Sète

Suppression de l'arrêt "Epi d'Or"

 En raison des difficultés de circulation dans la Grand-Rue Mario-Roustan en période estivale, et des retards engendrés sur les lignes de bus, l'arrêt "Epi d'Or" sera suspendu pour quelques mois à compter du 2 juillet. Les usagers des lignes 3 et 9 devront se reporter à l'arrêt Passage du Dauphin, quai de la Résistance. Quant à la ligne 5, son trajet sera modifié : après le quai Général-Durand, la ligne continuera sur le Pont de la Savonnerie pour desservir l'arrêt Savonnerie puis l'arrêt Passage le Dauphin. Les usagers seront invités à se reporter sur l'un de ces deux arrêts. Un bilan sera réalisé à la fin de l'expérimentation pour décider de sa pérennisation ou non. Plus d'informations : mobilite.agglopole.fr

Déchetterie mobile à Sète : le planning

L’agglopôle a mis en place une véritable déchetterie mobile où les usagers peuvent déposer, outre leurs végétaux, leurs gros objets et leur bois

L’objectif est double, mieux trier et valoriser  les déchets et répondre à la problématique des dépôts sauvages en rapprochant les conteneurs des habitants.

Déchets de métaux

La déchetterie mobile est déployée sur 4 sites différents de manière à desservir tout l’Ouest de la Ville de Sète selon un planning établi à l’avance. Ce service rapidement adopté par les usagers a un impact positif pour l’environnement et les finances publiques.

PLANNING

DATE LIEU HORAIRES
Samedi 7 JUILLET Avenue du Tennis (Corniche) 8h – 12h
Samedi 14 JUILLET PAS DE BENNES – FÉRIÉ 8h – 12h
Samedi 21 JUILLET Rue du Football – Parking du Stade Louis Michel (Métairies) 8h – 12h
Samedi 28 JUILLET Place Marcel Soum (Barrou) 8h – 12h
Samedi 4 AOÛT Avenue du Tennis (Corniche) 8h – 12h
Samedi 11 AOÛT Chemin des Poules d’Eau 8h – 12h

Auteuil à la Pointe Courte

 La Pointe Courte accueille en ce début d'été le tournage d'une comédie française emmenée par Daniel Auteuil, Catherine Frot et Bernard Lecoq.

Rencontre avec l'équipe du film.

La scène passerait presque inaperçue à la Pointe Courte tant le quartier s'est habitué à la présence des tournages.

Ce vendredi 22 juin, c'est une séquence de la future comédieT'exagères, réalisée par José Alcala, qui était tournée sous les yeux de quelques Sétois, en présence du maire François Commeinhes.

Devant la caméra, Daniel Auteuil, monument du cinéma français, jouait le rôle d'un garagiste.

Pourquoi ce tournage dans la région et en particulier à Sète ? « José Alcala a toujours écrit des histoires qui se passent dans la région comme pour son dernier film Coup d'éclat. Ses personnages sont d'ici et il les fait vivre ici » répond Nicolas Blanc, le producteur.

Le tournage a commencé dans l'ouest héraultais autour du lac du Salagou et a ensuite pris la direction de l'île singulière. « Les gens sont adorables, on est très bien accueillis. C'est aussi une des raisons qui fait que José Alcala a décidé de revenir » continue Nicolas Blanc.

La date de sortie n'est pas encore annoncée mais on connaît déjà le synopsis.

Roulez propre, le stationnement est gratuit à Sète !

Dans le cadre de la réforme du stationnement sur voirie imposée par la loi MAPTAM et mise en place depuis le 1er janvier 2018, Sète adhère au «Disque Vert».

L'agence de l'environnement ADEME et  l'Association des Voitures Ecologiques (AVE) ont signé une convention de partenariat pour promouvoir ce dispositif, et par extension, la mobilité propre. Soucieuse  d'environnement et de santé publique, la Ville a décidé d'y souscrire.

Ainsi, les propriétaires de véhicules électriques ou hybrides rechargeables bénéficient gratuitement jusqu'au 31 décembre 2019 de la durée maximum autorisée sur chaque zone payante : à savoir, 2 h 30 en zone orange, 9 h en zone verte, sur les parkings des plages et sur le parking du Midi.

Ils pourront se procurer le fameux sésame auprès de la Police Municipale, ou au bureau de Felicitta parc, au parking des halles, sur présentation de justificatifs du véhicule. Le disque vert fonctionne sur le même principe que le disque bleu ordinaire : il suffit de noter son heure d'arrivée. A noter que le disque vert portera le N° d'immatriculation du véhicule présenté et sera strictement réservé à ce véhicule.

Pour Sète, François Commeinhes maintient le cap

 Avant que ne débute la période estivale pour la ville, François Commeinhes, en tant que Maire de Sète a bien voulu recevoir les journalistes de Thau-Infos.fr pour revenir sur des sujets abordés lors de sa conférence de presse en septembre 2017 au sujet des projets concernant la ville.

Nous ne nous attarderons pas sur ceux engagés par Sète Agglopôle ou autour de la ville et sur d'autres qui ont été présentés en détail comme la requalification de la Corniche de Neuburg, les travaux et la rénovation des écoles qui vont se poursuivre, les services à la populations qui devraient continuer à s'améliorer.

Toutefois, en ce qui concerne  l'Ile de Thau, et la réorganisation du quartier relatifs aux aides apportées par l'ANRU, d'après François Commeinhes, il semblerait que ce soit en bonne voie pour pouvoir programmer la réalisation d'une bonne partie du projet.

mcmcCapture

 

 François Commeinhes, par rapport à 2017, la capacité d’autofinancement de la Ville est-elle toujours aussi bonne malgré les incertitudes nationales et qu'en est-il du budget fonctionnement de la ville ?

"Notre capacité d’autofinancement est très satisfaisante. Elle se situe à 10 millions d’euros et a plus que doublé par rapport à 2015 (4,5 millions d’euros). Cette épargne permet à la Ville de disposer d’un bon niveau d’investissement et de limiter le recours à l’emprunt. Elle est le résultat d’une gestion rigoureuse, engagée depuis 4 ans et qui, étape après étape, place la Ville dans une dynamique vertueuse."Le taux d'endettement est de 7,4 années sachant que le seuil de vigilance est de 12 années."

François Commeinhes tenait à rappeler que ce mandat a débuté dans un contexte financier très tendu suite au désengagement de l’Etat car selon lui, entre 2014 et 2017, La Ville a subi une perte cumulée de la DGF de plus de 9 millions d’euros. Pour y faire face, la ville a mis en œuvre un plan d’économies rigoureux : Les dépenses réelles de fonctionnement ont baissé de 8 millions d’euros entre 2014 et 2017, Les économies réalisées en termes de charges de personnel depuis 2014 se montent à 12,8 millions d’euros (déduction des mutualisations et transferts de charge) et la masse salariale a diminué de 10% de 2014 à 2017 alors qu’elle augmente naturellement de 2% par an.

"Grâce à ces efforts de gestion, nos finances sont saines et cette bonne gestion financière nous a permis en avril dernier de baisser la taxe sur le foncier bâti de 4,32%. C’est une prouesse dans le contexte national, sachant que l’Etat a décidé de limiter l’évolution des dépenses de fonctionnement des collectivités." Rajoute-t-il en précisant que cette baisse des taux est un premier pas car  l'objectif de la municipalité est de réduire de 10 points sur 5 ans la fiscalité, soit 20%.

  La commune va-t-elle poursuivre son programme de travaux (Corniche de Neuburg, écoles, espaces verts aux Salins, Ile de Thau …)

"Cette gestion optimisée a permis à la Ville d’accroître son autofinancement et de retrouver des marges de manœuvre pour poursuivre son programme ambitieux et depuis 3 ans, nous avons donné un sérieux coup d’accélérateur aux réalisations pour le bien vivre des Sétois."

-Pour le Maire de Sète, l’attractivité de la Ville se confirme d’année en année : demandes croissantes d’implantation d’entreprises, renouveau du commerce de cœur de Ville, multiplication des tournages, développement des croisières, succès des festivals et ette dynamique qui s’amplifie est pour lui le résultat d’une Action de 15 ans.

"Une politique volontariste conduite en matière de requalification urbaine, d’équipements, de logement, de renouveau du cœur de ville, de création de nouveaux quartiers avec une métamorphose qui se poursuit pour Sète tout en conservant son identité et donc pour 2018, les dépenses d’équipement ont été revues à la hausse avec une enveloppe de 16,1 millions d’euros."

La Corniche de Neuburg est le chaînon manquant de l’aménagement du bord de mer. Il s’inscrit dans le prolongement des opérations réalisées sur la promenade du Maréchal-Leclerc et sur le Lido. Du Casino à la place Roger-Thérond, cette bande de 1,4 km va être complètement être réaménagée dans l’esprit des réalisations précédentes afin d’assurer une continuité urbaine et esthétique. (Voir : http://thau-infos.fr/index.php/commune/sete/34856-amenagement-de-la-corniche-de-neuburg )

Les travaux débuteront au mois de septembre pour se terminer en juin 2019.

François Commeinhes précise que dans les écoles trois restaurants scolaires ont ouvert leurs portes en septembre 2017(écoles Arago-Michelet, Colbert, Condorcet) et que les mois de juillet/août seront consacrés à la réalisation de travaux d’entretien et de rénovation dans les écoles de la Ville : aménagement d’un ascenseur à l’école Arago-Michelet, réaménagement de cours (maternelle Langevin, Hélène Boucher), réfection des façades de l’école Langevin…pour un montant de 400 000 €.

En outre, concernant le quartier des Salins, la physionomie du mail central du quartier des Salins est quasiment terminée.

"Au départ, cette longue voie de 100m de long sur 20m de large n'était pas destinée à être végétalisée. La Ville en a décidé autrement et la bande axiale accueille, sur le même principe que ce qui a été réalisé au quai d'Orient, un mélange de 26 washingtonias, 65 dracaenas indivisas, 65 cycas, 13 dasylirions glaucophyllum et plus de 200 plants d'asparagus sprengeri tandis que parallèlement, l'espace perpendiculaire au mail a été transformé en un verger de plus de 2000m². Orangers amers, cognassiers, kakis, figuiers, amandiers, grenadiers et jujubiers en variété y ont pris place.A terme, pour la mairie, l'idée, c'est de reconduire sur cet espace l'expérience des jardins partagés de l'Île de Thau, le mail devant être achevé à la fin du mois de juin."

En Conseil municipal il a été souligné par le groupe minoritaire l'augmentation  des tarifs aux usagers mais François Commeinhes tient à rappeler que les services à la population sont régulièrement renforcés avec par exemple, la création d’un foyer restaurant au Vallon, un nouvel espace pour les jeunes à l’emplacement de l’ancienne mosquée rue Révolution qui sera géré par la MJC et qui ouvrira début juillet mais aussi avec le Grand projet Ile de Thau.

Pour le maire de Sète, c'est aussi développer l’offre de stationnement

-Afin de faciliter l’accès à la Ville, nous avons lancé un grand programme pour développer l’offre de stationnement en améliorant les conditions d’accueil des parkings existants (Halles et Canal)et en accroissant l’offre de stationnement, notamment aux entrées de ville afin de désengorger le centre.

Aménagement d’un parking souterrain de 300 places, place Stalingrad. Démarrage des travaux mi 2019.
Extension du parking des Halles. Début des travaux janvier 2019.
Construction d’un parking sous la promenade JB Marty. Echéance 2020.

Dans  le même sens les travaux de voirie vont-ils se poursuivre ?

"Depuis septembre 2017, une quinzaine de rues a été rénovée, dont des chantiers d’envergure : la 2e tranche de Gambetta rendue piétonne et la rue Chavasse se termine et un nouveau programme de rénovation débutera en septembre avec l’allée du Grand Pavois, le quai Tassigny…  puis fin 2018/début 2019 la rue des 3 journées, et les rues Alsace Lorraine, Jean Vilar, Révolution avec le lancement du chantier de démolition Caraussane à partir du 9 juillet."

"Pour les Quais, cela concerne la Région et nous nous occupons des jonctions avec "La ville", bientôt le Quai Aspirant Herber."

Qu’en est-il de l’ouverture du pôle culturel et de la réalisation d’un pont à ce niveau ?

François Commeinhes  précise que les travaux du conservatoire ont repris leur rythme de croisière après un temps d'arrêt en raison de problèmes au niveau du gros oeuvre, des défauts qui ont été corrigés L’ouverture est prévue pour septembre 2019.

Parallèlement, La construction du pont au niveau du rond-point de l’avenue Gilbert Martelli débutera fin 2018 pour s’achever en principe avant  l'ouverture du Pôle culturel, mi 2019. Et en 2019, certainement, une entrée pour la nouvelle gare maritime (Région) devrait permettre une circulation moins problématique à certaines heures de la journée.

Vous aviez en 2017, évoqués d'autres projets ?

"Pour la promenade Marty des études sont en cours. Ce projet va demander du temps avec la délocalisation de certains petits commerces. Premiers coups de pioche prévus pour 2020."

 "Pour le site Saint Pierre, l’appel d’offre va être lancé avec un démarrage des travaux prévu au dernier trimestre 2018 pour se terminer au printemps 2019."

 "Pour le jardin au pied du fort Richelieu, le projet d’aménagement a été transmis aux services du ministère de la défense tandis que ’acquisition devrait se concrétiser avant la fin de l’année, pour un aménagement en 2019."

 "Quant au Parc Simone Veil son réaménagement se poursuit avec comme prochaine étape la réfection de l’ensemble des grilles."

 Concernant les infrastructures sportives, les efforts vont-ils se poursuivre ?

Deux stades vont être rénovés :

-Le terrain synthétique du stade Maillol, que la Ville a racheté à l’OPHLM  sera entièrement refait et agrandi pour pouvoir accueillir des matches officiels. 

-Le stade René Llense : totalement repensé, polyvalent, le stade va pouvoir accueillir du rugby et un sport proche du futsal. Deux terrains clôturés sur le côté, aux entrées séparées, pourront héberger des parties de tennis-ballon.

Pour les Courts de tennis, les travaux de rénovation de 6 terrains débutent et 20 places supplémentaires seront installées d’ici mi-juillet dans le cadre de l’extension du port à sec.

.Un point sur les mesures destinées à renforcer la sécurité ? (zone 30, caméras)

"Depuis fin décembre 2017, l’ensemble du centre ville est passé en zone 30 pour modérer la vitesse et protéger piétons et deux roues et parallèlement  pour la sécurité et latranquillité des Sétois nous souhaitons l'extension de la vidéo-protection, 25 caméras supplémentaires depuis septembre 2017 et 25 de plus en 2019. la construction d'un nouveau CSU (Centre superviseur urbain) est envisagé."

François Commeinhes, vous pensez que le bien vivre et bien se déplacer sont les soucis majeurs pour les Sétois. Comment envisagez-vous l'évolution des espaces et des déplacements pour les 20 ans à venir ?

"Nous devons inciter petit à petit les utilisateurs de véhicule à changer leurs habitudes et leur comportement. Nous devons développer les zones de parking en périphérie en dissuadant peu à peu les automobilistes de rentrer en ville en voiture."

"Avec par exemple un système de bornes, avec des durées de stationnement limitées... Nous devrions dissuader les automobilistes  mais, de notre côté, nous devons développer les transports collectifs avec de multiples navettes maritimes intra-muros, et des solutions adaptées sur route, en allant vers des procédés électriques. Il faut jouer avec tous les moyens de transport de différentes tailles, mettre en relation, le maritime et les services routiers, et même harmoniser les prix. C'est un long travail mais dans ce domaine, tous nos efforts vont dans ce sens" . Concluait François  Commeinhes.

Les Beaux Arts en vacances

 

Le 22 juin, l’école des beaux arts a inauguré son expo de fin d’année, en présence du Maire de Sète.

Ce rituel annuel qui annonce la fin des cours est aussi l’occasion pour la banque Dupuy de Parseval de remettre des prix « Horizon » aux élèves de la classe préparatoire. Des élèves qui, cette année ont tous été admis dans les écoles supérieures d’art de France et d’ailleurs. François Commeinhes a redit l’attachement de la ville de Sète à cette école « vivier de talents », et a chaleureusement remercié les représentants de la banque Dupuy de Parseval qui, pour soutenir la dynamique de l’école ont remis pour la 3e fois à trois étudiants méritants, Anne Depoutot, Léo Moisy et Clémence Joseph, les prix Horizon dotés de 2000€ chacun pour les aider à poursuivre leurs études.

Il a également salué le travail du directeur, Philippe Saulle, et de toute l’équipe enseignante « qui n’ont de cesse d’innover en investissant toute leur énergie pour faire rayonner ce fleuron de la culture sétoise ».

Puis il est revenu sur le grand projet de restauration  de l’école à hauteur de 1,3M€ d’investissement, « un choix de cœur qui nous a poussés à maintenir les beaux-arts au sein de cette bâtisse » et sur l’initiative de l’association des Amis des Beaux-Arts qui a fait appel à la générosité de toute une palette d’artistes et de collectionneurs. 130 d’entre eux ont répondu présent en faisant don d’une de leurs œuvres en vue d’une vente aux enchères prévue le 27 octobre prochain au Théâtre Molière.

Les bénéfices de cette vente permettront d’embellir le jardin et de restaurer notamment la verrière de l’établissement. « Cette union de tous les acteurs est la preuve de l’importance accordée à l’école des beaux arts par la municipalité, et à travers elle, par tous les Sétois » a-t-il conclu.

 

Emotions libres

Hier soir au théâtre de la mer avait lieu la deuxième soirée du festival Quand je pense à Fernande dédié à la chanson Française. Un concert, ce sont des premières et des secondes parties mais avant tout une alchimie qui doit s’établir entre les deux . Alchimie ne signifie pas ressemblance ni même filiation mais davantage la possibilité de liaisons heureuses.

 

Hier, la première partie de soirée était assurée par un garçon qui fait plus jeune que son âge, star dans son Québec natal et dont le dernier album ainsi que ses chroniques à France Inter ont permis de gagner le cœur du public hexagonal. Parfaitement à l’aise dans son costard rose et ses baskets montantes  toute languette dehors , un peu dandy, ostensiblement nonchalant , volontiers sautilleur, Pierre Lapointe chante l’amour, le désamour, avec une sincérité touchante, non dénuée d’auto dérision.

D’emblée le chanteur et compositeur qui mêle pop raffinée  et variété  avait prévenu le public de la tempête émotionnelle qui l’attendait mais un peu avant de terminer il admettait aussi l’hypothèse que certaines personnes pouvaient s’impatienter qu’il en finisse avec "toute cette tristesse". Tristesse assumée mais également fougue dans des envolées presque transcendantales alors qu’il n’était accompagné que d’une pianiste et d’un métallophone , se passant même de ses deux excellents complices pour interpréter une de ses chansons les plus connues mais aussi les plus belles , Joies répétitives  qu’il présenta comme un bouquet d’aveu de faiblesse, toujours avec cette touche  d'humour   que le public a pu apprécier. De l’humour celle qui lui succéda n’en manque pas. On savait Juliette bavarde, elle le fut. On la savait juste, drôle, touchante, et là encore la chanteuse qui a commencé en faisant des reprises de Piaf et de Brel dans les cafés toulousains se montra à la hauteur de sa réputation assurée par ses spectacles précédents. Juliette, elle tire la langue, elle grogne, se colle une moustache ni vu ni connu , ensuite, juste après, soudainement, vous emporte de sa voix cristalline, parfois, dirait-on, à peine un souffle.

Juliette, elle  navigue à merveille entre la chanson légère et humoristique comme les bijoux de famille, procrastination ou météo marine dédié à Marie Pierre Planchon de France Inter et celle plus intime. Il y a par exemple ce morceau tristement d’actualité comme le présenta l'artiste d'origine Kabyle , morceau qui évoque les départs sans espoir de retour. Juliette avait commencé son concert en disant qu’elle n’aimait pas la chanson mais que cela ne lui empêchait pas d’en faire. C’est ce qu’elle s’empressa de prouver juste après avec ce titre qui est aussi celui  de son dernier album et qu’elle interpréta tantôt en retenue, tantôt laissant libre cours à des emballements tonitruants. Juliette s’amuse follement, la complicité remarquable qu’elle entretient avec ses musiciens la réjouit.

Tout à la fois tourbillon et dentelière , Juliette crémière de la chanson comme elle aime à se présenter a assuré le spectacle et  a prouvé comme Pierre Lapointe ( lequel a fait l'expérience de l'invitation d'un gabian un peu narquois sur une de ses premières chansons )  que l’éxigeance littéraire de la chanson française revêt des formes diverses et qu’elle se porte à merveille !

J.B.S

Le musée de la Mer bientôt en accès libre

A partir du 1er juillet, l’entrée au musée de la Mer sera gratuite. L'expérience va être menée sur une période de 3 mois. L'objectif est d'attirer davantage de visiteurs, particulièrement pendant la saison estivale, afin de favoriser la transmission au plus grand nombre et permettre à toutes les catégories de public d'accéder au patrimoine maritime sétois.

Situé en balcon sur la Méditerranée et au dessus du théâtre de la mer, ce musée retrace l'histoire du port de Sète depuis le XVIIIe siècle. Il abrite également l'extraordinaire collection de maquettes de bateaux d'André Aversa qui a voué sa vie à la charpenterie de marine. Emblématiques de l'Île Singulière, les joutes nautiques y ont aussi toute leur place.

Cuisine secrète du Languedoc

Cuisine secrète du Languedoc-Roussillon

"Totalement sublime ! Un livre de recette que je recommande rien que pour la poésie des recettes et les commentaires authentiques.

J'y ai trouvé les recettes des bons petits plats que mes grands-mères préparaient si bien. De la rouille à la Sétoise aux escargots à la cévenole vous en aurez l'eau à la bouche !
C'est la vrai cuisine familiale du Languedoc, celle qui se transmet depuis des générations. » Amazon

Avec l'APAVH, les belles LALIE et DIARRA sont à l'adoption

pepit2229683346_1645563212187152_5084249881548282965_nSi le physique est à prendre en considération , on imagine que ce qui compte le plus ce sont nos caractères... A propos de Lalie, la jolie grisette : "j'ai un caractère calme. J'apprécie passer du temps couchée dans le salon de jardin de ma famille d'accueil. Je suis demandeuse de jeux et de câlins."pepit29571372_1645563708853769_1155069375934100749_nPour Diarra, l'arlequine : "je suis un peu plus speed, j'aime chasser, eh oui suis une chipie , j'embête les petits animaux. Je suis curieuse, j'explore tout ce que je peux, intérieur comme extérieur. J'aime aussi les câlins et parfois même, lorsque je l'ai décidé, je monte sur les genoux"...Nous avons toutes deux impérativement besoin d'un extérieur, nous sommes certes des minettes faites par avoir une vraie vie de famille mais aussi des minettes de la nature. Nous en priver serait très difficile pour nous. Pour nos adoptions, on vous demandera le remboursement de nos frais d'identification et de stérilisation...

» associations