Sète

_ Meilleur barbier

Geoffrey Kvot, coiffeur-barbier sétois, a été sacré 6ème barbier au monde et 1er de France, lors des dernières Barbers Awards à Nuremberg, en Allemagne

On a eu raison d'y croire !

 

Troisième expédition de Thau info à la Pointe Courte pour se tenir au courant de "l’arrivée" ou pas des daurades…

Ces quelques photos suffiront à informer le lecteur

Du "mondeuuu", du soleil et du vent ...

99ème quête nationale du Souvenir Français

99ème Grande quête nationale du 28 octobre au 2 novembre 2017

Le Souvenir Français sera présent pour la  cérémonie du Ier Novembre prochain au Cimetière le PY avec des quêtes effectuées  aux abords des cimetières de SETE  (à noter  la présence d'un DELEGATION ALLEMANDE  pour cette cérémonie).

Capture

Le Souvenir Français Association nationale reconnue d’utilité publique le 1er février 1906

Placée sous le haut patronage du Président de la RépubliqueLe Souvenir Français a pour vocation de maintenir la mémoire de tous ceux qui, combattants de la liberté et du droit, sont morts pour la France, ou l’ont bien servie, qu’ils soient Français ou étrangers.

Il a pour mission l’entretien des sépultures et des monuments commémoratifs, l’organisation d’actions de Mémoire pour rendre hommage au courage et à la fidélité de tous ces hommes et ces femmes morts aux champs d’honneur.

Né en 1872 en Alsace et en Lorraine occupées puis créé en 1887 par Xavier Niessen, Le Souvenir Français a été reconnu d’utilité publique en 1906. L’association est placée sous la haut patronage du Président de la République. Elle a été couronnée par l’Académie Française en 1975 et par l’Académie des Sciences Morales et Politiques en 1978. Le Souvenir Français est fort de ses 200.000 adhérents et affiliés, femmes et hommes de tous âges et de toutes origines sociales. Il est présent dans tous les départements de France Métropolitaine et d’Outre Mer et dans 68 pays étrangers.

Il compte : 101 délégations générales, 1 650 comités, 68 représentations à l’étranger.

N’ayant aucune attache politique, libre de tout lien confessionnel ou philosophique, le Souvenir Français est ouvert à toutes celles et à tous ceux qui, Français ou étrangers, ont « une certaine idée de la France » et de l’idéal de liberté pour lesquels nos anciens se sont sacrifiés depuis la révolution. Le bénévolat est de règle pour le fonctionnement de l’association dont les frais généraux sont de l’ordre de seulement 20 % de ses dépenses annuelles.

 Plus de 120 ans d’existencesouvenir 1Capture

souvenirCapture

A l’issue de la guerre franco-allemande de 1870, Xavier Niessen, modeste professeur alsacien, est très ému du sort des sépultures des soldats français. En 1887 , il obtient la création par arrêté ministériel de l’ Association Nationale du Souvenir Français , avec pour vocation l’entretien des tombes de ceux qui sont morts pour la France et à conserver leur mémoire. Généraux, sénateurs, députés, magistrats, officiers de toutes armes, membres de la presse et autres se font un devoir d’honorer de leur présence une œuvre destinée à perpétuer la mémoire de ceux qui ont versé si généreusement leur sang pour la Patrie. Dès 1889, le comité de Bordeaux lance des filiales jusqu’à Saint-Louis du Sénégal. De nombreux autres comités se créent. En 1918, le Souvenir Français entretient près de 25 000 tombes. Le Souvenir Français s’est constamment développé depuis.

Un réseau actif en France et dans le monde

- En France, il est représenté par 96 délégués généraux en métropole (1 par département) et 8 en DOM TOM
- Dans le monde, il s’appuie sur 68 délégués généraux ou correspondants.
- Au total, il compte environ 1680 comités . Le Souvenir Français compte ainsi plus de 200.000 adhérents et affiliés. Il peut ainsi s’appuyer sur des forces vives, impliquées sur le terrain. Tous sont bénévoles.

Une organisation pérenne

Le Souvenir Français est une association patriotique, distincte des associations d’anciens combattants car son action n’est pas limitée dans le temps. Il observe une stricte neutralité dans le domaine politique, confessionnel et philosophique. Le Souvenir Français est dirigé par un Président général qui définit, avec le conseil d’administration, la stratégie d’actions.

L’entretien de la mémoire

Le Souvenir Français conserve la mémoire de celles et de ceux qui sont morts pour la France ou qui l’ont honorée par de belles actions, en entretenant leurs tombes, où qu’elles soient, ainsi que les monuments, tant en France qu’à l’étranger. - Plus de 130.000 tombes sont rénovées et fleuries. - Plus de 200 monuments et stèles sont restaurées chaque année. Le Souvenir Français a adopté, pour toutes les cérémonies qu’il organise, le symbole de « La Flamme de l’Espoir », portée par les enfants mais aussi par tous les adultes qui le souhaitent, et déposée devant les monuments commémoratifs ou sur les tombes des soldats morts pour la France. Cette Flamme symbolisant le souvenir est transmise de génération en génération.

La réussite du festival comme plus bel hommage

Le festival 22 v’là Georges a débuté, hier, comme prévu, aux alentours de 12h au croisement de la rue George Brassens et de la rue de la Révolution.

Il s’est prolongé le soir sous un chapiteau bondé. Cette année s’annonce exceptionnelle alors que le festival  vient de perdre son créateur. Après quelques chansons offertes en guise d’apéritif sur l’estrade dressée dans les rues du quartier du poète, rendues piétonnes, François Commeinhes  prend à son tour le micro.

Comme ses prédécesseurs, il évoque la réussite du festival et, juste après, la figure de José Capel, sa volonté, son amour de Sète, de la chanson, de Brassens … A côté de nous , un homme s’interroge : Pourquoi parle-t-il de lui au passé ? Nous l’en informons : José Capel est décédé il y a quelques jours. Il y a quelques mois, il s’apprêtait à monter sur scène au théâtre de la mer.

Ce serait son premier théâtre de la mer. Mais, plus que tout, importait de récolter des fonds pour le festival. Le jour du concert,il a chanté. Il ne chantait plus depuis des mois. Il perdait sa voix. S’en excusait comme d’un incident passager auprès du public. Malgré tout, s’accompagnant à la guitare il commença à chanter.

Bien vite, ses amis, les membres de l’association Cap Brassens, montèrent sur scène avec lui. Il continua, ils continuèrent à chanter ; tout le monde chanta.

Grande émotion de l’instant, mais aussi transe collective. Ce soir-là, le public fut mis à contribution, plus que pour un concert ordinaire.

Mais une fois poussé par les circonstances, il s’y est adonné avec l’enthousiasme qu’un tel hommage à un chanteur populaire méritait.

Hier, cet homme qui a appris la disparition de José Capel n’en pas fut immédiatement informé par une désolation tangible. De la tristesse, parce que le fondateur de ces journées aurait aimé y assister, de la colère contenue envers des maladies dont on ne peut encore pas toujours freiner la dévastation, il y en avait, évidemment …

 

Sans qu’il n’ y ait besoin de discours, il se serait sans doute rendu compte qu’il s’était passé quelque chose

Puis, la guitare et l’accordéon , puis les textes de Brassens portés par un de ses nombreux interprètes auraient empli le ciel, chassant les nuages. L’homme aurait fredonné avec les autres, il se serait dissocié de cette inquiétante présomption …

C’est exactement ce qui se produisit. Soleil. Exactement ce que José Capel aurait très certainement souhaité.Que l’on continue. Pour la première soirée, le chapiteau fut archicomble. Des gens de tous âges entonnant ces airs qu’ils ont dans le sang. Des artistes à la ferveur décuplée par ce grand absent pour lequel ils ont eu un mot sobre, tendre, inéluctable. Utopie manifeste, hymne sans drapeau, communion populaire trans-générationnelle. José Capel s’est battu pour que cette fête existe. Pour sa ville. Aujourd’hui, Sète, avec ce festival, fait vivre intensément son patrimoine. Les chansons de Brassens sont un antidote au repli sur soi. Il y avait un avant 22 vla Georges, il y a un après. Et cet après, c’est maintenant,… tous les jours jusqu'au 29 octobre !

 

J.B.S

Images sincères

Le vendredi 20 octobre, au cinéma Le Palace avait lieu un festival de courts métrages proposé par le collectif DrunkenDreamers. Se prêtant au jeu, quitte à être désorienté, le public a répondu présent.

« Si vous n’aimez pas, si vraiment vous n’aimez pas, vous pourrez vous rattraper sur le buffet à l’entracte » lance un des deux jeunes hommes à l’origine du festival qui, pour l’occasion, a endossé le rôle de l’orchestrateur de la soirée et le costume qui va de pair.

Parler du buffet était aussi l’occasion d’évoquer des partenaires comme la maison Azais-Polito, ou encore Dassé qui auraient suffi - aucun  initié ne saurait dire le contraire - à expliquer une pareille affluence.

Mais le public n’était pas au courant. Le public est venu pour se faire surprendre.

Qu’ont à raconter les jeunes gens d’aujourd’hui ?

Le cinéma,  c’est la vérité  24 fois  par seconde  disait Jean-Luc  Godard.

Quelles réalités vont être projetées à l’écran durant trois heures ?

Trois heures et seize courts métrages de moins de quinze minutes.

Une monstration,  pas une compétition.

Tous ces films s’en excluent volontiers- comme ceux de Woody Allen… Ces jeunes gens se situent déjà dans une démarche, conscients de la difficulté du métier et du besoin de s’aider les uns les autres. D’où l’idée d’un tel festival. «Nous sommes tous, ici, des créateurs », s’est exclamé le jeune homme dans son discours d’introduction.

Un tonnerre d’applaudissement immédiatement a suivi cette affirmation qui aurait pu, pour contourner la timidité, être prononcée sur un ton d’auto-dérision. Mais cette affirmation est trop sérieuse pour être tue ou travestie. C’est une revendication toute simple : continuer de faire ce que l’on aime , des films.

Le premier collectif s’appelle Funny studio.

Ils ont entre quatorze et seize ans. Ce qui en fait les plus jeunes réalisateurs du festival.

La projection s’arrête en cours de route. Défaut de son. Les aléas d’une grande première . On sent les organisateurs stressés. Dans l’agitation, ils ne perçoivent pas la bienveillance de la salle. Il ne faudrait cependant pas que ça dure trop longtemps… Affaire résolue…

Ce premier court métrage est surprenant et témoigne d’une familiarité à manier les images. Cette thématique est d’ailleurs au centre de leur film. « On a voulu informer sur le harcèlement sur les réseaux sociaux» explique une fillette après la diffusion. En effet, dans leur court métrage trépidant (pleins d’action avec de vraies voitures et des faux pistolets), un individu « machiavélique », prend en photo des innocentes victimes, dans des situations compromettantes ( en train de manger un peu goulument du pop-corn...)

 Une fois leur image "publiée", sur les réseaux,   les jeunes ados tombent comme des feuilles. Est-ce leur  âme  qui est dérobée ?  Dans ce cas, comment la préserver? Cela pose un certain nombre de questions grandement intéressantes. Et ces collégiens qui n’ont pas Adorno au programme s’inscrivent en plein dans ce qui est pour le philosophe l’une des vocations de l’art : produire une œuvre indésirable socialement. Bravo.

Le film suivant parle d’amour. Une jeune femme garde pour elle ses sentiments, son envie de rupture…La voix off, en contrepoint de ses actes, en exprime l’inauthenticité. Elle demeure avec lui. Fait semblant. Ne dit rien. Le film s’appelle non-dit. …Ici, les jeunes gens se sont emparés d’une question qui  est  pour les artistes l’une des grandes sources d’inspiration. C’est difficile et là encore il faut de l’audace pour essayer de dépasser un sujet qu’ils découvrent, pas seulement car ils sont jeunes, mais parce que l’amour ne serait pas si "inspirant" s’il pouvait être embrassé dans sa globalité,  supposé qu’elle existe.  Aussi son approche exige un point de vue, un angle, un regard.

Même quand il y a un scénario de départ, c’est en étant confronté à l’acte de «donner à avoir » que l’on découvre réellement ce qui nous anime. L’art est un déclencheur autant qu’un médium. Les gens font des films, qui les nourrissent pour faire d’autres films.

Ce sont au final toujours les mêmes films faits par une personne différente. Telle est la magie  du cinéma, le plus populaire des arts . Voilà pourquoi ce festival est en soi une réussite : il prouve que de jeunes gens osent , par passion,  se mettre en difficulté, quitte à se montrer maladroits, à dévoiler  leurs failles (lesquelles participent aussi de la beauté de beaucoup de premières œuvres).

Alors une fois encore, bravo les jeunes ! Continuez de rêver sans modération et de travailler, à l’école,  mais pas seulement !

 

                                                                                                                                  J.B.S

On y croit !

 

   Etat des lieux  à la plagette et à la Pointe Courte ce jeudi 19 octobre:

-  Un peu plus de monde que la semaine dernière

- Bonne humeur palpable, confiance tangible

-  Glacières et provisions déballées.

 -  Quatre cannes à l'eau...!

 

Espaces verts sans pesticides

 Suite à la mise en place du programme Vert Demain, la Ville de Sète a mené une enquête auprès de la population pour recueillir son ressenti sur la suppression des pesticides dans l'entretien des espaces verts. Les Sétois se disent majoritairement satisfaits et adhèrent à l'objectif du projet. Pour autant, des réticences subsistent face à la présence d'herbe dans les espaces publics.

210 personnes ont participé à l'enquête de satisfaction menée par la Ville de Sète du 26 septembre au 5 octobre 2017 sur l'entretien des espaces verts et des voiries. Malgré une importante communication réalisée par la ville, les personnes interrogées n'ont majoritairement pas relevé de changement dans les espaces verts. Ils sont plus nombreux à avoir observé un changement sur les bords de rue. Depuis l'arrêt de l'utilisation des pesticides, l'herbe réapparaît en effet ponctuellement sur les trottoirs sétois.

Ceci s'explique par l'augmentation de la charge de travail des agents qui, en l'absence de produits désherbants, doivent intervenir plus fréquemment pour obtenir le même résultat visuel qu'auparavant. L'herbe en ville reste un sujet à discussions. Lorsqu'on leur demande de choisir entre des photos de rues plus ou moins enherbées, les Sétois optent à 51% pour des espaces entièrement nus, 49% tolérant une herbe naissante ou des fleurs sauvages au pied des murs.

Cette opinion évolue lorsque les répondants sont sensibilisés aux dangers de l'utilisation des pesticides pour la santé et la biodiversité des espaces naturels environnants et notamment celle de la lagune de Thau. A la suite de ces échanges, 73% déclarent reconsidérer leur position et sont moins réticents à la présence d'herbes sur les espaces publics. L'économie en eau d'arrosage est le 2e objectif prioritaire du programme Vert Demain. Pour la grande majorité des personnes interrogées, c'est aussi un enjeu fort. 78% des personnes enquêtées considèrent qu'économiser l'eau est très important. Malgré tout, les 2/3 de ces personnes disent regretter les pelouses, cette couverture végétale pourtant peu adaptée à notre climat et très consommatrice en eau.

A Sète, la Ville s'est engagée de longue date dans un programme de réduction de la consommation en eau grâce à des systèmes d'arrosage intelligents, la plantation d'espèces méditerranéennes mais aussi par la requalification de certains espaces. A titre d'exemple, la suppression de 40% des espaces engazonnés de l'avenue Jean Monnet permet à la Ville d'économiser 380m3 d'eau chaque année. La Ville de Sète a rejoint le programme Vert Demain en 2014. Ce programme animé par le Syndicat mixte du bassin de Thau dans le cadre de la préservation du site Natura 2000 « Etang de Thau » est partagé par toutes les communes du bassin de Thau.

Il vise à réduire l'usage des pesticides dans l'entretien des espaces verts et des voiries en ville ainsi qu'à inciter les communes à réaliser des économies d'eau. Les communes bénéficient pour sa mise en place d'aides financières de l'Europe, l'Etat, l'Agence de l'eau Rhône Méditerranée Corse et la Région Occitanie. Cette enquête montre la nécessité de poursuivre la communication auprès des habitants sur la mise en œuvre de ce programme. L'herbe en ville ne fait pas encore l'unanimité, mais lorsque les causes récentes de son apparition sont expliquées, elle semble mieux acceptée, voire même appréciable.

Les activités pour enfants pendant les vacances

 Les vacances de la Toussaint ont lieu du samedi 21 octobre au lundi 6 novembre 2017.

Les ludothèques, centres de loisirs et ALSH de la Ville de Sète proposent pendant cette période une foule d'activités pour les tout-petits, jeunes, ados, et même pour les adultes ! Randonnées, sports, spectacles, stage roman photo, visites de musées, ateliers cuisine, cueillette de châtaignes, veillées d'Halloween, journées « Cultures Urbaines », jeux... de quoi s'occuper pour tous les âges et tous les goûts.

Les 3 ludothèques du centre social sont ouvertes de 15h à 18h30, du lundi au vendredi :

o Fromentine (Château Vert), du 23 octobre au 3 novembre inclus o 1, 2,3 jouons (Centre ville) du 23 au 27 octobre (rendez-vous le mardi 31 octobre de 17 à 19h pour « Jeu d'Halloween », déguisements conseillés)

o L'île aux jeux (Île de Thau) du 30 octobre au 3 novembre L'ALSH Le Vallon

o Accueil à la journée de 7h50 à 9h et de 17h à 18h15 o Accueil à la _ journée de 7h50 à 9h et de 13h30/14h ou de 13h30 à 14h et de 17h à 18h15

o Projection d'un film d'animation au Palace et découverte des contes d'automne à la médiathèque lundi 23 octobre, petite randonnée aux Aresquiers vendredi 27 octobre

o Sortie cueillette de châtaignes et promenade dans le quartier pour préparer la fête d'Halloween le lundi 30

o Atelier cuisine, promenade aux pierres Blanches et boum multicolore le vendredi 3 novembre

o … Le Cyber Espace o Accueil à la journée de 7h50 à 9h et de 17h15 à 18h15

o Accueil à la _ journée de 7h50 à 9h, et de 13h30/14h ou de 13h30 à 14h et de 17h à 18h15.

o Initiation au graff, activités pochoirs et foot au centre Gabino le lundi 23 octobre

o Initiation au skate, danse, et piscine le mercredi 25

o Sortie à Lamalou-les-Bains, ramassage de châtaignes, et piscine le vendredi 27

o Grands jeux sur le thème d'Halloween et veillée de 19 à 21h le 31 octobre o … Le Centre de loisirs Château Vert o Accueil à la journée de 7h50 à 9h, et de 17h à 18h15 o Accueil à la _ journée de 7h50 à 9h et de 13h30/14h ou de 13h30 à 14h et de 17h à 18h15.

o Découverte du Lido avec le CPIE, cueillette des châtaignes, contes et légendes le mardi 24 octobre o Sortie promenade à dos d'ânes, ateliers créatifs et danse le jeudi 26 octobre

o Sports, ateliers créatifs et jeu de piste aux Pierres Blanches lundi 30 octobre o Grande journée d'Halloween avec ateliers de cuisine, de décoration, déguisements, bals et jeux le mardi 31 o Grande Kermesse du Château Vert le vendredi 3 novembre o …

Club Ados o Ouvert de 13h30 à 18h30, inscription pour les sorties auprès du guichet unique centre-ville et île de Thau. o Journée à Marseille (visites et espace glisse. Participation 8,5 euros)

o Randonnée aux Gorges d'Héric ou piscine Fonquerne le mercredi 25 octobre o Découverte professionnelle mas conchylicole ou BOWLING Star (Montpellier) le vendredi 27 (participation 8,5 euros) o Raid Nature à Balaruc-les-Bains (vélo, course d'orientation et course à pied) le lundi 30

o … Centre social Nicolas Gabino o Accueil tous les matins pour les 6-13 ans entre 9h et 12h et entre 14h et 17h : jeux, ateliers culturels et activités de plein air. Inscriptions avant le 20 octobre à la Mairie annexe à l'île de Thau ou à la Mairie.

o Stage de badminton 7-13 ans les 30 et 31 octobre, 2 et 3 novembre au Gymnase Di Stefano (gratuit) o Accueil de loisirs 14-17 ans les mardis et jeudis soirs sur l'Espace jeunes (mardis 24 et 31 de 17h30 à 20h30 ; jeudi 26 octobre et 2 novembre, 17h30-20h30)

o Stage roman photo 11-17 ans du 23 au 27 octobre avec l'association Cétavoir de 14 à 17h (10 euros pour les adhérents, inscription à partir du 9 octobre)

o Stage de jeu burlesque 12-17 ans (30-31 octobre et 2-3 novembre), centre Villefranche, avec la compagnie de théâtre Awentura, de 14h à 16h30 (10 euros la semaine)

o Nettoyage des Berges sur l'île de Thau le 25 octobre de 10 à 12h

o Sortie familles à la patinoire Vegapolis de Montpellier le samedi 21 octobre (renseignements à l'accueil des centres)

o … Ë Programmes complets des activités sur www.sete.fr

Pêcheurs en vedette

Félicitations aux pécheurs Denis TALANO, Kevin HENRI, Robert RUMEAU de l'association VALDORA, ils ont obtenu le prix coup de cœur de l'innovation aux récentes assises de la pêche qui leur a été remis ce lundi matin.

Cuisine secrète du Languedoc

Cuisine secrète du Languedoc-Roussillon

"Totalement sublime ! Un livre de recette que je recommande rien que pour la poésie des recettes et les commentaires authentiques.

J'y ai trouvé les recettes des bons petits plats que mes grands-mères préparaient si bien. De la rouille à la Sétoise aux escargots à la cévenole vous en aurez l'eau à la bouche !
C'est la vrai cuisine familiale du Languedoc, celle qui se transmet depuis des générations. » Amazon

Avec l'APAVH, Joe, la fripouille , est à l'adoption

joeIMG_0437Après avoir alerté les vétérinaires, les dianes de chasse les plus proches, mis des annonces, il a bien fallu se rendre à l’évidence personne ne recherchait notre poilu ! Avec sa bouille de chien abandonné et son air de rien, on l’a tout d’abord appelé « Le Chien Marcel », et puis c’était un peu long alors ce fut « Plumeau » finalement 3 jours plus tard c’est Joe qui s’est imposé ! Et ça lui va super bien. Quand Joe est arrivé en famille d’accueil, il n’en menait pas large…les 8 autres chiens l’ont niflé, reniflé. Il était tout kiki à côté. Joe est typé Bleu de Gascogne, mais plutôt version mini! Le Bleu qui n’a pas grandi. Allez savoir pourquoi, il s’est pris d’affection pour le grand Roch qui fait environ 3 fois son poids ! Seulement les premiers temps Roch appréciait très moyennement ce zébulon qui le suivait partout alors il le lui a fait savoir avec force claquements de mâchoires et grognements…nous avons laissé faire. Encore une fois grogner est un mode de communication, même si nous avions peur que le gros nous le coupe en deux… Roch regardait Joe comme si c’était un insecte, un ouistiti qui l’agaçait...

» associations