échos

A propos du salon du littoral.

A La Grande Motte, les mardi 29 et mercredi 30 septembre, aura lieu un évènement marquant pour la région. Il sera accessible aux seuls professionnels. Elus locaux ou régionaux, universitaires, experts en milieux marins confronteront leurs points de vue sur les grands problèmes maritimes et portuaires. D'ailleurs, le directeur du port de Sète, Olivier Carmes, sera de la partie.

 NAVACapture

Pour l'occasion, Midi Libre a fait paraître (25/09) un supplément spécial qui fait connaître le point de vue de diverses personnalités. La ministre de la mer, Annick Girardin, sera présente pour l'ouverture du salon. Elle a, pour l'activité maritime française, de grandes ambitions. Elle "défend le verdissement des ports et du transport maritime". Car, pour elle, "le défi environnemental est le défi du siècle !" Pour sauvegarder "les réserves de biodiversité" que recèle le milieu maritime, il est nécessaire de remédier aux effets négatifs à l’œuvre dans les ports et les transports maritimes.

L'Organisation Maritime Internationale sera saisie de propositions comme "la réduction de la vitesse des navires et la teneur en soufre des carburants utilisés". Au niveau national, aujourd'hui, les armateurs français ont équipé leurs navires de branchements électriques à quai et de filtres à particules. "D'autres initiatives sont en cours sur l'utilisation de l'hydrogène vert notamment". Et dans l'avenir, la ministre veut positionner la France en tête de la prochaine [révolution], celle des ports "zéro émission". En renforçant par ailleurs la formation et l'attractivité des métiers, il s'agit de faire de la France une des grandes puissances maritimes de demain.ghghghghCapture

 

A Sète, on n'est pas resté les bras croisés. Thiéry Meunier, directeur de projets à EDF, indique que, comme à Monaco ou à Marseille, on utilisera la thalassothermie (ou géothermie) "pour couvrir les besoins de chaud et froid". Une barge multi services utilisera l'hydrogène "propre", distribuée par Hynamics filiale d'EDF. Ce que confirme M. Olivier Carmes avec "le développement d'une solution hydrogène innovante pour la production électrique". Et il évoque ce qui a déjà été réalisé par l'autorité portuaire sétoise : "la couverture photovoltaïque des entrepôts, le développement du transport multimodal, la démarche "zéro plastique". Et c'est en 2021 qu'aura lieu le branchement à quai des navires.

Tout cela rejoint les vœux de la ministre, A. Girardin, qui souhaite, comme pour les ports de plaisance, "un ancrage plus étroit dans son territoire" [du port] et "rétablir le port et ses offres de service comme levier d'attractivité". La ministre évoque aussi l'éolien en mer, cher à Carole Delga, la présidente de la région Occitanie. Celle-ci souhaite développer le projet "Hydrogène littoral", produire de l'hydrogène vert à partir d'éoliennes flottantes en mer qui doivent entrer en service en 2022. Echo du très récent changement de cap de la politique énergétique du gouvernement (Le Monde, 27/09/2020).

 

Belle effervescence ! Il est vrai que l'Occitanie est bien placée pour participer ou anticiper les évolutions en cours. Et pourquoi pas, comme l'indique le titre de la brochure "Une relance bleue" ?

Hervé Le Blanche

LES ENJEUX ENVIRONNEMENTAUX AU PROGRAMME DU SALON DU LITTORAL

 Cet événement autour des challenges techniques, économiques et environnementaux de l’aménagement du littoral se tient à la Grande Motte les 29 et 30 septembre
 Habitat flottant, ports et infrastructures, plaisance, protection du littoral, les principaux sujets d’actualité de l’industrie maritime et littorale seront portés à cette occasion.
 
L’image contient peut-être : plein air, texte qui dit ’Littoral Herault Nevat ZERC OPLASTIQUE pelssons collecteurs Herault POUR TOUS #POISSONSGLOUTONS TOUS POUR L'HÉRAULT AGIR POUR LA PRÉSERVATION DE LA MÉDITERRANÉE’
 
Le Département se mobilise tout au long de l’année pour faire du littoral héraultais un endroit attractif et protégé. Son ambition s’accompagne d’une volonté de sensibiliser les Héraultais et les vacances aux gestes simples qui préservent cet écrin fragile, en portant une attention particulière aux déchets produits et aux économies d’eau réalisables
 Le déploiement de Poissons Gloutons dans les communes du littoral et de l’arrière-pays répond à cette priorité de lutte contre la pollution plastique

Carole Delga : « Microsoft confirme son implantation en Occitanie, terre de transformation et d'innovation »

Après Castelnau-le-Lez au nord de Montpellier, Microsoft a choisi La Cité à Toulouse, pour implanter son Expériences Lab, espace de 300 m² dédié à la transformation numérique et à l'Intelligence artificielle. Ce choix renouvelé d'une implantation en Occitanie est la preuve de la fertilité de l'économie régionale et de son rayonnement.

 

« Notre engagement, notre volontarisme économique, porte ses fruits. Ma première bataille est et a toujours été l'emploi. La crise économique qui débute nécessite d'être encore plus incisif et d'apporter les solutions répondant aux nécessités des entreprises. Lorsque j'ai engagé le projet de La Cité, tournée vers l'innovation et l'économie de demain, je savais que le potentiel était là, bien présent sur notre territoire. Aujourd'hui, ce sont déjà 40 start-up qui se sont installées en moins de 6 mois et notre première locomotive internationale vient de proposer son premier évènement : Microsoft.

Le choix de Microsoft est loin d'être anodin. Nous avons fortement œuvré pour l'installation de son école de l'IA à Castelnau il y deux ans et je suis fière aujourd'hui que l'entreprise nous fasse à nouveau confiance pour implanter son Experiences Lab à Toulouse, dans les locaux de la Cité portée par la Région Occitanie. », a déclaré la présidente de Région, Carole Delga.

 

Avec Nantes et Bordeaux, Toulouse a été choisie comme l'un des trois sites d'implantation de l'Experiences Lab en région. Conçu pour créer une synergie dans la recherche et l'application dans le domaine de l'intelligence artificiel de la transformation numérique, il comprend à la fois une salle de formation et des espaces de conférence, de coworking et d'idéation. L'Experiences Lab se veut être, au-delà du lieu, une plateforme d'accélération des connexions entre tous les acteurs locaux.

 

La Cité, un espace alternatif dédié à la création, l'innovation et au partage d'expérience

La Cité est un équipement structurant au service du développement de l'écosystème d'innovation à Toulouse et en Occitanie. Lieu de travail, de collaborations et d'échanges, elle rassemble en un seul espace des services complémentaires et adaptés au développement et à la croissance des entreprises innovantes.

La Cité vient enrichir le pack de dispositifs dédiés (« Start'Oc », Contrat Innovation, Pass Occitanie), l'agence de développement AD'OCC, l'incubateur Nubbo et bientôt la Cité de l'économie et des métiers de demain à Montpellier.

La Région déploie ainsi les outils structurants pour accompagner et renforcer la dynamique d'innovation à l'échelle régionale et nationale.

Sécurité sociale : le déficit attendu cette année à 44,7 milliards d'euros, un niveau record

En plein contexte d'épidémie de coronavirus, il avait d'abord été estimé à 52 milliards d'euros cette année, mais il y a eu des rentrées d'impôts et les cotisations ont été moins mauvaises que prévu.Plombé par le Covid-19, le déficit de la Sécurité sociale devrait atteindre le niveau record de 44,7 milliards d'euros cette année, puis diminuer à 25,5 milliards l'an prochain, selon une synthèse de la Commission des comptes consultée par l'AFP, lundi 28 septembre. Le précédent record, atteint en 2010 durant la crise financière, était de 28 milliards d'euros.

Le déficit pour 2020 avait été estimé en juin à 52 milliards, mais cette prévision a été revue à la baisse en raison d'une récession "légèrement moins forte" que redouté au début de l'été, entraînant davantage de rentrées d'impôts et de cotisations. Ce renflouement est également dû à un versement "exceptionnel" du fonds de réserve des retraites (FRR), qui rembourse opportunément une veille "soulte" appartenant au régime des électriciens et gaziers.

Aller plus loin : https://www.francetvinfo.fr/sante/maladie/coronavirus/secu-le-deficit-attendu-cette-annee-a-44-7-milliards-d-euros-un-

UNE BALADE GOURMANDE DE FERME EN FERME DANS L’HERAULT

Les 3 et 4 octobre, de 10 h à 18 h, partez à la rencontre des paysans avec la 11ème édition de la manifestation
L’Hérault de ferme en ferme
L’image contient peut-être : 1 personne, debout, chapeau et plein air
36 fermes dans l’Hérault, engagées dans une démarche d’agriculture durable, ouvrent leurs portes au grand public
 L’occasion de découvrir leurs métiers, leurs savoir-faire et leurs pratiques agricoles au travers de visites guidées, de dégustations et d’animations !
 Manifestation soutenue par le Département de l’Hérault
 Respectez les gestes barrières. Port du masque obligatoire

Changement de Présidence pour le Club des Croisières de Sète

Club croisière

A l’occasion de la tenue de l’Assemblée Générale du Club des Croisières de Sète, Mercredi 23 Septembre à la Maison Régionale de la Mer, son Président Jean-Claude Gayssot et les membres de l’association se sont réunis pour dresser le bilan des années 2019-2020 et ont procédé au vote de la présidence 2021.

L’assemblée générale reportée en septembre cette année pour cause de crise sanitaire, a d’abord dressé le bilan de l’année 2019, année très satisfaisante ayant permis le maintien de la croissance en termes d’escales et de nombre de passagers (111 115 en 2019). Le bilan 2020 quant à lui, a été focalisé sur toutes les actions de promotion réalisées, qui permettront le positionnement des escales en 2022 et 2023 sur Sète et les sites d’excursions de l’Occitanie.

L’année 2020 restera une année particulière, les 56 escales prévues ont ainsi toutes été annulées et l’avenir reste incertain même si d’ores et déjà 60 escales sont programmées en 2021. Le Président Jean-Claude Gayssot a souligné le travail accompli et a insisté sur la nécessité de poursuivre une croissance durable, responsable et raisonnable qu’il a initiée depuis 2 ans à la tête du Club des Croisières de Sète. La fin de la séance a été consacrée au vote de la nouvelle présidence dont M. François Commeinhes prendra place à partir du 1 er Janvier 2021. Après avoir salué son prédécesseur Jean-Claude Gayssot pour le travail accompli, François Commeinhes, a souligné les nombreux défis qui devraient être relevés : « Le premier sera de regagner la confiance des consommateurs. Et cela ne passera pas sans une plus grande attention portée à l’environnement et aux pollutions générées. »

 

Il s’est également réjoui du projet d’électrification des quais porté par la Région, qui permettra de diminuer l’impact environnemental des bateaux en escale. Dans les mois à venir, le Club des croisières devra anticiper la reprise et faire en sorte que le port de Sète continue à figurer en bonne place parmi les ports d’escale français. En effet, selon une étude réalisée par la CCI en 2018, les retombées économiques directes et indirectes des croisières s’élevaient à 5,7 millions d’euros pour le territoire régional.

Le bureau du Club 2021 sera donc composé de M. François Commeinhes Président, M. Jean-Claude Gayssot (Port Sud de France), M. Didier Codorniou (Région Occitanie Pyrénées-Méditerranée), M. Majourel (CCI 34) et M. Barral (Département de l’Hérault) assureront la vice-présidence.

La ministre de la Mer en visite à Sète

Source : Mairie de Sète

Être à l’écoute de la filière de la pêche en Méditerranée, c’était l’objet de la venue de la ministre de la Mer, Annick Girardin, à Sète ce lundi 28 septembre. Une visite qui a débuté au lycée de la Mer Paul-Bousquet, dans le quartier du Barrou, avec le maire François Commeinhes, le préfet de l’Hérault, Jacques Witkowski, le directeur du lycée, Sylvain Pelegrin, ainsi que des représentants du monde de la mer et de la Région, gestionnaire de l’établissement.

Ramendage des filets, tri des coquillages, formation aux incendies en bateau… la ministre a effectué un tour d’horizon des métiers enseignés. Avant de s’arrêter au port conchylicole qui jouxte le lycée de la Mer pour échanger avec des professionnels. Une réunion a aussi eu lieu avec le Comité régional conchylicole de la Méditerranée, dont les représentants ont rappelé que leur filière faisait face à des enjeux environnementaux, sanitaires et économiques cristallisés par la Covid-19.

Exemple avec le maintien de la complémentarité pêche et conchyliculture pour certains professionnels, la question du crabe bleu ou encore le projet de photovoltaïque sur l’étang de Thau pour faire face à la malaigue. “Tous les points sont aussi importants les uns que les autres que ce soit l’apport en eau douce dans le milieu lagunaire, le projet de photovoltaïque ou l’impact de la crise sanitaire. Tout le monde s’implique au niveau local et régional car c’est un pan de notre économie, mais la filière doit faire face à des crises qui s’enchaînent” a souligné le maire François Commeinhes.

 

La ministre de la Mer a souhaité vouloir répondre à toutes ces problématiques en coordination avec les élus “pour continuer à travailler ensemble et apporter des réponses au plus vite sur les sujets abordés”. Annick Girardin s’est ensuite rendu à la Criée de Sète pour rencontrer les représentants des différentes prud’homies. “Plus habituée au Pacifique et l’Atlantique qu’à la Méditerranée”, la ministre, qui a fait du développement durable et de la pêche de demain le fil rouge de sa visite, a promis de revenir à plusieurs reprises sur cette façade de l’Hexagone.

Avec la Région, c’est le festival de la transition digitale en Occitanie

Incontournable, la filière numérique d’Occitanie est source de compétitivité, d’innovation et d’emplois qualifiés. La Région veut la booster via sa politique d’orientation, de formation, et d’aide à la transformation digitale des entreprises. Elle participe aussi aux grands rendez-vous comme « La Mêlée Numérique » : plus de 20 événements sont programmés en ligne et à Toulouse du 28 septembre au 3 octobre, dont les Rencontres Cybersécurité d’Occitanie le 29 septembre.

Intelligence artificielle, big data, Internet des objets, cybersécurité, open data, très haut débit (THD), télétravail… Ces technologies digitales s’imposent dans l’économie comme dans la vie quotidienne, et leur déploiement s’accélère encore depuis la crise sanitaire. La filière numérique d’Occitanie - 18 500 établissements et près de 64 000 emplois salariés - est plus que jamais un levier d’innovation et de créations d’emplois.

La Région mène une action complète d’accompagnement de la filière. Elle a monté un parcours d’accompagnement vers les métiers du numérique : le service public régional de l’orientation fait découvrir ces métiers d’avenir aux jeunes via des actions « images métiers ». Des formations sont proposées à plus de 1 800 demandeurs d’emploi par an, en présentiel ou à distance via le réseau Occitanie e-formation. La Région a aussi bâti le réseau d’Écoles Régionales du Numérique : de Mende à Montauban, 20 antennes forment aux métiers du développement web et mobile, de la maintenance réseaux et de l’infographie. Sur le plan du développement économique et des infrastructures, la Région accompagne la transformation numérique des entreprises de toutes les filières, le déploiement de la THD ou encore le maillage du territoire par des fablabs et des tiers-lieux…

Les mutations numériques impactent les entreprises comme les collectivités à de nombreux niveaux stratégiques, souligne Carole Delga. C’est un enjeu majeur pour l’emploi comme pour la création de valeur sur nos territoires. La Région est pleinement engagée dans cette mutation avec son parcours d’accompagnement vers les métiers du numérique, avec l’association Occitanie Data sur l’économie de la donnée, ou l’appel à projets pour la transition numérique et la cybersécurité.

Illustration du bouillonnement de la filière numérique occitane, un festival d’événements, orchestré par l’association La Mêlée, se déroule du 28 septembre au 3 octobre en ligne et à Toulouse.

La Mêlée Numérique en vingt rendez-vous

C’est la plus ancienne et la plus réputée des rencontres numériques de France : le festival La Mêlée Numérique regroupe dans la même semaine une vingtaine d’événements. La Région, partenaire depuis 10 ans, participera à plusieurs temps forts de l’édition 2020. Les rendez-vous couvrent les grandes thématiques d’un monde en transformation accélérée, qui place la transition digitale au premier plan. Parmi eux : Numérique pour tous, Santé et sport connecté, le Data Day, l’Usine du Futur, le Forum des Décideurs Informatiques, Meet The Big, le Forum des Territoires… Attention : la 20e édition de la Mêlée Numérique sera à la fois en présentiel et en ligne.

Spécial Rencontres Cybersécurité d’Occitanie

En partenariat avec la Mêlée Numérique, les Rencontres Cybersécurité d’Occitanie occuperont le 29 septembre le centre des congrès Diagora Labège. Organisée par le magazine ToulEco avec la Région et l’Agence nationale de la sécurité des systèmes d’information, la 6e édition a pour thématique « Chefs et cheffes d’entreprise au cœur de la Cybersécurité ». La Région s’implique particulièrement dans le volet dédié à l’emploi et à la formation, baptisé « cyberthings ». Elle reçoit sur un stand avec ses partenaires (Pôle Emploi, Apec, Syntec, Atlas Agefiph, Cap Emploi et Carif Oref) et animera la table ronde « Le monde de la cybersécurité recherche des experts » ainsi qu’un atelier sur sa gamme d’aides à la gestion des ressources humaines.

En savoir plus

En août, l'Occitanie confirme sa place de destination privilégiée des Français.

La fréquentation du mois d’août est jugée équivalente ou supérieure à l’année dernière par 70% des prestataires interrogés (supérieur : 33%).

Ces tendances et faits marquants ont été observés par 3 300 professionnels du tourisme interrogés dans le cadre du dispositif régional(1) de conjoncture piloté par le CRT Occitanie en partenariat avec les Agences Départementales du Tourisme et Comités Départementaux du Tourisme et relais infra-territoriaux.

[1] 3300 répondants, dont 2147 pour le secteur de l'hébergement (65% des répondants). Offices de Tourisme, hébergeurs et prestataires touristiques ont répondu à l’enquête en ligne et par téléphone.

FAITS MARQUANTS ET GRANDES TENDANCES

  • Une activité globale satisfaisante sous l’impulsion du rural et du littoral,
  • Des professionnels qui s’adaptent pour pouvoir exercer une activité « normale »,
  • Arrivée des touristes en provenance de la région parisienne,
  • Un contexte toujours propice aux réservations de dernière minute,
  • Les métropoles qui peinent à convaincre les touristes et pâtissent du manque d’activité auprès de la clientèle affaires.

Perception de l'activité touristique en Occitanie

La campagne et la montagne tirent leur épingle du jeu

Les univers « campagne » et « montagne » ont connu un mois d’août correct compte tenu de la conjoncture actuelle avec respectivement 75% de fréquentation équivalente ou supérieure à l’année dernière pour la montagne et 72% pour la campagne.

Sur le littoral la tendance est beaucoup plus mitigée en fonction des secteurs d’activités.

La situation est plus compliquée dans les métropoles et dans l’urbain (Lourdes compris) avec une baisse de fréquentation estimée à 40% par les professionnels.

ADAPTATION DES PROFESSIONNELS À LA SITUATION

83% ont exercé leur activité normalement

Durant le mois d’août, 83% des professionnels ont pu exercer leur activité normalement ou en adaptant leur activité au contexte actuel.

Certains professionnels ont décidé de ne pas ouvrir pour des raisons économiques et/ou une mise en place trop contraignante des mesures liées au Covid-19. L’absence des groupes et des clientèles étrangères pèse pour beaucoup dans ce choix.

Le musée Toulouse-Lautrec

ÉVOLUTION ET ORIGINES DES CLIENTÈLES

Hausse des clientèles française et de proximité

Tous les univers de consommation touristique sont touchés par la baisse des étrangers (79%) et des groupes (54,6%)

au cours du mois d’août par rapport à 2019.

La conjoncture actuelle accentue la fréquentation des clientèles française et de proximité.


La restauration, les loisirs et la culture figurent parmi les secteurs les plus touchés par le manque de clientèles groupes et étrangers.

Le mois d’août marque l’arrivée massive de clientèle issue de la région parisienne et la vallée du Rhône.

Les habitants d’Occitanie sont aussi présents notamment en montagne.

PANIER MOYEN

Un panier moyen stable par rapport à 2019

 

Le panier moyen pour le mois de juillet-août - pour mémoire il est de 56 € en moyenne par jour et par personne pour la clientèle française* - reste à un niveau stable par rapport à celui de l’année dernière.

La situation est en amélioration par rapport au mois de juillet.

*Source : enquête 2019 sur les comportements, la satisfaction et les dépenses des visiteurs en Occitanie

Les réservations pour le mois de septembre

Une incertitude qui pèse sur les réservations

32% des répondants jugent le niveau des réservations pour le mois d’août élevé ou moyen, mais près d’un professionnel sur deux est pessimiste quant au niveau d’activité du mois de septembre. Cette tendance est encore plus marquée dans les métropoles et les milieux urbains.

Beaucoup de professionnels ont du mal à se projeter (22%) sur l’activité du mois de septembre notamment à cause des nombreuses annulations et de l’augmentation des réservations de dernière minute. L’avenir, toujours incertain, ne favorise pas les réservations, tandis que la mise en place des mesures Covid est très restrictive pour la clientèle de groupes.

Les professionnels du littoral se sentent très impactés par les annonces gouvernementales et le relais fait par les médias sur la situation sanitaire.
L’urbain et les métropoles pâtissent encore plus de l’incertitude et dépendent beaucoup de l’activité liée au tourisme d’affaires en difficulté en ce moment.

 Observations des professionnels

Une typologie de clientèle différente cet été

Le manque de clientèle étrangère se fait énormément ressentir auprès des professionnels car ils ont des habitudes de consommations différentes de la clientèle française.

Sur le littoral, les professionnels voient plus de familles et une clientèle plus populaire par rapport à l’année dernière. En montagne, le manque de curistes se fait ressentir malgré les bons chiffres de fréquentation touristiques.

Pour beaucoup la saison est très mitigée et, malgrè un mois d’août positif, une partie des professionnels pense déjà aux mois à venir et aux difficultés si la fréquentation au mois de septembre et en arrière saison n’est pas au rendez-vous.


Téléchargez le Bilan détaillé de la saison estivale

Brocante - les conseils d'un pro

Brocante - les conseils d'un pro

LA PASSION DE LA DÉCOUVERTE

Pourquoi ce titre : la passion de la découverte ? Parce que la découverte est une passion tout comme la chine, tout comme la collection. Parce que chiner c'est conjuguer le passé au présent, ressusciter un objet endormi, répondre à la question du poète : objets inanimés vous avez bien une âme. Parce que chiner, c'est agir de manière écologique.

LES CHINEURS : UNE GRANDE FAMILLE

Amateurs ou professionnels, chineurs ou collectionneurs, tous ont un point commun, la passion. Chaque semaine vous irez avec eux chiner dans les foires et les marchés aux puces, dans les brocantes et les salons, les braderies et les vide-greniers, dans toute la France et même au-delà. Et bientôt, sans vous connaître, vous vous reconnaîtrez comme faisant partie de la même famille.

LA CHINE : UNE ÉCOLE DE PATIENCE

Chiner ce n'est pas aller en famille dans un magasin, pour y acheter un secrétaire de 1,12 m de large, afin qu'il trouve exactement sa place entre la cheminée et la fenêtre du salon.
Ce n'est pas aller chercher dans le vide-greniers qui se tiendra le samedi suivant, au coin de la rue, la série complète des boîtes Banania pour égayer une étagère de la cuisine ; même si vous avez lu la veille, dans un magazine de décoration, gue les objets publicitaires sont à la mode.
Dans les deux cas, vous risqueriez de vous exposer à une désagréable déconvenue car chiner, ce n'est pas trouver, à coup sûr, un meuble ou un objet des siècles passés, comme on achète un article vu dans un catalogue ou sur une publicité. Au contraire, la chine est une preuve, et non pas une épreuve, de patience et de pugnacité, comparable à celle d'un chercheur ou d'un explorateur. Et plus l'objet sera ancien, fragile, délicat, plus il sera rare mais plus la trouvaille prendra pour son découvreur une valeur inestimable. 
» Amazon