échos

Limitation de vitesse, téléphone au volant...

Limitation de vitesse, téléphone au volant... : ce qui va changer sur les routes

Limitations de vitesse, mesures contre le téléphone ou l'alcool au volant, protection des deux roues motorisés, amélioration de la sécurité des piétons... Dans le cadre du Comité interministériel de la sécurité routière du 9 janvier 2018, un certain nombre de nouveautés ont été annoncées par le Premier ministre.

Voici une sélection de ces nouveautés dont la mise en place s'étale entre 2018 et 2021 :

Pour 2018

  • réduction de 90 km/h à 80km/h des vitesses maximales autorisées sur les routes à double sens sans séparateur central en dehors des routes à deux fois deux voies et des routes à trois voies - mise en place prévue juillet 2018 ;
  • lutte contre la conduite sous l'emprise de l'alcool en étendant notamment l'usage des éthylotests anti-démarrage (EAD) ;
  • possibilité pour les forces de l'ordre de suspendre temporairement les systèmes de localisation de leur contrôle d'alcoolémie et de stupéfiants ;
  • autorisation de l'allumage de jour des feux de brouillard pour les motocyclistes ;
  • possibilité de vidéo-verbalisation des infractions liées au non-respect des règles de priorité de passage accordées aux piétons ;
  • mise à disposition gratuitement pour tout acheteur de véhicule d'occasion d'un historique des réparations importantes sur le véhicule acheté ;
  • publication sur le site internet de la sécurité routière d'une carte présentant l'implantation des radars automatiques sur le territoire, le lien entre leur implantation et l'accidentalité.
 

Pour 2019

  • durcissement de l'interdiction de tenir en main son téléphone tout en conduisant en donnant la possibilité aux forces de l'ordre de retenir le permis de conduire d'une personne sanctionnée pour conduite avec usage de téléphone tenu en main dès lors que le conducteur commet en même temps une infraction menaçant la sécurité d'autrui ;
  • placement immédiat en fourrière du véhicule d'un conducteur commettant une infraction grave au code de la route (conduite sans permis, conduite après usage de stupéfiants...) ;
  • amélioration de la protection des piétons en augmentant notamment la visibilité des piétons par un meilleur aménagement des abords immédiats des passages piétons.

Et après

  • possibilité pour un conducteur en excès de vitesse de plus de 40 km/h qui fait l'objet d'une suspension de permis de continuer à conduire à condition d'être équipé d'un véhicule avec contrôleur électronique de vitesse.

Et aussi

Infractions routières 

Assemblée Générale du Club des Croisières de Sète

L’assemblée générale du Club des Croisières de Sète s’est réunie ce 10 janvier 2018 en présence de ses 19 membres pour présenter le bilan de l’activité 2017 et les perspectives pour l’année 2018.


Le secteur de la croisière au port de Sète est en pleine croissance. De 8000 passagers en 2012, nous sommes passés à 24 000 passagers en 2016, 47 000 en 2017 et une prévision de 110 000 en 2018.

Cette croissance est en lien avec les diverses actions engagées par le Club de Croisière depuis plusieurs années, conjuguées aux investissements réalisés par la Région Occitanie sur le Môle Masselin et sur le nouveau quai H, qui permettent dorénavant au port de se positionner sur des navires de plus grandes dimensions. croiCapture
Les retombées économiques sur Sète et le territoire régional sont conséquentes. On parle d’ores et déjà de plusieurs millions d’euros.
 
Une assemblée générale extraordinaire s’est également tenue et a procédé à une modification des statuts avec la constitution d’un bureau de cinq membres (Région Occitanie – Département de l’Hérault – Commune de Sète – CCI de l’Hérault – Port de Sète Sud de France).

La Présidence du Club des Croisières a été attribuée à Jean-Claude GAYSSOT, Président de Port de Sète Sud de France.
Ce mandat sera d’une durée d’un an, et sera ensuite transmis à un autre membre du bureau.
Marc CHEVALLIER a d’autre part été nommé Président d’Honneur en raison de son engagement et des services rendus à l’association.


L’engagement de la CCI (Départementale et Régionale), des acteurs du tourisme locaux et régionaux, des acteurs publics et privés ouvre des perspectives exceptionnelles de développement et de promotion de notre territoire. Jean-Claude GAYSSOT a tenu à saluer le travail considérable accompli par Didier CODORNIOU 1er Vice-Président de la Région Occitanie Pyrénées Méditerranée, ainsi que par François COMMEINHES Maire de Sète, précédents co-présidents du Club des Croisières et par Marc CHEVALLIER précédent vice-président.


L’unanimité a été faite pour applaudir les compétences et l’efficacité de Catherine LAFON en charge de la promotion croisière au Port de Sète et référente du Club des Croisières, avant son départ à la retraite en avril 2018 après 20 années passées à ce poste.

CES à Las Vegas : la Région Occitanie / Pyrénées-Méditerranée en force

CES à Las Vegas : la Région Occitanie / Pyrénées-Méditerranée arrive en force avec 61 entreprises.

OCCICapture

 Depuis hier, Nadia Pellefigue, vice-présidente de la Région Occitanie / Pyrénées-Méditerranée en charge du développement économique, de la recherche, de l'innovation et de l'enseignement supérieur, et Marie-Thérèse Mercier, conseillère régionale, conduisent une délégation régionale de 61 entreprises au Consumer Electronics Show (CES) qui se tient à Las Vegas, jusqu'au 12 janvier.

 A leur arrivée hier soir, la délégation régionale a participé à la soirée Francophonie du CES 2018 en présence de plus de 600 ressortissants francophones et de Mounir Mahjoubi, secrétaire d'État auprès du Premier ministre chargé du Numérique.

Au programme de cette deuxième journée : session de pitchs pour 9 entreprises régionales (Road-Light, Algodone, Wishi, Flipr, Rubixsi, Synox, Soben, Airborne Syntony et Odesy) devant un jury composé notamment de la vice-présidente Nadia Pellefigue.

 Une rencontre est ensuite organisée avec deux entrepreneurs français : Olivier Lauvray, président et COO de Encore Semi à San Diego et Frédéric Chesnais, PDG du groupe Atari. L'objectif de cet échange est de recueillir les témoignages de ces dirigeants sur leurs parcours aux Etats-Unis et leurs expertises pour se développer sur le marché américain.

 Pour la Présidente de la Région, Carole Delga : « ce déplacement à Las Vegas est stratégique pour nos start-up et va leur permettre de gagner en visibilité et en crédibilité, de nouer des partenariats commerciaux, stratégiques et financiers et de confronter leur innovation à la réalité du marché. Pour la 4ème année consécutive, la Région s'est mobilisée autour de son agence de développement économique, d'innovation et d'export pour les préparer et les accompagner lors de ce grand rendez-vous international. Pour la Région, l'enjeu de ce déplacement est de promouvoir l'exceptionnel écosystème d'Occitanie / Pyrénées-Méditerranée mais aussi d'étudier les solutions de soutien à l'innovation pratiquées aux Etats-Unis. »

Zoom sur Vaonis, pépite régionale récompensée par un CES Innovation Award :

Basée à Clapiers dans l'Hérault, l'entreprise Vaonis a reçu un prestigieux CES Innovation Award pour son télescope nouvelle génération. Léger, facile à transporter et doté d'une application mobile, l'instrument, qui peut être contrôlé à distance par un smartphone ou une tablette, permet de photographier l'espace, et de recevoir directement les clichés sur appareil mobile. Avant même sa commercialisation en avril 2018, le télescope innovant baptisé « Stellina » a déjà enregistré des dizaines de pré-ventes à des particuliers.

« Pour nous, c'est un énorme signal. Grâce à ce prix, on a eu de nombreux contacts et déjà des opportunités pour vendre notre produit, que ce soit à des distributeurs, à des musées... » commente Cyril Dupuy, CEO de la société Vaonis.

A propos du CES :

Le Consumer Electronic Show (CES) Las Vegas est le principal salon mondial des concepteurs et fabricants de nouvelles technologies. Chaque année, il mobilise près de 200 000 visiteurs professionnels autour de 3 600 exposants. Près de 20 000 nouveaux produits y sont lancés à l'échelle mondiale sur chaque édition. Le CES représente une occasion de rencontrer en un temps record les leaders mondiaux, grands groupes et influenceurs, impliqués dans la transformation numérique de l'économie. Par ailleurs, l'événement génère une très large couverture médiatique avec près de 7 500 journalistes.

Retrouvez la liste complète des 61 entreprises qui composent la délégation régionale ici : https://www.laregion.fr/61-entreprises-de-la-region-rivalisent-avec-les-meilleures

Une femelle dauphin bleu et blanc échouée sur une plage d'Agde

Prévenus dimanche matin par la brigade environnement de la ville et des promeneurs sur la plage des Battuts à Agde, Marine et Renaud, de l'équipe de l’Aire marine protégée, sont allés procéder à une vérification de l'espèce et aux mesures habituelles in situ.

En bon état de conservation il s’agit d’une femelle dauphin bleu et blanc d’environ 2m qui sera autopsiée par nos soins avec des prélèvements à la clé qui permettront peut-être d’en savoir plus sur les causes du décès. Données qui seront envoyées au réseau national d’échouage des cétacés dont l’Aire marine protégée est membre. La plupart du temps ces animaux meurent simplement de vieillesse, ou de collision avec des bateaux, voire de maladies et de virus.  Rappelons qu'il ne faut pas toucher les cétacés échoués sur les plages car ils peuvent être porteurs de maladies. Si vous observez des grands animaux marins échoués, morts ou vivants, sur le littoral tels que dauphins ou tortues le plus simple est d’appeler les pompiers qui feront ensuite le relais avec les personnes habilitées à s’en occuper.

Renaud Dupuy de la Grandrive,
directeur du milieu marin de la ville d’Agde

Violences faites aux femmes

Découvrez les principales actions de l’Etat pour la lutte contre les violences faites aux femmes

Le 5ème plan de mobilisation et de lutte contre toutes les violences faites aux femmes, 2017-2019

vvv

Le 5ème plan de mobilisation et de lutte contre toutes les violences faites aux femmes (2017-2019) fixe trois objectifs à atteindre afin de permettre à toutes les femmes victimes de violences d’accéder à leurs droits pour sortir des violences et se reconstruire 

Un site à votre disposition : http://stop-violences-femmes.gouv.fr/

  1. Assurer l’accès aux droits et sécuriser les dispositifs qui ont fait leurs preuves pour améliorer le parcours des femmes victimes de violences (violences conjugales, sexuelles, psychologiques, etc.)
  2. Renforcer l’action publique là où les besoins sont les plus importants
  3. Déraciner les violences en luttant contre le sexisme, qui banalise la culture des violences et du viol

    5ème plan de mobilisation et de lutte contre toutes les violences faites aux femmes, 2017-2019 (pdf - 1.2 Mo)
    "Personne n’a le droit de vous agresser ou de vous imposer un acte sexuel que vous ne désirez pas. Quelles que soient les circonstances du viol ou de l’agression, vous n’y êtes pour rien."

    L’auteur des faits est le seul responsable. Le coupable, c’est votre agresseur.

     Quelle que soit la forme de cette violence sexuelle, ses conséquences pour vous sont importantes, nombreuses et durables notamment anxiété, trouble du sommeil et / ou de l’alimentation, peurs intenses, culpabilité, dépression, isolement, conduites à risque ou agressives…

    Ces manifestations sont propres à chaque victime et sont variables dans le temps et justifient de ne pas rester seule et de chercher de l’aide.

     Que les faits soient anciens ou récents, IL FAUT EN PARLER à une personne en qui vous avez confiance, à un professionnel (médecin, assistant-e social-e, avocat-e) ou adressez-vous à une association spécialisée dans la lutte contre le viol et les violences faites aux femmes qui vous accompagnera. Le 3919 est à votre disposition pour vous écouter et vous guider.

     SIGNALEZ les faits à la police et à la gendarmerie. Vous ferez l’objet d’une attention particulière de la part des services de police ou des unités de gendarmerie qui ont mis en place des dispositifs d’accueil et d’aide aux victimes : intervenantes sociales, psychologues...

    En cas d’urgence, appelez le 17 ou le 112 (depuis un portable).

Sécurité routière : dernières mesures annoncées par le 1er Ministre

Ce mardi 9 janvier le 1er ministre a annoncé afin de faire chuter la mortalité sur les routes, selon lui, un certain nombre de mesures : 18, en voici les principales :

1)En juillet 2018, les vitesses maximales autorisées sur les routes à double sens, sans séparateur central en dehors des routes à deux fois deux voies, passeront de 90 km/h à 80 km/h.Driving Down the Road

2)Aide aux victimes : fonds d'investissement pour la moderniser des structures sanitaires et médico-sociales destinées à la prise en charge des accidentés de la route va être créé

3)Piétons : les aménagements des abords immédiats des passages piétons seront repensés à partir de 2019 pour les rendre plus visibles. Les refus de passage des conducteurs pourront être vidéo-verbalisés.

4)Vélos : Les nouveaux cyclistes (+ 8,7 % de tués en 2016) seront sensibilisés à son « bon usage en toute sécurité ».

5)Alcoolémie : pose des éthylotests anti-démarrage obligatoire dès cette année pour tout récidiviste ayant déjà été surpris à conduire en état d'ivresse. Obligation d'avoir un éthylotest à bord qui va être supprimée.

6)Téléphone au volant : à partir de 2019, les conducteurs surpris à conduire en téléphonant pourront se voir « retenir » leur permis de conduire, s'ils commettent en même temps une infraction menaçant la sécurité d'autrui.

7)Mise en fourrière : en 2019, véhicule immédiatement placé en fourrière pour les auteurs d'infractions graves comme la conduite sans permis, sous usage de stupéfiant ou surpris avec un taux d'alcool dans le sang délictuel.

12)Permettre aux forces de l’ordre, à leur demande, de suspendre temporairement la localisation de leur contrôle d’alcoolémie et de stupéfiants. Ce dispositif pourra être appliqué également pour des opérations de lutte contre le terrorisme et la criminalité.

Pour en savoir plus copier l'adresse du lien : http://www.gouvernement.fr/sites/default/files/document/document/2018/01/dossier_de_presse_-_comite_interministeriel_de_la_securite_routiere_-_mardi_9_janvier_2018.pdf

Parcoursup : les étapes clés 2018

Découvrez le calendrier et les étapes clés de Parcoursup, la nouvelle procédure d'admission pour les lycéens. Chaque étape est primordiale pour s'inscrire dans l'enseignement supérieur, il est important de les réaliser dans les délais impartis pour mener à bien la procédure.

  • Inscription et saisie des voeux
  • Propositions d'admission et réponses des lycéens
  • Inscription administrative et fin de la procédure

    Dès le 15 janvier 2018

    Ouverture de la plateforme d'admission.

    Du 22 janvier au 13 mars 2018

    Les lycéens s'inscrivent et créent leur dossier Parcoursup en saisissant une adresse mail valide et régulièrement consultée. Les adresses mail des parents d'élèves peuvent être renseignées pour leur permettre de recevoir les messages et alertes liés à la procédure.

    Consultation des caractéristiques de chaque formation : les lycéens découvrent les contenus des enseignements, les attendus, les taux de passage en 2e année, les débouchés, etc.

    Saisie des voeux : jusqu'à 10 voeux maximum selon leurs projets, sans classement (avant de confirmer les vœux, ils doivent, sur la plateforme, exprimer leur préférence dans une rubrique dédiée à cet effet. Non communiquée aux établissements choisis, cette information pourra être utilisée par la commission d'accès à l'enseignement supérieur pour trouver une formation à ceux qui n'ont pas reçu de propositions d'admission).

    Aucun nouveau voeu ne peut être formulé après le 13 mars à 18h.

    Jusqu'au 31 mars 2018

    Un délai supplémentaire est accordé aux lycéens pour compléter leur dossier et confirmer leurs vœux.

    Finalisation du dossier : éléments à saisir en ligne, en particulier le projet de formation motivé pour chaque formation choisie et déposer d'éventuels documents demandés sur la plateforme.

    Confirmation de chaque vœu une fois le dossier complet : un vœu non confirmé avant le 31 mars n'est pas pris en compte. Attention, après le 31 mars, aucun élément du dossier ne pourra être modifié.

    "Propositions d'admission et réponses des lycéens"

    Du 22 mai au 21 septembre 2018

    Réception et acceptation des propositions d'admission : les lycéens prennent connaissance des décisions des établissements et répondent aux propositions d'admission qui leur sont faites dans le délai imparti.

    À noter : suspension des propositions d'admission pendant la durée des épreuves écrites du baccalauréat (décompte des délais suspendu). Acceptation ou renonciation à des propositions en cours possible.

    Pour les lycéens qui n'ont eu que des réponses négatives à leurs vœux (uniquement dans le cas où tous les vœux ont été formulés pour des formations sélectives), la commission d'accès à l'enseignement supérieur pourra faire des propositions de formation.

    À partir du 26 juin 2018 : phase complémentaire

    Ouverture de la phase complémentaire pour les lycéens sans proposition d'admission.

    De nouveaux voeux pour des formations disposant de places vacantes peuvent être formulés.

    Après les résultats du baccalauréat, la commission d'accès à l'enseignement supérieur étudie les souhaits de formation prioritaires et les dossiers des bacheliers qui n'ont reçu aucune proposition d'admission. Elle leur fait des propositions de formation au plus près de leurs choix initiaux.

    "Inscription administrative et fin de la procédure"

    Durant l'été, les lycéens effectuent une inscription administrative dans leur établissement d'accueil.

    Le 21 septembre 2018, tous les bacheliers qui le souhaitent sont inscrits.

  •  

Manif des policiers

Comme partout en France, les policiers se sont rassemblés ce mardi midi devant le commissariat de Sète pour dénoncer les violences dont ils sont victimes/ Après l'agression filmée de deux policiers la nuit du nouvel an près de Paris, les policiers sont en colère.  Ils appelaient à des rassemblements ce mardi midi devant les commissariats de France.

Le sens de l'histoire

De nos jours rares sont les journaux ou les émissions de télé qui vont au fond des choses. La plupart délivrent de l’infospectacle ou nous abreuvent d’images négatives. Ils nous montrent un monde où tout est danger, un monde qui fait peur.

Ils n’expliquent plus, ils mettent en scène des situations plus ou moins vraies à forte dose émotionnelle. L’analyse a laissé la place à l’instantané et à la recherche du sensationnel.

Plus grave encore l’internet avec ses réseaux sociaux et ses blogueurs diffuse maintenant des informations non vérifiées. Chaque jour un tsunami de rumeurs, de demi-vérité voire de purs mensonges inonde la toile.

Et pourtant l’internet n’est pas qu’un simple outil de propagande et de désinformation. En quelques années, il est devenu une formidable place publique qui permet aux citoyens de s’exprimer.
Malgré l’extrême difficulté de faire la part des choses dans les flux d’informations qui nous parviennent de cette agora, il est clair que nos concitoyens sont plein d'idées pour sortir d'une crise qui nous lamine depuis des décennies.

L’histoire est pleine d’exemples de crises qui débouchent sur des changements radicaux. Si Les citoyens ont encore du mal à clairement identifier ce qui se passe ils sentent bien que notre monde change. Ils peinent encore à donner un nom à leur désespérance mais ils perçoivent cependant qu’avec les nouvelles technologies l’air du temps est aussi aux idées neuves

Depuis toujours les nouvelles techniques et les nouvelles idées ont produit de grands changements dans nos sociétés ; une fois encore elles vont bousculer nos façons de vivre et de penser collectivement.

Avec une mise en commun toujours plus aisée des objets, même une notion aussi ancrée que propriété individuelle se relativise via le développement de la mutualisation des objets, la location, les achats groupés et autres coopératives citoyennes.
L’intelligence artificielle s’intègre aux voitures, aux maisons, aux hôpitaux. Dans l’entreprise ces machines qui prendront au moins en partie la place des cerveaux n’a pas fini de bousculer le marché de l’emploi. Souhaitons simplement que la dignité du travail puisse être prise en compte autant que le profit pour orienter l’économie

Ces évolutions encore difficile à énumérer et à expliciter clairement, ne tarderont pas à se préciser puis à s’imposer.
Suffiront-elles pour résoudre les grands problèmes planétaires de l’environnement et des tensions entre nations ?
En Europe, la France, à la suite de Jean Monnet, a su œuvrer pour que s’instaure une paix durable après deux mille ans de guerres incessantes qui ont ravagé notre continent.
Le peuple français saura-t-il de nouveau orienter l’histoire et faire en sorte que les rêves de liberté, de justice et d’humanité ne se terminent pas par la dictature et l’oppression ?

Que les "Lumières" soient !

Il est normal de souhaiter que la lumière diffuse en ce début janvier. Il est vrai que, passé le cap du solstice d'hiver, peu à peu, le jour gagne en longueur, même si le ciel est parfois obscurci.

Mais "les Lumières" ? Celles de la fin du XVIIIème siècle ? La clarté de la raison devait chasser les ombres de l'obscurantisme grâce aux flambeaux qu'allumèrent en France les "philosophes" et ailleurs de grands esprits. Les "Lumières" auraient-elles pâli ?lumièreIMG_3350

 

Apparemment, il n'est guère question de ces "Lumières" dans la vie politique locale, si l'on en croit le florilège publié par Midi Libre le 3 janvier. Il y est question des Sétois (qui se garent en double file), des joutes (jamais autant de public pour la Saint Louis depuis 1994), d'Agnès Varda. Il est aussi question de Sète en tant que décor de films et ville qui a inspiré à Laurent Wauquiez comme une impression de déjà vu. M.

le Maire, paraît-il, aime à travailler dans l'ombre. Côté maires du bassin de Thau, un seul a répondu au syndicat FO de l'hôpital. Côté mairies, un noir silence. Ainsi va la vie publique au niveau local. Mais ces déclarations plus ou moins claires, ces considérations plus ou moins obscures ne sont que le reflet de rivalités, de luttes d'influence, de mise à jour de certains ego ("Je suis d'accord avec François. Le pape. Pas toi") C'est la vie et c'est la vie politique. Les grands principes, disons qu'on ne s'y réfère pas souvent.

On peut brocarder Laurent Wauquiez ("Jamais venu mais déjà venu"), mais on ne lui demande pas s'il a oublié l'universalité des Droits de l'Homme ou que le droit du travail avait été reconnu en 1848, lors de la révolution de février de cette année-là.

 Et le cas de L. Wauquiez est bien en accord avec une évolution contemporaine en action sur les deux rives de l'Atlantique, de Varsovie à New-York. Le néonationalisme, le repli "identitaire", la xénophobie s'installent, diffusent leurs poisons. En bonne raison, après deux conflits mondiaux et 60 millions de victimes, le nationalisme devrait être discrédité. Or, ce qui rend inquiétante la situation actuelle, c'est qu'elle ressemble, inversée, à celle qui prévalait à la fin du XVIIIème siècle et qu'évoque la revue L'Histoire dans sa livraison de janvier.

Le dossier de ce numéro évoque un corps de doctrine répandu de part et d'autre de l'Atlantique, illustré par des personnalités puissantes, de Paine à Kant, en passant par Locke et Rousseau. Le résultat, les "révolutions atlantiques" : l'indépendance des Etats-Unis, la Révolution française, le soulèvement de Saint Domingue et les indépendances en Amérique latine dans les années 1820. Le tout lié à "une constellation de manières de faire, d'agir, d'interagir". Ainsi, on lut différemment. Le théâtre était en vogue, l'exemple de Beaumarchais nous le rappelle.

 Bien sûr, l'Histoire, dit-on, "ne repasse pas les plats". Rousseau, d'une certaine façon, semble bien écouté de nos jours.

Mais, comme aurait pu le dire Voltaire, l'obscurité gagne notre ciel.

Raison de plus pour souhaiter, en 2018, que les "Lumières" soient !

Brocante - les conseils d'un pro

Brocante - les conseils d'un pro

LA PASSION DE LA DÉCOUVERTE

Pourquoi ce titre : la passion de la découverte ? Parce que la découverte est une passion tout comme la chine, tout comme la collection. Parce que chiner c'est conjuguer le passé au présent, ressusciter un objet endormi, répondre à la question du poète : objets inanimés vous avez bien une âme. Parce que chiner, c'est agir de manière écologique.

LES CHINEURS : UNE GRANDE FAMILLE

Amateurs ou professionnels, chineurs ou collectionneurs, tous ont un point commun, la passion. Chaque semaine vous irez avec eux chiner dans les foires et les marchés aux puces, dans les brocantes et les salons, les braderies et les vide-greniers, dans toute la France et même au-delà. Et bientôt, sans vous connaître, vous vous reconnaîtrez comme faisant partie de la même famille.

LA CHINE : UNE ÉCOLE DE PATIENCE

Chiner ce n'est pas aller en famille dans un magasin, pour y acheter un secrétaire de 1,12 m de large, afin qu'il trouve exactement sa place entre la cheminée et la fenêtre du salon.
Ce n'est pas aller chercher dans le vide-greniers qui se tiendra le samedi suivant, au coin de la rue, la série complète des boîtes Banania pour égayer une étagère de la cuisine ; même si vous avez lu la veille, dans un magazine de décoration, gue les objets publicitaires sont à la mode.
Dans les deux cas, vous risqueriez de vous exposer à une désagréable déconvenue car chiner, ce n'est pas trouver, à coup sûr, un meuble ou un objet des siècles passés, comme on achète un article vu dans un catalogue ou sur une publicité. Au contraire, la chine est une preuve, et non pas une épreuve, de patience et de pugnacité, comparable à celle d'un chercheur ou d'un explorateur. Et plus l'objet sera ancien, fragile, délicat, plus il sera rare mais plus la trouvaille prendra pour son découvreur une valeur inestimable. 
» Amazon