Le World Clean Up c'était aussi à Villeveyrac

cleanCapture

Le 19 septembre avait lieu la journée World Clean Up Day ou en français la journée mondiale de nettoyage citoyen. Malgré les menaces météorologiques sur la tenue de l’évènement, VILLEVEYRAC est passée littéralement entre les gouttes et ce ne sont pas moins d’une quarantaine de bénévoles qui ont fait le « job » pendant toute la matinée.

Plusieurs groupes se sont déployés dans le village, sur la Place du Marché aux Raisins, le long de la route de Montagnac, au Spar, sur le chemin du Pontil ou autour du cimetière. Et encore une fois, la Commune a mis en avant son leadership en termes d’actions citoyennes et participatives, avec la présence de Loupianais/e et de Poussannais/e venus en renfort pour participer à cette manifestation. VILLEVEYRAC n’était bien sûr pas en reste avec la présence nombreuse de membres du désormais célèbre CCFF, dont le dévouement et la disponibilité n’est plus à démontrer. Une des grandes fiertés, dans la réussite de cette journée, outre le fait que les bénévoles étaient plus nombreux que l’année précédente, était la présence d’un contingent de toute générations et de tous les horizons.

Avec comme seules armes, gilets, gants et sacs poubelle parents, enfants, retraités, élus, jeunes ou moins jeunes ont amassé pendant toute la matinée, mégots, emballages, ou autres déchets en tout genre. En tout, plus de trente sacs ont été remplis et évacués des zones de passage. La palme de cette année : un aspirateur, une trottinette, une tête de lit et un matelas

Si les torts sont partagés, entre le vent qui disperse et les fortes pluies qui ramènent tout dans les ruisseaux, nous rappelons que la propreté est l’affaire de tous, non pas seulement pour des considérations écologiques, devenues le combat du XXIe siècle, mais de façon plus « égoïste » pour la préservation du cadre de vie dans notre beau village.

De nouvelles actions de ce type devraient voir le jour dans les prochains mois et ce, tout au long de notre mandat, pour que la Commune conserve l’intégrité de son terroir, à la fois zone Natura 2000, API Cité et fer de lance de l’agriculture dans le secteur.

Il reste encore beaucoup à faire mais les efforts consentis par les bénévoles, une meilleure pédagogie auprès de la population et les actions-chocs à venir, comme le projet porté par le Mas Troquet au niveau régional, pour la mise en place de Totems de déchets aux sorties du village, devraient mettre en lumière la problématique de la pollution de nos sols. D’autant plus qu’au niveau du Bassin de Thau, outre l’impact sur la biodiversité dans l’arrière-pays, c’est toute l’économie conchylicole, capitale dans le secteur, qui se retrouve menacée, en particulier en cette période d’épisodes cévenols, puisque tout, déchets, mégots, liquides, finit par se déverser dans l’Etang.cleanhjkkkCapture