Beaux Arts

REGARDS CROISÉS avec Abdellah DIBAJI en résidence artistique à Sète

Le Comité de jumelage Sète-El Jadida organise dans le cadre des échanges entre les deux cités de caractère des échanges culturels.

Après Cosentino au Maroc, c'est au tour de Dibaji, peintre jdidi talentueux, de passer trois semaines en résidence artistique.

Un vernissage se tiendra le jeudi 20 juin à la salle Tarbouriech, au théâtre de la mer, suivi d'une exposition du 21 au 26 juin.

REGARDS CROISÉS
 avec Abdellah DIBAJI en résidence artistique à Sète du 9 au 28 juin 2019
 
pouyCapture
 
Dans le cadre de la relance des échanges entre les villes jumelles de Sète et El Jadida, et à l’initiative du Comité de jumelage, des Lions Club Doyen des deux villes, l’artiste peintre Abdellah DIBAJI séjournera en résidence artistique à Sète du 9 au 28 juin 2019.
Abdallah DIBAJI avait reçu pendant trois semaines à l’automne dernier,dans son atelier ,le sétois Christophe COSENTINOà l’automne 2018.
Des liens forts s’étaient créés, avec d’intenses échanges artistiques et humains, avec la réalisation d’une toile à quatre mains. L’exposition des œuvres du peintre figuratif sétois ,dans la galerie Al Khatibi de la cité portugaise, avait rencontré un vif succès auprès des amateurs d’art et de la jeunesse.
 
"Deux villes, deux ports, deux artistes, deux styles différents, deux regards croisés qui saisiront à nouveau l’occasion de cette riche expérience humaine et artistique, source de nouvelles inspirations, pour élargir chacun leur horizon créatif et poser des passerelles entre les deux rives de la Méditerranée.L’artiste résidera au cœur de ville, au quartier haut,proche de ses amis sétois,et bénéficiera d’un atelier d’artiste mis à sa disposition par le Service Culturel, à l’ancien collège Victor Hugo, haut lieu de création de la scène contemporaine de l’ile singulière.
 
Abdallah DIBAJI exposera du vendredi 21 au mercredi 26 juin 2019 une quarantaine d’œuvres à la salle Tarbouriech du Théâtre de la Mer."
 
 
Le vernissage, en présence du Maire François Commeinhes, aura lieu le jeudi 20 juin à 11h30.
 
L’entrée libre à l’exposition est ouverte au public de 11h00 à 17h00.
L’exposition sera également accessible en nocturne de 20 h 00 à 24 h 00 pour les spectateurs du festival «Quand Je Pense à Fernande».pouyghjCapture
 
Présentation de l’artiste Abdellah Dibajiest né à Azemmouren 1952 qui vit et travaille à El Jadida.
 
Il a fait l’académie des beaux-arts de Liège (Belgique), avant d’embrasser la carrière de l’enseignement, d’abord comme professeur ensuite comme inspecteur d’éducation artistique. Abdallah Dibaji a commencé à exposer à titre personnel depuis 1981 : Maroc, Allemagne, France, Etats-Unis...
Ses expositions collectives, qui se comptent par dizaines, ont débuté bien avant. En 1998, il a séjourné à la Cité Internationale des Arts à Paris. En 2002, le prix de la découverte, décerné par la ville de Marseille, a couronné ses travaux exposés alors au château de Borely. Dernières expositions à la galerie Mohamed EL Fassi à Rabat, Biennale d’art contemporain à Téhéran –Iran –Marrakech, Accueil Parcours Rabat à Milan....
 

 

L’artiste Stéphane Pencreac’h expose jusqu'au 30 juin à Montpellier

Artificiala présente un ensemble d'œuvres récentes de Stéphane Pencréac'h, sur bois, toiles et papiers, qui sont autant de petites trouvailles picturales du 24 mai  au 30 juin  2019. 

Après une exposition remarquée au Musée Unterlinden et au Centre d’Art contemporain André Malraux de Colmar saluée par la critique entre autres par Philippe Dagen dans Le Monde, l’artiste revient par le collage et la peinture sur son parcours pictural, s'auto-cite, puise dans ses propres références et nous raconte une petite histoire merveilleuse, s'inspirant du cabinet de curiosité. 

A la Galerie Samira Cambie, Stéphane Pencréac’h propose une plongée intimiste dans son univers créatif, une occasion pour lui de montrer son éventail de pratiques, formes, styles et attitudes. Accueillis par une imposante sculpture de méduse, motif important pour le peintre qui se plaît à relier les mythes les plus anciens à ceux produits par notre contemporanéité, les visiteurs découvriront le bonheur toujours intact et enfantin de création du mythologue Stéphane Pencréac’h. ... la suite sur Montpellier infos

Sète : Journées Portes Ouvertes des ateliers d'artistes

La prochaine édition des Journées Portes Ouvertes des ateliers d'artistes se déroulera à Sète les 18 et 19 mai prochains. OUVERTESCapture

Vous pouvez télécharger le plan ici et La liste des participants est téléchargeable ici

56 ateliers sur la ville, près de 80 artistes participent à la manifestation.

 

 

La totalité des visuels des artistes est téléchargeable là.

 

Cette année pour la 1ère fois l'IES de la Corniche ouvrira également les portes de ses ateliers, Les détourneurs et Nature et Sens.

 Après avoir visité l'exposition Expolies2 qui se déroule à partir de ce 7 mai et ce jusqu'au 16 mai  au Théâtre de la Mer, à la salle Tarbouriech, le public pourra pénétrer dans l'antre de ce collectif d'artistes en herbe !

ArtPage au village des arts et Métiers d'Octon

En préambule d'ARTPAGE,
rencontre biennale de l'estampe et du livre d'artiste,
Exposition  " 24 ans au pays de l'estampe
au
Sélection de graveurs, lithographes, sérigraphes et artistes du livre
qui ont exposé sur les murs du Village des Arts et Métiers depuis 1995.
Le vernissage aura lieu Vendredi 10 Mai à 18h30.
 
 
 24 ans au pays de l'estampe
10 mai - 2 juin
ouverte les week-ends et jours fériés de 15h à 19h

 

 


 

 

Le Prix Artistes d'Avenir pour les enfants

Le Prix Artistes d'Avenir est un prix national d'Art contemporain. Il vise à mettre en lumière et à valoriser des enfants ayant des aptitudes ou manifestant de l'intérêt pour le dessin, la peinture, les arts plastiques, ou même tout simplement, ayant du plaisir à dessiner, peindre, ou créer. Pas d'exigence de niveau requis.

Ce prix a pour ambition de révéler le potentiel artistique de chaque enfant. Renseignements et inscriptions sur www.prixartistesdavenir.com

 

Appel à candidatures pour enfants et ados jusqu'au 05/07/2019

Entretien exclusif avec Claude Viallat

Derniers jours de l'exposition  Estampes originales  qui se tient  à Villeneuve-lès-Maguelone jusqu'au 12 avril 2019 du peintre nîmois, ancien élève des Beaux-arts de Montpellier et de Paris.


D’abord Monsieur Viallat, une première question concernant l’exposition à Villeneuve-lès- Maguelone. Pourquoi cette exposition ? Y a-t-il une actualité Viallat ? De nouvelles peintures… ?

Non pas vraiment. On m’a demandé si je voulais faire cette exposition et j’ai simplement dit oui. C’est une exposition qui a été organisée par l’Artothèque de Montpellier à partir de ses propres collections. Moi je n’ai prêté que deux livres sur la tauromachie auxquels j’ai collaboré…

Pourquoi avoir intitulé cette exposition « estampes originales » ? Quel est le sens que vous donnez au mot « originales » ? Ces estampes auraient-elles quelque chose de différent par rapport à votre travail habituel ? Ont-elles quelque chose de spécifiquement original, ou alors, ne s’agit-il que d’œuvres exposées pour la première fois ?

Ce n’est pas moi qui ai trouvé ou choisi ce titre. C’est toujours l’Artothèque de Montpellier. Ce sont des œuvres qui ont été tirées à Nîmes ou Montpellier, je ne sais plus exactement, en tout cas dans la région, il y a quelques années, et que l’Artothèque a acheté. C’est une exposition entièrement organisée par l’Artothèque.

Vous avez été, comment dirai-je, « l’inventeur » d’une forme particulière qui est devenue ou qui a été longtemps votre signature, une forme particulière, que l’on a dit ressembler à un « osselet » ou à un « haricot ». Cette forme permettait de reconnaître votre travail. Cette forme représentait-elle quelque chose de particulier pour vous ?

Ce n’est pas une signature. C’est une forme quelconque, qui n’est jamais tout à fait la même d’ailleurs. On ne peut pas dire qu’il s’agit d’une signature au sens propre, dans la mesure où elle varie tout le temps, déclinée sous différentes couleurs, directions, tailles... C’était juste une manière de travailler, un outil de travail. Il aurait pu s’agir tout aussi bien d’une forme complètement différente... la suite sur Montpellier infos

F-Bacha, correspondant de Montpellier infos, paru le 7 avril 2019

Ce que nous dit la peinture d'Histoire.

C'est ce qu'évoquait, le vendredi 15 mars, le second rendez-vous de "Regards sur l'art italien" parrainé par l'association de culture italienne Dante Alighieri.

"Notre histoire n'est qu'un jeu de pouvoir. Certes, personnages illustres, batailles, jeux d'influence animent les luttes de pouvoirs. Mais l'histoire de l'Art évoque aussi des accidents du quotidien et - mais est-ce à juste titre – personnages bibliques et récits mythologiques. Un vaste panorama des temps écoulés."

blanP1050282

 

La seconde salle du Palace était aux trois-quarts pleine.

Tous ceux engagés dans une démarche culturelle étaient là. Et M. Dimitri Stauss courut la poste pendant près de deux heures, offrant au public toute la diversité et la richesse que l'histoire de l'Art peut offrir pour illustrer le thème choisi. Il faut exclure de la peinture d'Histoire le portrait. Son champ d'action est l'Histoire, celle que relatent les livres (laïcs ou religieux) ou les épisodes emblématiques du passé. Dans tous les cas, une action et non une peinture figée. Cela a privé l'assistance de la majesté du roi absolu en manteau d'hermine.

Certes, les œuvres de propagande ont peut-être moins de tenue que celles qu'a retenu l'histoire de l'Art, mais n'illustrent-elles pas mieux les enjeux de pouvoir que le changement d'esthétique (du "gothique" de Gentile Fabriano à Fra Angelico) marquant la lutte de Palla Strozzi et Côme de Médicis à Florence au XIVème siècle ? Bien sûr, l'art a mis en scène les triomphes, celui de César ou le sacre de Marie de Médicis, ainsi que celui de Joséphine de Beauharnais par Napoléon.

 A côté du pouvoir triomphant, une place était faite à l'affrontement pour le pouvoir, les batailles. Pour cela, est tout à fait emblématique la mosaïque qui montre le char d'Alexandre le Grand lors de la bataille d'Issos. Là, déjà apparaissent les lances menaçantes dont les artistes du Quattrocento se serviront pour exprimer la violence en cours dans un combat. Un autre procédé sera de multiplier les personnages en un grouillement inquiétant comme pour la bataille de Lépante.

blanP1050283

La gestuelle des acteurs, les attitudes des chevaux auraient pu être mieux soulignées. Mais notre histoire n'est pas que celle des enjeux de pouvoir. A Venise, au XVIIIème siècle, les dépôts d'huile ont brûlé : suie, ruines, destruction. Plus près de nous, le tableau de Courbet, "Un enterrement à Ornans", fit scandale en 1849-1850 car il haussait un décès anonyme au rang d'évènement et le faisait partie prenante du "genre noble" de la peinture d'Histoire. Parfois, cela donne lieu à des jeux d'érudition. Pourquoi évoquer l'incendie de Troie pour l'incendie d'un quartier de Rome ?

 blanP1050258 (2)

Si l'on place à part les récits religieux ou mythologiques, la peinture quand elle se saisit d'un évènement le porte à un haut niveau de temporalité. Sans Géricault qui se souviendrait du naufrage de la frégate La Méduse ? Là, la peinture est bien une page d'Histoire, une part de notre mémoire.

Brigitte Barberane : vente privée aux enchères

Jusqu'au 15 décembre, l'artiste Mézoise vous propose de participer aux enchères de la vente privée de l'ensemble de ses tableaux disponibles. Procédure simple et, comme les fois précédentes, mise à prix et prix de réserve volontairement peu élevés… Une aubaine pour vos cadeaux de fin d'année ! (renseignements en cliquant sur l'image de gauche)

"Toutes les œuvres de cette Vente Privée sont visibles à mon atelie​r. En cette période de recherche de cadeaux originaux, vous pourrez également y trouver des reproductions photos de celles qui ne sont plus disponibles (à voir aussi en cliquant sur l'image de droite), les jeux de cartes-oracles ("Les Portes de l'Intuition" et "Les Portes de l'Âme", Éditions Trédaniel - Le Courrier du Livre), le CD et certains des livres que j'ai illustrés..."


Atelier Brigitte Barberane, 14 rue du Dr Magne 34140 MÈZE - 06 62 06 66 34. Cette adresse e-mail est protégée contre les robots spammeurs. Vous devez activer le JavaScript pour la visualiser.