courrier des lecteurs

La France souffre de son archaïsme politique

A propose des articles:

Intéressant !
Dommage que le centre de gravité soit l'endroit le plus pollué du bassin.
Chaque fois qu'on creuse à Balaruche, on trouve du pétrole...
Et Sète la sinistrée ne sera jamais un " quartier chic ".
Bravo pour les notations macroéconomiques.
Mais nos pbs ne viennent pas de l'euro qui a plutôt globalement protégé l'Europe des turbulences monétaires mondiales. Et - provisoirement, des guerres tribales...
La GB qui est un pays rentier, est dans un état social lamentable. Espérance de vie en baisse.
Il conviendrait de chasser de l'Union Européenne ce cheval de Troie de l'impérialisme américain dont l'objectif est de démanteler l'économie européenne qui menace sont hégémonie.
La Suisse qui est un état maffieux n'est pas un point de comparaison.
La France souffre de son archaïsme politique et de ses élites corrompues.
Ses prétentions coloniales lui coûtent très  cher.

Cette adresse e-mail est protégée contre les robots spammeurs. Vous devez activer le JavaScript pour la visualiser.

pour Elise

Par Josette Ygrié
A propos d'Elise Bouchard, artiste du mois

Pour Elise la vie n’était plus vivable et elle a mis fin à sa souffrance laissant ses parents et ses proches dans un profond chagrin. «  Mais il y a des larmes qui ne coulent pas de leurs yeux parce qu’elles deviennent des cicatrices dans leurs cœurs ». Elise écrivait, dessinait, chantait : elle nous a donné des textes qui parlent. Nous lui en sommes reconnaissants. Ne l’oublions pas. Prenons un instant pour la connaître. Guillevic écrivait « qu’on ne possède rien, jamais  qu’un peu de temps. »

Cette adresse e-mail est protégée contre les robots spammeurs. Vous devez activer le JavaScript pour la visualiser.

tout à refaire !

Par Lionel Couty
A propos  du dernier édito sur la fusion des agglos de Thau

cocorico!!! les salariés dans tout cela? précaires pour l'essentiel!!!! les dépenses faites pour l'information du réseau transport de l'agglo actuelle??? tout à refaire!!!!
Cette adresse e-mail est protégée contre les robots spammeurs. Vous devez activer le JavaScript pour la visualiser.

D'accord

Par Nicole Bandelier
A propos  du dernier édito sur la fusion des agglos de Thau

Tout à fait d'accord. Merci
Cette adresse e-mail est protégée contre les robots spammeurs. Vous devez activer le JavaScript pour la visualiser.

C'est l'intérêt général qui doit supplanter les clivages politiques.

Par Francis Herrera
A propos  du dernier édito sur la fusion des agglos de Thau

Je suis régulièrement vos infos sur Thau-info. Bravo pour cet édito sur la fusion. Droite ou Gauche c'est l'intérêt général qui doit supplanter les clivages politiques. Est ce que nos élus seront assez intelligent pour cela?
Cette adresse e-mail est protégée contre les robots spammeurs. Vous devez activer le JavaScript pour la visualiser.

fusion des agglos : excellente initiative pleine de bon sens

par André Camélio
A propos  de l'article sur la fusion des agglos

Une excellente initiative pleine de bon sens.
Il est sage de fusionner les deux communautés de communes dont la pertinence géographique est évidente. Preuve en est le besoin de créer le SMBT par M. Le sénateur maire lui même. Ne voyons pas la une quelconque manœuvre de MM. Bouldoire et Denaja (qui n'est même pas conseiller communautaire) mais une vue globale des élus qui ont en majorité appliqué un vote plein de bon sens

Cette adresse e-mail est protégée contre les robots spammeurs. Vous devez activer le JavaScript pour la visualiser.

Polémique Victor

Par Jean-Pierre Causse
A propos  de l'article sur la fusion des agglos et du dernier édito

L’homme semble fait pour se battre et polémiquer...malheureusement.
 Signé: Polémique Victor....
(Cette adresse e-mail est protégée contre les robots spammeurs. Vous devez activer le JavaScript pour la visualiser.)

Plus capable de lever le nez pour faire 100m à pied.

A propos de l'édito de Bernard Barraillé : ça grogne.

Ce n'est vraiment pas citoyen de se garer n'importe comment: il n'y a que le chauffeur qui pense que ça ne gène personne. Il regarde tellement son nombril, qu' il n'est plus capable de lever le nez pour faire 100m à pied... Cette adresse e-mail est protégée contre les robots spammeurs. Vous devez activer le JavaScript pour la visualiser. (Balaruc Les Bains)

Vous y étiez?

par Hervé Le Blanche

 On aurait voulu être à Marseille, samedi 20 février, comme tous ceux qui n'ont pas une gueuse en fonte du côté gauche du corps. Car à Marseille, ce samedi-là, avait lieu un évènement propre à faire avancer la cause des naufragés de Mare Nostrum.  

Berlin en pointe.

SOS-Méditerranée, ses fondateurs, ses activités et ses soutiens créaient l'évènement. SOS-Méditerranée est née d'initiatives convergentes. D'abord, un fort courant est venu d'Allemagne. Dès 2014, Harold Höppner, ci-devant "commerçant de produits exotiques" (Le Monde, 23/12/2015), alors que son pays célèbre la chute du mur de Berlin, considère qu'après tout, les Africains fuyant la misère sont tout aussi dignes d'intérêt que les Ossies qui fuyaient l'univers d'une "démocratie populaire". Harold Höppner "ne reste pas les deux pieds dans le même sabot", fonde une association (Sea-Watch) qui réunit les 450 000 € nécessaires à l'achat et l'aménagement d'un ancien bateau de pêche, accueille des bénévoles (marins, mécaniciens, médecins, électroniciens, traducteurs) et porte secours en mer Egée aux migrants en danger. C'est alors qu'un autre berlinois, Klaus Vogel, capitaine de la marine marchande, se place dans le sillage de Höppner. Son association, SOS-Méditerranée, cherche aussi des fonds. Son bateau n'est présent en Méditerranée que durant deux à trois mois. Et les Français arrivent, Sophie Beau humanitaire. Et le capitaine Louis Martinez sera à la manœuvre.

Et maintenant l'Aquarius.

C'est lui qui sera à la barre du navire de SOS-Méditerranée, l'Aquarius. Cet ancien navire des gardes-côtes allemands, d'âge vénérable même pour un bateau (construit en 1977), armé avec 20 membres d'équipage, peut accueillir 500 voire 800 passagers. Il quittera Marseille pour se positionner en haute-mer, au sud de l'Italie, au plus proche des zones de détresse au large des côtes libyennes. Louis Martinez a déjà œuvré pour sauver 1 841 naufragés de la noyade. Son livre  Capitaine solidaire (en collaboration avec Ch. De Saint Sauveur), paru en septembre 2015 (éd. Arthaud), témoigne de son engagement face au drame des migrations massives. Il était à Marseille et gageons qu'il n'a pas ménagé sa peine aux côtés de Vogel, Beau, d'Aboville pour appeler à la mobilisation citoyenne. On fera visiter l'Aquarius, on finira par une cession musicale. Il faut bien cela pour fendre le bronze de l'indifférence qui semble caparaçonner la société exagonale. En Allemagne, plus d'un million de bénévoles œuvrent pour venir en aide aux migrants. En France, les grands médias ne semblent recevoir aucun signal.

L'évènement de Marseille suscitera-t-il quelque écho? A Sète, premier port de pêche de la Méditerranée où les thoniers restent 9 à 10 mois à quai, on parle quotas de pêche. A la librairie l'Echappée Belle, on a vendu deux exemplaires du témoignage du "capitaine solidaire". Il était à Marseille samedi. Vous y étiez?

Hervé le Blanche

Inquiétude

de Henri Loison

A propos de la création d'un Observatoire des odeurs sur le bassin de Thau (voir article en rubrique environnement)

Si je constate régulièrement des odeurs depuis de nombreuses années sur La Peyrade en particulier l'odeur désagréable de l'usine de traitement des oléagineux, je suis beaucoup plus inquiet sur la sécurité du dépôt de carburant qui est à moins de 1km à vol d'oiseau de mon habitation et des mesures qui ne sont pas prises pour assurer la sécurité du site. - Henri LOISON

N.d.l.r : Frontignan la Peyrade est exposée au risque industriel, lié à la présence du plus important dépôt de carburants de France exploité depuis plus de 20 ans par BP-GDH et classé Seveso seuil haut. Elle est ainsi soumise à un Plan de prévention des risques technologiques (PPRT )... voir détails

Avec l'APAVH, Voyou, le beau chat, est à l'adoption

voyouIMG_9578

"L'histoire de ma courte année de vie est triste, comme celle de milliers d'autres animaux sur cette pauvre planète. J'ai très certainement été donné lorsque j'étais un bébé à n'importe qui. Une fois que j'ai passé l'âge d'être un tout petit, je n'ai plus intéressé les membres de la famille. Du grand classique chez les humains. Ils m'ont donc tout simplement abandonné comme si c'était un acte normal et absolument pas grave. Un acte anodin dans de pauvres esprits. Je suis resté de long mois dehors... j'avais très faim et j'étais blessé. Je manquais énormément d'amour, je cherchais à rentrer chez des voisins, je cherchais désespérément une personne qui allait enfin me voir, je cherchais de l'aide tout simplement. ""J'ai mis du temps à en trouver... mon désarroi ne faisait que grandir... jusqu'à ce qu'une personne se mobilise enfin pour moi et contacte l'association. Merci du fond de mon petit coeur à cette personne. Ce fût la fin de mon calvaire de chat de rue. Depuis quelques semaines auprès de famille d'accueil, je revis ! Je suis enfin épanoui, je reçois enfin l'amour que je mérite et croyez moi je leur fais des milliers de ronrons et de bisous. Je suis devenu zen, tranquille, je ne suis plus inquiet( la preuve, je dors en montrant mon ventre ce qui est signe pour le chat d'une parfaite confiance)..."

» associations