ciel. Une parade se préparait à traverser le centre-ville en fanfare … Ah les soirs de Noël, ces nuits d’hiver si particulières, où la brusque chute de la nuit n’est plus le signal de la fin des amusements mais le début de ceux que l’on partage avec les grands… ! émus car complices d’une si belle joie, aussi profonde que simple, étrangère aux tracasseries, inaltérée par l’univers tourmenté pour lequel elle est la flamme à préserver, cette joie extraordinairement seule !

Collectif "Sète terre d'accueil"

A l'occasion de la Journée Internationale des Migrants, le Collectif "Sète terre d'accueil" appelle à un large rassemblement le LUNDI 18 DECEMBRE à 10h 30 devant la Mairie de Sète.

accCapture

 

Collectif "Sète terre d'accueil": 

Les Rencontres Citoyennes, Les Amis des Marins , l'Association de Défense des Marins Abandonnés de Sète, le Service Catholique de la Pastorale des Migrants, l'Accueil Migrants Cimade de Sète, le Réseau Education Sans Frontière Sète Bassin de Thau, La Ligue des Droits de l'Homme, l'Association des Chrétiens pour l'Abolition de la Torture, les Bons Samaritains, Les Femmes du Soleil, Emmaüs Sète Frontignan, JRS Welcome Hérault.

Cuisine secrète du Languedoc

Cuisine secrète du Languedoc-Roussillon

"Totalement sublime ! Un livre de recette que je recommande rien que pour la poésie des recettes et les commentaires authentiques.

J'y ai trouvé les recettes des bons petits plats que mes grands-mères préparaient si bien. De la rouille à la Sétoise aux escargots à la cévenole vous en aurez l'eau à la bouche !
C'est la vrai cuisine familiale du Languedoc, celle qui se transmet depuis des générations. » Amazon