échos

Inscriptions sur les listes électorales : jusqu'à quand ?

Illustration 1

Pour pouvoir voter aux élections municipales prévues en mars 2020, il faut être inscrit sur les listes électorales. Cette démarche est possible jusqu'au vendredi 7 février 2020 (et non plus jusqu'au 31 décembre de l'année précédant le scrutin comme cela était le cas jusqu'aux élections de 2017).

Êtes-vous déjà inscrit sur une liste électorale ?

Vous pouvez vérifier votre situation électorale en utilisant un service en ligne dédié.

Vous indiquez le département et la commune ou le consulat dans lequel vous pensez être inscrit puis vous répondez à quelques questions en précisant votre identité et vous obtiendrez la réponse.

Comment faire pour vous inscrire ?

Vous avez trois solutions :

  • le service en ligne (muni de la version numérisée d'un justificatif d'identité et d'un justificatif de domicile) accessible avec un compte Service-public.fr ou via France Connect ;
  • un courrier, en envoyant à la mairie de votre commune la photocopie d'un justificatif d'identité et d'un justificatif de domicile ainsi que le formulaire de demande d'inscription complété ;
  • sur place, en mairie en présentant une pièce d'identité, un justificatif de domicile et le formulaire de demande d'inscription complété.

  Rappel : La suppression de la date limite du 31 décembre fait suite à la loi n° 2016-1048.

Pour en savoir plus

Les P'tits dimanches en ballade

 
19 Janvier 2020

Dimanche 19 janvier à Saint Bauzille de la Sylve
Spectacle : "Au pays de Chanteleu" par Flavia Perez 10h00 et 11h00 (Salle des Fêtes)
Pour nous, les habitants de Chanteleu, Chanter c’est aussi naturel que de respirer tout se chante même la plus petite aventure a droit à sa ritournelle. Parfois, quand il nous manque une mélodie ou des paroles pour raconter notre histoire, on fait appel au vent parce que c’est lui qui nous inspire ! Et pour le faire venir, il n’y a rien de plus facile : on se tient bien droit, on met ses mains en porte voix et... Vent frais ? vent du matin ?

Atelier musical avec Mathilde Long (Cie Chant dessus dessous) à 10h00 et 11h00 (Salle de l'ancienne école)

detail
Salle des fêtes
rue Aurelle
34230
Saint-Bauzille-de-la-Sylve
5€
 
Cet évènement est accessible aux personnes handicapées

C’est parti pour le Projet « 52 nuances de sourires »

C’est parti pour le Projet « 52 nuances de sourires »
  Ce projet porté par des professionnels des Hôpitaux du Bassin de Thau et du CHU de Montpellier dans le cadre d’Hospitalents a pour ambition de valoriser le sourire comme vecteur positif de la communication en milieu hospitalier.

L’hôpital est un lieu de souffrance et d’angoisse pour les malades et leurs proches et un lieu de travail difficile et de stress pour les personnels.
Le sourire des soignants mais aussi des patients et des accompagnants peut jouer un rôle facilitateur et positif. Cette idée de sourire pour mieux vivre à l’hôpital sera déclinée chaque semaine sur des affiches apaisantes ou humoristiques visibles sur tous les sites des hôpitaux du Bassin de Thau et sur le site Intranet de l’hôpital

Bravo aux professionnels qui ont porté cette idée et notamment à Manuela Bègue, aide soignante en médecine et pilote de ce projet.

L’image contient peut-être : 3 personnes, texte

Le phénomène Proust.

proust22Capture 

 A la recherche du temps perdu, l’œuvre maîtresse de Marcel Proust (1871-1922), est à l'honneur de nos jours. Phénomène surprenant compte tenu des difficultés d'approche d'une œuvre-cathédrale (3 000 pages en 11 volumes) dont le style découragea bien des critiques et des écrivains. Etonnant et d'autant plus surprenant que Proust ne fit pas une "carrière" d'homme de lettres et que sa vie et son œuvre peuvent être source de malentendus.

 

proustCapture"La Recherche", comme disent les proustiens avérés, fut évoquée lors de la période des prix littéraires car, le 10 décembre 1919, le second tome (A l'ombre des jeunes filles en fleurs) fut couronné du prix Goncourt. Le Monde publia à cette occasion un "hors série" évoquant les réactions aux divers aspects de l'ouvrage. Et tout récemment Le Monde questionnant 26 000 lecteurs sur les cinq romans qui leur semble importants en publia le palmarès. Parmi les plus nommés, A la recherche du temps perdu, juste après Harry Potter et Le Voyage au bout de la nuit de L.F. Céline.

Voilà une belle reconnaissance posthume pour une œuvre dont le philosophe J-P Enthoven nous dit (Le Monde, hors série, Introduction) qu'en dépit des circonstances particulières de sa conception elle parle non seulement à nombre de lecteurs en France, mais aussi "au cœur d'un Japonais, d'un américain, d'un Iranien, d'un Coréen". Phénomène rare que celui de cet auteur qui "aura, par son destin posthume, su enjamber la plupart des obstacles d'oubli et de malentendus qui guettent les artistes disparus..."

 

Les passionnés de littérature s'intéressent parfois précocement à "La Recherche". Il en est à Sète comme M-A. H. dont le premier contact avec l'ouvrage se fit vers la 16ème année. Première approche qui ne fut pas satisfaisante et qui laissa la jeune lectrice perplexe, perdue dans les développements proustiens.

Elle ne saisissait pas quel était le but de l’œuvre (comme des intellectuels plus aguerris), mais elle fut sensible à le révolution qu'apportait l'auteur à la manière de s'exprimer.

Ce qui montre une bonne capacité "d'écoute" à une manière d'écrire si "typée" et si décriée parfois.

Pour Aragon, "Saint Simon dit en trois lignes autant que Proust en trois livres". Et le lecteur des éditions Fasquelle en 1912 écrit dans sa fiche : "...après d'infinies désolations d'être noyé dans d'insondables développements et de crispantes impatiences de ne jamais pouvoir remonter à la surface, on n'a aucune notion de ce dont il s'agit. (…) Sa phrase fuit de partout." André Gide quant à lui, après une lecture attentive, écrivit (NRF du 1er mai 1925) que dans les phrases proustiennes chaque mot est nécessaire à leur épanouissement.

 

Selon cet auteur, Proust est abondant (et non prolixe), minutieux (mais non méticuleux), et qu'on pénètre "dans ces curieux livres" comme dans une forêt enchantée. Gide était un vrai lecteur, abandonnant préjugés, prétentions et méfiances face à l’œuvre. Un de ces lecteur qui renonce à son moi.

Hervé Le Blanche

Les Gilets de Thau solidaires des Gilets Jaunes Narbonnais

RASSEMBLEMENT en soutien aux 32 Gilets Jaunes inculpés de Narbonne

Le procès des inculpés du péage de Narbonne vient de se finir, le délibéré aura lieu le 7 janvier à 14h au tribunal de Narbonne. Un rassemblement est d’ores et déjà prévu ce jour-là.

En attendant, les condamnations vont être lourdes tant la justice veut en faire un exemple mais aussi en raison de la situation. L’incendie du péage a eu lieu au début du mouvement et personne n’était préparé à cela et encore moins à la répression qui allait suivre. Résultat : si la police avait peu d’éléments malgré toutes les caméras, drones et autres, les aveux et les témoignages arrachés par les techniques policières sont lourds de conséquence. La situation étant ce qu’elle est, le risque de nouvelle incarcération est fort, pour 27 inculpés le procureur ayant réclamé de la prison ferme.

Un appel a été lancé à la solidarité dans la rue et financière. Des cagnottes ont été mises en  place. Nous vous invitons à y participer à la hauteur de vos moyens. Il s’agira surtout d’aider les incarcérés à cantiner (envoyer des mandats) et si cela est possible à payer les avocats. Beaucoup ont fait des emprunts pour payer les milliers d’euros demandés par les avocats.

Il y a plus d’un an nous nous sommes levés contre la vie chère et la dégradation de nos conditions de vie.

Quelle que soit la forme donnée aux actions nous avons eu raison de le faire comme nos camarades GJ de Narbonne ont eu la rage et le courage le 1er décembre 2018.

Pour nous peu importe de savoir qui a allumé la mèche, ces actions sont celles d’un mouvement collectif !

 Rappelons que le procureur à réclamer de la prison ferme pour 27 des 32 inculpés. Soyons présents pour dire à la justice de classe, aux policiers qui se sont portés partie civile que les GJ sont solidaires quel que soit les modes d’action et pour crier notre rage contre leur répression !

Tous devant le TGI de Narbonne le 7 janvier 2020 à 14h !

On lâche rien !

Cagnottes de soutien aux inculpés de Narbonne
https://defensecollectivegj.noblogs.org/post/2019/12/23/solidarite-financiere-avec-les-condamnes-de-narbonne/

Poussan : des amandiers en fleurs ce 28 décembre

Des fleurs d'amandier dans un jardin le 28 décembre !... A Poussan

Le fait qu'il n'est pas fait bien froid précipite les choses...

amand20191228_152929-3

La magnifique floraison de l'amandier se situe en février-mars et précède celle de tous les autres arbres fruitiers. Des bouquets serrés de 5 à 6 fleurs offrent de grandes corolles blanches à roses, de 3 à 3,5 cm de large.

Son impatience à fleurir est à l'origine des expressions « imprudent comme un amandier », « il vaut mieux être mûrier qu'amandier » sous-entendu être sage qu'imprudent. Il faut reconnaître que cette précocité de floraison en fait aussi tout le charme !

On aime les arbres : 28 000 plantés dans l'Hérault

Véritables poumons vert de nos villes et communes, les arbres sont en effet une richesse inestimable et contribuent de plusieurs façons à améliorer la qualité de vie. Ils absorbent les polluants atmosphériques, le bruit et les eaux de pluie, tout en diminuant le ruissellement. Ils jouent un rôle de premier plan dans l'atténuation du changement climatique, en nous protégeant du soleil et des fortes chaleurs. A la foi source de nourriture et abri confortable, ils sont en outre un écosystème précieux qui favorise le développement de la biodiversité sur notre territoire. Planter un arbre : plus qu’une parole, un acte du Département auprès des citoyens et des communes de l’Hérault. En plantant plus de 28 000 arbres, le Département s’engage pour plus d’oxygène, plus de biodiversité, moins de co2 et une meilleure santé pour nous tous.

 

En septembre dernier, Kléber Mesquida a également annoncé l’opération « 8 000 arbres par an ». En janvier 2020, le Département livrera aux communes qui le souhaitent des arbres afin de végétaliser les centres villes, les cours d’écoles, les collèges, les places et les parcours sportifs... A ce jour, ce sont plus de 200 communes qui ont répondu favorablement à l’initiative du Département. Sur les routes, les équipes du Département vont planter plus de 16 000 arbres le long des déviations, sur les aires de covoiturage. Le Département végétalise également ses domaines comme Bayssan à Béziers qui a accueilli plus de 4 000 arbres en 2019. Pour protéger les cultures et pour la biodiversité, le Département aide financièrement les agriculteurs à planter des arbres et des haies autour des parcelles. Au printemps 2020, une grande opération de parrainage des arbres aura lieu.

8 000 ARBRES PAR AN POUR LES COMMUNES

Lancée en septembre, cette opération vise à encourager les communes à programmer et intégrer des plantations d’arbres dans chaque projet d’aménagement (aire de jeux, écoles, esplanade, espace public…). Le Département assure l’achat et la livraison des arbres tandis que les communes ont à charge la plantation. Le coût total de l’opération est estimé à 600 000 € et sera inscrit au budget 2020. À ce jour, plus de 200 communes ont répondu favorablement à l’initiative du Département et nous dépassons les 8 000 arbres. Le choix des arbres plantés est réalisé parmi un panel d’essences adaptées au territoire héraultais. Il favorise également les espèces mellifères : micocouliers, arbres de Judée, tilleuls à petites feuilles, érables champêtres, érables planes, tamaris… Avec son « Plan Collège », le Département prévoit la modernisation de nombreuses cours de récréation et notamment de végétaliser ces espaces pour apporter ombre et fraîcheur aux collégiens. Cela permettra aussi d’améliorer la gestion des eaux pluviales en désimperméabilisant la cour.

16 000 ARBRES SUR LES ROUTES

Le Département sécurise et entretient au quotidien 4500 km de routes. Les équipes doivent parfois couper des arbres vieillissants ou malades au bord des routes, qui menacent de tomber et deviennent dangereux pour les usagers. En 2018, pour remplacer ces arbres coupés pour des raisons sanitaires ou sécuritaires, le Département a initié une grande opération de replantation. Plus de 250 agents routiers ont planté 500 essences locales (micocouliers, tilleuls, érables, chênes pubescents, amandiers). Ces plantations ont été installées sur 12 sites (aires de repos / aires de covoiturage / délaissés routiers), répartis sur l’ensemble du territoire héraultais. Le Département intègre également des plantations dans ses projets d’aménagements routiers comme les déviations d’Aniane, de Montbazin et de Montagnac où il a par exemple investi près d’1M€ pour planter plus de 4000 arbres.

4 000 ARBRES DANS LES DOMAINES DÉPARTEMENTAUX

Le Département mène par ailleurs une politique unique en France, en faveur de la protection et de la mise en valeur des espaces naturels. Plus de 8 000 hectares d'espaces naturels, répartis sur plus de 20 domaines départementaux ouverts au public, sont ainsi régulièrement réaménagés et reboisés : bâtisses agricoles, bastides, châteaux, manufacture, sites naturels, bases de loisirs… Le Département investit dans la transformation et l’embellissement du Domaine de Bayssan. Un projet a ainsi été confié à des paysagistes qui ont repensé totalement le parc existant : 4000 arbres ont été plantés, un parcours de santé ainsi qu’un espace de jeu pour les enfants ont également été aménagés. Bientôt, les Jardins de Méditerranée proposeront au public une immersion dans des ambiances paysagères propres aux régions méditerranéennes, à travers des créations originales. De nombreuses essences locales et du pourtour méditerranéen seront plantées sur 29 hectares d’espaces verts.

LE DÉPARTEMENT PIONNIER EN AGROFORESTERIE

 

Domaine de Restinclières

Depuis 1992, le Département met au service de l’INRA une partie des terres du Domaine de Restinclières, à Prades-le-Lez afin que les scientifiques étudient les effets de la plantation d'arbres sur les rendements des cultures.

L’objectif de cette recherche, inédite en France, est d’évaluer le potentiel de l’agroforesterie pour faire face à des épisodes de sécheresse. L’objectif étant de vérifier si la présence d’arbre est bénéfique aux cultures ou au contraire, si l’arbre entre en compétition avec la culture en prélevant trop d’eau au niveau de ses racines. Afin de rendre exhaustive la recherche, pas moins de 12 000 arbres ont été plantés (cormiers, noyers, peupliers, pins).

Le Département encourage les agriculteurs à prendre conscience des zones de leurs exploitations ayant une forte valeur écologique et les accompagne dans la mise en oeuvre d’actions en faveur des milieux naturels et de la biodiversité : mise en place de haies, création de fossés, creusement ou entretien de mares, réouverture de milieux ou encore plantation ou le remplacement d’arbres isolés. Le Département aide financièrement les agriculteurs à planter des haies et des arbres autour des parcelles pour protéger les cultures des vents et encourager le développement d’espèces végétales et animales.

RESTINCLIÈRES, LE PLUS VASTE DOMAINE EN AGROFORESTERIE D'EUROPE

S’étendant sur plus de 64 hectares, le domaine de Restinclières, est le plus vaste domaine expérimental d'agroforesterie en Europe. 41 ha sont alloués à la culture des céréales et 23 ha à la vigne. Sur ces parcelles, les chercheurs de l’INRA collectent des milliers de mesures chaque jour. La chaleur, l’air, la qualité du sol ou encore le niveau d’ensoleillement, rien n’est laissé au hasard.

LE DÉPARTEMENT PROTÈGE ET ENTRETIENT LES ARBRES

 

UN DISPOSITIF DE PRÉVENTION DES INCENDIES

Le Département préserve et met en valeur ses espaces naturels, au travers notamment d’actions de prévention et de protection contre le risque d’incendie. « Le travail de prévention nous permet d’être un des Départements affichant le moins d’hectares incendiés, avec une moyenne de 700 hectares » remarque Richard Grandgonnet, directeur de la protection et de la valorisation des espaces naturels au Conseil Départemental

L’ENTRETIEN DES ESPACES NATURELS SENSIBLES

Dès le début des années 1980, le Département a mis en oeuvre une politique unique en France, en faveur de la protection et de la mise en valeur des espaces naturels sensibles (ENS), sur l’ensemble de son territoire. Cette politique a notamment permis d’acquérir plus de 8 000 hectares d’espaces verts, dont 3 500 de forêts, qui constituent un patrimoine naturel et paysager exceptionnel. « Ces espaces naturels sensibles doivent être régulièrement entretenus, sans quoi il peut se produire un phénomène de fermeture du milieu. Or, celui-ci peut engendrer le développement d’espèces mono spécifiques et entraîner une baisse de la biodiversité » affirme Guillaume Itier, directeur du pôle moyen opérationnel au Département.

UN PROGRAMME D'ENTRETIEN ANNUEL

L’inventaire régulier des arbres du Département permet de redéfinir chaque année la programmation des travaux d’entretien, en adaptant la fréquence des interventions à l’état sanitaire et mécanique des arbres. Les professionnels en charge de ces travaux d’entretien sont équipés de tablettes leur permettant de gérer en temps réel les opérations liées à la gestion des arbres : entretien, plantation…

Parfois, certains travaux de coupe sont indispensables, notamment aux abords des axes routiers. Ils ne sont réalisés qu’après l’avis d’une Commission de Gestion des Plantations Routières, propre au Département (constituée d’élus, de techniciens, de paysagistes et de représentants d’associations), qui impose une compensation systématique par des prestations de replantations. « Tout arbre malade est aussitôt remplacé dans un ratio minimum de 1 pour 1. Mais en général, on replante un peu plus. L’année dernière nous avons ainsi supprimé 300 arbres et replanté près de 400 essences », Philippe Pourcel, directeur des Politiques Techniques et Innovations - Pôle des routes et mobilités au Département. C’est le cas quand les platanes sont touchés par le chancre coloré.

Près de 2M€ pour l’entretien annuel des arbres du Département

Où voir de beaux arbres dans l’Hérault ? 

Le Département de l’Hérault compte plusieurs arbres classés "remarquables". Ce critère dépend de l’âge et de l’essence de l’arbre. Parmi eux, le célèbre platane de Saint-Guilhem-le-Désert. Planté en 1848, il est âgé de 171 ans. D'une hauteur de 20 mètres environ, il possède un tronc dont la circonférence dépasse les 6 mètres !

Plus vieux encore, le chêne de Ferrut situé à Félines-MinervoisOn estime en effet son âge à trois cents ans ! Haut de 12 mètres, son tronc mesure pratiquement quatre mètres de circonférence.

Mais la palme d’or revient au Hêtre "millénaire" de la Fraïsse-sur-Agout. Son âge est estimé à plus de 600 ans et il détient une circonférence de 9 mètres. Culminant à plus de 25 mètres de haut, il est sans conteste un des plus grands hêtres de France ! 

A la médiathèque de BALARUC, Tino di Martino recevra Didier Amouroux

 A la médiathèque de BALARUC, Tino di Martino recevra  Didier Amouroux le mardi 7 janvier 2020, à 18 H.

Tino di Martino et Valérie Pascaud invitent Didier Amouroux pour parler de son dernier roman « Une forme de joie »(édition du Mont, Béziers) qui vient de sortir en France, Belgique et Suisse

 
"son héros est heureux comme Monsieur Jourdain faisait de la prose : sans le savoir. Le jour où le malheur lui tombe de suite, il sait immédiatement que son bonheur a foutu le camp. Il le cherche en vain, le bonheur court plus vite que lui, il a filé. S’ensuit la dégringolade dans la détresse, la solitude, l’arrêt du travail, la boisson. Sa famille, ses amis s’en vont. Sauf un : Karim. Au bout de 6 mois d’enfermement dans l’ivresse, Paul finira par être sauvé par ce Sénégalais lorsqu’il le placera d’office dans l’avion à destination du Cap Skirring. En Casamance, ce sont les femmes qui vont bouger Paul : « Viens au maraichage et creuse, Paul , creuse. Viens m’aider à plier les draps. File chercher les enfants à l’école. Aide les à faire leurs devoirs. »
L’école, justement. L’instituteur  le sollicite : Paul est le seul Français de ce coin de brousse. Les enfants ont du mal à faire leurs devoirs à la maison car les cours sont en français alors, que leurs familles parlent Wolof.
Peu à peu, Paul éprouve les joies simples de l’existence.
Tissées entre elles, elles donnent « Une forme de joie »."
 
photoCOUVUFJparIPAD

Le programme local de l’Habitat 2019/2024 est adopté et tenu à disposition du public

Le programme local de l’Habitat 2019/2024 est adopté

Houses, Homes, Property, Estate, Real
 
Par délibération n°  2019-191, le Conseil communautaire du 12 décembre 2019 a adopté le Programme Local de l’Habitat pour la période 2019/2024.
 
Conformément aux dispositions de l’article R.302-12 du code de la construction et de l’Habitation, la délibération n° 2019-191 adoptant le PLH sera affichée pendant un mois à compter du 16 décembre 2019 au siège de Sète agglopôle méditerranée (4, avenue d’ Aigues, 34 110 Frontignan) et dans les 14 communes membres ( Balaruc les Bains, Balaruc le Vieux, Bouzigues, Frontignan, Gigean, Loupian, Marseillan, Mèze, Mireval, Montbazin, Poussan, Sète, Vic la Gardiole et Villeveyrac).
 
Le document est tenu à disposition du public :

– au siège de Sète agglopôle méditerranée
– dans les mairies des 14 communes membres
– à la Préfecture de l’Hérault

et est téléchargeable sur le site internet de Sète agglopôle méditerranée www.agglopole.fr
Enfin, le Programme Local de l’Habitat 2019/2024 sera également tenu à la disposition du public pendant les six années à venir.

Brocante - les conseils d'un pro

Brocante - les conseils d'un pro

LA PASSION DE LA DÉCOUVERTE

Pourquoi ce titre : la passion de la découverte ? Parce que la découverte est une passion tout comme la chine, tout comme la collection. Parce que chiner c'est conjuguer le passé au présent, ressusciter un objet endormi, répondre à la question du poète : objets inanimés vous avez bien une âme. Parce que chiner, c'est agir de manière écologique.

LES CHINEURS : UNE GRANDE FAMILLE

Amateurs ou professionnels, chineurs ou collectionneurs, tous ont un point commun, la passion. Chaque semaine vous irez avec eux chiner dans les foires et les marchés aux puces, dans les brocantes et les salons, les braderies et les vide-greniers, dans toute la France et même au-delà. Et bientôt, sans vous connaître, vous vous reconnaîtrez comme faisant partie de la même famille.

LA CHINE : UNE ÉCOLE DE PATIENCE

Chiner ce n'est pas aller en famille dans un magasin, pour y acheter un secrétaire de 1,12 m de large, afin qu'il trouve exactement sa place entre la cheminée et la fenêtre du salon.
Ce n'est pas aller chercher dans le vide-greniers qui se tiendra le samedi suivant, au coin de la rue, la série complète des boîtes Banania pour égayer une étagère de la cuisine ; même si vous avez lu la veille, dans un magazine de décoration, gue les objets publicitaires sont à la mode.
Dans les deux cas, vous risqueriez de vous exposer à une désagréable déconvenue car chiner, ce n'est pas trouver, à coup sûr, un meuble ou un objet des siècles passés, comme on achète un article vu dans un catalogue ou sur une publicité. Au contraire, la chine est une preuve, et non pas une épreuve, de patience et de pugnacité, comparable à celle d'un chercheur ou d'un explorateur. Et plus l'objet sera ancien, fragile, délicat, plus il sera rare mais plus la trouvaille prendra pour son découvreur une valeur inestimable. 
» Amazon