Beaux Arts

Avec Jean Raymond Bessil pour grand-père.

cvbnP1040919Bénédicte Pialat est parisienne. Elle entretient le souvenir de son grand-père Jean Raymond Bessil, peintre estimé, qui a été un temps directeur de l'école des Beaux-arts à Montpellier. Mais il était issu d'une très ancienne famille sétoise. Lui-même bâtira sa vie à Montpellier avant de se retirer près du lac du Salagou à Octon. Et Bénédicte Pialat parle avec tendresse et admiration de son grand-père, saisi par l'art de peindre.

 A Paris, Mme Pialat est en quelque sorte "facilitatrice" auprès des TPE et des start-ups. Elle intervient lors de la mise sur pied des budgets et les mises aux normes dans le domaine social.

L'arrière petite-fille de J.R. Bessil.

Travail prenant et difficile à une époque qui, chaque jour, voit la précarisation des salariés gagner. Très attentive à la postérité de l'œuvre de J.R. Bessil, elle se souvient du temps de sa chambre à l'étage dans la grande demeure de la rue Lapeyronie et en 1986-87, "les vingt ans à Octon". Octon où elle reviendra pour les vacances.

Octon au paysage préservé aujourd'hui et où J.R. Bessil avait aménagé une vraie thébaïde dans une maison acquise vers 1968-69. Sur la place du village, non loin de l'ancien presbytère (aujourd'hui le restaurant La Calade), le peintre allait donner une âme à la maison "des Mages" (clin d'œil à Giono). Là, il rencontrait Jacques Arnaud et sa femme Adeline. Arnaud, l'ami de la jeunesse à Sète quand les étudiants faisaient figure de "jeunesse dorée" auprès des gens du quartier haut.

cvbnXx

Eux ne borneront pas leur horizon à Sète. Ils feront médecine, seront avocat, "monteront" à Paris. Jean Raymond Bessil s'éloignera de sa famille après le remariage de son père, à la suite du décès de sa mère. Et il fut peintre.

 Il eut des amis proches comme le sculpteur Derpies l'architecte des "Mages", ou le psychiatre poète Jean Sanchez, lui aussi installé à Octon où il repose près de Bessil dans le petit cimetière. Mais s'il eut des amis et ne dédaignait pas la baignade, J.R. Bessil était possédé par son art. Peignant dès le matin et au long de la journée. La musique stimulait sa création (Debussy, Ravel). Mais s'il "peignait, peignait", il ne se privait pas de raconter quelques bonnes histoires sétoises.

Celles dont la saveur et la malice suscitait gaîté et rires. Il a peint jusqu'à la fin de sa vie, même atteint de la maladie de Parkinson. Mais il avait conservé le regard critique ; il était sans illusion sur ses dernières productions. S'il détruisit des toiles, ce ne fut pas toujours par égarement de l'esprit. Aujourd'hui, l'oubli s'est fait sur l'œuvre de certains peintres du groupe Montpellier-Sète.

Des œuvres de Bessil dorment dans les réserves des musées. La maison d'Octon a été vendue. Si l'intérieur a peu changé, elle a perdu son âme. Symbole du temps passé, la vigne vierge du mur prolifère, bloque l'ouverture des volets.

 cvbn

Il est des amateurs qui apprécient les harmonies subtiles de Bessil. Sa passion n'a peut-être pas disparu. A 23 ans, Rosalie, son arrière-petite-fille, mène une démarche artistique indépendante. A côté d'un emploi à mi-temps, elle peint, expose, vend parfois. Esprit de famille ?

Le Saint-Christ d’Agde : œuvre de Michel-Ange

Vers un nouveau succès.
Après la visite du plus grand expert au monde de Michel Ange

Photo Jacques Amagat

Je suis heureux d’adresser mes vœux de bonne année et ceux des AMIS D’AGDE, à chacun d’entre vous, à tous ceux qui, contre vents et marées, nous ont soutenus depuis les premiers jours de notre enquête. Nous les adressons aussi, à ceux qui, après avoir douté, nous ont rejoints, à ceux qui de bonne foi, doutent encore. Nous avons avancé et réussi grâce aux nombreuses observations de tous.

Aujourd’hui, fort du soutien du professeur William Wallace nous allons, mettre en action ses propositions pour faire connaître « au reste du monde », (ce sont ses propres termes), nos découvertes sur Michel Ange. Un sacré défi à relever !
Avec le concours de tous, simples citoyens et élus, associations et Institutions, avec l’ensemble des médias qui nous aident depuis longtemps, nous ne doutons pas de notre réussite. Elle est aussi la vôtre !

Pour cette année 2019 notre vœu le plus cher : « Que chacun prenne conscience de la valeur et de l’importance de nos travaux, pour le monde de l’art, pour notre cité et pour bien au-delà. C’est, avec la Signature de Michel-Ange une confirmation supplémentaire pour l’attribution de notre Saint-Christ. Avec la prochaine sortie du livre d’art consacré à « Michel Ange & Agde » qu’il a accepté de préfacer, nous répondrons à la première préconisation de William Wallace qui, après sa visite, nous écrit de sa main, « Jules, s’il vous plait, écrivez ce livre. Ce serait trop grave de ne pas partager Michel Ange avec le reste du monde ! »
Bonne année à toutes et à tous

Le président Jules Cruells Capèce Minutolo

PIERRE SOULAGES fête ses 99 ans

 Pierre Soulages est, à 99 ans, le plus grand artiste français contemporain encore en vie. L’artiste, né à Rodez en 1919, fête ce lundi 24 décembre ses 99 ans

La Fondation Gianadda à Martigny, qui fêtait cette année ses 40 ans et son 10 millionième visiteur, l'exposait jusqu'à fin novembre en collaboration avec le Centre Pompidou de Paris. "Une Rétrospective" était le titre de l'exposition présentant un ensemble de peinture appelées "outrenoires".associé depuis la fin des années 1940 à l'art abstrait.

Il est particulièrement connu pour son usage des reflets de la couleur noire, qu'il appelle « noir-lumière » ou « outrenoir ». Ayant réalisé plus de 1 700 toiles dont les titres sont pour la plupart composés du mot « peinture » suivi de la mention du format, il est un des principaux représentants de la peinture informelle.

Le 15 novembre 2018, après que sa toile, Peinture 186 x 143cm, 23 décembre 1959 se soit vendue à 11 millions de dollars, soit 9,6 millions d'euros, (battant le record de l'année précédente) à New York, il devient le premier artiste français vivant à dépasser la barre symbolique des dix millions de dollars, intégrant ainsi un club très fermé.

Pour plus de détails sur sa vie d'artiste : https://fr.wikipedia.org/wiki/Pierre_Soulages

La talentueuse fresquiste Claire Aton

Embellissement du patrimoine de Baillargues par une Héraultaise le 15 décembre

De Sète à l'Open Space en novembre dernier, en passant par Poussan où une fresque dépeint « Poussan et la Guerre de 14-18 », une réalisation de 100m2 et à Frontignan où elle présente ses peintures à l'espace Izzo actuellement, Claire Aton est une spécialiste des peintures murales.

Sa toute dernière œuvre murale sera inaugurée à Baillargues le samedi 15 décembre 2018 à 11h.

A la demande de Jean-Luc Meissonnier, maire de Baillargues, Claire s'est attelée à réfléchir, aidée de Bertrand Leenhardt et du Dr Mongin du Cercle Napoléonien, à une représentation des troupes napoléoniennes sur les murs longeant le cimetière, situés le long de la Route Impériale.

Mais Claire Aton n'en est pas à son premier coup d'essai sur Baillargues, les habitants lui doivent déjà la fresque monumentale de la rue des Remparts et les bornes de collecte des déchets ménagers.

Ici, un marché et ses petits métiers, là, la placette des traditions, un trompe-l'œil sur le mur aveugle de la mairie de Gigean et toujours sa technique qui repose pour les fresques et les peintures murales sur l’usage de la maquette nécessaire avant de reproduire des personnages, des couleurs, des ombres, des objets sur d'énormes pans de mur. 

A Baillargues, Claire a donc imaginé ces troupes remontant vers le Nord sous forme de défilé, avec toute la diversité des personnages - 150 ni plus, ni moins - des régiments et leurs uniformes, en passant par des grenadiers à la Garde Impériale du Général Lepic, du régiment espagnol Joseph-Napoléon - basé un temps à Montpellier - aux hussards de la cavalerie légère. Scindée en 2 parties par le portail de service du cimetière, la fresque de gauche illustrera le défilé des troupes en marche et celle de droite, la vie sur le bivouac, le tout se situant dans les années 1803-1804.

" Claire ATON installée à Gigean, diplômée de l'Ecole Supérieure des Arts Appliqués Duperré à Paris, réalise de nombreuses peintures murales tant en extérieur qu'en intérieur.../...Ses peintures sont toujours abouties avec cependant un souci constant de fraîcheur et d'authenticité, le goût du vrai sans artifice ni "effet"."

2ème opération de sensibilisation à l'art dans les écoles de la ville

2ème opération de sensibilisation à l'art dans les écoles de la ville

Dans le cadre du développement d’une politique d’accès pour tous à l’éducation artistique et culturelle, François Commeinhes, entouré de Corinne Azaïs, adjointe élue à l'éducation, et de Catherine Maraval, adjointe élue aux musées, a dévoilé en présence de l’artiste vendredi matin 23 novembre à l'école Suzanne-Lacore une gravure de l'artiste Jean Denant.

La Ville a passé une convention avec une société montpelliéraine pour le prêt d’œuvres d’art destinées à circuler dans les établissements scolaires de Sète. Après « La danse du soleil» d'André Cervera exposée à l’école La Renaissance, c'est au tour d'une œuvre très grand format de Jean Denant, un sous-bois gravé sur contreplaqué filmé, de prendre place sur les murs de la maternelle.

L'artiste a pris le temps d’échanger avec les enfants avant d'offrir à l'école deux ouvrages traitant de sa démarche.

En 2018, la Municipalité a choisi de mettre l’accent sur l’éducation artistique et culturelle. L’objectif vise à mettre les enfants, dès leur plus jeune âge, au contact de l’art. Dans le même esprit, deux œuvres offertes à la Ville par le Cercle des arts seront accrochées dans des équipements publics.

Plus de 55 ateliers des artistes sétois étaient ouverts ce week-end

Ce dimanche, de nombreux artistes sétois ouvraient les portes de leurs ateliers au public.

Les artistes de la Ville de Sète offraient à tous les amateurs d’arts, les néophytes et les curieux, un 18 novembre de contemplation et de délicieuse flânerie sous le signe des arts plastiques.

vcxP1160189

Et ce dimanche avec un temps frais mais correct, ce fut avec plaisir que les amateurs ont pu apprécier la diversité des expressions artistiques au fil des visites : photos, huile, aquarelle, peinture sur bois, céramique, créations libres, figurines historiques, sculpture en grès, métaux, graffitis... Ils étaient très nombreux l'après-midi et plus timides le matin.

 De 10h à 18h, dans des lieux intimes, sources de la création artistique, ce fut des espaces d’échanges, de discussion entre les artistes et le public.

 Et comme l'on sait que Sète est source d'inspiration, les artistes étaient toujours très nombreux, plus de 55 au total. Pour mieux s'orienter, un plan vous était même proposé. Cette manifestation a été bien appréciée par de nombreux amateurs de la Région qui ont pu découvrir en se "baladant"avec grand plaisir des ateliers de particuliers  et bien d'autres du Cap de Sète jusqu'au Château vert comme celui de Laurence Fauchart, celui d'Alain Vaissière, ou encore celui de l'Art singulier parmi tant d'autres.

Il faut savoir que ce 18 novembre, la Région Occitanie / Pyrénées-Méditerranée avait lancé à son niveau les « portes ouvertes des ateliers d'artistes » sur l'ensemble de son territoire. Lors de cette journée près de 300 lieux accueillaient le grand public sur l'ensemble de la région. C'était l'occasion de découvrir le travail de sculpteurs, plasticiens, vidéastes, photographes ou designers à travers leurs laboratoires de création.

vcxP1160185

 "L'Occitanie, possède en effet un vivier de talents remarquable : il s'agit de la 3ème région française en densité d'artistes plasticiens qui vivent et travaillent sur son territoire. Avec cette journée, la  Région souhaitait justement valoriser cette richesse artistique, en facilitant sa promotion auprès du plus grand nombre. L'enjeu était de proposer une approche différente de la création contemporaine en infiltrant ces lieux secrets et fantasmés où l'œuvre prend forme. Dans un contexte de proximité propice à l'échange, le public a pu rencontrer les artistes, voir leurs œuvres, découvrir le processus de création et ainsi saisir l'atmosphère unique de chaque atelier."

 Un moment privilégié pour rencontrer des artistes  et bien d'autres plus ou moins connus, et pour découvrir leurs techniques et ce qui les inspire dans plusieurs domaines comme celui de la peinture ou de la sculpture, du Modelage, du recyclage, etc... Et avec un circuit spécialement étudié pour vous mettre en condition, que du bonheur pour les amateurs et les passionnés avant d'aller au devant de ceux qu'ils apprécient.

vcxP1160190

A Sète, pour compléter votre cheminement, vous pouviez rendre visite aux artistes des ateliers de l'Ancien Collège Victor Hugo ou à ceux de l'école Gaston Baby toujours aussi vivants avec entre-autres Frédéric Périmon, Jean Denant, les Frères Biascamano, Christophe Cosentino, Sébastien Taillefer, Karine Barrandon, Joris Brantuas et beaucoup d'autres, prêts à échanger avec vous. Sans oublier  les membres de la Calamarothèque, ou d'autres comme Kathy Bassaget, qui, autour du Bassin de Thau, avaient décidé de Participer

Un très beau dimanche artistique qui montre que Sète et le Bassin de Thau est un vivier dans lequel de nombreux artistes émergent, s'expriment et trouvent des sources d'inspiration.

 

 

 

LATELIER présente A Dessin 4

LATELIER présente du 17 novembre au 2 décembre A Dessin 4.

ateCapture

Les artistes de cette nouvelle édition sont FLORIE ADDA - RALF ALTRIETH - FABIENNE ASTIER - KARINE BARRANDON - GILLES BINGISSER - LAURE BOIN - JULIEN BOUISSOU - JORIS BRANTUAS - CHRISTIAN CORRAZE - JÉRÉMY DAMIEN - CAROLINE DE SERRES BANVILLE - JEAN-CLAUDE DURAND BOGUET - MARIE-CLAIRE ESPOSITO - ÉMILIE FRANCESCHIN - YIFAT GAT - CLAIRE GIORDANO - MAX HORDE - KRADE - PATRICK LEBRAT - MANITOU MARGINAL LUTTE - ANNA NOVIKA-SOBIERAJSKI - MORGAN PATIMO - LAURENT PERBOS - FRÉDÉRIC PERIMON - SÉVERINE PERON - GIOVANNI PERUGINI - MAX WYSE.

 

 En savoir plus :

 ici. 

 

Noël dans l'art : entre célébration et subversion

L'histoire de Noël a parcouru les époques. D'ailleurs, son sens et sa célébration ont grandement évolué à travers le temps. Si l'origine de Noël est avant tout liturgique et religieuse, les festivités d'aujourd'hui ont une dimension beaucoup plus familiale et symbolique. L'Art contemporain s'est également emparé de cette cérémonie, les artistes ayant des représentations et des desseins bien divers.

Anachronisme et glorification

Ed Wheeler s'attache ainsi à détourner le sens premier de certaines œuvres picturales classiques en y insérant des photographies de lui déguisé en père Noël.

Le but du photographe américain n'est nullement de tourner les œuvres en ridicule, mais de les encenser : L'intention de mes détournements est de glorifier, pas d'attaquer l'art ou les artistes.  Il reconnaît également que l'anachronisme de ses réalisations permet d'aider à une meilleure appréciation de l'art et des peintures classiques de l'histoire de l'art.

Enfin, la visée est aussi clairement humoristique, le photographe avoue se plaire à constater les sourires suscités autour de ses productions.

À mi-chemin entre tradition et art urbain  

Dans un tout autre genre, Pichi et Avo, deux artistes espagnols de street art associent art urbain et peinture classique.

L’œuvre du Père Noël qu'ils nous offrent est remarquable de technicité et de réalisme. On y voit un personnage folklorique de Noël, affable et gracieux, au milieu de graffitis.

En s'inspirant de la statuaire grecque, l'imposante production allie parfaitement la grandeur, l'esthétisme et la maîtrise de l'art classique avec l'audace, la mouvance et le dynamisme de l'art urbain.

 

 

 

La crucifixion se mêle à la contestation

 

Enfin, l'énigmatique et sulfureux Banksy nous présente une œuvre très rocambolesque où l'on peut apercevoir le Christ sur la croix tenant à bout de bras plusieurs cadeaux de Noël.

Les couleurs ternes dominantes, alliées au rose sombre des flots, accentuent l'atmosphère funèbre et lugubre du tableau. Si le sens de son geste n'est pas clairement établi, Banksy pourrait vouloir critiquer la célébration du Christ devenu une fête commerciale dans la pure tradition capitaliste.

Aurait-on oublié, négligé, voire tué l'essence même de Noël ?

 

Tony Toilier