échos

Une prometteuse 11e édition pour ImageSingulières

Le festival de photographie ImageSingulières dévoilait sa programmation ce mardi 19 mars au club de la presse de Montpellier en présence des organisateurs, Gilles Favier et Valérie Laquittant, des élues en charge de la culture à la Ville et du maire François Commeinhes.

Une onzième édition pleine de promesses et de surprises. ImageSingulières sera, encore une fois, là où on ne l’attendait pas tant sur la programmation que sur les lieux qui vont accueillir ses expositions du 29 mai au 16 juin. “De nouveaux challenges” en somme comme le souligne Valérie Laquittant.

Les lieux d’abord. Le festival investit le centre-ville. Il reviendra aux entrepôts Larosa, à la Maison de l’image documentaire et à la Chapelle du quartier Haut mais prendra aussi ses quartiers au théâtre de la Mer, à l’ancien cinéma sétois Le Rio et au Réservoir.

“Un rendez-vous exemplaire”

Côté programmation, des découvertes forcément ! Comme le projet “Study of assassination” de George Selley qui s’intéressera  à la déstabilisation américaine du Guatemala dans les années 1950 à partir d’un document de la CIA, “No agua no vida” de John Trotter qui analysera les conséquences de l’activité humaine sur le fleuve du Colorado aux Etats-Unis ou encore “Garden of Delight” de Nick Hannes qui immortalisera le consumérisme débridé made in Dubaï. Exposition après laquelle “on n’a plus trop envie d’aller y passer ses vacances” annonce d’emblée Gilles Favier.

 

Ce sera l’heure de la 12e résidence, une carte blanche laissée à un artiste pour explorer l’île singulière. Elle sera confiée, cette année, à la photographe anglaise Vanessa Winship. Premier financeur du festival, la Ville accompagnera bien entendu l’événement. “Un rendez-vous culturel exemplaire et bien installé dans le paysage sétois” félicite le maire François Commeinhes. Cette 11e édition remettra les Prix ImageSingulières / ETPA / Mediapart de la photographie documentaire 2019 et la toute nouvelle bourse Laurent Troude destinée à soutenir les moins de 30 ans dans l’exercice de leur métier.

Originaire d’Occitanie, Fidji Simo devient la n°2 de Facebook

Originaire de Sète, Fidji Simo a été nommée directrice de l’application Facebook. Elle devient ainsi la lieutenante de Mark Zuckerberg.

Fidji Simo est née à Sète d’un père pêcheur et d’une mère commerçante. Elle a vécue dans cette ville d’Occitanie jusqu’à son baccalauréat. Après un diplôme HEC à Paris, elle tombe amoureuse des Etats-Unis lors d’un échange avec l’Université de Californie à Los Angeles. Elle décroche un poste chez Ebay avant d’arriver chez Facebook.

En savoir plus : https://france3-regions.blog.francetvinfo.fr/numerique-midi-pyrenees/2019/03/18/

Soutien de l’agglo pour les jeunes sportifs de haut niveau

Dernière ligne droite pour déposer le dossier

Utah, Mountain Biking, Bike, Biking

L’agglo renforce sa politique sportive en soutenant les athlètes de haut niveau (inscrits sur la liste arrêtée par le Ministère des Sports),

qui sont de véritables ambassadeurs du territoire. Les meilleurs d’entre eux (pratiquant un sport individuel) et en particulier les plus jeunes, peuvent se voir attribuer une aide financière permettant leur progression sportive et leur développement personnel.

La demande d’aide est à réaliser chaque année avant le 31 mars.


Elle est à saisir directement sur https://soutienshn.agglopole.fr ou à déposer une fois remplie, auprès du service des Sports de Sète agglopôle méditerranée.

Un avis sera donné par la commission Sport avant attribution de l’aide.


Renseignements : 04 67 46 48 16 / Cette adresse e-mail est protégée contre les robots spammeurs. Vous devez activer le JavaScript pour la visualiser._body" class="adr black-to-orange contextEntry" href="https://webmail1j.orange.fr/webmail/fr_FR/read.html?FOLDER=SF_INBOX&IDMSG=124230&check=&SORTBY=1" target="_blank">Cette adresse e-mail est protégée contre les robots spammeurs. Vous devez activer le JavaScript pour la visualiser.

Grève générale : les Gilets de Thau solidaires des organisations de retraités

 

Être dans l'action le 19 mars, tel était le mot d'ordre ce mardi. La CGT retraités, FO UCR, FSU, Retraités Solidaires, LSR… conscients de la gravité de la situation sociale actuelle mise en exergue par les Gilets Jaunes, ont tenu à rappeler leurs revendications. Les Gilets Jaunes du bassin de Thau, dans le respect des cadres de chacun, s'est solidarisé. Déjà en partie réalisée lors de la grève du 5 février cette convergence s'impose car les buts recherchés et les adversaires sont communs : "Tous ensemble !".

À Sète, la manifestation a été très suivie. En tête du cortège cette fois, le jaune était couleur locale. Les images que nous vous livrons parlent d'elles-mêmes. Les Gilets du bassin de Thau sont toujours autant déterminés. Quant au service d'ordre, très allégé, il n'a pas eu l'occasion de canaliser le moindre débordement.

DM

VALDORA : Un projet de valorisation des DORADES de dévalaison.

valDorades vivier (Copier)

 

Il y a quelques jours se tenait, au lycée de la Mer de Sète, une réunion concernant le bilan du projet VALDORA qui consiste à conserver vivantes des dorades capturées au moment de leur migration saisonnière en octobre.

"Les apports en poissons pêchés sont, à cette période, très importants sur les criées et trois pêcheurs professionnels ont décidé depuis l’an dernier de conserver un certain nombre de dorades vivantes pour en décaler la vente en décembre, au moment des fêtes. C’est un choix audacieux."

 L’an dernier les trois comparses (Robert Rumeau, Denis Talano et Kevin Henri) soutenus par des institutions (le Cépralmar comme porteur du projet) ainsi que par des élèves du lycée de Mer ont mis sur pieds leurs techniques de capture, de transfert et de conservation dans des viviers de l’entreprise « Murex Coquillages » de Sète.valVivier Murex (Copier)

 Après quelques rectifications quant à la méthode de capture mais aussi quelques créations, dont le système novateur de la cage associée au filet traditionnel, le projet a été relancé cette année encore.

 La problématique, pour rendre le projet rentable, a été de faire en sorte que ces poissons soient considérés comme « sauvage » car non nourris durant leur conservation. Ce qui fut fait.

Cette année, aucune nourriture n’a été donnée aux dorades durant les trois mois de vivier. De plus, selon le cahier des charges, il n’a été administré aucun traitement durant cette période de captivité.

 A la différence de la première tentative, il y a eu cette fois-ci peu de mortalité, de l’ordre de 4%.

 A la fin de cette période de captivité, aidés par les services de l’Ifremer de Palavas, les pêcheurs ont eu le plaisir de constater que les pertes en poids des dorades étaient insignifiantes, de l’ordre en moyenne de 3,5%.valdCage dorade Robert (Copier)

 Pour l'année 2018, cette pêche a concerné 60 individus de 256g à 976g.

 L’abattage avant les ventes en criées de Sète et d’Agde a été réalisé de manière « classique » pour une vente, cette année, de 170kg.

Valdora pesage (Copier)

 Comme l’an dernier, les prix fluctuent selon les apports du jour mais globalement les prix des grosses dorades ont tourné autour de 17 euros, soit entre 12 et 29 euros le kg.

 "Après de tels résultats plutôt encourageants, une ou plutôt des questions demeurent, celle, entre autre, de la rentabilité d’une telle pêche. Car s’il y a une volonté de pérenniser cette technique, il va bien falloir investir dans du matériel dont les cages avec un prix à l’unité avoisinant les 4.000 euros HT. Mais aussi envisager l’aménagement d’un site dédié pour conserver les poissons. Toutes ces questions restent encore en suspens et devront être tranchées par les professionnels eux-mêmes soutenus par leurs partenaires."

Des partenaires nombreux : le Cépralmar;, l’Ifremer, les poissons du Soleil, le Lycée de la Mer, l’association Valdora.

Et des partenaires financiers : l’Europe, l’Union Européenne, le Ministère de l’Agriculture et de l’Alimentation, la Région Occitanie, le Département de l’Hérault, Sète Agglopôle.

 Autre amélioration à envisager dans le cadre d’une meilleure rentabilité, monter la possibilité des charges en vivier supérieur à 15kg/m3.

 Toutes ces questions devront trouver réponse mais en attendant les 3 professionnels se disent satisfaits et se proposent de renouveler cette technique de pêche l’an prochain et peut-être même de l’étendre à une autre espèce de poissons fréquentant les eaux de l’étang de Thau, le loup.

 Jean-Marc ROGER.

 

 

 

 

 

La tielle de Sète en route pour l'IGP

François Commeinhes, maire de Sète, et Christian Dassé, président de l’APGS (Association pour la promotion de la gastronomie sétoise), viennent de présenter aux médias de la capitale la démarche de labellisation IGP Tielle de Sète (Indication géographique protégée).

Engagée depuis 2014 par une communauté d’artisans et d’industriels du bassin de Thau, cette démarche, placée sous la gouvernance de l’Association pour la Promotion de la Gastronomie Sétoise, est activement soutenue par la Ville. sdr

Un dossier en cours qui devrait prochainement aboutir pour préserver cette institution de la gastronomie locale.

 

9ème édition de la Semaine de l’industrie dans l'Hérault

« La French Fab en mouvement »

 
9ème édition de la Semaine de l’industrie dans l'Hérault « La French Fab en mouvement »
Lancement de la 9ème édition de la Semaine de l’industrie dans l'Hérault « La French Fab en mouvement »
Plus de 4 700 événements sur l'ensemble du territoire national pour promouvoir l’industrie et ses métiers.

Du 18 au 24 mars, plus de 4 700 événements (visites d’entreprises, conférences, ateliers, job dating, journées portes ouvertes dans les écoles…) sont organisés partout en France pour un public attendu de 800 000 participants.

La Semaine de l’industrie a pour objectifs de renforcer l’attractivité du secteur et de promouvoir les filières et métiers de l’industrie française auprès des collégiens, lycéens, apprentis et demandeurs d’emploi, ainsi que la mixité des métiers et la place des femmes dans les différentes filières.

Pour la première fois depuis 2000, l’industrie française crée plus d’emplois qu’elle n’en détruit et ouvre plus de sites qu’elle n’en ferme.
Elle recherche également des talents : 50 000 emplois ne sont actuellement pas pourvus dans l'industrie et 200 000 emplois supplémentaires pourraient être créés si on était capable de répondre aux besoins de compétences des industriels qui refusent des commandes à leurs clients faute des compétences recherchées, mais aussi du fait d’un déficit d’appétence pour les métiers de l’industrie.

L’un des objectifs de la Semaine de l’industrie est donc de susciter des vocations en montrant au plus grand nombre et notamment aux jeunes que l’industrie offre des carrières passionnantes, stables, formatrices et en moyenne mieux rémunérées que dans les autres secteurs.

En savoir plus : www.semaine-industrie.gouv.fr

Extension piscine Fonquerne : fermeture pour dernière phase de travaux

Kid, Swim, Pool, Underwater, Pool, Pool

Le centre balnéaire Raoul Fonquerne en cours d’extension attaque sa dernière phase de grands travaux.


Comme cela était prévu, et pour des raisons de sécurité, il sera fermé au public pour quelques mois à compter du 25 mars.
Dès sa réouverture, ce véritable complexe aquatique sera capable d’accueillir des compétitions et des entraînements de haut niveau avec son bassin de 50 X 25 mètres, notamment en water-polo et natation synchronisée.

Equipement d’entraînement, de compétition, mais aussi de loisirs récréatif et ludique, il va permettre de développer le sport pour tous les publics : natation scolaire, sports amateurs, sport santé, sport bien-être et sport associatif.  Alors, rendez-vous dès cet automne à tous pour un nouveau bâtiment de grande qualité !

"Le territoire d’industrie « Béziers – Sète » : accompagnement personnalisé

Lors du Conseil National de l’Industrie du 22 novembre 2018, le Premier Ministre Edouard Philippe a présenté un nouveau dispositif d’accompagnement au service des territoires à forte dimension industrielle.

"Le territoire d’industrie « Béziers – Sète » a été sélectionné pour participer à ce projet. Il regroupe 4 intercommunalités : la Communauté d’Agglomération Béziers Méditerranée, la communauté de communes de la Domitienne, la Communauté d’Agglomération Hérault Méditerranée et Sète Agglopôle Méditerranée."

Ce nouveau dispositif ne concernant que les EPCI comme celui de l’Agglomération Béziers Méditerranée, chacune des entités va devoir se rapprocher les unes des autres pour avancer ensemble et trouver des façons de s’entendre pour se répartir les différents dossiers. 1 360 millions d’euros seront prioritairement fléchés vers les projets des territoires d’industrie.

À l’échelle nationale, 124 territoires ont été identifiés comme « territoires d’industrie », répartis dans toute la France, dont la grande majorité se situe en dehors des métropoles. Ce sont des intercommunalités situées dans les campagnes, les espaces périrubains, les villes petites et moyennes présentant une forte identité et un savoir-faire industriels et où l’ensemble des acteurs, notamment les entreprises et les collectivités locales, sont mobilisés pour le développement de l’industrie. Leur superficie correspond à peu près à celle d’un bassin d’emploi et de consommation. La liste n’est ni figée, ni fermée. Elle pourra évoluer en fonction des enjeux territoriaux.es territoires vont signer, dans les prochains mois, un contrat de projet territorial industriel pour formaliser les engagements des parties prenantes.

Le nouveau dispositif repose sur un principe de gestion décentralisée. Le pilotage et l’animation associeront les élus locaux, maires, présidents d’EPCI, les industriels, les conseils régionaux et l’Etat. En tant que principal acteur du développement territorial économique, la Région occupera un rôle central. Les présidents de région seront ainsi les pilotes du dispositif et assureront, au niveau régional, le pilotage contractuel d’ensemble en lien avec l’État en région et les opérateurs. Le gouvernement souhaite que les régions passent les premiers contrats d’ici mars 2019.

Le nouveau dispositif repose également sur un principe de concentration des moyens, à la fois financiers, administratifs, techniques et humains.

Ces territoires bénéficient ainsi d’un accompagnement personnalisé sous forme de « panier de services » composé de 17 mesures dont ils pourront se saisir pour développer ou renforcer leurs projets de territoire, afin de répondre aux 4 thématiques prioritaires : recruter, innover, attirer et simplifier.

https://lagglo.fr/app/uploads/2018/11/Carte-des-Territoires-dindustrie.jpg

Brocante - les conseils d'un pro

Brocante - les conseils d'un pro

LA PASSION DE LA DÉCOUVERTE

Pourquoi ce titre : la passion de la découverte ? Parce que la découverte est une passion tout comme la chine, tout comme la collection. Parce que chiner c'est conjuguer le passé au présent, ressusciter un objet endormi, répondre à la question du poète : objets inanimés vous avez bien une âme. Parce que chiner, c'est agir de manière écologique.

LES CHINEURS : UNE GRANDE FAMILLE

Amateurs ou professionnels, chineurs ou collectionneurs, tous ont un point commun, la passion. Chaque semaine vous irez avec eux chiner dans les foires et les marchés aux puces, dans les brocantes et les salons, les braderies et les vide-greniers, dans toute la France et même au-delà. Et bientôt, sans vous connaître, vous vous reconnaîtrez comme faisant partie de la même famille.

LA CHINE : UNE ÉCOLE DE PATIENCE

Chiner ce n'est pas aller en famille dans un magasin, pour y acheter un secrétaire de 1,12 m de large, afin qu'il trouve exactement sa place entre la cheminée et la fenêtre du salon.
Ce n'est pas aller chercher dans le vide-greniers qui se tiendra le samedi suivant, au coin de la rue, la série complète des boîtes Banania pour égayer une étagère de la cuisine ; même si vous avez lu la veille, dans un magazine de décoration, gue les objets publicitaires sont à la mode.
Dans les deux cas, vous risqueriez de vous exposer à une désagréable déconvenue car chiner, ce n'est pas trouver, à coup sûr, un meuble ou un objet des siècles passés, comme on achète un article vu dans un catalogue ou sur une publicité. Au contraire, la chine est une preuve, et non pas une épreuve, de patience et de pugnacité, comparable à celle d'un chercheur ou d'un explorateur. Et plus l'objet sera ancien, fragile, délicat, plus il sera rare mais plus la trouvaille prendra pour son découvreur une valeur inestimable. 
» Amazon