échos

KINSHASA Chroniques au MIAM

KINSHASA
Chroniques

du 13 octobre 2018 au 10 mars 2019
 
Exposition coproduite par le Musée International des Arts Modestes et la Cité de l’architecture & du patrimoine
 
M I A M
Musée International des Arts Modestes

  
Pour la première fois, le MIAM accueille à Sète des artistes du continent africain. Ils vivent et travaillent principalement à Kinshasa, capitale de la République démocratique du Congo.
 
L’exposition Kinshasa Chroniques propose une approche de la capitale congolaise, troisième ville d’Afrique, née du regard d’artistes dont la pratique est ancrée dans une expérience intime de l’espace urbain. Soixante-dix créateurs—individus, binômes, collectifs—y disent par la plastique, par le verbe, par le son, Kinshasa telle qu’elles et ils la voient, la vivent, la questionnent, l’imaginent, l’espèrent, la contestent.
 
La focale est éminemment contemporaine : photographes, vidéastes, performeurs, slameurs, rapeurs, peintres, bédéistes, ils et elles sont presque tous nés après 1980. En cela, l’exposition fait écho à la démographie de Kinshasa, dont la très grande majorité des habitants a moins de quarante ans. Engagés, à la recherche de manières nouvelles de dire et d’imaginer la ville, tant formellement qu’éthiquement et politiquement, les concepteurs que l’on rencontre ici mettent radicalement à mal clichés et images faciles.
http://blog.ville-poussan.fr/wp-content/uploads/2018/10/KINGCapture.jpg
 "Sur fond de déambulation—une traversée de Kinshasa qui mène les visiteurs de quartier en quartier—, l’exposition s’articule autour de neuf chroniques. Ces chroniques peuvent être abordées comme on aborderait la ville elle-même, de manière linéaire ou, selon l’intérêt et l’envie de chacun, en faisant des sauts, des impasses, des allers et retours. Performance, sport, paraître, musique, capital, esprit, débrouille, futur, mémoire : si les thématiques sont diverses, elles n’ont pas pour autant l’objectif d’offrir une vision englobante de Kinshasa. Il s’agit plutôt de suggérer des pistes, ou encore des points d’entrée, pour penser l’espace urbain kinois – pistes et points d’entrée inspirés par le travail des artistes eux-mêmes. L’objectif n’est pas non plus de présenter un panorama des arts contemporains à Kinshasa : l’exposition ne se veut en rien un survol."
 
Plusieurs générations d’artistes sont à l’oeuvre dans la ville aujourd’hui, qui chacune mériterait une ou plusieurs expositions. A quelques exceptions près, qui ensemble confirment la règle, les créateurs en présence ici appartiennent à la plus jeune de ces générations.
 
 
Si certains ont déjà exposé hors Congo, la plupart sont encore peu connus au-delà du milieu des arts kinois.
C’est une importante lacune que Kinshasa Chroniques vise à combler.
 
Un objectif, encore : dialoguer via les formes, les thématiques, la scénographie avec d’autres lieux et initiatives qui se sont donné pour but d’exprimer la richesse, la complexité de la scène artistique congolaise.
Biennale Picha de Lubumbashi qui, en 2017, célébrait sa cinquième édition ; ateliers, expositions, masters class organisés par le collectif kinois Eza Possibles et par Kin ArtStudio, espace fondé à Kinshasa par le plasticien Vitshois Mwilambwe Bondo ; festivals consacrés à la performance, eux aussi à Kinshasa—depuis 2015, les rencontres internationales de performeurs KinAct et en 2007 les Scénos urbaines ;
 
Afropolis : Stadt, Medien, Kunst (Rautenstrauch-Joest Museum, Cologne, 2010-2011), exposition qui consacrait une importante section à Kinshasa ; Kinshasa ville des images (Museum für Kunst und Kulturgeschichte, Dortmund, 2012) ; Beauté Congo (Fondation Cartier pour l’art contemporain, 2015) ; Urban Now : City Life in Congo (WIELS, Bruxelles, 2016) ; Congo Art Works (Garage Museum of Contemporary Art, Moscou, 2017) ; Kinshasa 2050, rendez-vous annuel lancé par l’Institut français de Kinshasa en 2017…
 
Kinshasa Chroniques s’inscrit dans la continuité de ces précédents et d’autres encore, et par-là souhaite contribuer à l’écriture plurielle d’une histoire de l’art urbain congolais.
 
Dans l’optique, toujours, de dialoguer, les approches proposées dans l’exposition sont celles non pas d’un commissaire individuel, mais d’un collectif de praticiens dont les membres sont issus de domaines divers. Performance, architecture, urbanisme, histoire de l’art, science politique se rejoignent et s’interrogent mutuellement. La visée est non pas de dire la ville de Kinshasa, d’énoncer une ou des vérités la concernant, mais de l’écouter, d’apprendre d’elle.
 
"C’est que les oeuvres regroupées dans Kinshasa Chroniques narrent une ville qui a passablement à enseigner à ses consoeurs d’Europe et d’Amérique du Nord. En matière de formes et de pratiques artistiques et en tant qu’espace de vie. Polycentralité, polyfonctionnalité, contigüité, densité, vitalité du commerce de quartier, économie circulaire : ces caractéristiques offrent un terreau de réflexion positif pour faire évoluer les villes au « Nord » vers plus de dynamisme social, de proximité, de fluidité fonctionnelle et de décentralisation de la production urbaine. Avec ses quelque treize millions d’habitants et 85% de sa surface auto-planifiée et auto-construite, Kinshasa peut, en effet, être perçue comme le révélateur d’une nouvelle façon de produire la ville."
 
La vie à Kinshasa est souvent très dure. Il ne s’agit pas de faire l’impasse là-dessus. Mais de désespoir non plus il n’est pas question ici. Et pour cause. Les portraits-catastrophe de Kinshasa, et du Congo plus largement, que véhiculent les médias au « Nord » trouvent peu d’écho dans la production artistique de la ville.
 
Infrastructure dévastée, chômage endémique, militarisation de l’espace, violence quotidienne— ces sujets, ces obstacles, sont bien évidemment traités, mais aussi, et souvent simultanément, la poésie, l’espoir. Kinshasa, vue par ses artistes aujourd’hui, est un espace de possibles. C’est à ces possibles qu’est consacrée cette exposition. 
 
COMMISSAIRES:
Claude Allemand (MIAM) - Sebastien Godret (archidb)- Dominique Malaquais (CNRS)- Fiona Meadows (Cité de l’architecture & du patrimoine)- Éric Androa Mindre Kolo (Bingo Cosmos)
 
INFORMATION PRATIQUES
Musée International des Arts Modestes
23 quai Maréchal de Lattre de Tassigny - 34200 Sète - France

+33 (0)4 99 04 76 44
Cette adresse e-mail est protégée contre les robots spammeurs. Vous devez activer le JavaScript pour la visualiser.
_body" class="adr black-to-orange contextEntry" href="https://webmail22.orange.fr/webmail/fr_FR/read.html?FOLDER=SF_INBOX&IDMSG=111150&check=&SORTBY=1" target="_blank">Cette adresse e-mail est protégée contre les robots spammeurs. Vous devez activer le JavaScript pour la visualiser. - www.miam.org
facebook.com/
museeinterationaldesartsmodestes
twitter.com/miamsete

Heures d’ouvertures
- du 1er octobre au 31 mars : du mardi au dimanche de 10h00 à 12h00 et de 14h00 à 18h00.
Visites guidées sur réservations.
Fermetures annuelles : 1er mai, 1er novembre, 25 décembre et 1er janvier

Tarifs
- Adultes : 5,60 euros
- Groupes de plus de 10 personnes : 3, 60 euros
- Etudiants, 10-18 ans : 2,60 euros
- Groupes scolaires non sétois : 25 euros
-1.2.3 Musées* : 3,60 euros

*Sur présentation d’une entrée adulte à l’Espace Georges Brassens ou au Musée de la mer (validité du ticket 2 jours) le MIAM appliquera aux visiteurs un tarif préférentiel.

Gratuit pour les moins de 10 ans, demandeurs d’emploi, groupes scolaires sétois, et le premier dimanche du mois

ÉCO-DIALOGUES DE THAU

ÉCO-DIALOGUES DE THAU
« SE NOURRIR MIEUX ET LOCAL, DE LA PLANTE AUX NUTRIMENTS »

Samedi 17 novembre 2018 à partir de 17h
Espace Ferdinand Buisson à Villeveyrac



Un partenariat entre le Festival de Thau et l'OMAC de VilleveyracAu menu de cette 7e édition des Automnales, deux rencontres et… un repas pour tout savoir (ou presque) sur comment et pourquoi se nourrir mieux et local, de la plante cultivée aux nutriments.

17h : Rencontre avec Robert Morez
Une vie au service de l’agroécologie
Entrée libre

Agronome de formation et agro-écologue de terrain, Robert Morez est depuis plus d’un demi-siècle et sur tous les sols de la planète un militant de l’agriculture biologique. Compagnon la première heure et ami de Pierre Rabhi, formateur passionné et passionnant, ses 12 « Cahiers de l’Agroécologie » sont une référence en matière d’agro-écologie et de permaculture. Une rencontre avec un homme chaleureux et généreux, dont le récit qu’il vient d’écrire de sa vie consacrée à la défense du vivant est tout un programme : « Mémoires d’un bourricot ».

18h30 : Rencontre avec Mariette Gerber
Alimentation méditerranéenne et santé
Entrée libre

Médecin épidémiologiste, experte à l’ANSES, l’agence nationale de sécurité sanitaire, Mariette Gerber a consacré sa carrière de chercheur à l’Institut du Cancer de Montpellier à la prévention nutritionnelle des maladies dégénératives, avec un intérêt particulier pour l’alimentation méditerranéenne.
Elle a publié « Santé et alimentation méditerranéenne au quotidien » (Edisud) un ouvrage qui présente des menus et recettes permettant d’assurer un très bon équilibre nutritionnel. Une rencontre pour nous aider à décrypter, en matière de santé et d’alimentation, le vrai du faux et des idées reçues.

20h15 : Le dîner de Mariette et Robert !
Un repas conçu spécialement en cohérence avec les principes évoqués lors des rencontres.
Tarif unique : 26€ (entrée, plat, dessert) - Réservation avant le 10/11, nombre de places limité

Billetterie : sur www.festivaldethau.com/billetterie et au bureau du festival, château de Girard

Des oiseaux marins victimes de pollutions aux hydrocarbures

Aucun texte alternatif disponible.
Deux Fous de Bassan ont été retrouvés en état d'hypothermie dans l'Hérault sur les plages de Villeneuve-lès Maguelone et Marseillan et rappatriés au Centre de Sauvegarde de la Faune Sauvage de la LPO à Villeveyrac.
Si vous trouvez des animaux en détresse sur le littoral, contactez rapidement le centre de sauvegarde au 04.67.78.76.24
Vous pourrez retrouver des informations prochainement sur cette actualité et sur le devenir de ces oiseaux sur le site internet et la page du Centre de Sauvegarde de la Faune Sauvage - LPO Hérault.

Grave accident sur la RD2

larucP1150992

Soyez prudents, automobilistes et motocyclistes.

Au niveau de l'embranchement de la RD2 et la route qui mène au siège de Président et de SAM, ce mardi soir à 20 h grave accident de la circulation avec moyens engagés impressionnants. Circulation arrêtée. Nombreux véhicules de pompiers avec deux ambulances et un hélicoptère. Bilan, 2 blessés dont un motard de 25 ans avec jambe fracturée. Il a été dirigé vers le CHU de Montpellier.

larucP1150989

Voyage d'étude en Suisse, pour le développement territorial

 Voyage d’étude sur le développement territorial sur l’arc Lémanique (Genève/Nyon/Lausanne), du 8 au 10 novembre 2018

Du 8 au 10 novembre, une délégation composée de François Commeinhes, Maire de Sète, Président de Sète agglopôle Méditerranée, de Christophe Durand, maire de Mireval, Henri Fricou, maire de Mèze, Yves Michel, maire de Marseillan, Eliane Rosay, maire de Bouzigues, Jean-Guy Majourel, Président du Conseil de développement, Bruno Vandermeersch, membre du Conseil de développement et de 3 cadres de l’agglopôle  se sont rendus en Suisse pour un voyage d’étude sur le développement territorial.

Ce déplacement s’inscrit dans la continuité des travaux engagés dans le cadre de la co-construction du projet de territoire de l’agglomération, à l’horizon 2040.

En juin dernier, une première rencontre a eu lieu à Sète avec Sonia Lavadinho, anthropologue urbaine. Cette chercheuse de renom international a présenté les grandes orientations qui marqueront les aménagements des territoires, dans les décennies à venir.

sdr

Afin d’identifier les futurs possibles en terme d’aménagement sur lesquels notre propre territoire pourrait s’appuyer, une délégation s’est rendue en Suisse durant 48 heures. Trois thématiques avaient été identifiées en amont de cette visite : la mobilité, l’aménagement des espaces publics et la formation innovante.

Ainsi, une première étape, à Nyon, a permis à la délégation d’échanger avec leurs homologues élus,  de visiter des aménagements publics et d’emprunter l’ensemble des modes de transports en commun mis à la disposition du public ; une offre complète, à fort cadencement de trains, tramways, trolleysbus, bus, qui est complétée par la mise en place de bateaux/navettes qui relient les rives du lac et font ainsi partie intégrante du réseau de transports en commun. L’agglopôle de Sète mène aujourd’hui des réflexions dans ce domaine, tant pour fluidifier le trafic et limiter le nombre de véhicules sur son territoire, que pour permettre une ouverture optimale sur l’extérieur.

Le groupe s’est ensuite rendu à Lausanne pour visiter la prestigieuse école polytechnique de Lausanne (E.P.F.L.) qui regroupe, en un même lieu laboratoires de recherche, tiers lieux (hébergement et incubateurs de start up), espaces culturels. Cette école totalement orientée vers le futur, tant par le volet technique que par le volet humain où l’innovation sociale est au centre des réflexions, a suscité de vifs intérêts auprès de chacun.

sdr

Les espaces publics de Genève privilégiant la convivialité et la praticité ont permis aux membres de la délégation de découvrir comment engager des aménagements qui conduisent à une plus grande fluidité dans les déplacements, à une meilleure cohésion sociale. La conjonction de toutes ces améliorations simples concourent à progresser collectivement vers un « Mieux vivre ensemble » indispensable pour offrir un avenir plus serein et prometteur aux habitants du territoire. Ce fut là aussi une source d’inspiration pour le groupe.

Ces déplacements visent, comme celui qui avait eu lieu l’an passé à Pontevedra, en Galice, à s’inspirer de bonnes pratiques mises en place chez nos voisins, en France ou à l’étranger, afin d’identifier ce qui pourrait à notre échelle être reproduit.

"A n’en pas douter, chacun a trouvé durant ce déplacement des idées novatrices, dans des domaines très différents et applicables à notre territoire." Précise Sète Agglopôle.

SMBT : montez dans le bus de l'Inondation

Du 20 au 24 novembre,  le Syndicat mixte du bassin de Thau lance la campagne « mieux connaître l’inondation : ce n’est pas sorcier ! ».

A bord d’un vieux bus scolaire américain, le public découvrira quels phénomènes sont à l’origine du risque inondation dans le bassin de Thau. Projections, témoignages, films d’animation…  à la descente, le risque inondation n’aura plus de secret pour eux.

Plus de 5 millions de français sont concernés par l’inondation. Ce risque arrive pourtant en dernière position dans la liste des préoccupations*. Apprendre à reconnaître le risque inondation, savoir quels comportements adopter pour y faire face sont pourtant essentiels pour diminuer sa vulnérabilité.  

Le Bassin de Thau est classé à risque important d'inondation (TRI). Chargé de piloter la Stratégie Locale de Gestion du Risque Inondation, le Syndicat mixte du bassin de Thau lance avec le soutien du Ministère de la transition écologique une campagne de sensibilisation à l’échelle de tout le territoire.

Du 20 au 24 novembre, le public est invité à monter à bord du bus de l’inondation.

Témoignages, projection, modèles d’écoulement 2D, films d’animation… Il découvrira quels phénomènes sont à l’origine du risque inondation dans le bassin de Thau (submersion marine, débordement de cours d’eau, ruissellement), le projet de Plan d’Action pour la Prévention des Inondations, le travail de cartographie du risque initié par le SMBT mais aussi les mesures à prendre pour adapter son habitat, les bons comportements à adopter et pour les plus impliqués, la possibilité de devenir référent inondation dans leur commune.

Les scolaires ne seront pas oubliés. Le bus fera étape dans les écoles qui souhaiteront l'accueillir pour une séance pédagogique et ludique sur l'apprentissage des phénomènes à l'origine du risque inondation sur le territoire.

Cette campagne a été conçue par le Syndicat mixte du bassin de Thau en partenariat avec le Festival de Thau, certifié Iso 20121 pour toutes ses actions en faveur du développement durable.

Le bus de l’inondation, c’est une manière simple et ludique d’aborder un sujet qui nous concerne tous.

Cinq arrêts sont prévus :
•    arrêt n°1 : Marseillan, mardi 20 novembre, de 9h à 13h (à proximité de l'hôtel de ville)

•    arrêt n°2 : Mèze, jeudi 22 novembre, de 9h à 12h45 (place des Micocouliers)

•    arrêt n°3 :Sète, vendredi 23 novembre, de 14h à 18h (place Aristide Briand)

•    arrêt n°4 : Frontignan, samedi 24 novembre, de 9h à 13h (square de la Liberté)

•    arrêt n°5 : Balaruc-le-vieux, samedi 24 novembre, de 14h à 18h (devant l'école primaire)

*Source : Sondage IFOPoct. 2011

 

A découvrir aussi : le webdoc "Raconte-moi l’inondation"

Témoignages d’habitants du bassin de Thau ayant vécu une inondation, interviews de spécialistes du risque, conseils et
mesures d’adaptation sont à découvrir sur ce support interactif. Conçu par le Syndicat mixte du bassin de Thau avec le soutien du Ministère de la transition écologique, ce webdocumentaire vise à sensibiliser la population. Mieux comprendre le risque inondation et les phénomènes qui sont à l'origine, c'est déjà s'adapter.

WEB DOC RACONTE-MOI L'INONDATION

Accéder au webdocumentaire "Raconte-moi l'inondation"

 

 

Résidus d'hydrocarbure sur les plages


Des petites boulettes noires, semblables aux résidus d’hydrocarbures découverts sur le littoral héraultais ces derniers jours, ont été signalés sur les plages de Sète.

La municipalité de Sète va procéder à un nettoyage et demande aux promeneurs de ne pas les toucher ou de les ramasser.

Prenez date pour la 6ème édition de la grande fête maritime "Escale à Sète"

Escale à Sète, du 7 au 13 avril 2020

Escale à Sète

 

Prenez date pour la 6ème édition de la grande fête maritime "Escale à Sète" qui réunit des vieux gréments.

Vous pourrez admirer les plus majestueux et plus grands voiliers du monde  !

Sont déjà annoncés :

L’Oosterschelde, et le Morgenster

AopZ_Kaap_Verdie_smalL’Oosterschelde est le dernier représentant de la grande flotte de goélettes à trois mâts qui naviguait, au début du XXe siècle, sous pavillon néerlandais. Ce voilier, le plus grand voilier restauré des Pays-Bas, est un monument de l’architecture navale néerlandaise et de la navigation de charge à voile en mer.

Caractéristiques techniques

Type:Goélette à trois mâts et hunier
Année de construction: 1918
Restauration: 1988 – 1992
Port d’attache: Leuvehaven, Rotterdam
Longueur hors tout: 50 m
Longueur de la coque: 40,12 m
Largeur: 7,5 m
Tirant d’eau: 3,00 m
Hauteur du mât: 36 m
Surface de voilure: 891 m2

 

Le ‘ Morgenster ‘ est un voilier brick à deux mâts, totalement gréé en voiles carrées. Son joli grément est basé sur celui des clippers américains  du 18 ème siècle.  Les lourds bateaux de guerre anglais étaient impuissants face aux rapides et maniables clippers américains. 

Naviguer avec un tel grément procure un grand plaisir aux stagiaires et un grand réjouissement pour les passagers  regardant l’équipage menant le bateau.

Morgenster/Richard Sibley

En plus de son exploitation générale en Europe du Nord pendant les saisons d’été, le ‘ Morgenster ‘
Est aussi disponible en période d’hiver pour des longues croisières autour du monde dans les pays chauds.

Date de lancement: 2008
Port d'attache: Den Helder
Zone de navigation: Dans de monde
Classification: RH Z1234+, Directive 2009/45/EC
   
Indicatif d'appel: PHMY
IMO nombre: 5241659
MMSI nombre: 245136000
   
Longueur hors tout: 48,00 m
Largeur: 6,00 m
Tirantd'eau: 2,40 m
Hauteur du mât: 29,00 m
   
Dèplacement: 225 t
   
Moteur principal: Scania DS14, 430 CV
Générateurs: 1x John Deere, 62 kw
1x Mitsubishi, 20 kw
   
   
Capacité du réservoir de carburant: 9.000 l
Capacité eau douce: 9.000 l
   
Type de grèement: Brigue
   
Surface de voiles: 600 m² sous 15 voiles

Inscrivez-vous pour le Trail Urbain de Sète

Le 18 novembre 2018 Trail urbain de Sète.

Départ adulte, 10 h stade Joliot Curie, rue du Dauphiné à Sète.
2 tracés de 16 km et 11 km dans Sète et le Mont Saint Clair.
 
Un parcours enfant, départ 10h15 de la plage de la corniche.
 
L'inscription parcours adulte est de 16 € et 11 € respectivement, enfant 2€ sur sete.thau.triathlon.fr
 
Tous ces efforts seront récompensés par un buffet gratuit : Tielles, Brasucade et vin blancs régionaux et une tombola avec de nombreux lots.
 
TU_Affiche_sponsors
 

Brocante - les conseils d'un pro

Brocante - les conseils d'un pro

LA PASSION DE LA DÉCOUVERTE

Pourquoi ce titre : la passion de la découverte ? Parce que la découverte est une passion tout comme la chine, tout comme la collection. Parce que chiner c'est conjuguer le passé au présent, ressusciter un objet endormi, répondre à la question du poète : objets inanimés vous avez bien une âme. Parce que chiner, c'est agir de manière écologique.

LES CHINEURS : UNE GRANDE FAMILLE

Amateurs ou professionnels, chineurs ou collectionneurs, tous ont un point commun, la passion. Chaque semaine vous irez avec eux chiner dans les foires et les marchés aux puces, dans les brocantes et les salons, les braderies et les vide-greniers, dans toute la France et même au-delà. Et bientôt, sans vous connaître, vous vous reconnaîtrez comme faisant partie de la même famille.

LA CHINE : UNE ÉCOLE DE PATIENCE

Chiner ce n'est pas aller en famille dans un magasin, pour y acheter un secrétaire de 1,12 m de large, afin qu'il trouve exactement sa place entre la cheminée et la fenêtre du salon.
Ce n'est pas aller chercher dans le vide-greniers qui se tiendra le samedi suivant, au coin de la rue, la série complète des boîtes Banania pour égayer une étagère de la cuisine ; même si vous avez lu la veille, dans un magazine de décoration, gue les objets publicitaires sont à la mode.
Dans les deux cas, vous risqueriez de vous exposer à une désagréable déconvenue car chiner, ce n'est pas trouver, à coup sûr, un meuble ou un objet des siècles passés, comme on achète un article vu dans un catalogue ou sur une publicité. Au contraire, la chine est une preuve, et non pas une épreuve, de patience et de pugnacité, comparable à celle d'un chercheur ou d'un explorateur. Et plus l'objet sera ancien, fragile, délicat, plus il sera rare mais plus la trouvaille prendra pour son découvreur une valeur inestimable. 
» Amazon