L'abbaye de Valmagne, en nocturne vous raconte son histoire au féminin

 gnalP1260328

 



 

En ce début du mois d'août les propriétaires de l'Abbaye de Valmagne proposaient une visite nocturne guidée et théâtralisée dans leur très belle abbaye, habillée de lumières pour l’occasion. Tout avait été organisé pour que les visiteurs puissent découvrir ce merveilleux monument historique en nocturne et mieux s'imprégner des siècles qui ont permis à ce site de perdurer, en ressentant la sérénité du lieu ainsi qu'en percevant le côté hors du commun de cette Cathédrale des Vignes, dédiée à "Marie", de son cloître et de sa cour d'honneur.

Grâce à la comédienne Juliette Pradelle, vous pouviez rencontrer les femmes marquantes de l’histoire de Valmagne qui ont marqué le site de leur empreinte.
Pour les 70 participants, ce fut une bien belle découverte architecturale tout d'abord : Un édifice dont les surfaces bâties (avec les étages) sont de l'ordre de 2 Ha avec plusieurs milliers de M2 de toit. Des pierres qui proviennent des anciennes carrières de villages voisins (Loupian-Mèze), des clefs de voûte à 25 m de haut...
Et que dire de l'histoire de cet édifice de plus de 900 ans qui a su tenir debout malgré les guerres,  les brigands et aussi la Révolution Française.
Jusqu'à 200 moines, d'abord des Bénédictins puis des Cisterciens, ont séjourné à Valmagne tandis que ses vignes et ses terres atteignaient presque Béziers. Des campagnes et des édifices encore "debout" dépendaient de son autorité.
Si l'abbaye fut édifiée au XIIème siècle (1139) sur les fondations d'une église romane, précédée certainement par une grande villa romaine, c'est une majestueuse abbatiale de style gothique.

Depuis plus de 9 générations c'est la famille d'Allaines qui est propriétaire de "Valmagne" et de Roland pour le vignoble et l'auberge à Eléonor pour le site, c'est bien parti pour que cela perdure. L'on notera d'ailleurs que de nombreuses femmes ont su faire en sorte que Valmagne ne disparaisse pas au cours des siècles. En effet, l'abbaye est propriété des héritiers du comte de Turenne, dans l’Hérault.  Diane d’Allaines en avait hérité de sa mère. Elle a passé le flambeau à sa petite-fille Eléonor et à Roland, depuis huit ans.

De nuit, entre le charme florentin du cloître, la salle capitulaire avec sa voûte en anse de panier, et sa fontaine vraiment unique, la majestuosité de l'abbatiale s'imposait à tous.

Cécile, la guide de la soirée et Juliette, étaient intarissables sur le sujet...

Jean-Marie Philipon

Pour en savoir plus :  beta.valmagne.com/lhistoire/ et  https://www.valmagne.com/la-famille/

ou encore : https://www.valmagne.com/le-monument-historique/histoire/