Les Flamants roses à Vic

 un peuple migrateur qui aime en plus en plus l’Hérault

Vic la Gardiole, un lundi matin ordinaire du mois de février :

Sur l’étang de Vic la Gardiole désert, s’est installée une colonie de flamants roses. Le long de la petite plage, ils semblent avoir trouvé à l’abri des vents un nouveau paradis. Après la tempête du samedi 27, ils sont venus en masse près du bord de manière à pouvoir tendre la patte aux promeneurs éblouis. La Tramontane les pousse plus loin du rivage mais ils restent là, sûrement parce qu’ils ils s’y sentent chez eux. Notons aussi qu’ils sont de moins en moins sauvages et se laissent approcher.

Que ce soit dans les livres ou sur les sites Internet, on nous explique que les flamants roses émigrent en Octobre pour partir en Afrique et reviennent en avril. Inexact dans notre région. L’été, à partir du mois de juin, les flamants roses quittent nos rivages pour aller se réfugier en Camargue. C’est à croire qu’ils ont peur des touristes… du moins de l’agitation estivale. A la fin de l’été, nous les retrouvons plus nombreux chaque année. Cet hiver, leur présence est particulièrement importante dans les étangs de Palavas, Frontignan, et l’étang de Vic la Gardiole qui avait la réputation de ne plus être en très bon état, avec interdiction d’y pêcher pendant plusieurs années. A voir la concentration de flamants roses, les aigrettes de plus en plus nombreuses aussi, on peut imaginer que ce répit lui a été bénéfique.
Prenez la route qui va de Vic aux Aresquiers, vous les verrez sans problème pas besoin de jumelles.

B.B.D

Avec l'APAVH, Voyou, le beau chat, est à l'adoption

voyouIMG_9578

"L'histoire de ma courte année de vie est triste, comme celle de milliers d'autres animaux sur cette pauvre planète. J'ai très certainement été donné lorsque j'étais un bébé à n'importe qui. Une fois que j'ai passé l'âge d'être un tout petit, je n'ai plus intéressé les membres de la famille. Du grand classique chez les humains. Ils m'ont donc tout simplement abandonné comme si c'était un acte normal et absolument pas grave. Un acte anodin dans de pauvres esprits. Je suis resté de long mois dehors... j'avais très faim et j'étais blessé. Je manquais énormément d'amour, je cherchais à rentrer chez des voisins, je cherchais désespérément une personne qui allait enfin me voir, je cherchais de l'aide tout simplement. ""J'ai mis du temps à en trouver... mon désarroi ne faisait que grandir... jusqu'à ce qu'une personne se mobilise enfin pour moi et contacte l'association. Merci du fond de mon petit coeur à cette personne. Ce fût la fin de mon calvaire de chat de rue. Depuis quelques semaines auprès de famille d'accueil, je revis ! Je suis enfin épanoui, je reçois enfin l'amour que je mérite et croyez moi je leur fais des milliers de ronrons et de bisous. Je suis devenu zen, tranquille, je ne suis plus inquiet( la preuve, je dors en montrant mon ventre ce qui est signe pour le chat d'une parfaite confiance)..."

» associations