échos

Rencontre pour le projet de création d'un grand tiers lieu structurant à Sète

L'association Sète en commun, porteuse d'un projet de création d'un grand tiers lieu structurant à Sète, pour l'ensemble de la population de Sète agglopôle Méditerranée, qui prendrait place dans l'ancien collège Victor Hugo, organise ce 26 janvier de 9h30 à 12h30 une rencontre publique (salle Tarbouriech Théâtre de le mer) afin de partager largement avec les habitants sa réflexion sur ce projet.

Le Conseil d’administration et les bénévoles de l’association travaillent depuis quelques mois sur la conception d’un grand tiers lieu à Sète, pour l’ensemble de la population de Sète agglopôle Méditerranée .

François Commeinhes, Maire de Sète et Président de l’agglopôle nous a demandé d’étudier la faisabilité de sa création dans l’ancien collège Victor Hugo , aux côté s de formations de l’Université de Montpellier qu’il est envisagé d’y implanter.

Un des axes forts du tiers lieu sera de renforcer l’émergence d’entreprises sur le territoire et d’accompagner les porteurs de projet dans leur création , notamment dans les domaines de transition écologique , de solidarité et d’innovation sociale .

Il accueillera notamment un fablab , un espace de coworking et un hub d’accompagnateurs à la création d’entreprises. Ce tiers lieu nous le voulons aussi lieu de rencontre, de brassage et de mixité sociale et intergénérationnelle , de convivialité et de culture, d’apprentissage, de faire ensemble, de mise en synergie des nombreuses initiatives citoyennes et associatives existantes . Un grand tiers lieu pour partager , apprendre, transmettre, entreprendre, créer, faire ensemble, mieux vivre ensemble, innover, fabriquer, rayonner, mutualiser, se nourrir, débattre , s'émouvoir, rêver ! Sète en commun souhaite aujourd’hui partager ce projet avec les habitants de l’agglo pôle, identifier avec eux les besoins prioritaires et préciser les activités et les services à offrir dans le tiers lieu.

La rencontre sera organisée sous forme d'ateliers thématiques participatifs suivis d'une restitution et discussion collective.

tiersCaptureProgramme de la matinée :

9h30 - 9h45 : accueil café 9h45 - 10h15 : Mot d’accueil Sète en commun et présentation du projet 10h15 - 11h15 : Ateliers thématiques en sous

- groupes 11h 30 - 12h 30 : Restitution de chaque atelier et discussion collective

12h 30 : Clôture puis apéritif partagé

Thèmes des ateliers :

- ATELIERS ÉDUCATIFS, CULTURELS, MANUELS ... : une zone d'effervescence pour partager et développer nos savoir - faire à tous âges.

- LE RÉSEAU des CO - WORKERS : travailler dans un lieu convivial hors de chez soi, s'entre - aider, échanger des contacts et des idées.

- La FABRIQUE à ENTREPRENDRE : de l'idée au projet. Être accompagné pour passer à l'action et créer son entreprise.

- LES RENDEZ - VOUS PUBLICS : lumière sur les expos, les débats et conférences, les événements. Il se passe toujours quelque chose dans le tiers lieu ! - FAIRE ENSEMBLE au FABLAB : du concept au prototype puis à la mise au point et à la production.

- PLACE A L'INNOVATION SOCIALE : des r éponses nouvelles aux besoins des habitants, pour favoriser le lien social et intergénérationnel, améliorer l'accès au numérique pour tous et l'accès à l'emploi.

- RAYONNER AU DELÀ DES MURS : faire vivre les activités du tiers lieu sur tout le territoire d e l'agglomération.

- COOPÉRATION, MODE D'EMPLOI : un lieu de synergies entre les différents acteurs associatifs et les initiatives citoyennes du territoire. - TRANSITION ÉCOLOGIQUE : contribuer sur le territoire à l'évolution des pratiques face à l'urgence écologique.

- LIBRE COURS : exprimer d'autres attentes, d'autres idées, d'autres envies... pour ce tiers lieu.

Contact : Sète en commun Odile Kirchner, présidente – 06 75 45 04 61

Marjolaine Combes, coordinatrice - 06 61 77 31 89

Cette adresse e-mail est protégée contre les robots spammeurs. Vous devez activer le JavaScript pour la visualiser.

https://www.facebook.com/setencommun/

Lien vers la newsletter http://sh1.sendinblue.com/1ya45t22gc.html?t=1547627915

Lien vers le formulaire d’inscription aux ateliers : https://sondage.dockdigital.fr/index.php/725438

Ce projet reçoit le soutien d u Fonds de confiance France Active, de la Fondation Banque Populaire du Sud, du CGET et de Sète agglopôle Méditerranée

Elections à la chambre d’agriculture de l’Hérault 2019 Comment voter ?

Pour le vote électronique, vous devez :aller sur le site dédié

(www.jevoteenligne.fr/chambres-agri2019) depuis un ordinateur, une tabletteou un smartphone ;
 
renseigner votre numéro d'identifiant (figurant dans le cadre en haut à gauche au recto de la notice
explicative de vote jointe à votre pli électoral) et votre date de naissance ;
 
choisir la liste de votre choix en cliquant sur le logo correspondant (vous pouvez visualiser la
composition de chaque liste et la profession de foi associée en cliquant sur le logo correspondant à
la liste en question et revenir sur l'écran de présentation des listes à l'aide de la touche « retour ») ;
pour les votes sur smartphone, vous êtes invités à faire défiler l'ensemble des listes de candidature sur votre écran ;
 
saisir le code confidentiel (figurant sous une étiquette à gratter dans le cadre en haut à gauche au
recto de la notice explicative de vote jointe à votre pli électoral) et cliquer sur la case « voter » (votre vote devient définitif).
La procédure de vote est rappelée dans la vidéo Elections Chambres d'agriculture 2019 : comment
voter en ligne ?
Pour le vote par correspondance, vous devez :
 
insérer le bulletin de la liste de votre choix dans l'enveloppe électorale opaque jointe à votre pli électoral ;
 
insérer cette enveloppe électorale opaque et la carte d'émargement à détacher de la notice explicative de vote dans l'enveloppe de retour de vote jointe à votre pli électoral ;
 
cacheter l'enveloppe de retour de vote puis la signer dans le cadre prévu à cet effet figurant au dos de l'enveloppe ;
 
poster, sans affranchir, cette enveloppe de retour de vote.
Tout ce qu'il faut savoir sur les élections 2019 sur le site des Chambres d'agriculture (APCA), à suivre également sur Twitter
avec le hashtag #ChambAgri2019
Vous pouvez voter jusqu’au 31 janvier 2019 minuit.

Navettes gratuites pour la cérémonie des vœux à Sète

La Ville de Sète met en place des navettes gratuites pour la cérémonie des vœux qui se déroule lundi 21 janvier 2019 à 18 h 30 aux entrepôts Larosa avenue Gilbert Martelli à Sète. Deux bus se relaieront toutes les 20 minutes à partir de 17 h 15 au départ de l’arrêt « Passage le dauphin », quai de la Résistance, vers les entrepôts Larosa.

 

Deux autres bus effectueront aussi le trajet toutes les 15 minutes directement depuis le parking du Mas Coulet vers les entrepôts Larosa à partir de 17 h 15. Les retours se feront à partir de 20 h jusqu’à 22 h.

 

Horizons2021.fr : un outil interactif pour aider les élèves de 2nde

Horizons2021.fr : un outil interactif pour aider les élèves de 2nde à choisir leurs spécialités :


Les élèves sont invités à tester les combinaisons d'enseignements de spécialité pour prendre connaissance de toutes les possibilités qui s'offrent à eux. Créé par l'Onisep, cet outil permet aux lycéens qui envisagent la voie générale de préciser leurs choix d'enseignements de spécialité. Il propose un descriptif de chaque enseignement... [+]

Horizons2021.fr : un outil interactif pour aider les élèves de 2nde à choisir leurs spécialités

La pollution numérique, réduisez la vôtre

L’impact environnemental du numérique est un champ de recherches qui vise à évaluer l'effet des technologies de l'information et de la communication sur l'environnement.

Certains désignent comme « pollution numérique » les conséquences environnementales négatives de la numérisation, incluant, pour certains, la pollution électromagnétique et les usages parasites de l'informatique comme le spam. Ces conséquences négatives proviennent de la consommation d'électricité non négligeable des systèmes, de l'usage de matières premières pour la construction des appareils, et de leur destruction après leur remplacement.

Il faut savoir que la révolution internet ne fait que commencer.

La barre des 50% de la population mondiale ayant accès à l’internet a été franchie en 2018. Au rythme actuel, le monde comptera bientôt 5 milliards d’internautes dont 4 milliards seront actifs sur les réseaux sociaux. Le taux de pénétration dépasse déjà 80% en Europe et s’en approche en Amérique. En Afrique il atteint maintenant les 40% avec la plus forte croissance annuelle du monde grâce à des startups qui font bouger le continent. Ainsi, à Nairobi, loin de la Silicon Valley, une entreprise kenyane du secteur de l’économie sociale et solidaire, Ushahidi[1], développe la BRCK (la « brique » ), petit boitier électronique qui permet avec une seule carte SIM de raccorder 20 appareils à la fois à un réseau 3G, 4G ou Wifi en s’adaptant à l’infrastructure locale.

L’internet est devenu « mobile » et sur tous les continents le smartphone est à présent le principal moyen utilisé pour se connecter au web. On passe près de 5 heures par jour sur l’internet dont plus d’une heure sur les réseaux sociaux. En quelques années, l’internet a considérablement changé nos modes de vie et la société. La toile est déjà devenue un lieu de rencontre, un lieu d’échange, un centre d’achat et une source d’information incontournable mais ce n’est que le début d’une révolution plus profonde encore.

Chaque minute dans le monde

 160 millions d’emails envoyés
 13 millions de SMS envoyés
 11 millions de dollars de ventes en ligne (Amazon, Alibaba, etc.)
 4 millions de requêtes sur Google
 4 millions de vidéos vues sur Youtube (racheté par Google)
 2 millions de snaps (snapchat)
 750.000 titres écoutés sur Spotify (musique en streaming)
 500.000 tweets
 50.000 photos publiées sur Instagram (racheté par Facebook)
 120 nouveaux inscrits sur Linkdl

Source : Domo - Data Never Sleeps (2018)

 Les leaders de l’internet, devenant de plus en plus puissants, acquièrent des positions dominantes voire quasi monopolistiques dans leur secteur. Ils réalisent des bénéfices considérables qu’ils réinvestissent pour regrouper autour d’eux les acteurs les plus innovants et les plus performants des nouvelles technologies.

 Google avec son moteur de recherche incontournable, génère une manne financière considérable grâce à la publicité en ligne. Google a ainsi rapidement généré les fonds nécessaires aux rachats de fournisseurs de contenu comme Youtube ou Picasa. Google s’est s’est transformée en un conglomérat d’entreprises, nommé Alphabet, qui intervient dans tous les secteurs des nouvelles technologies. Le chiffre d’affaires d’Alphabet dépasse maintenant largement les 100 milliards de dollars avec un bénéfice qui tourne autour de 15 milliards de dollars par an. Alphabet est présent dans la biotechnologie avec sa filiale Calico, dans la domotique avec Nest Labs, dans la robotique et l’intelligence artificielle avec Google X, etc.

Facebook, lancé en 2006, compte plus de 2 milliards d’utilisateurs chaque mois. Son chiffre d’affaire dépasse les 40 milliards de dollars et son bénéfice est du même ordre que celui de Google[2]. Après avoir racheté plusieurs entreprises complémentaires de son offre comme Messenger, WhatsApp et Instagram, Facebook ne se contente plus de son réseau social. Mark Zuckerberg, le patron de Facebook, s’est fixé l’objectif de rendre internet accessible partout dans le monde d’ici 2026, de développer la plateforme de référence de l’intelligence artificielle et de devenir un leader de la réalité virtuelle et la réalité augmentée.

Aller plus loin avec : http://futuroscopie.org/index.php/technologie/internet/170-internet-des-objets

[1] Ushahidi : « témoignage » en Swahili

[2] 15,9 milliards de dollars en 2017

Code, Html, Numériques, Codage, Web

Hors, les promoteurs des technologies de l'information et de la communication soutiennent que les flux d'information, qu'ils disent « dématérialisés », réduisent l'impact des activités humaines sur l'environnement, en diminuant les ponctions sur les ressources naturelles par une meilleure organisation de la production et de la consommation. Leurs critiques estiment que cette réduction est illusoire, et que cette perception se fonde sur la discrétion des consommations numériques, opposée à la visibilité des moyens de transmission matériels, comme dans le cas d'un courriel remplaçant un courrier. La plus grande disponibilité de la ressource entraîne par un effet rebond l'augmentation de la consommation, réduisant ou annulant le gain.

Numérique et papier :

Par un exemple souvent cité, le remplacement du papier par des documents électroniques peut amener à diminuer la consommation de papier. Encore faut-il montrer que la facilité d'imprimer rapidement un document papier ne stimule pas la consommation. La technologie permet l'économie, mais les utilisateurs semblent utiliser plutôt les corrections manuelles sur papier que les systèmes de gestion de versions sur document électronique. La consommation de papier a plus que doublé au cours des vingt dernières années5.

Numérique et transports :

De même, l'informatique a permis la baisse de la consommation des moyens de transport, par l'amélioration des véhicules et de la logistique. L'effet de cette baisse, cependant, est entièrement effacé et dépassé par l'augmentation des flux.

Les commentateursqui perçoivent l'effet comme un danger blâment la technologie ou les mœurs selon leur opinion préalable.

La circulation électronique des données implique au moins une consommation d'électricité, diffuse chez les utilisateurs, massive dans les centres de données. Selon l'organisation environnementale Greenpeace, le secteur informatique consomme 7 % du total de la production électrique mondiale, soit environ 1,4 % de la consommation énergétique mondiale. L'impact de cette consommation dépend de la façon dont se produit cette électricité. Certaines des plus importantes des organisations industrielles de l'informatique et d'internet se sont engagées pour un internet alimenté par des énergies renouvelables.

La fabrication des appareils entraîne des déchets et pollutions, l'exploitation de nouvelles resources, la mise en circulation de produits qui peuvent être toxiques.

Au crédit des technologies de l'information et de la communication, l'augmentation de la puissance de calcul des ordinateurs et la multiplication des capteurs de toute nature ont permis la construction des modèles qui alertent sur l'état de la planète et le réchauffement climatique.

Selon  https://www.supinfo.com/articles/single/4897-pollution-numerique, "on estime que 2% des émissions de gaz à effet de serre (CO²) de la planète sont à imputer à l’activité numérique. C’était 1% il y a 15 ans et ce chiffre devrait doubler d’ici 2020, soit 3 à 4 % des émissions de CO² mondiales. La source du problème de la pollution, est que contrairement à certaines pratiques qui ne sont pas non plus écologiques, nos vies privées comme publiques sont construites autour d’Internet. Chacun pollue donc un petit peu tout le temps. On ne peut pas donc pas arrêter complètement l’utilisation d’Internet, mais nous pouvons détecter les bonnes pratiques et celles qu’il faut corriger pour limiter l’impact de notre empreinte numérique sur la planète."

Donc utilisez des astuces pour réduire votre pollution numérique : https://dreamact.eu/fr/blog/article/20/pollution-numerique-ordinateur

roue libre de thau c'est reparti pour 2019

Les membres de l'association "La roue libre de Thau" se sont retrouvés ce samedi 12 janvier à Sète, au 51 rue Pierre Sémard pour leur assemblée générale annuelle.

Cette association a été créée en 2015 pour encourager et promouvoir l'usage du vélo à Sète et  sur le territoire du bassin de Thau et créer une dynamique conviviale autour du vélo. Il faut admettre que l'usage du vélo allié à la convivialité attire de plus en plus de citoyens de notre contrée: le nombre d'adhérents a plus que doublé depuis 2015 pour dépasser maintenant la centaine.

Le rapport d'activité et le bilan financier ont été voté à l'unanimité par les adhérents présents. En 2018, l'association a organisé des balades mensuelles, si possible reliées à des événements culturels conviviaux comme la fête des colibris à Agde. Les vélorutions, défilés à bicyclette dans les villes, ont permis de montrer que la bicyclette est aussi un moyen de déplacement qui nécessite des aménagements comme des voies cyclables ou des double-sens cyclistes en zone 30. Tout cela reste un combat à mener et pour cela La Roue Libre de Thau travaille dans la mesure du possible avec les acteurs territoriaux pour développer l'usage du vélo. L'association a bien sûr participé à la consultation pour la mise en place du PDU Plan de Déplacement Urbain sur l'Agglopôle.
Les ateliers de réparation de vélo ont obtenu un franc succès. Tous les samedis de 11h à 13h, vous pouvez venir faire réparer votre petite reine au 6 rue Pierre Sémard  moyennant l'adhésion à l'association qui s'élève à 5 euros. Un atelier de réparation a également été mis en place à Frontignan tous les deuxièmes samedis du mois de 10 à 12 h place de la mairie.

 

Les objectifs et les projets pour 2019 ont été discutés et élaborés  au sein des ateliers, chacun des ateliers était chargé de travailler sur un thème particulier et d'élaborer des propositions d'actions.
Des sujets aussi variés comme "le vélo école", la communication , les aménagements, le fonctionnement interne ont été abordés dans la convivialité et le respect de la parole de chacun.

L'après-midi a été clôturée par une galette des rois autour de laquelle de fructueux échanges ont eu lieu entre les participants, anciens ou nouveaux adhérents.

S.V.R.

Logement : l’ADIL vous conseille gratuitement

Maisons, La Propriété, Immobilier, RealL’ADIL (Association Départementale pour l’Information sur le Logement) vous conseille en mettant gratuitement à votre disposition des juristes spécialisés dans le droit, le financement et la fiscalité du logement (accession à la propriété, location, bail, loyers, charges, problèmes de copropriété).

Des permanences sont assurées toute l’année, où chacun peut obtenir des réponses précises, complètes et objectives, à leurs interrogations.

  • A Sète : 17, rue Pierre Sémard (du lundi au vendredi : sans rendez-vous le matin de 9h30 à 12h30 pour les questions exclusivement locatives / sur rendez-vous de 14h à 17h).
  • A Frontignan : 7, rue des Raffineries, espace Muammad Yunus (sur rendez-vous les troisièmes mardis après-midi du mois de 14h à 17h, soit les 29 janvier, 19 février et 19 mars pour le 1er trimestre 2019).

 

  • ADIL DE L'HERAULT
  •   04 67 55 55 55
  •   Site officiel

    4 Bis Rue Rondelet

  •  Montpellier

L'apprentissage en Région Ocitanie

Choisir l’apprentissage, c’est prendre un parcours de formation  professionnalisant !

Logo Apprentissage en région Occitanie

L’apprentissage en Occitanie vous ouvre les portes à plus de 300 métiers, dans des secteurs très différents : artisanat, commerce, industrie, bâtiment, services, numérique, aéronautique, énergies renouvelables… Obtenez un diplôme et une expérience professionnelle reconnue pour mieux s’insérer sur le marché du travail !

Pour favoriser cette voie de formation, la Région Occitanie met à disposition des candidats et des recruteurs une application de mise en relation directe, Anie.

Choisir la voie de l’apprentissage,
c’est prendre un parcours de formation plus professionnalisant !

L’apprentissage permet d’obtenir un diplôme ainsi qu’une expérience professionnelle, reconnus et valorisés, pour favoriser votre intégration sur le marché du travail. Cette modalité de formation vous ouvre les portes de plus de 300 métiers qui embauchent dans des secteurs très différents comme l’artisanat, le commerce, l’industrie, le bâtiment, les services, mais aussi le numérique, l’aéronautique ou encore les énergies renouvelables !

Aller plus loin : https://www.apprentissageenregion.fr/decouvrir-les-metiers/

Nuit de la lecture en Occitanie, le 19 janvier

Pour sa deuxième édition, la Nuit de la lecture se déroulera le samedi 19 janvier 2018 dans les bibliothèques et librairies qui proposeront plusieurs milliers d'événements partout en France.


Manifestation initiée par le ministère de la Culture

La Nuit de la lecture, manifestation nationale autour de la lecture et du plaisir de lire, se déroulera le samedi après-midi et toute la soirée, et parfois même dès le vendredi 18 janvier pour permettre la participation des publics scolaires. Bibliothécaires et libraires vous proposeront ainsi de découvrir de manière ludique et festive la richesse de leurs collections papier et numérique, les nouvelles parutions comme les œuvres littéraires du passé, leurs larges ressources et services, et aussi d’échanger ou encore de jouer autour des mots.

L’accessibilité au livre : un enjeu de démocratisation majeur

Au moment où s’engage une grande réflexion nationale à travers la mission confiée à Erik Orsenna, nommé ambassadeur de bonne volonté pour la lecture, la Nuit de la lecture contribue à rendre toujours plus familière la fréquentation de ces lieux de vie et de culture de proximité que sont les bibliothèques et les librairies auprès de tous ceux qui aiment le livre et la lecture mais aussi auprès de tous ceux qui, trop souvent encore, s’en trouvent éloignés.

En Occitanie, plus de 160 bibliothèques et librairies proposeront près de 400 animations réparties sur les treize départements de la région.

Rencontres avec des écrivains, jeux autour de la littérature, lectures pour petits et grands, une soirée intergénérationnelle de partage autour du texte qu'il soit écrit, lu, chanté ou conté ! Ce sera également l'occasion pour tous de découvrir ou redécouvrir les nombreuses bibliothèques et librairies de la région.

En effet, l’Occitanie compte plus de 500 médiathèques et environ 900 points lecture, ainsi que 54 librairies labellisées "Librairie de Référence". Ce label, délivré par le ministère de la Culture, est destiné à soutenir et valoriser le travail de sélection, de conseil et d’animation culturelle réalisé par les librairies indépendantes.

Premier réseau d’équipements culturels de proximité, médiathèques et librairies participent à l'aménagement du territoire régional et jouent un rôle déterminant pour la promotion de la diversité éditoriale.

Retrouvez le programme des animations proposées pour cette deuxième

Nuit de la lecture
sur le site
www.nuitdelalecture.fr

LA PETITE EPICERIE - MUSEE INTERNATIONAL DES ARTS MODESTES

Musée International des Arts ModestesLa petite épicerie du Miam

La petite épicerie est le service pédagogique du Musée International des Arts Modestes, vous propose des ateliers pratiques artistiques qui sont réalisés par Vanessa Notley, Claire Giordano et Sylvette Ardoino, enseignantes à l’école des Beaux-arts avec des artistes invités.

Les activités du service s’adressent à tous, petits et grands, pendant toute l’année pour faire du musée un lieu ouvert et vivant.
Téléchargez la plaquette de présentation de la petite épicerie du Miam 

Les ateliers du mercredi «libre service»

avec Vanessa Notley
Venez découvrir le MIAM et participer à un atelier de création peinture, dessin, construction, collage…

 LES ENFANTS SONT LIBRES DE VENIR LE TEMPS QU’ILS VEULENT POUR UNE HEURE OU DEUX .

  • morning MIAM 10H-12H / 4-5 ANS
  • Aprèm’ au MIAM 14H-16H / 6 ANS ET +
  • 1 HEURE = 3 € 2 HEURES = 5,50 €



LE PREMIER WEEK-END DU MOIS 

avec Sylvette Ardoino & des artistes invités

 ATELIERS CRISPY

  • POUR TOUS LES CRISPIES RÉSERVATIONS AU 04 99 04 76 44
  • SAMEDI 10H-12H / 3-11 ANS - 14H-17H / 6-12 ANS
  • DIMANCHE 14H30-17H30 /
  • OUVERT À TOUS PETITS & GRANDS, SEULS OU ACCOMPAGNÉS 1 ADULTE ET 1 ENFANT OU 1 ADO ET 1 ENFANT FORMULE CRISPY : 5,50 €



LES VACANCES à la Petite épicerie 

On regarde, on décrit, on échange, on commente en lien direct avec les œuvres exposées au Musée et puis on dessine, on peint, on fabrique, on invente en écho avec l’exposition temporaire avec Sylvette Ardoino

DU 26 FEVRIER AU 8 MARS

 DU MARDI AU VENDREDI 10H-12H / 3-5 ANS

  • 1 HEURE = 3 €
  • 2 HEURES = 5,50 €


 MERCREDIS ET VENDREDIS 14H-16H / 6-8 ANS

  • MARDIS ET JEUDIS 14H-16H / 9 ANS ET +
  • 2 HEURES = 5,50 €

Brocante - les conseils d'un pro

Brocante - les conseils d'un pro

LA PASSION DE LA DÉCOUVERTE

Pourquoi ce titre : la passion de la découverte ? Parce que la découverte est une passion tout comme la chine, tout comme la collection. Parce que chiner c'est conjuguer le passé au présent, ressusciter un objet endormi, répondre à la question du poète : objets inanimés vous avez bien une âme. Parce que chiner, c'est agir de manière écologique.

LES CHINEURS : UNE GRANDE FAMILLE

Amateurs ou professionnels, chineurs ou collectionneurs, tous ont un point commun, la passion. Chaque semaine vous irez avec eux chiner dans les foires et les marchés aux puces, dans les brocantes et les salons, les braderies et les vide-greniers, dans toute la France et même au-delà. Et bientôt, sans vous connaître, vous vous reconnaîtrez comme faisant partie de la même famille.

LA CHINE : UNE ÉCOLE DE PATIENCE

Chiner ce n'est pas aller en famille dans un magasin, pour y acheter un secrétaire de 1,12 m de large, afin qu'il trouve exactement sa place entre la cheminée et la fenêtre du salon.
Ce n'est pas aller chercher dans le vide-greniers qui se tiendra le samedi suivant, au coin de la rue, la série complète des boîtes Banania pour égayer une étagère de la cuisine ; même si vous avez lu la veille, dans un magazine de décoration, gue les objets publicitaires sont à la mode.
Dans les deux cas, vous risqueriez de vous exposer à une désagréable déconvenue car chiner, ce n'est pas trouver, à coup sûr, un meuble ou un objet des siècles passés, comme on achète un article vu dans un catalogue ou sur une publicité. Au contraire, la chine est une preuve, et non pas une épreuve, de patience et de pugnacité, comparable à celle d'un chercheur ou d'un explorateur. Et plus l'objet sera ancien, fragile, délicat, plus il sera rare mais plus la trouvaille prendra pour son découvreur une valeur inestimable. 
» Amazon