courrier des lecteurs

Réponse à Mr PLATON...

Lorsque les personnes détenant le pouvoir en abusent,
lorsque les voyous de touts bords peuvent agir avec impunité,
lorsqu'on fait partie de réseaux influents, qu'on peut dans le secret faire discrètement ses petites affaires,
lorsque les autorités méprisent les lois et les citoyens, persuadées qu'elles pourront les contourner et être intouchables,
lorsque les autorités n'informent pas les citoyens sur le fonctionnement des institutions, des administrations, par le secret de leurs activités,
lorsque le peuple n'est pas suffisamment éduqué, civiquement, à connaître ses droits,
lorsque la même loi n'est pas appliquée de la même façon pour tous les citoyens,
lorsque les contre pouvoirs sont pratiquement inexistants,
alors c'est la tyrannie. la dictature.

Un citoyen Français en 2014 (Jean-Pierre Choquer)

Platon, République, VIII, 562b-563e

Voici le texte que m'a évoqué votre chronique Résistance civique -  Cordialement. Patrick Misse

Lorsque les pères s'habituent à laisser faire les enfants,
lorsque les fils ne tiennent plus compte de leurs paroles,
lorsque les maîtres tremblent devant leurs élèves et préfèrent les flatter,
lorsque finalement les jeunes gens méprisent les lois,
parce qu'ils ne reconnaissent plus au-dessus d'eux
l'autorité de rien ni de personne,
alors c'est là, en toute beauté et en toute jeunesse,
le début de la tyrannie.

Platon, République, VIII, 562b-563e

De la liberté

La liberté, c'est quoi ? Faire ce que je veux ?
Bassiner les voisins par des cris de mégère ?
Rouler à gauche en France, à droite en Angleterre ?
Passer devant les gens alors qu'ils font la queue ?

Bien évidemment non ! Nous sommes tous tenus
Au respect du voisin pour ne pas l'embêter.
Lui aussi a des droits et veut sa liberté,
Mais nous ne voulons pas qu'il en fasse un abus !

C'est pourquoi il existe des règles du jeu
Et il faut s'y plier que ça nous plaise ou non,
Car du contrat social nous sommes les maillons,
Et que violer ses lois, c'est y porter le feu.

Alors abstenons-nous de fumer en public,
Respectons les feux rouges, les sens interdits,
N'assommons pas les gens par des excès de bruits,
Ne volons pas autrui pour nous faire du fric. 

Ceci dit, attention ! Parfois, les gouvernants,
Tripotent les régions en savants découpages,
Élaborent des lois à leur seul avantage,
Et tant pis si pour nous l'effet est très gênant. 

Que nous vivions en paix n'est pas leur vrai souci,
Ce qui est vital pour eux, c'est d'être réélus,
Ils n'hésiteront pas à nous faire cocus,
Même si leurs décrets provoquent la chienlit.

Ne comptons pas sur eux pour l'harmonie sociale,
Et soyons vigilants pour leur tenir la bride,
Utilisons le Net pour coincer les cupides,
Traquer les corrompus aux entrailles vénales.

Pour sortir les vendus, des associations
De simples citoyens ou de consommateurs,
S'opposent aux abus, dénoncent les tricheurs.  (1)
Aidons-les à veiller, signons leurs pétitions. (2)

Luttons pour que nos fils aient un monde meilleur :
Exigeons de nos chefs qu'ils soient un bon exemple,
Que de l'honnêteté ils fréquentent le temple,
Et de notre côté, préservons notre honneur. (3)

Sans cela les élus glisseront sur la pente
Qui est de s'enrichir toujours à nos dépends,
Semant à la volée promesses et serments,
Et se moquant de nous pour assurer leur rente.

Redisons-le : la liberté ça se mérite !
D'abord en respectant celle de ses voisins,
Ensuite en s'opposant aux textes léonins
Faits pour nous opprimer sous un masque hypocrite. (4) 

René FRANCAL  

______________________________________________________________________________ 

(1)  Nous n'aurons jamais trop de ces fiers esprits qui jugent, critiquent et résistent. Ils sont le sel de la cité. ALAIN (Propos d'un normand).
(2)Visiter les sites : ANTICOR, SHERPA, STOP CORRUPTION, L'INFO DECODEE FRANCE LIBERTES, ATTAC, ensemblenjustice.org , CARLOS CARDOSO, UFC QUE CHOISIR, CLCV, TRANSPARENCE France, le-dard.com 
(3) Les mœurs font toujours de meilleurs citoyens que les lois. MONTESQUIEU (Lettres persanes).
(4) Le grand point de l'éducation, c'est de prêcher d'exemple. TURGOT (Correspondance).

Démocratie locale en danger : votre maire est-il un démocrate?

Voici quelques propositions pour le savoir…

Tout d’abord, quelques informations importantes.
Les règles de base sont que les élus délibèrent, décident et que le Maire applique les décisions du conseil municipal. 
Il est évident que le fonctionnement de la commune doit être transparent et que le Maire n’a pas à pratiquer un pouvoir personnel.
Malheureusement, ça ne se vérifie pas toujours dans la pratique.

Les élus ont la possibilité de déléguer certaines de leurs décisions au Maire et aux adjoints, dans des domaines définis par la loi, après avoir pris une délibération afin de  leur donner des « délégations de pouvoir » spécifiques. 
Ce sera l’objet d’une délibération en réunion du conseil municipal.
En pratique, cette décision se prendra aussitôt que le Maire a été élu, pour des raisons d‘efficacité de fonctionnement, de réponse à des décisions urgentes.
Toutes ces décisions prises alors en « délégation de pouvoir » seront appelées des « décisions du Maire ».
Elles seront consultables aussitôt prises, comme les « arrêtés municipaux » dans un registre ouvert au public en Mairie et envoyées au Préfet au plus tôt pour contrôle de l‘autorité de tutelle. La date de cet envoi devra figurer sur la décision.
On retrouvera ces « décisions du Maire », lors du conseil municipal en lecture aux élus pour information et validation, celles-ci ne faisant pas partie de l‘ordre du jour, sans débat, généralement lues par le Maire en fin de réunion du conseil municipal.
Comme je vous le disais précédemment, la règle de base affirme que les élus doivent délibérer et le Maire appliquer les décisions des élus.
Dans ce cas, concernant les « décisions du Maire », on constate que la règle est inversée.
Le Maire décide et les élus valident des décisions prises dont pour la plupart il est impossible de revenir en arrière, les élus n’ayant qu’un rôle de contrôle à postériori.
Un certain nombre de Maires profitent de ces « décisions du Maire » pour développer leur « pouvoir personnel » et pour dissimuler des pans entiers du fonctionnement de la commune aux élus, à l’autorité de tutelle et aux citoyens.
A noter que le recours pour les « décisions du Maire » est de 2 mois. 
Dépassé ce délai, le recours auprès du tribunal administratif sera impossible.
Il arrivera même que la réunion du conseil municipal validant cette décision soit proposée au delà des deux mois autorisant le recours, en toute légalité, la périodicité des réunions obligatoires du conseil municipal étant trimestrielles. 
C’est donc en particulier en analysant  les « décisions du Maire » et leur validation, leur publicité que l’on pourra évaluer la qualité de la démocratie communale.
Voici quelques recettes employées par certains Maires pratiquant  les « excès de pouvoir », pour limiter les informations légales, finalement pour rendre quasi secrètes ces « décisions du Maire » et développer leur pouvoir personnel dans la commune.
* Ne pas inscrire les « décisions du maire » en compte rendu du conseil municipal, document devant être affichée en Mairie.
*
Ne pas les lire en conseil municipal. 
La lecture publique des « décisions du Maire » n’est pas obligatoire si les élus ont reçu préalablement une note les précisant, mais par respect des personnes qui se sont déplacées à la réunion du conseil municipal, il n’est pas interdit de transgresser ce droit autorisant de ne pas les lire, surtout si le Maire n’a rien à cacher.
Rien n’interdit à un Maire de développer plus de démocratie dans sa commune! 
Elles devraient légalement se trouver dans le procès verbal, document fourni aux élus.
Dans ce cas, les administrés ne seront jamais informés de ces décisions s’ils ne les ont pas consultées en Mairie, dans le délai de 2 mois suivant la « décision du Maire ».
* Ne pas les présenter au conseil municipal dans le délai de 2 mois de délai de recours en sautant une réunion de conseil municipal.
* faire en sorte que la réunion du conseil municipal se passe après le délai de recours légal.  
* Ne pas accompagner cette décision d’une « note de synthèse » appropriée, préconisée par la loi, en les validant auprès du conseil municipal, ce qui est une obligation dans certains cas, en particulier pour tout ce qui concerne les décisions de justice (décision d‘ester, paiement règlements d‘avocats, etc).
* minimiser les informations contenues dans la « décision du Maire ». 
Par
 exemple, concernant une affaire de justice, on trouvera le nom de l’affaire, le nom de l’avocat, un titre minimum non informatif et aucune information de plus, aucune information sur le fond. Ceci permettra entre autres la confusion totales des affaires entre elles concernant la même personne ou entités ayant plusieurs différends avec la commune et une censure totale des affaires de justice, des décisions de justice clôturées, aux élus, à l‘autorité de tutelle et des citoyens.
* Ne pas inscrire certaines « décisions du Maire » à l’ordre du jour de la convocation du conseil municipal, pourtant obligatoires, comme celles concernant les affaires de justice.
* Censure des questions posées par les élus, leurs commentaires, certaines réponses du Maire dans le procés verbal de la réunion du conseil municipal.
* Dans le même ordre d’idée, censure des « questions orales » dans le procès verbal .
Une question orale est une intervention non décidée par le Maire à l’ordre du jour de la réunion du conseil municipal, à l’initiative d’un élu ou posée par un élu à la demande d’un administré.
* filtrage par le Maire, exigé à ses employés municipaux pour connaître les personnes curieuses et avoir une trace concernant les demandes de copies des documents officiels que vous avez demandés.
Dans ce cas, les employés ne seront pas autorisés à vous fournir les copies de ces documents, sauf par la solution d’un écrit officiel de votre part.

Conclusions:

 la lecture des « décision du Maire » sont d’un très grand intérêt car étant de son unique initiative, parfois difficilement contrôlables, difficilement contestables par les élus et les citoyens et que celles-ci sont d’une information légale relativement discrètes, voir parfois pratiquement totalement secrètes, le Maire abusant délibérément de ses pouvoirs en matière d‘information légales.
J’invite donc les « citoyens vigilants » à suivre ces « décisions du Maire » à leur source, c’est-à-dire en Mairie, par une consultation systématique, mensuelle du registre approprié et de les suivre en réunion du conseil municipal pour vérifier que le Maire applique correctement les règles démocratiques légales de communication auprès de ses élus, de l’autorité de tutelle et des citoyens.
Pour contrôler le fonctionnement démocratique de la commune, il sera très utile de demander aussi au Maire les copies des « décisions du Maire » ainsi que les procès verbaux et l’ensemble des notes de synthèses produites aux élus pour les réunions de conseil municipal.
Tout ce qui est présenté aux élus est consultable par les citoyens. 
L’enregistrement des réunions du conseil municipal, très utile, pratique est légal.
Au passage, je déplore que les contenus des documents de justice produits par les communes et les avocats, comme les mémoires, les consultations d’avocat, soient considérés comme des documents privés du Maire et non publics, non produits aux élus, ce qui limite fortement le contrôle de l‘activité judiciaire communale, permet des excès de pouvoir, des plaintes inappropriées auprès des tribunaux, des harcèlements administratifs et judiciaires, ces décisions étant pour la plupart à la seule initiative du Maire et les frais d’avocats à la charge des administrés. 

Ce texte est en réaction à du vécu.

Jean-Pierre Choquer
Cette adresse e-mail est protégée contre les robots spammeurs. Vous devez activer le JavaScript pour la visualiser.

Confiance et démocratie

Je suis entièrement d’accord avec votre dernier édito "confiance et démocratie".
La montée du Front national est en effet le résultat d’une perte générale de confiance des Français dans leur classe politique. Il faut dire qu’on les comprend, même si la voie choisie est la pire de toutes. Toutefois, même si les médias, pour des raisons obscures, en font trop sur son score qu’il faut en effet relativiser, il n’en demeure pas moins que, dans le pessimisme ambiant, la France choisit le plus mauvais chemin et qu’il faut le dire en essayant d’argumenter. En optant pour la dénonciation du bouc émissaire (l’Europe), la France vient de choisir la voie de l’apparente facilité qui se révèlera être celle du renoncement.
C’est très souvent comme cela dans notre pays qui ne semble avoir d’oreille que pour les démagogues. On ne croit pas les candidats qui disent la vérité et qui prônent l’effort. C’est sans doute pour cela que rares sont ceux qui tiennent un discours de vérité. Très curieusement, la France qui ne manque pas d’intuition, le sait mais se voile les yeux. D’où ce discrédit de la classe politique émanant d’un électorat blasé. Et il n’est pas encore exclu que les Français aillent jusqu’au bout de leur fantasme du « Ya qu’à, faut que » si bien exprimé par Marine Le Pen. Nous nous mettrons alors tout seul au ban de la société des nations. Cela durera ce que ça durera. Mais je sais d’expérience que les Français poursuivent leurs choix jusqu’à leur terme, quelles que soient leurs conséquences. C’est leur manière à eux d’avancer persuadés de leur supériorité, les yeux bandés, menaçant le pouvoir établi en donnant des leçons au monde entier. C’est d’ailleurs cette attitude qu’a adoptée le Front National qui se trouve ainsi en totale cohérence avec la pensée commune. On ne voit donc pas ce qui empêcherait notre pays de persister dans son erreur.
Je crois toutefois, parce que je reste optimiste, que tout est réversible et que la raison finit souvent par l’emporter après l’insuccès d’une malheureuse expérience. Le sens de l’équilibre devrait donc nous conduire à nous débarrasser de cet encombrant fardeau. C’est le seul vœu que nous pouvons exprimer aujourd’hui, sans illusion.

Yves Marchand

Les votes lors des Élections européennes mis en perspective

Lors des Élections européennes, le 25 mai 2014, les médias et les partis politiques ont mis l’accent sur le poids de l’abstention dans les résultats finaux comme élément majeur. Certes cela a beaucoup joué, mais il faut y ajouter un certain nombre d’autres facteurs.

Une analyse en perspective des votes exprimés au niveau national fait apparaître l’impact de la bonne centaine de micro-partis sans projet et même sans liste qui ont dispersé les voix ainsi que celui des votes blancs ou nuls.

Quand on étudie les statistiques, 10% environ des électeurs inscrits ont voté FN (24,9% de 42% des votes exprimés) à quoi il faut ajouter quelque 6% des électeurs inscrits (15% de 42% de votes exprimés) qui ont choisi des micro-partis parfois fantaisistes. Ce qui signifie que les partis plus ou moins pro-européens ont glané environ 60% des votes exprimés, soit 25% environ des électeurs inscrits.

À ce total il faudrait ajouter les votes blancs ou nuls qui, s’ils représentent bien une expression de certains électeurs, ont le même effet que l’abstention puisqu’ils ne pèsent pas en faveur de tel ou tel parti. Je m'appuie pour ce décompte sur les chiffres des votes exprimés donnés par les médias et confirmés par le Ministère de l’Intérieur.

Qu’en conclure ? Tout d’abord il ne s’agit pas de condamner les électeurs actifs ou abstentionnistes dans leur comportement, mais de souligner que l’abstention, le vote blanc ou nul et le vote pour un micro-parti reviennent ni plus ni moins à « voter » pour un des partis qui fera plus de 5% des voix dans ce type d’élections. On remarquera d’ailleurs que les médias n’ont guère souligné ce point.

S’abstenir, c’est laisser ceux qui votent décider pour vous, quelles que soient vos opinions. Alors il faut voter et exprimer un choix concret.
Voter pour un micro-parti, souvent local, a hélas le même effet puisqu’il ne pourra atteindre 5% au niveau national ; il en est de même des votes blancs car même s’ils représentaient plus de 50% des votes exprimés, il n’y aurait pas de nouvelles élections. L’exemple de l’abstention illustre parfaitement ce point.
Le vote blanc pourrait peut-être avoir un impact au niveau des municipales dans les petites communes car il y a un deuxième tour et la possibilité entre-temps de changer une tête de liste. Mais, même dans ce cas, il n’y aurait pas de troisième tour en cas de votes blancs massifs.
Une dernière possibilité est de rendre le vote obligatoire (comme en Belgique, par exemple). Après tout, les droits entraînent des devoirs.

Jean-François Sené

Billet d'humeur spécial débacle européenne

Après avoir regardé la "soirée" électorale d'hier à la télé, avec des champions du monde de la chute de l'armoire, et le concours eurovision de cris d'orfraie, je me suis décidé à écrire ces quelques lignes...
Le résultat d'hier était tout sauf imprévisible (sauf par les sociétés de sondages qui paradoxalement sont les seules à ne pas arriver à prévoir les scores du FN).
L'aspect positif de ce résultat c'est que cela va peut être permettre à notre PQR (presse quotidienne régionale), bien mal en point, de vendre plus de papier aujourd'hui avec des titres pleins de points d'exclamation...
Alors, vous l'aurez compris, je n'ai pas été surpris du résultat qui est la suite logique des comportements des politiques et des médias depuis des décennies...
Je n'ai pas été surpris mais je suis quand même en colère, une colère froide et réfléchie...
En colère contre nos politiques bien sûr:
Au niveau national: Atteints d'un autisme sans égal quand il s'agit d'entendre la base ou les électeurs.. Langue de bois, discours de façade qui décrivent l'inverse de ce que les gens voient et de ce qu'ils vivent tous les jours...
Mais ce n'est pas suffisant! Toutes tendances confondues des affaires à la pelle dont on ne voit jamais le bout, aucune remise en cause personnelle et bien sûr pas de place au renouvellement politique avec pour preuve l'identité des candidats proposés en tête de liste (c'est à dire malgré le naufrage, les seuls qui sont élus au parlement européen et qui donc s'en sortent le mieux!) aux électeurs...
Des candidats qui déclarent sans rire, dans leur grande mansuétude pendant la campagne: "Je vous promets que je reviendrais dans votre région au moins une fois par an"... On rêve (!) et les courageux qui ont encore voté pour les partis traditionnels ont vraiment du mérite devant ce spectacle.
Bien sûr, pour que la fête soit parfaite, ces européens convaincus ont passé leur temps à dire que bon nombre de nos problèmes venaient de l'Europe... qui a bon dos pour le coup..
Ensuite, la stratégie de diabolisation du FN, complètement disproportionnée n'a fait que renforcer ce parti et ses acteurs grâce notamment au slogan: "seul contre tous" (lire tous pourris en filigrane).
Au niveau local: Et bien, ce n'est pas mieux: Si il ne faut pas jeter le bébé avec l'eau du bain, car je connais des élus honnêtes et dévoués, désintéressés aussi, de tous bords, force est de constater que les dérives constatées à grande échelle au niveau national existent aussi au niveau local... Cumulards, dans le temps et dans l'espace, affairistes, clientélistes, et bien sûr profiteurs ne manquent pas, avec leur cortège de valets et sujets qui font quelquefois rire quand on les regarde, mais qui font pleurer quand on regarde la facture sur nos avis d'impôts locaux et taxes en tous genres...
On pourrait citer d'autres turpitudes ou rentrer dans les détails, mais je crois que ce ne sera pas très utile... Le citoyen de base voit très bien qu'il constitue une parfaite vache à lait, courtisé aux élections et oublié le reste du temps.. Le premier parti de France est aujourd'hui celui des abstentionnistes, même pour les élections municipales qui sont pourtant celles qui attirent le plus de monde dans les bureaux de vote... En colère contre les médias et la presse:
Au niveau national: Parce qu'elle ne fait pas son travail de pédagogie... Notre pays est un de ceux dont la culture économique de ses habitants est la plus faible...
Parce qu'elle tombe souvent dans le sensationnalisme (il faut bien vendre du papier).. L'exemple récent du "linge aux fenêtres" à Béziers en est un des plus criants... Cet arrêté existe aussi bien dans des villes socialistes que UMP, personne n'en a jamais parlé... Il a suffit que ce soit un Maire soutenu par le FN qui le prenne et c'est devenu un événement de portée quasi internationale... En attendant, quelle pub pour le parti bleu Marine! Et des exemples comme cela, il y en a bien sûr à la pelle.. Le FN fait vendre du papier, la vraie information, l'investigation, ce sera un autre jour..
Au niveau local: La PQR, malade financièrement mais aussi moralement selon moi a une lourde responsabilité dans ce qui se passe... Collusion avec des élus, étouffement d'affaires, de faits divers, ce qui a encouragé certains élus locaux se sentant ainsi intouchables à continuer, confortés dans leur idée qu'étant constamment réélus ils pouvaient tout se permettre..
Le ton moqueur régulièrement employé envers les oppositions locales, et évidemment leur censure ou pire, la déformation de leurs propos ou la caricature de leur position afin de les décrédibiliser ont restreint le champ de lecture, mais surtout le lecteur ne croit plus ce qui est écrit et par conséquent se demande toujours si c'est du lard ou du cochon..
Il est vrai que la manne des "suppléments rédactionnels" ou des annonces légales payées par les collectivités sont indispensables à la survie de nos journaux...
Bref, voilà, cette colère froide, elle est en moi aussi parce que malgré tous les efforts et tout le dévouement dont j'ai toujours fait preuve pour la chose publique, pour le rôle que je me donne à mon niveau dans cette société complexe et désabusée, force est de constater une grande impuissance à faire évoluer les choses dans ce que je crois être le bon sens..
Je viens là de désigner deux corporations responsables de cette désaffection de la politique, mais il serait injuste et illogique, de ne pas moi-même reconnaitre que l'on a tous une part de responsabilité dans cela..
Parce que l'on n'a pas toujours fait ce qu'il fallait, parce que l'on est souvent et même parfois tombé dans la facilité... Il faut reconnaître que la campagne des européennes à quasiment été inexistante..
Ce qui est grave dans cette élection, ce n'est pas tant le score du FN... Ce sont des suffrages exprimés qu'il faut évidemment respecter si on veut être digne du statut de démocrate... Non, ce qui est grave, c'est cette abstention qui dénote une indifférence de la chose publique de la part de nos concitoyens...
Cette indifférence, quand on est impliqué, on ne peut pas l'admettre, on ne peut pas la comprendre, même si elle s'explique en partie par ce qui est exposé ci-dessus.
Mais le pire, c'est qu'à ce jour, aucune lumière, aucun signe d'optimisme, de réelle volonté de changer de comportement des uns et des autres n'apparait sur les écrans radars...
Il faut continuer à oeuvrer, bien sûr, mais tant que nos édiles ne changeront pas radicalement de comportement, j'ai bien peur que la tendance actuelle ne fasse que se confirmer.
Gilles PHOCAS

Triste 1er Mai !

Hier soir, élection du président de Thau Agglo : déception et une sensation de dégoût ! Après la ville, maintenant l'agglo, il a déjà le syndicat mixte ! Le maire de Sète (3ème mandat !) et sa bande étend son pouvoir comme une araignée qui tisse sa toile et emprisonne. Ne nous y trompons pas ! Ce qui se passe ici est aussi ce qui se passe dans notre pays, en Europe et dans le monde. A la fois les tendances mondiales actuelles influencent notre pays de Thau, de même ce qui se manifeste et se crée ici renforce ces volontés et puissances antidémocratiques reposant sur un système égocentré et mercantile : j'achète, je fais pression, je dissimule, j'abuse de tout ! Sète, Ukraine, Soudan, etc. pour moi, ce sont les mêmes phénomènes humains qui se manifestent. - Cette adresse e-mail est protégée contre les robots spammeurs. Vous devez activer le JavaScript pour la visualiser.

Lettre ouverte

Lettre ouverte à Monsieur le Député de la 8eme circonscription de l' Hérault
8 allée Antonin Chauliac 34080 MONTPELLIER

Monsieur le député,

Mon épouse, retraitée de l' Éducation Nationale, viens de recevoir le montant de la pension qu' elle doit déclarer en 2014. La somme indiquée confirme la fiscalisation de la majoration de 10% perçue pour avoir élevé trois enfants. Étant moi même retraité de la SNCF, je suis également touché par cette décision prise, par un gouvernement "socialiste".

Peu importe si vous l'avez personnellement votée ou pas : il s'agit d'une mesure prise par le groupe majoritaire de l' assemblée auquel vous appartenez. Cette mesure devrait rapporter 1,2 milliards d'Euros, touchera 42% des retraités , soit 5,4 millions de personnes.
Elle vient après :

  • le report de six mois de l' indexation des pensions et retraites  permettant "d' économiser" 800 millions,
  • la création, au premier avril 2013 de la "Contribution Additionnelle de Solidarité pour l'Autonomie"" qui rapportera 600 millions en 2014,
  • la hausse supplémentaire de 6 milliards de la TVA qui touchera également les retraités.

Voilà quelques mesures "courageuses" que vous avez prises et qui vont toucher particulièrement les petites retraites et les familles qui auront eu le tort d’élever au moins trois enfants! A cela s'ajoute « le pacte de responsabilité » Hollande/Gattaz qui exonère le patronat de ses cotisations à la branche famille de la sécurité sociale! Tout cela  va t' il  permettre d'assainir les finances publiques?  permettez moi d'en douter.

Votre gouvernement veut " une remise à plat totale de la fiscalité". Je vous suggère d'être attentif à ce qu' a déclaré Thierry Lepaon  qui appelle à un contrôle renforcé des aides accordées aux entreprises . Il estime à 230 milliards d' euros par an  les aides publiques qui sont proposées aux entreprises par les services de l'état, les organismes publics, les collectivités locales, soit environ 4500 dispositifs déclinés sur tout le territoire, sans qu'on puisse collectivement en évaluer l'efficacité, surtout si leur cette efficacité se mesure à la courbe du chômage!

Notre système social est encore basé sur les principes d'assurance et de solidarité (mais pour combien de temps?). Il a une dimension familiale sous forme , d'allocations familiales, de majorations de pensions au profit des personnes qui ont eu un certain nombre d'enfants, et des systèmes de pensions de réversion au profit des veufs et veuves d'assurés. N'est-ce pas de telles mesures qui contribuent à ce que la France ait un indicateur de fécondité de 2,01 le plus élevé d'Europe à égalité avec l' Irlande? Indice que l'on présente comme favorable pour notre avenir. Il n'est que de 1,36 en Allemagne, pays avec lequel on nous compare en permanence! 

Je me serai bien passé de cette augmentation d'impôts qui va me conduire à réduire un certain nombre de mes dépenses. J'ajoute que mes votes futurs sont d'ores et déjà influencés par votre politique essentiellement favorable au grand patronat au détriment des « ménages ». Une telle politique  ne constitue pas une rupture avec la précédente. Non, le changement , ce n'est pas maintenant! 

Votre implication personnelle pour l'implantation d'un  club « Renaissance » à Montpellier mérite attention.. Selon un article de presse paru dans  « L' Hérault du jour » ,  cette association aurait tenue une journée de réflexion sur la santé. Il y est indiqué «  Soit on dérembourse, on réduit la place de l ' hôpital et de la sécurité sociale...soit on s'interroge sur comment soigner mieux en dépensant moins. Si on a pas des principes fondamentaux, on finira avec la première option » , avec des gens comme vous, qui ne résiste pas aux pressions de la finance (faut-t' il vous rappeler la « tirade » du Bourget de HOLLANDE sur son seul ennemi : la finance!) , il y a de fortes chances que ce soit la première option qui l'emporte, pour notre plus grand malheur!

Lors d'une prochaine réunion de ce club, pourquoi ne mettriez pas à l'ordre du jour : «soit le politique maîtrise sérieusement la finance internationale pour que cela profite à « l'humain », soit ,on continue comme aujourd'hui , ce qui  conduit inévitablement le monde à des déséquilibres majeurs, à une forme d'anéantissement »

Je persiste à penser que la vraie renaissance viendra de l'intervention consciente et active du « peuple » dans les institutions modifiées par une sixième république  et dans la rue!

Pour ma part, je manifesterai avec les actifs et retraités des secteurs public et privé à l'appel de la CGT, FO, FSU et Solidaires le 18 mars :

  • pour la défense de la Sécurité Sociale et de son financement,
  • Pour l'emploi, l'augmentation des salaires et des pensions, les services publics,
  • le refus du pacte dit de « responsabilité » 

Salutations

Lionel Couty
1 rue des mouettes
34110 VIC LA GARDIOLE

 

Lettre ouverte

à Monsieur Christian ASSAF,
député de la 8ème circonscription de l'Hérault

Monsieur le député

Je suis retraitée de l'Education nationale. J'ai élevé trois enfants, ce qui me permet de toucher une majoration de pension de 10 %.

Le groupe de l'assemblée auquel vous appartenez a voté sans état d'âme la fiscalisation de ces 10 %. Cette mesure, censée contribuer aux nécessaires économies de l'Etat, rapporterait 1,2 milliard d'euros.

Je salue le sens de l'équité et le grand courage de votre famille politique qui, loin de demander des efforts à ceux qui « crèveront » sur un tas d'or, s'en prend, comme d'autres auparavant, au petit peuple laborieux.

Ce petit peuple, que l'on peut tondre à l'envi, a eu l'insigne sottise de faire des enfants. Il les a élevés tout en travaillant, tâche pour le moins lourde et difficile... Et ce sont ces enfants, LEURS enfants qui, devenus adultes maintenant, payent pour les retraites de leurs aînés !

Vous avez, vous et les vôtres, une bien curieuse façon de remercier ceux qui, au prix de nombreux sacrifices, ont contribué à l'accroissement démographique et à la prospérité de la nation !
L'ennemi juré de notre président, lorsqu'il n'était que candidat, c'était, paraît-il, la Finance...
Autres temps autres mœurs : l'élection passée, ce sont les familles qui trinqueront...

En attendant, ce n'est pas le dérisoire 1,2 milliard d'euros qui redressera notre économie.
En attendant, le grand patronat peut continuer à dormir tranquillement sur ses deux oreilles.
En attendant, les aides aux entreprises pleuvront toujours sans évaluation de leur réelle efficacité.
En attendant, ceux qui devaient être taxés à 80 % pourront engranger des millions d'euros et les salaires monstrueusement indécents perdureront. 
En attendant, la paupérisation de la classe moyenne se poursuivra, le fossé se creusera entre les citoyens, en écoutant la gauche se contenter de psalmodier la justice sociale.
En attendant, grâce à de telles mesures, tant populaires que généreuses, la lamentable chute de cette gauche s'accélèrera. Inexorablement.

Quand le point de non-retour sera atteint, il sera trop tard pour se « réveiller »...

Mais dans quel état la France sera-t-elle ?
Entre les mains de qui sera-t-elle tombée ?

Je vous adresse, monsieur le député, mes salutations distinguées mais néanmoins bien amères.

Françoise Potet-Legros,
34110Vic-la Gardiole

Avec l'APAVH, Joe, la fripouille , est à l'adoption

joeIMG_0437Après avoir alerté les vétérinaires, les dianes de chasse les plus proches, mis des annonces, il a bien fallu se rendre à l’évidence personne ne recherchait notre poilu ! Avec sa bouille de chien abandonné et son air de rien, on l’a tout d’abord appelé « Le Chien Marcel », et puis c’était un peu long alors ce fut « Plumeau » finalement 3 jours plus tard c’est Joe qui s’est imposé ! Et ça lui va super bien. Quand Joe est arrivé en famille d’accueil, il n’en menait pas large…les 8 autres chiens l’ont niflé, reniflé. Il était tout kiki à côté. Joe est typé Bleu de Gascogne, mais plutôt version mini! Le Bleu qui n’a pas grandi. Allez savoir pourquoi, il s’est pris d’affection pour le grand Roch qui fait environ 3 fois son poids ! Seulement les premiers temps Roch appréciait très moyennement ce zébulon qui le suivait partout alors il le lui a fait savoir avec force claquements de mâchoires et grognements…nous avons laissé faire. Encore une fois grogner est un mode de communication, même si nous avions peur que le gros nous le coupe en deux… Roch regardait Joe comme si c’était un insecte, un ouistiti qui l’agaçait...

» associations