Poésie ! A Vic La Gardiole

sieCapture
jeudi 23 mai
à la Ferme marine des Aresquiers à 20h
Route des Aresquiers - Vic-la-Gardiole

 

entrée libre
dans la limite des places disponibles

 

La dernière soirée Poésie ! de la saison du Théâtre des 13 vents, aura lieu à la Ferme marine des Aresquiers, toujours sur le même principe : lecture d'un poète suivie d'une scène ouverte.

Nous aurons le plaisir d'écouter ce soir là le poète montpelliérain Félix Jousserand, également curateur avec Olivier Saccomano des soirées Poésie ! du théâtre. Il lira son dernier ouvrage Le Siège de Mossoul.

Nous attirons votre attention sur le fait que le Siège de Mossoul, éditions Au diable vauvert, sortira en librairie ce même jour : le 23 mai.
Il sera proposé à la vente lors de cette soirée avec la présence de la librairie Sauramps.

 

Le siège de Mossoul a été écrit dans l'urgence des opérations militaires qui se sont déroulées à partir de l'automne 2016, jusqu'à l'été 2017, quand une coalition Irakienne-Occidentale a repris la capitale régionale du nord de l'Irak à Daesh. Une offensive difficile, contre des combattants déterminés à mourir en martyrs.

Félix Jousserand s'est plongé dans les rapports d'opérations, il a suivi au quotidien la progression des soldats dans Mossoul transformée en piège pour un million et demi d'habitants, jusqu'à son dantesque effondrement final. Neuf mois de combats chroniqués au jour le jour. Le texte est à la fois un document historique et un long poème.

C'est un livre sur la détermination, le retour au Moyen-Âge, la stratégie, l'Occident, le religieux...
C'est surtout l'histoire de la plus grande bataille urbaine depuis Stalingrad.

 

Félix Jousserand est poète et performeur. Né en 1978, il se produit sur scène, écrit pour le théâtre et la musique... Il vit et travaille à Montpellier. En 2018, il crée CANSO, performance scandée autour de La Chanson de la Croisade Albigeoise.

Il a publié une dizaine d'albums et de livres, dont Blah ! une Anthologie du slam en 2008, Rhapsodes : anthologie du rap français en 2016, et Mauvais penchant en 2017 Au diable vauvert.

 

 

             « À l'image du troubadour colporteur de chroniques mises en musique et en gestes, relatant les événements politico-sociaux de son temps, Félix choisit le récit épique pour dire aujourd'hui, en bannissant toute sensiblerie ou nombrilisme individualiste. »
Émilien Urbach – L'Humanité