Vic la Gardiole

le faux poivrier, un arbre au parfum d'exotisme

Si vous passez par Vic la Gardiole, vous ne pouvez pas ne pas les voir.
Sur l’avenue des Aresquiers à certaines époques de l’année des petites places ombragées sentent le poivre et il n’y a qu’à lever les yeux pour en comprendre la raison : de longues grappes roses dégringolent dans un feuillage touffue au mois de novembre. C’est un arbre à floraison estivale qui dure assez longtemps. On pourrait le prendre pour un saule pleureur… mais froissez ses feuilles et vous n’aurez plus de doute. Son tronc noueux et torturé n'a pas son pareil, orné de grosses excroissances ressemblant à d'énormes verrues. 

Particulièrement utilisée en pharmacopée, l’huile essentielle tirée des baie du faux poivrier soigne une grande quantité de maux.
Originaire d’Amérique du sud et centrale, l’arbre à poivre de Californie est aussi appelé le faux poivrier. Il pousse au Pérou sous la forme « Schinus molle » et au Brésil sous la forme « Schinus therbinthifolus ». Le Schinus molle appartient à la famille des Anarcadiacées. Aujourd’hui on le rencontre fréquemment autour du bassin méditerranéen. Il donne des grappes de fruits roses et rouges qui blanchissent en se fanant. Les baies ont un goût aromatique et sucrée et l’odeur rappellent fortement le poivre. On les trouve mélangées à d’autres baies dans des assortiments de poivre.
Les indiens du nouveau Monde se servaient abondamment de l’arbre entier. Son bois fournissait des cure-dents et du charbon. Ses baies permettaient de traiter des problèmes urinaires ou cutanés sous forme de solutions lavantes ou cicatrisantes. Ils en obtenaient aussi du miel et du vinaigre.
L’huile essentielle de faux poivrier est recommandée pour prévenir les refroidissements, la grippe, les infections respiratoires, recommandée en cas d’hypertension et atténue les troubles menstruels.
Mais attention ! Cet arbre venu du Pérou fait polémique. Toxique ? non toxique ? On se perd dans une foule d’informations souvent contradictoires. Comme toutes les plantes contenues dans les huiles essentielles, il ne faut pas l’utiliser sans avoir l’avis d’un professionnel de santé.
Oubliez les tisanes de nos grand-mères !

Il y a toute une panoplie de faux poivriers. Pour n’en citer que quelques uns : faux poivrier du Japon, faux poivrier des Andes, et l’espèce méditerranéenne qui ornent les places de Vic la Gardiole.  Quant au vrai poivre, qu’en est-il ? Il n’existe qu’un seule poivre : le noir, car le poivre vert est un poivre non arrivé à maturité, le blanc a été débarrassé de son écorce par trituration à l’eau salée.  

B.B.D

Jeanne, seize ans, une Vicoise à la voix magique

Jeanne écrit ses chansons et créée sa propre musique

La musique, Jeanne l’a reçue en cadeau dans son berceau ; née dans une famille de musiciens, elle y a baigné toute sa vie. Mais c’est sa voix qui fait la différence : une voix alto, rare chez les femmes. « Une voix qui te fait dresser les poils sur les bras » dit une fan inconditionnelle. « La musique c’est ma vie » dit-elle. Elle a commencé par le piano, puis la guitare et le mélodica. A 13 ans elle écrit sa première chanson. A seize ans, elle a déjà joué du piano dans le groupe de son papa, participé à un concert de chant à LA MJC de Poussan en janvier 2017 organisé par son professeur de chant de Montpellier avec lequel elle prend des cours. C’était la première fois qu’elle chantait sur scène. Même pas peur. Depuis peu, elle a intégré l’école de musique de Vic.
« J’écris mes chansons sur mon téléphone » dit-elle. D’abord, elle jette des mots, des phrases, puis elle compose le texte et la musique. Pour sa première chanson, elle a écrit un refrain, puis le reste est venu, couplet après couplet. Son style musical : le Reggae. Mais pour sa chanson « Papa » elle change de style et crée un hommage puissant et magnifique à celui qui lui a donné la vie. Jeanne ne prétend en aucun cas être poète. Pourtant, ce sont bien des poèmes qu’elle écrit et met en musique. Sa dernière chanson, pas encore terminée, parle un peu d’elle, de ses espoirs, de la liberté, du temps qui disparaît, « aller de l’avant, ne pas se retourner ». Son titre « Le temps disparaît », une chanson déjà lourde de sens pour une adolescente. Une adolescente qui sait ce qu’elle veut, « bien dans ses baskets ».
Jeanne est simple, pas du tout prétentieuse et vit comme toutes les adolescentes de son âge. En seconde au lycée Clémenceau de Montpellier elle avoue ne pas beaucoup aimer les études.
Mais Jeanne a plusieurs cordes à son arc. Depuis des années elle fait du théâtre d’impro à l’école « Ah bon ? » de Frontignan avec Thomas, et avoue adorer ça. Elle aime aussi le théâtre de rue. Ses rêves d’enfant : être comédienne ou actrice… des rêves communs à beaucoup de petites filles. Mais à présent, son rêve de musique, elle fera tout pour le concrétiser car ce n’est pas seulement un rêve mais un projet de vie.
Souhaitons-lui la réussite qu’elle mérite. Vous pouvez être certains que nous la retrouverons au détour de la vie, à Vic la Gardiole ou ailleurs, sur le chemin du succès.  

 

Les Amis vicois parcourent l’histoire viticole du village

Les Amis vicois, dynamique association qui propose différentes activités ludiques et culturelles, a entamé à l’automne un cycle de conférences mensuelles. Après la faune et la flore locales, c’est l’histoire viticole qui a été abordée en un large survol par Florence Monferran, historienne et vigneronne.
La vigne a toujours été présente sur le territoire. Son empreinte marque l’histoire du village, façonne les paysages, modèle des architectures. Invitation à voyager dans le temps, de l’Antiquité à nos jours, et en images, à travers l’épopée d’un terroir d’exception, la présentation pose le regard sur la continuité de la viticulture ici, déroule le fil de pratiques d’excellence dans le berceau du muscat à petits grains.

 

 

Une vigne à l’état sauvage dès la préhistoire, le goût du vin donné par les Phocéens échangeant leurs amphores contre du minerai de fer, une viticulture de rapport, très vite exportatrice,  implantée massivement par la conquête romaine en bord d’étang, la trace d’un vicus (regroupement d’hommes libres)  dans l’antiquité tardive, qui offre son nom au village actuel, nous voilà de plain-pied dans une histoire viticole qui forge l’identité du futur Vic.  La présence du muscat à petits grains, aux côtés de la clairette, s’affirme grâce aux agronomes – romains comme contemporains !- appuyant la préférence antique pour les vins blancs, doux en particulier. 

 

Loin d’une idée de rupture avec les invasions barbares et d’un sombre Moyen-Age, s’éclaire l’histoire d’un maintien de pratiques viticoles, avec les Wisigoths d’abord, puis avec l’arrivée de réfugiés chrétiens d’Espagne fixant une nouvelle population agricole sur nos terres. Des fées se sont-elles penchées sur le berceau de muscat ? Une conjonction de bonnes étoiles propulse les vins de ce terroir en cours de constitution dans la lumière : présence de la puissante église de Maguelone, propriétaire d’une grande partie des terres, détentrice du savoir livresque hérité des romains, et reliant les hommes à Dieu par un vin liturgique et d’hospitalité, grands seigneurs  revenus des croisades, ou ordres templiers et hospitaliers, tous ramènent de l’Orient le goût pour les vins doux hérités des grecs antiques. Nous observons dans les archives (cartulaires, contrats de vente et sources seigneuriales)  une production de haute qualité en blanc, muscat et passerilles en tête, ainsi que quelques vins rouges. Les vertus médicinales du muscat, vantées par les médecins Arnaud de Villeneuve (qui  initie au mutage à l’alcool) ou Gui de Chauliac, l’exemptent de taxes et le font circuler dans tout le royaume et cours européennes. 

 

Dans cet âge d’or, entre le 16e et le 19e s., l’auditoire se familiarise avec l’évaluation des terres, vignes et récoltes. Il découvre les possédants, des grands propriétaires jusqu’aux plus petits,  les différentes expansions au cours des siècles jusqu’à la « fureur de planter » du 18ess. Il mesure, grâce à l’abondance de témoignages d’écrivains et philosophes, médecins et scientifiques, la qualité de la production et des pratiques viticoles (tris à la parcelle, ouillage et hygiène des fûts, muscat rouge, vins de garde). Tout concourt à une apogée, tant économique que dans sa notoriété, son rayonnement dans le monde, dont le village est absent: ses vignes sont aux mains de ses puissants voisins, mirevalais ou frontignanais. 

 

Le passage à une monoculture de masse, en rouge, au XIXe siècle, se nourrit d’un afflux d’hommes, de nouveaux défrichements, et de progrès techniques et œnologiques. La mainmise sur les muscats par de grands possédants, bourgeois frontignanais et citadins, maintient une production qualitative. La destruction du vignoble par le phylloxéra fin XIXe sonne comme  une première alerte. Le XXe siècle sera une succession de crises, en particulier pour les vins rouges. 

 

 

La présentation s’achève sur un diaporama de vendanges anciennes et actuelles, dans laquelle l’assistance reconnaît quelques familiers. Les enjeux contemporains sont posés. Le muscat, popularisé après la seconde guerre mondiale, protégé par deux AOC (muscat de frontignan en 1936 et muscat de mireval en 1959) peut se croire à l’abri jusque dans les années 2000 : il résiste aux arrachages massifs, des précurseurs osent en diversifier l’élaboration, et la culture biologique s’étend sur Vic. Mais tous ces efforts n’empêchent pas la disparition continue d’un patrimoine viticole.

 

Une spécialisation précoce en vins doux, un exemple sans précédent (qui produit plus de vin que de grains), une renommée économique, politique, culturelle, une capacité à résister à toutes les calamités, voilà décrite une histoire hors normes, qui nous invite à nous pencher sur son avenir. L’élaboration de cuvées patrimoniales sur ce terroir est menée en ce sens par Florence Monferran.
Benoît Blancheton, œnologue et dégustateur professionnel, prend le relais pour la dégustation, sur de délicieux fruits confits,  en expliquant quelques notions de base, ainsi que la façon dont l’Originel est élaboré, en production naturelle, dans le respect des pratiques anciennes. 

Les Amis vicois concluent la soirée par un apéritif dinatoire particulièrement riche en saveurs, en plats et en générosité. Ils donnent rendez-vous en janvier à tous les adhérents pour l’Assemblée générale, avec de nouvelles conférences en perspective, mélange de savoirs et de joyeuse convivialité.

Photo: Alain Reynaud

Petit panorama de la faune et de la flore

Ce vendredi 4 novembre, Marc Cheylan, vicois et zoologiste au CEFE de Montpellier,  a présenté une approche très intéressante de la flore mais surtout de la faune de Vic la Gardiole avec de nombreuses anecdotes devant un public passionné. Un accueil chaleureux dans la salle de l’association « Les amis vicois ».

 

Marc Cheylan travaille à Montpellier, au sein du Centre d’Ecologie Fonctionnelle et Évolutive du CNRS. Ses recherches portent sur des questions d’écologie, de biogéographie et d’évolution animale. Il est membre du Conseil scientifique régional du patrimoine naturel et fortement impliqué dans les problématiques régionales de protection de la nature. Il est l’auteur de plusieurs livres sur la faune méditerranéenne aux éditions Belin, Parthénope, éditions du Muséum national d’Histoire Naturelle. Il réside à Vic-la-Gardiole depuis 1985.

 
Le CEFE, centre d’écologie fonctionnelle et évolutive est un des plus importants laboratoires de recherche en France et en Europe : biodiversité, changements à l’échelle planétaire et développement durable. Une grande partie des recherches porte sur les écosystèmes méditerranéens et tropicaux. Créé en 1961, le Centre d’Etudes Phytosociologiques et Ecologiques (CEPE) est une unité de recherche du CNRS. Il est devenu en 1988 le Centre d’Ecologie Fonctionnelle et Evolutive (CEFE).
140 chercheurs, français et étrangers, y travaillent sur tous les aspects de l’écologie.

   

Il faut d'abord rappeler  que la ville de  Vic-la-gardiole  a établi une charte d’occupation du domaine public qui tient compte de sa spécificité, de sa richesse et de ses paysages très divers: la garrigue, les étangs, le lido, la village.

La Gardiole

Les oiseaux les plus caractéristiques de la garrigue sont les fauvettes : méditerranéennes, mélanocéphale, pitchou et le merle bleu. Viennent ensuite les rapaces : grand duc, épervier, engoulevent, busard cendré dont une colonie niche près de la piste d’essai Good year.
Parmi les mammifères  on trouve le lérot ou loir des greniers qui niche dans les endroits rocheux ou les habitations,  la souris à queue courte un rongeur sauvage qui vit dans la nature, différente des souris des habitations, la musaraigne musette et des prédateurs : renard, blaireau, fouine, genette visible uniquement la nuit.
Les reptiles sont aussi bien présents : lézard ocellé présent au creux de Miège ; lézard catalan ; couleuvre de Montpellier, une espèce inoffensive même si elle est dotée de crochets à venins au fond de sa gorge, elle ne mange que des reptiles ; psammodrome algire, lézard de taille relativement grande, pouvant atteindre 30 centimètres de longueur totale ; couleuvre à échelon, la plus commune.



Tadorne de belon

 

Les étangs

L’’étang de Vic et la Grande palude sont des étangs d’eau douce. Beaucoup d’ oiseaux nichent sur la commune : héron cendré, busard des roseaux, rousserolle ; martin pécheur.

Les mammifères les plus courants sont : rat surmulot ; campagnol amphibie ; ragondin ; putois qui son revenus sur la commune suite au retour des lapins dont ils se nourrissent. La populations des lapins est saine à l’inverse de la Camargue où ils ont été éradiqués. Leur disparition sur un large territoire a entraîné celle des grands prédateurs dont ils étaient la proie principale, notamment le lynx ibérique. Parmi les reptiles on trouve: couleuvre vipérine ; lézard vert ; seps strié ; couleuvre à collier.

La tortue cistude : cette espèce protégée a disparu de la commune de Vic. Mais une campagne de réintroduction a été lancée sur la commune de Villeneuve les Maguelone où elle s’est reproduite et d’où, nous l’espérons, elle colonisera à terme le reste de la région.

Les lagunes

La flore particulière des lagunes résiste au sel. Statice ou limonium ; salicorne ; soude qui servait à préparer la soude en brûlant les buissons pour les savonneries de Marseille, remplacée par la soude chimique ; obione.
Les oiseaux : avocette, présente dans le petit étang à l’entrée de Vic ; grèbe huppée, vit plutôt au milieu des grands étangs ; échasse blanche ; Tadorne de Belon, niche soit dans les terrier soit dans la végétation ; flamants roses.
Il n’y aucune espèce de reptile ou de mammifère.

 Le Lido

 Le lido, sur 8kms de Frontignan à Villeneuve les Maguelone, est intact. Les plantes qui y poussent figurent sur la liste rouge au niveau national.Giroflée des dunes ; oyat ; panicaut de mer.
Pour préserver la diversité de la faune et de la flore, il est important de connaître la situation précise de chaque espèce, de surveiller l’évolution des menaces et d’identifier les priorités d’actions : c’est l’objectif de la Liste rouge nationale des espèces menacées.
Le lido est un lieu très intéressant par la diversité des oiseaux qui vivent : les sternes (caugek, pierregarin, naines), ou encore les gravelot à collier interrompu : une espèce qui niche ensemble, d’où un risque d’abandon des nichés s’ils sont dérangés.

 

Le village

Plus d’oiseaux qu’on ne pourrait le penser vivent dans le village : chouette effraie, la chouette chevêche a disparu du centre du village ; moineau domestique et moineau soulcie ; rouge queue noir : il y en a au moins un de répertorié au centre du village, sous le porche en face de la coiffeuse, il y revient tous les ans, c’est un oiseau très bruyant. Tourterelles turques : oiseau qui occupait le proche Moyen Orient et le Bosphore. Il a colonisé toute l’Europe il y a près 30 ans. On le trouve à présent au Maroc jusqu’en Mauritanie.

 En fin de conférence, une discussion s’est instaurée entre Marc et les participants, discussion qui s’est prolongée par un apéritif dînatoire.

P.L.U de Vic la Gargiole

Avis d'enquête publique portant sur la révision générale du P.O.S valant élaboration du plan local d'urbanisme et sur le schéma directeur de gestion des eaux pluviales de la commune de Vic la Gardiole

Objet et dates de l’enquête publique :

Il sera procédé à une enquête publique unique dans les formes prévues par l’article R 123-19 du Code de l’Urbanisme et par les articles L 123-12 et R 123-8 du Code de l’Environnement concernant la révision générale du P.O.S valant élaboration du Plan Local d’Urbanisme et l’approbation du schéma directeur de gestion des eaux pluviales de la Commune de VIC LA GARDIOLE.

Cette enquête publique se déroulera du vendredi 4 novembre 2016 à 9 heures au lundi 5 décembre 2016 à 12 heures.

Informations relatives à l’évaluation environnementale :

Le dossier soumis à l’enquête publique comporte pour la révision du POS valant élaboration du PLU une évaluation environnementale pour laquelle l’avis rendu par l’autorité environnementale sera joint au dossier.

Pour l’élaboration du Schéma directeur de gestion des eaux pluviales, à la suite d’un examen au cas par cas, l’autorité environnementale a estimé que ce schéma était dispensé d’évaluation environnementale. Cette décision de dispense sera jointe au dossier. Le dossier comprend néanmoins un volet relatif aux informations environnementales de ce schéma, pouvant être consulté à la Mairie de Vic la Gardiole pendant la durée de l’enquête publique du 4 novembre 2016 au 5 décembre 2016 inclus, aux jours et heures habituels d’ouverture de la Mairie.

Décisions pouvant être apportées à l’issue de l’enquête :

A l’issue de l’enquête publique et tel que cela résulte du Code de l’Urbanisme et du Droit Commun des Enquêtes Publiques du Code de l’Environnement, le Conseil Municipal délibèrera, au vu du rapport et des conclusions du Commissaire Enquêteur, pour approuver la révision générale du P.O.S valant élaboration du P.L.U, éventuellement modifiée pour tenir compte des observations et avis éventuellement émis au cours de l’enquête publique, et pour approuver le schéma directeur de gestion des eaux pluviales.

Commissaire enquêteur :

En date du 26 septembre 2016, a été désigné Monsieur Hervé SEELEUTHNER, Officier supérieur de l’Armée de Terre, retraité, en qualité de Commissaire Enquêteur.

Consultation du dossier :

Les pièces du dossier ainsi qu’un registre d’enquête à feuillet non mobile, coté et paraphé par le Commissaire Enquêteur, seront déposés à la Mairie de Vic la Gardiole pendant toute la durée de l’enquête du 4 novembre 2016 au 5 décembre 2016 inclus, aux jours et heures habituels d’ouverture de la Mairie.

Chacun pourra prendre connaissance du dossier et consigner éventuellement ses observations, propositions et contre-propositions sur le registre d’enquête.

Le Public pourra également adresser ses observations, propositions et contre-propositions écrites au Commissaire Enquêteur avant la clôture de l’enquête, à l’adresse suivante :

Mairie de Vic la Gardiole - BP 615
34116 VIC LA GARDIOLE

Le Public pourra également consulter le dossier d’enquête publique sur le site de la Commune de Vic la Gardiole (www.viclagardiole.net) dans la rubrique urbanisme.
Il est à noter que le Public ne pourra pas communiquer ses observations, propositions et contre-propositions par voie électronique.

Permanences du commissaire enquêteur :

Le Commissaire Enquêteur se tiendra à la disposition du Public au siège de l’enquête publique, Mairie de Vic la Gardiole pour recevoir ses observations écrites ou orales, les jours suivants :

  • vendredi 4 novembre 2016 de 9 heures à 12 heures
  • samedi 19 novembre 2016 de 8 heures à 12 heures
  • mercredi 23 novembre 2016 de 9 heures à 12 heures
  • lundi 5 décembre 2016 de 9 heures à 12 heures

Il n’est pas prévu de réunion d’information et d’échange.

Consultation et publicité du rapport et des conclusions du commissaire enquêteur :

A l’issue de l’enquête, le registre sera clos et signé par le Commissaire Enquêteur qui disposera d’un délai de 30 jours pour transmettre au Maire de la Commune de Vic la Gardiole le dossier avec son rapport et ses conclusions motivées.

Une copie de ce rapport et des conclusions motivées du Commissaire Enquêteur sera adressée à Monsieur le Préfet du Département de l’Hérault et à Madame la Présidente du Tribunal Administratif de Montpellier.

Le Public pourra consulter le rapport et les conclusions du Commissaire Enquêteur qui seront tenues à la disposition du Public pendant un an, en Mairie de Vic la Gardiole, aux jours et heures habituels d’ouverture et publiés sur le site internet de la Commune de Vic la Gardiole dans la rubrique urbanisme.

Identité de la personne responsable du projet :

Des informations pourront être demandées, en Mairie de Vic la Gardiole, auprès de l’autorité responsable du projet, en la personne de Mme BAIGUINI Directrice des services de la mairie de Vic la Gardiole.

Publicité de l’arrêté de mise à l’enquête publique :

Un avis d’enquête portant l’ensemble des indications ci-dessus à la connaissance du Public sera publié en caractères apparents, 15 jours au moins avant le début de l’enquête publique et sera rappelé dans les 8 premiers jours de celle-ci dans les deux journaux régionaux ou locaux diffusés dans le Département de l’Hérault à savoir Midi Libre et la Gazette de Montpellier.

Cet avis d’enquête sera 15 jours au moins avant l’ouverture de l’enquête et durant toute la durée de celle-ci publiée par voie d’affiche et éventuellement, par tous autres procédés, notamment aux endroits habituels de la Mairie.

Cet avis sera également publié sur le site Internet de la Commune de Vic la Gardiole (www.viclagardiole.net) dans la rubrique urbanisme.
Les affiches seront visibles et lisibles des voies publiques et seront conformes aux caractéristiques et dimensions fixées par l’arrêté ministériel du 24 avril 2012.
L’ensemble de ces mesures publicitaires sera justifié par un certificat du Maire.

Communication du dossier :

Toute personne peut, sur sa demande et à ses frais, obtenir communication du dossier d’enquête publique auprès de la Commune dès la publication de l’arrêté d’ouverture de l’enquête.

enquete-publique-a-telecharger

Charte d'occupation du domaine public

La Ville de Vic-la-Gardiole a établi une charte de qualité sur l'occupation du domaine public. Un excellente démarche qui répond à la nécessité d'assurer un équilibre entre animation commerciale, respect du piéton et harmonisation du paysage communal. Elle vient conforter les actions engagées, pour renforcer le dynamisme de Vic et pour améliorer la qualité de ses espaces publics. Elle est aussi une composante de l'embellissement  du village.

 

Village touristique méditerranéen Vic la Gardiole rassemble un patrimoine architectural et historique original par son implantation géographique. De nombreux estivants et tous ses habitants apprécient son environnement et son cadre de vie exceptionnel que lui procure la proximité du massif de la Gardiole et de la Méditerranée.
Les marchés de plein air constituent un des temps forts de la vie économique et sociale de notre village. Ils représentent un moment privilégié de rencontre et de partage pour tous les autochtones ainsi que pour tous les estivants résidents dans notre village pendant la période touristique. Le succès et l’attrait des marchés de plein air tiennent autant au nombre de professionnels et de producteurs qu’à la qualité et la diversité des produits présentés sur les différents étals.
Cette charte autant pédagogique que correspondant à la règlementation en vigueur doit permettre aux professionnels de concevoir et d’installer leur commerce dans les règles. L’occupation de l’espace public doit pouvoir se faire en tenant compte des besoins des commerçants non sédentaires et des producteurs en instaurant un partenariat durable. L’installation des marchés de plein air doit se faire dans le respect de la réglementation spécifique et correspondre par leur harmonisation, leur diversité et leur esthétique à l’image et à l’attrait que nous voulons donner à notre village.
En s’engageant dans l’élaboration de cette charte, la commune de Vic la Gardiole est soucieuse de concilier à la fois l’équilibre entre l’activité commerçante locale et l’implantation des marchés de plein air. Ensemble ils contribuent à la vitalité économique, à l’animation de la commune tout au long de l’année, et au respect du patrimoine et de l’environnement
Je souhaite que chacun des commerçants concernés agissent en acteurs économiques et partenaires responsables pour qu’ensemble nous oeuvrions pour maintenir notre cadre de vie et le partager avec tous ceux qui choisissent Vic la Gardiole pour y séjourner.
Magali Ferrier
Maire de Vic la Gardiole

Pour plus d’infos, sur le site de la mairie de Vic-la-gardiole :
Charte Domaine Public – Règlement du Marché communal
Charte Domaine Public – les Terrasses

 

Vert demain

Avec le SIEL, l’exposition VERT DEMAIN : Une alternative aux pesticides

 

 

 

Du 21 au 28 mars 2016 : Vic la Gardiole a reçu l’exposition « Vert demain » dans le hall de la Maison des Services. Cette exposition présentait et expliquait les différentes alternatives existantes pour supprimer l’utilisation des pesticides dans son jardin. Le Siel

Depuis juillet 2011, l’équipe technique du Siel - Syndicat mixte des Etangs Littoraux - est accueillie sur les bâtiments des salines de Villeneuve. Une structure qui réunit plusieurs villages des étangs palavasiens Pérols, Palavas, Lattes, Villeneuve les Maguelone, Mireval, Vic la Gardiole, Frontigan-Lapeyrade, autour d’une action collective : maintien et développement des activités économiques qui en dépendent des zones humides tels que la pêche traditionnelle, le tourisme de nature mais aussi un cadre de vie unique pour les populations riveraines…
Ce qu’on appelle « les étang palavasiens » reconnus site Ramsar depuis 2008 pour leur patrimoine naturel inestimable de près de 6 000 hectares de zones humides, est une zone qui va de l’étang du Grec entre Palavas et Pérols jusqu’aux étangs de Frontignan-Lapeyrade le long du canal du Rhône à Sète . « Une zone tampon en période de crue, Un lieu où l’homme et la nature cohabitent ».

Le conseil syndical du Siel réunit 14 délégués pour trois commissions de travail :

  • Gestion des zones humides et biodiversité,
  • Gestion de l’eau et des milieux aquatiques,
  • Aménagement du territoire et zones humides.

Plusieurs actions sont menées :
Accompagnement les communes volontaires dans un changement de pratiques

  • Mise en place de «Plans d’Actions Communaux sur les Pesticides » (désherbage, plantes envahissantes, espaces verts méditerranéens...)
  • Former les agents techniques
  • Sensibiliser et informer le grand public, jardiniers amateurs et riverains ;

La proximité de la grande zone urbaine de Montpellier est un facteur perturbant du fonctionnement des lagunes et zones humides associées : apparition de la « malaïgue » et de marées vertes.
Le programme « Vert Demain » a pour objectif de réduire les apports diffus de pesticides et d’engrais d’origine urbaine vers les lagunes, à travers une meilleure gestion des espaces communaux et privés. Cette démarche, innovante en contexte méditerranéen, vise à impliquer les collectivités dans la restauration de la qualité de l’eau des lagunes par la réduction de l’usage des pesticides et engrais. Plusieurs actions sont menées :
• Accompagner les communes volontaires dans un changement de pratiques
• Mise en place de «Plans d’Actions Communaux sur les Pesticides » (désherbage, plantes envahissantes, espaces verts méditerranéens...)
• Former les agents techniques
• Sensibiliser et informer le grand public, jardiniers amateurs et riverains Un programme de réduction de l’usage des pesticides et engrais en milieu urbain.

La commune de Vic la Gardiole s’est engagé depuis 2008 dans la démarche 0 Phyto, plusieurs actions sont mises en place, pour supprimer progressivement l’utilisation des pesticides, et pour sensibiliser l’ensemble des générations aux alternatives existantes.
Le 24 mars 2014 : Vic la Gardiole a reçu le label « Terre Saine » par le Ministère de l’Environnement à l’occasion de la semaine sans pesticides, rejoignant ainsi les 110 communes de France dont 35 du Languedoc Roussillon.
Un projet ambitieux pour la commune de Vic. Comme nous l’avions fait remarquer dans un article antérieur, l’étang de Vic accueille à présent une colonie importante de flamants roses, qui n’hésite pas à s’aventurer près des berges. Il faut croire que l’engagement écologique de la commune porte déjà ses fruits.

Le 13 avril 2016 : Vic la Gardiole concrétise le Projet Mosaïque. Ce projet est une collaboration entre le service Enfance de la commune, le Siel et le collectif « CSSJPG ». Il a pour objectif de valoriser l’environnement naturel par la création d’une oeuvre réalisée avec des photos assemblées en mosaïque. Ce projet est ouvert à tous les vicois.

Affaire à suivre.

BBD

» pour en savoir plus, visitez le site du SIEL : www.siel-lagune.org
» télécharger le livret du SIEL :  les alternatives aux pesticides

`

Les Flamants roses à Vic

 un peuple migrateur qui aime en plus en plus l’Hérault

Vic la Gardiole, un lundi matin ordinaire du mois de février :

Sur l’étang de Vic la Gardiole désert, s’est installée une colonie de flamants roses. Le long de la petite plage, ils semblent avoir trouvé à l’abri des vents un nouveau paradis. Après la tempête du samedi 27, ils sont venus en masse près du bord de manière à pouvoir tendre la patte aux promeneurs éblouis. La Tramontane les pousse plus loin du rivage mais ils restent là, sûrement parce qu’ils ils s’y sentent chez eux. Notons aussi qu’ils sont de moins en moins sauvages et se laissent approcher.

Que ce soit dans les livres ou sur les sites Internet, on nous explique que les flamants roses émigrent en Octobre pour partir en Afrique et reviennent en avril. Inexact dans notre région. L’été, à partir du mois de juin, les flamants roses quittent nos rivages pour aller se réfugier en Camargue. C’est à croire qu’ils ont peur des touristes… du moins de l’agitation estivale. A la fin de l’été, nous les retrouvons plus nombreux chaque année. Cet hiver, leur présence est particulièrement importante dans les étangs de Palavas, Frontignan, et l’étang de Vic la Gardiole qui avait la réputation de ne plus être en très bon état, avec interdiction d’y pêcher pendant plusieurs années. A voir la concentration de flamants roses, les aigrettes de plus en plus nombreuses aussi, on peut imaginer que ce répit lui a été bénéfique.
Prenez la route qui va de Vic aux Aresquiers, vous les verrez sans problème pas besoin de jumelles.

B.B.D

Schéma Directeur de Gestion des Eaux Pluviales (SDGEP)

Les communes de Vic la Gardiole et Mireval ont engagé l’étude de leur Schéma Directeur de Gestion des Eaux Pluviales (SDGEP), dans le cadre de la procédure d’élaboration de leur Plan Local d’Urbanisme. Vic la Gardiole est désignée en qualité de coordonnateur du groupement de commande et c’est le Cabinet ENTECH Ingénieurs Conseils qui a été retenu pour élaborer cette étude.
Les communes bénéficient de subventions de la part de l'’Agence de l’Eau pour 50 % du montant HT de l’étude et du programme PO FEDER Languedoc Roussillon à hauteur de 30 % du montant HT.

Marielle Egéa Casano : Une vie de passion, la passion d’une vie

Quand sa maman l’inscrit à quatre ans dans un cours de danse, pouvait-elle imaginer que sa petite fille allait en faire la passion de sa vie ? Sans doute pas. Mais dès qu’elle met les pieds sur une piste de danse, Marielle y prend goût.

  

A dix-huit ans, on lui propose de travailler pour Vic Danse une association crée en 1990. Elle passe son diplôme d’état de professorat de danse à l’UPSE de Montpellier en étant rémunérée. « J’ai passé la moitié de sa vie à danser, j’ai tout  donné », confie-t-elle.

A partir de 1990, elle donne des cours de danse à Vic Danse. En 2005, voulant voler de ses propres ailes, elle crée « Tout en Harmonie » du prénom de sa maman. Elle change deux fois de lieu d’installation de la salle. Actuellement, entre Vic la Gardiole et Mireval à la zone artisanale « Le Régina », vous pourrez la rencontrer dans son domaine, une grande salle dont tout un pan de mur est recouvert de miroirs et qu’elle a emménagée et décorée.

Depuis cinq ans, elle porte haut les couleurs de « Tout en Harmony » en raflant tous les premiers prix du concours national « discipline Jazz » avec les trois sections de danse 8/11ans, 11/14 ans, 14/17ans. Plusieurs élèves ont reçu en solo des prix bien mérités. Si elles gagnent, c’est qu’elles y mettent le prix… sans vouloir faire de jeu de mots. Celles qui participent au concours font à la fois du jazz et de la danse classique, du fait de la haute technicité de cette dernière qui les forme.

Jazz, danse classique, contemporaine, Zumba, Piloxing… Marielle se diversifie.

Le Piloxing ? Un nouveau concept créé par une danseuse russe. Il s’inspire du Pilate, un travail du muscle en profondeur ; rajoute de l’intensité par la boxe ; de la finesse avec la danse quelle qu’elle soit. Les cours sont toujours en musique, on y donne tout de soi-même. Cette nouvelle technique cartonne aux USA. On travaille son cardio, sa souplesse, son équilibre. Et… on brûle près de 800 calories ! A bon entendeur…

Ne croyez surtout pas que Marielle bloque sur ce nouveau concept. Avec son mari, c’est la salsa cubaine qui la porte sur la piste de danse. Ils sont tous les deux partis à Cuba pour se former. A présent, tous deux développent les soirées salsa.

Heure des cours : du lundi au vendredi de 17h à 22h sauf le mercredi de 13h à 22h. Le samedi, elle travaille pour les compétions.

B.B.D.

Une cérémonie des vœux orientée vers la jeunesse et l'avenir


Vendredi 29 janvier  à 19h, Magali Ferrier, Maire de Vic la Gardiole, entourée de son équipe municipale a reçu la population vicoise pour les traditionnels vœux de la nouvelle année.

Il y avait vraiment beaucoup de monde pour cette sympathique cérémonie dans la salle des fêtes bondée. On pouvait aussi croiser les élus de communes voisines et de nombreuses personnalités dont François Commeinhes,  le Président de Thau, Nobert Chaplin le maire de Balaruc le vieux, Francis Veaute, le maire de Gigean, le député Christian Assaf, etc.  

En introduction, Magali Ferrier est revenue sur les évènements tragiques qui ont secoué notre pays fin 2015 et elle a rappelé les valeurs de notre République. 
Magali Ferrier a ensuite passionnément  parlé de la jeunesse. "Il faut faire bouger les plaques tectoniques de la société" a-t-elle lancée et notamment il faut "arrêter l’approche déshumanisée des jeunes, leur assurer des jours meilleurs" a-t-elle ajoutée. Magali Ferrier qui est aussi Vice-présidente de Thau agglo, déléguée à la politique sportive, a visiblement bien l'intention d'agir.
 Elle a également évoqué tous les engagements pris par la commune en 2015 et les travaux effectués comme ceux de l'avenue de la Mission , ceux qui sont engagés, ceux qu’il reste à faire et ceux qui sont prévus : réfection de l’église Sainte Léocadie, lotissement social de l’Esplanade avec 18 logements sociaux, éclairage public, voirie du centre historique du village, jonction de la piste cyclable entre Vic et Mireval. Elle rappelle également le projet d’une la mutuelle pour tous.

Madame le Maire a conclu son allocution en remerciant l’équipe municipale, les employés municipaux fortement sollicités et toujours disponibles, les bénévoles du village, les agents de l’Agglo avant de souhaiter une très bonne année 2016 à tous et de convier les participants à l’apéritif pour terminer une belle cérémonie  dans une ambiance conviviale.

B.B.D

Avec l'APAVH, le beau Domino, est à l'adoption

domino44

"Je m'appelle Domino, on m'a récupéré dans la rue. Depuis j'ai été castré et je suis aux petits soins dans ma famille d'accueil, j'ai une très belle frimousse avec un petit grain de beauté près du museau. Je suis certainement le plus gentil des minous, d'ailleurs ma douceur se lit dans mes beaux yeux clairs . J'ai environ 2 ans, je suis une vraie crème de chat et je cherche une famille pour la vie plutôt dans une maison avec un jardin, je suis très sociable et je m'entends avec d'autres chats sans problème.

Même si je suis un peu craintif, je n'ai aucune agressivité. Je suis gourmand, propre, je réponds à mon nom, je ronronne facilement et je dors avec ma famille d'accueil toutes les nuits pour son plus grand plaisir.Bref, je suis un bon gros patapouf plein d'amour.

Pour mon adoption, on vous demandera une participation pour mes frais d'identification et de stérilisation...

» Echos/associations