échos

OÏKOS vous ouvre ses portes

La Communauté de Communes Nord du Bassin de Thau (CCNBT) organise une journée portes ouvertes à Villeveyrac, au complexe OÏKOS, samedi 19 novembre de 10h à 12h et de 14h à 17h.

screen-shot-10-27-16-at-10-39-am

 

L’occasion de répondre à toutes les questions que vous vous posez sur le tri et de découvrir les nouvelles normes de construction écologique.screen-shot-10-27-16-at-10-39-am.

Au programme de cette journée « Où vont les emballages après votre geste de tri ? Quelles sont les étapes de leur transformation? Comment sont-ils réutilisés?... »

Les ambassadeurs du tri de la CCNBT répondront à toutes les questions que vous vous posez.

Le complexe Oïkos

La CCNBT fait partie des rares collectivités à traiter l’ensemble des déchets ménagers sur son territoire. Sur le complexe Oïkos, elle regroupe l’ensemble des équipements nécessaires à la gestion de ces derniers : Le centre de tri Oïkos, où est réalisée la première étape de la chaîne de valorisation des déchets recyclables. Les casiers de l’Installation de Stockage de Déchets Non Dangereux accueillent les déchets ultimes (contenu des sacs noirs et des bacs marron, déchets encombrants des déchetteries…)

La plateforme de compostage accueille les déchets verts valorisés en compost 100% naturel. Le centre de tri - une usine entièrement automatisée Pionnière dans la mise en place du tri sélectif domestique, la CCNBT a construit le centre de tri Oïkos en 1997. 

 

Le centre de tri

Le centre de tri réceptionne les déchets ménagers recyclables. Transportés sur une bande automatisée, ils font l’objet d’un tri automatique puis manuel, et sont compactés avant d’être expédiés aux industriels du recyclage. L’usine, qui traite chaque jour les 24 tonnes d’emballages ménagers recyclables triées par plus de 125 000 habitants du pourtour de l’Etang de Thau, devait se moderniser pour s’adapter à la montée en puissance du tri sélectif et améliorer les conditions de travail de ses 10 opérateurs de tri. Son procédé de traitement repose désormais sur un tri automatisé (avec des machines dernière génération, comme le tri optique), et dans des conditions de travail beaucoup plus ergonomiques (cabines climatisées, insonorisées, dépoussiérées).

 

 

 Le siège administratif - Un éco-bâtiment exemplaire

Le bâtiment principal est destiné à accueillir les différents services administratifs de la CCNBT (dont l’agence d’urbanisme ouverte au public), les bureaux des élus et la salle du Conseil Communautaire. L’originalité de la conception du siège administratif de la CCNBT réside dans la combinaison des dernières innovations écologiques en matière d’éco-construction : les matériaux utilisés, l’orientation du complexe, le système de chauffage et de refroidissement ont été pensés de manière à réduire la consommation énergétique. Il répond à la fois aux exigences des labels BBC Effinergie et BEPOS (Bâtiment à Energie Positive, qui produit plus d’énergie qu’il n’en consomme). Un puits canadien permet de rafraîchir le bâtiment et un toit ombre la façade en été. En hiver, le chauffage du bâtiment est assuré par un réseau de traitement d’air par des batteries chaudes alimentées par une chaudière à granulés de bois.  

Samedi 19 novembre de 10h à 12h et de 14h à 17h. Parking sur site, visites gratuites. Contact : 04 67 78 55 96.

Flux migratoires exceptionnels

L’EUROPE FACE A SES RESPONSABILITÉS
Le rapport présenté par Christian ASSAF, député de la 8ème circonscription de l'Hérault, adopté à l’unanimité

Ce mercredi 26 octobre 2016, Christian ASSAF, Député de l’Hérault, a présenté devant la Commission des lois de l’Assemblée nationale, le rapport résultant des travaux de la Mission d’information tendant à évaluer l’efficacité des mécanismes européens pour prendre en charge des flux migratoires exceptionnels. Créée en novembre 2015 et présidée par Christian ASSAF, cette Mission d’information, composée de quinze membres, aura travaillé pendant plus de 9 mois en conduisant treize auditions, en animant cinq tables rondes et en effectuant quatre déplacements à l’étranger (deux à Bruxelles, un en Grèce et un en Turquie).
Dans ce rapport, adopté à l’unanimité par la Mission d’information et par la Commission des lois, Christian ASSAF dresse un diagnostic précis et sans concession de la situation actuelle et de l’inefficience des mécanismes d’accueil des migrants en Europe. Loin de privilégier le statut quo et de rester impassible face aux drames humains qui défrayent l’actualité, il formule une vingtaine de préconisations à courts, moyens et longs termes et en appelle à la responsabilité de l’Union européenne et de ses Etats membres.
Préalablement à ces constats et aux propositions émises, les premières pages du rapport rappellent que ces types de mouvements migratoires ont déjà existé dans l’Histoire européenne et française, que le continent européen n’accueille qu’une faible partie des réfugiés dans le monde et que ces flux migratoires sont majoritairement composés de réfugiés fuyant les bombes, la guerre et la mort qui dévastent leur pays.
Parmi les suggestions émises dans ce rapport figurent :
la nécessité d’une politique commune de l’asile, de l’immigration et des frontières dans l’Union européenne avec, notamment, le développement de voies légales d’accès à l’Europe et la redynamisation de la « carte bleue » européenne, l’importance de réformer le règlement Dublin III et de progresser vers un système d’asile uniforme avec l’introduction de nouveaux critères (comme le taux de chômage) et d’un mécanisme correcteur de nature à mieux anticiper les situations d’afflux, un contrôle approfondi du respect par les Etats membres de leurs obligations dans le domaine de l’asile, une meilleure gestion des flux et un contrôle renforcé aux frontières extérieures de l’Union pour garantir la sécurité de l’espace Schengen,
une incitation à placer les migrations au cœur de partenariats avec les pays tiers par, notamment, la conclusion d’accords de réadmission avec des pays d’origine et de transit ainsi qu’une intensification de la lutte contre les trafiquants de migrants.
Dans ce rapport et dans les réflexions qui ont pu naître autour de ces neuf mois de travail, Christian ASSAF a tenu à souligner sa très grande inquiétude quant à la situation des enfants. En France, la protection des mineurs isolés relavant des Départements, Il préconise que l’État accroisse fortement l’aide financière qu’il leur apporte au titre de l’accueil des mineurs non accompagnés et que les Départements soient davantage impliqués dans leur accueil.

» télécharger le document de synthèse ici  
» détails, vidéo de la séance et rapport complet sur le site de l'assemblée nationale

Maison de la Mer

 Lors de l'inauguration de la maison de la Mer par la Présidente Carole DELGA, à cette occasion la Région avait demandé à la Société d'Etudes Historiques de Sète de monter une grande exposition sur les 350 ans du Port de Sète .

C''est Gustave Brugidou qui a fait la présentation de ce remarquable travail.

Le SAGE approuvé sera soumis à enquête publique

 

Qu’est-ce qu’une Commission Locale de l’Eau ?

Les Commissions Locales de l’Eau sont de véritables Parlements de l’eau. Composées de représentants des usagers, des services de l’Etat et d’élus du territoire, elles sont l’instance de concertation qui élabore le SAGE, Schéma d’Aménagement et de Gestion des Eaux. La Commission Locale de l’Eau du bassin de Thau intervient sur le périmètre des bassins versants de la lagune de Thau et de l’étang d’Ingril.

http://www.smbt.fr/sites/default/files/styles/home/public/a-la-une/IMG_6025.JPGLa commission Locale de l’eau (octobre 2016 à Mèze)

Qu’est-ce qu’un SAGE ?

Un SAGE est un document de planification qui définit un cadre pour les pratiques et les usages liés à l’eau sur le périmètre d’un bassin versant pour les 15 à 20 ans à venir. Il fixe les objectifs généraux d’utilisation, de mise en valeur et de protection de toutes les ressources en eau (superficielles, souterraines, canaux). Il définit en cela les règles d’usage qui ont un impact quantitatif ou qualitatif sur la ressource en eau (urbanisme, alimentation en eau potable, assainissement, inondation, activités…).

   

 La Commission Locale de l’Eau du Bassin de Thau de Thau réunie lundi 17 octobre à Mèze a approuvé le SAGE (Schéma d’Aménagement et de Gestion des Eaux) de la lagune de Thau et de l’étang d’Ingril et validé le lancement de l’enquête publique.

Les membres de la Commission Locale de l’Eau du bassin de Thau ont approuvé lundi 17 octobre le SAGE modifié suite à la consultation des Personnes Publiques Associées qui s’est déroulée à l’été 2015. Ils ont également validé le lancement de l’enquête publique qui devrait intervenir dans les mois à venir.

Le SAGE de Thau et d’Ingril se veut résolument ambitieux. Animé par le Syndicat mixte du bassin de Thau, celui-ci doit répondre à un double défi : qualitatif pour garantir le maintien des activités de pêche et de cultures marines dans la lagune de Thau mais aussi quantitatif pour sécuriser l’approvisionnement en eau du territoire pour tous les usages dans les années à venir.

Consultés à l’été 2015 sur le document, les personnes publiques associées ont émis 26 avis dont 25 favorables et un avis réservé. Le projet a été jugé de qualité, ambitieux techniquement sur les enjeux de qualité microbiologique de l’eau lagunaire. La qualité de concertation a été saluée par la Chambre d’agriculture. : Des précisions ont été demandées concernant notamment la préservation des ressources en eau (en termes d’économies d’eau), la cohérence InterSAGE et l’amélioration de l’état des cours d’eau et des zones humides ainsi que la réduction de l’usage des pesticides.

Ces compléments ont été intégrés et le document modifié a été approuvé ce jour à l’unanimité. Il sera soumis à enquête publique dans les prochains mois.

Cette commission a également permis la réélection du président et du vice-président de la Commission Locale de l’Eau. Pour président : Yves Piétrasanta, président de la Communauté de Communes Nord du Bassin de Thau et 1er vice-président du Syndicat mixte du bassin de Thau, pour 1er vice-président : Olivier Archimbaud, conseiller municipal à la Ville de Bouzigues délégué aux travaux, à l’eau et à l’assainissement à la Communauté de Communes Nord du Bassin de Thau.  

 

Chantier d'insertion

François Commeinhes, Président de Thau agglo, Sénateur-Maire de Sète, et Gérard Canovas, Vice-président délégué à l’habitat, la politique de la ville et la cohésion sociale ont rendu visite aux salariés de deux chantiers d’insertion cofinancés par la Ville de Sète et Thau agglo.

Premier  rendez-vous : le futur jardin partagé de l'Ile de Thau. Ce chantier a démarré début janvier sur une parcelle communale de 1700 m². Douze salariés (10 hommes et 2 femmes) de l'association Passerelles en parcours d'insertion professionnelle ont depuis le début de l’année remis en état les lieux, construit des murs de soutènement en pierres sèches et préparé l’installation de grillage de clôture.
Ce chantier se terminera le 30 juin et sera mis à disposition de la ville pour finaliser les travaux d'équipement nécessaires à l'exploitation d'un jardin partagé.

Deuxième rendez-vous : la rénovation des peintures de la maison de personnes âgées le Thonnaïre à l’Ile de Thau. Ce chantier, impliquant des jeunes

en parcours d’insertion suivi par la MLI, s'est effectué en deux temps. En 2015 un premier chantier, avec 9 jeunes, a permis la rénovation des portes des locaux techniques de chaque étage.La deuxième phase se poursuit actuellement. Le chantier en cours a démarré début juin ; la rénovation intérieure de ce bâtiment durera six semaines et se terminera donc vers le 14 juillet.Huit jeunes, sept garçons et une fille, ont pour mission de repeindre les couloirs des 4 étages du foyer. Il s'agit, là encore, d'un chantier d'implication jeunes (7 garçons et 1 fille) suivi par la Mission Locale d’Insertion.

 
 

La chasse "Anti-Gaspi" à Carrefour Balaruc

Après avoir accosté dans la galerie marchande d’Auchan, samedi dernier, l'équipage du Recycleur avait préparé ce mercredi 19 une seconde chaloupe "anti-gaspi" pour naviguer dans la galerie marchande de Carrefour Balaruc avec un frigo pédagogique qui a connu un grand succès auprès des adultes et surtout des enfants, durant l'après-midi.

 

D'une façon ludique, ils ont enregistré des conseils pratiques pour réduire les pertes de denrées alimentaires au quotidien, avec à la clé de réelles économies. Ils avaient même l'occasion d'en trouver pour les communiquer. Avec des interventions dans les écoles, gageons que ces animations permettront aux initiés et à leur entourage de réaliser des économies substantielles.

Pierre Bouldoire affirme son soutien à la police


Pierre Bouldoire
,  1er vice-président du département de l'hérault et maire de Frontignan,  nous communique qu'il souhaite :
"marquer son soutien total au cri d’alerte lancé par les syndicats de police nationale quant au sous-effectif constant de la circonscription de police Sète-Frontignan et aux conditions de travail intolérables que cette situation provoque, en premier lieu pour les policiers nationaux et par contrecoup pour les policiers municipaux qui accumulent de fait également heures supplémentaires, fatigue générale et donc stress supplémentaire. Mais les premières victimes sont les habitants, notamment ceux du centre-ville de Frontignan, qui n’ont plus le service public attendu. Lorsque la Ville de Frontignan embauche des policiers municipaux en nombre, qu’elle place une employée communale à l’accueil du poste de police nationale de Frontignan et qu’elle finance les travaux de rénovation de ce même poste, elle pense que cela va permettre un accroissement des moyens. Or, il n’en est rien et la situation se dégrade ! Ce n’est plus tenable ".

Vert demain

Dans le cadre de la démarche "Vert demain" portée par le Syndicat Mixte du Bassin de Thau, la ville de Sète s'est équipée d'un nouveau matériel pour mettre en œuvre le plan d'amélioration des pratiques phytosanitaires et horticoles (PAPPH) acté par la municipalité.
11 batteries électriques porte outils, 9 débrousailleuses, 7 souffleurs, 50 binettes manuelles (permettant un travail debout), 50 binettes manuelles (permettant de travailler debout), 5 binettes électriques, 15 pic bines, 10 réciprocateurs (fauche l'herbe en évitant la projection de graviers), 4 brûleurs thermiques, de multiples accessoires, une balayeuse-laveuse de voirie… et autre petit matériel : c'est la liste exhaustive de l'équipement alternatif à l'utilisation de produits phytosanitaires qui vient d'être livré au Centre technique municipal. Trois services vont se partager cette manne : le service Jardins et paysages, la DPU et le service des cimetières.
Ce PAPPH qui a débuté en février 2014 sur la commune, préconise 2 axes d'actions : rationaliser l'utilisation des pesticides pour diminuer les risques de transfert dans le milieu naturel et intégrer la préservation quantitative de la ressource en requalifiant les espaces verts pour réduire les arrosages.  L'achat d'un nouveau matériel est une alternative avantageuse au désherbage chimique. Il permettra d'adopter une méthode d'intervention plus respectueuse de l'environnement quant au désherbage des voiries, des espaces verts, des cimetières et des installations sportives dans une perspective "zéro phyto" en 2020.    L'investissement a été financé à hauteur de 50% par l'Agence de l'eau Rhône Méditerranée Corse (AERMC).  

Les pavois de René Le Bail en vedette à Paris

de g. à d. : Jean-Marc Speziale, Patrick Sébastien, Gaston Bentata, René Le Bail

 

 

Jean Marc Speziale du Vin de Merde était de passage sur l'émission Les Années Bonheur de Patrick Sébastien avec ses amis Sétois Gas Toun (Gaston Bentata, l'inventeur de la fameuse Zézette de Sète) et l'artiste René Francois Le Bail dont on connait le talent incomparable en matière de pavois. Il en a profité pour remetre son pavois au célèbre animateur.
Notre équipe de choc n'en est pas resté là et on la retrouve à Montmartre pour une mémorable soirée au Cabaret Chez Michou.

Michou, Jean Marc Speziale -  Gaston Bentata, François Deblaye et René le Bail

L'avant première de 22 V'là Georges

C'est le 22 octobre que sera célébré toute la journée rue Georges Brassens et rue de la Révolution, le 94e anniversaire de la naissance de Georges Brassens. Plus de 100 artistes sont attendus. L'événement débutera en centre-ville par un défilé en fanfare qui associera sur son passage tous ceux qui voudront s'y joindre.

Le cortège gagnera le quartier Révolution où 3 scènes accueilleront dès la fin de la matinée concerts, pièces de théâtre, poésie et raconteurs d'anecdotes. Le public pourra assister en direct à la décoration des rues par des artistes peintres graffeurs. A 11 h, pot de bienvenue suivi d'une "Brassenade", un repas convivial avec, en plat de résistance, l'incontournable macaronade. Les festivités se poursuivront jusqu'à 23 h 30.

Comme l'an dernier, une guitare modèle Georges fera l'objet d'une tombola. Toute la fête sera filmée et retransmise en direct sur internet. Un rendez-vous populaire et festif que Georges lui-même n'aurait sans doute pas renié !

» télécharger le programme

A l'Entre2Pots ce dimanche soir, c'était l'avant Première de 22 V'là Georges. Une bien belle ambiance avec de très bons chanteurs qui suivant leurs tendances et leurs goûts interprétaient des chansons de Brassens devant un public connaisseur qui se laissait séduire. Encore une belle soirée à l'Entre2pots qui annonce un automne bien animé.

Brocante - les conseils d'un pro

Brocante - les conseils d'un pro

LA PASSION DE LA DÉCOUVERTE

Pourquoi ce titre : la passion de la découverte ? Parce que la découverte est une passion tout comme la chine, tout comme la collection. Parce que chiner c'est conjuguer le passé au présent, ressusciter un objet endormi, répondre à la question du poète : objets inanimés vous avez bien une âme. Parce que chiner, c'est agir de manière écologique.

LES CHINEURS : UNE GRANDE FAMILLE

Amateurs ou professionnels, chineurs ou collectionneurs, tous ont un point commun, la passion. Chaque semaine vous irez avec eux chiner dans les foires et les marchés aux puces, dans les brocantes et les salons, les braderies et les vide-greniers, dans toute la France et même au-delà. Et bientôt, sans vous connaître, vous vous reconnaîtrez comme faisant partie de la même famille.

LA CHINE : UNE ÉCOLE DE PATIENCE

Chiner ce n'est pas aller en famille dans un magasin, pour y acheter un secrétaire de 1,12 m de large, afin qu'il trouve exactement sa place entre la cheminée et la fenêtre du salon.
Ce n'est pas aller chercher dans le vide-greniers qui se tiendra le samedi suivant, au coin de la rue, la série complète des boîtes Banania pour égayer une étagère de la cuisine ; même si vous avez lu la veille, dans un magazine de décoration, gue les objets publicitaires sont à la mode.
Dans les deux cas, vous risqueriez de vous exposer à une désagréable déconvenue car chiner, ce n'est pas trouver, à coup sûr, un meuble ou un objet des siècles passés, comme on achète un article vu dans un catalogue ou sur une publicité. Au contraire, la chine est une preuve, et non pas une épreuve, de patience et de pugnacité, comparable à celle d'un chercheur ou d'un explorateur. Et plus l'objet sera ancien, fragile, délicat, plus il sera rare mais plus la trouvaille prendra pour son découvreur une valeur inestimable. 
» Amazon