Beaux Arts

Musées méditerranéens

 Ce vendredi 7 avril, à l'initiative de l'association Escale à Sète, la Maison de la Mer a accueilli une rencontre exceptionnelle. Cette réunion est la première étape vers la création d'un réseau des musées maritimes de Provence et d'Occitanie associé au festival.

Cet « arc méditerranéen », de Barcelone à Gênes, deviendra à terme une véritable vitrine pour la « promotion du patrimoine matériel et immatériel de la Mer », précise Wolfgang Idiri, président d'Escale à Sète. Les principaux musées maritimes des régions Ligurie, Provence, Occitanie, Catalogne, se sont donc retrouvés sous le haut patronage de l'Association des Musées Maritimes de la Méditerranée (AMMM) représentée par les invités d'honneur le Galata Museo del Mare de Gênes et le Museu Maritim de Barcelone. De nombreux universitaires, archéologues, historiens, scientifiques, et acteurs culturels étaient également présents.

Pour la représentante Galata Museo del Mare de Gênes, « Escale à Sète est sans doute en passe de devenir le plus grand Festival de la Méditerranée ». Rudy Llanos, premier adjoint délégué aux Festivités et Animations, a quant à lui salué « la qualité de la manifestation à l'origine festive et aujourd'hui unanimement appréciée ».

Gerard Calvet n’est plus

Quatre jours après le décès de son épouse, le peintre Gerard Calvet est décédé. Après ses études au Lycée de Carcassonne, il entre aux Beaux-Arts de Paris, en 1945 jusqu'en 1950, comme élève titulaire dans l'atelier d'Eugène Narbonne. Première exposition à Paris en compagnie du sculpteur Georges Oudot. Peint au quartier latin à Paris jusqu'en 1951, puis se fixe en 1952 à Montpellier, où il peint depuis.

Premier Prix Seyssaud en 1953, deuxième prix à la Biennale de Bayonne, prix de la Biennale de Menton et au festival d'Avignon, participe aux principaux salons parisiens, (Comparaison, Indépendants, Automne) et en 1965 aux Peintres témoins de leur temps. Adhère au groupe Montpellier-sète, mené par François Desnoyer. Ce groupe rassemble des artistes natifs de la région, ou qui en sont tombés amoureux comme Camille Descossy, Georges Dezeuze, Jean R. Bessil, Gabriel Couderc et Pierre Fournel.

Considéré comme un peintre figuratif, ses œuvres sont présentées au Musée national d'art moderne à Paris, Musée Royal de Suède à Stockholm, Musée Louisana Humleback au Danemark, musées de Montpellier, Nice, Rodez, Béziers, Narbonne, Sète, Frontignan, Hôtel de Région du Languedoc-Roussillon.

À côté de son activité de peintre, il crée des décors et costumes de théâtre notamment pour le Printemps des Comédiens de 1988 à 1991, ainsi que des affiches: SNCF Pyrénées, région Languedoc-Roussillon.

Membre de l'Académie des sciences et lettres de Montpellier, il est fait chevalier de la légion d'honneur le 4 août 2011.

Chalutiers à Sete

 

Concours Artistique MADLAB 2ème édition 2017

 

Le MADLAB laboratoire arts et déchets organise son 2ème Concours artistique
au service de « l’économie circulaire ».

Le Concours 2017 vise à stimuler la créativité des artistes amateurs et professionnels, désireux de contribuer, par leurs oeuvres, à la démarche de sensibilisation au développement durable et à la protection de l'environnement (notamment littoral), ainsi que de l’activité conchylicole représentative du bassin de Thau.

 

APPEL À CANDIDATURE
Règlement du concours et inscriptions sur www.madlab.fr

CRITÈRES DE PARTICIPATION : Le concours est ouvert à toutes les formes d’art et à tous les artistes amateurs et professionnels sans limites géographiques. Toute oeuvre doit illustrer une démarche d’économie circulaire, en utilisant ou s'inspirant des déchets conchylicoles.

SÉLECTION : Le concours primera trois artistes par catégorie, amateurs et professionnels.
L'oeuvre la plus remarquable au regard de la valorisation des déchets de la conchyliculture, dans la catégorie amateur, sera récompensée par une "Mention spéciale".
Le "Prix du public" sera décerné à l'oeuvre la plus votée par les visiteurs pendant l'exposition.

RÉCOMPENSES : résidence au MADLAB et exposition personnelle d’un mois ; accès privilégié à l'atelier de production du MADLAB ; campagne de communication sur les media du MADLAB, des sponsors et publics ; et d’autres prix offerts par les sponsors du Concours.
DATES : Pré-inscription obligatoire jusqu'au 2/07 – Inscription jusqu'au 30/07 – Cérémonie de remise des prix 29/09 – Exposition au public 4 à 5 semaines courant septembre et octobre (dates et lieu en cours de validation).

CONTACT PRESSE : Viviana Rocca, Animatrice
T. 0647 143 647 | Cette adresse e-mail est protégée contre les robots spammeurs. Vous devez activer le JavaScript pour la visualiser. | www.madlab.fr | Facebook | Tweeter
Adresse : MADLAB – Chemin des domaines – 34340 Marseillan

Ancré au bord de l'étang de Thau, le MADLAB est un lieu de réflexion, de production et de réalisation d’idées, projets et évènements culturels visant la valorisation du patrimoine du Bassin de Thau et la défense de l’environnement par la promotion de l’activité conchylicole.

Stage au Musée

 Karine Barrandon dirigera un stage au Musée Paul Valéry «dans le paysage» peinture & dessin pendant les vacances : mardi 4, mercredi 5 et jeudi 6 avril de 10h à 12h pour les 6 à 12 ans inscription obligatoire au 04 99 04 76 11

"Croquis et dessins de paysages"

Les samedi 8 avril et dimanche 9 avril 2017, deux jours de dessins en plein air, à Sète, organisé et encadré par Sébastien Berger.
Formé au dessin et à la conception des jardins, et à l'aménagement du territoire à l'ENSP (école nationale supérieure du paysage) il n'a jamais cessé de dessiner depuis. Sébastien vous propose de partager son expérience du dessin "in situ" acquise au cours de ses divers voyages depuis 20 ans (France,Pérou,Thaïlande,Vietnam,Birmanie,Guatemala,Maroc,...).

Le programme :

Samedi 8 Avril :

  • 8h00, départ du co-voiturage du Vigan (pour les locaux) 10h00, arrivée à Sète et installation à l'auberge de Jeunesse (manifestez-vous si vous êtes intéressés !! 24 euros avec petit déj')
  • 10h30 / 12h30, première prise de contact avec la ville et les participants, croquis...
  • 12h30 / 14h30, pause déjeuner. 14h30 / 17h30, promenades et dessins
  • 18h30 et au-delà, libre à chacun de poursuivre le travail en extérieur, ou de reprendre certains dessins. Sébastien pourra répondre à vos questions théoriques ou pratiques durant les moments de dessins des deux jours.

Dimanche 9 Avril :

  • 10h00 / 12h00, dessins au Port 12h00 / 14h00, Pause Déjeuner
  • 14h00 / 17h00, promenade et Dessins. 17h00 / 18h00, on se regroupe pour partager les regards autour de nos carnets.
  • 18h00, On lève le camp ...

François Sergio a rejoint les étoiles

Dans le parc d’Issanka où ils se sentaient si bien, Madeleine Sergio, artiste peintre, et François Sergio, sculpteur, avaient trouvé des sources d’inspiration qui alimentaient leur créativité.

Pour que les amateurs et les passionnés d’art puissent découvrir leur travail, ils ouvraient régulièrement leurs ateliers. Durant plusieurs années, ils ont participé aux journées « Portes ouvertes » organisées par le Service culturel de la mairie de Sète en accueillant chaque fois près de 200 personnes durant le week-end.

Parallèlement François créait des œuvres monumentales tout en travaillant le minuscule, en exposant aussi surtout en Europe. Pour François ces échanges étaient nécessaires. Ils lui permettaient d’évoluer au niveau plastique : « Je travaille toujours avec des éléments de grande taille et parallèlement avec des structures assez réduites. Il y a des œuvres récentes à découvrir et tous les avis me font progresser. »

Car le couple Sergio, c’était 1 plus 1, c’est à dire 2 artistes qui avaient des cheminements différents, mais heureusement quelquefois parallèles. Chaque année était une renaissance et chacune des rencontres un bonheur. Malgré les années qui passaient, Madeleine et François étaient toujours aussi motivés et leur envie de créer était permanente. François explorait dernièrement le bois après avoir travaillé de nombreuses matières. « J’y associe le bambou en l’intégrant harmonieusement. Ce sont des matières pas très voisines qui permettent d’illustrer les illusions dans la société. Pour moi toutes les matières sont susceptibles d’être sculptées. Ce n’est pas la valeur de cette dernière qui fait la valeur de l’objet mais ce que l’on en fait. Une fois le squelette en place, c’est le travail de création qui changera la nature du matériau pour adresser un message , pour communiquer avec l’époque. », précisait François qui ne s’arrêtait jamais de penser, qui vivait pour et avec ses œuvres qu’il souhaitait partager aussi avec ceux qui les appréciaient.

S’il aimait côtoyer d’autres sculpteurs dans des symposiums ou des expositions, s’il savait que la sculpture n’était pas un art « facile », il recherchait toujours l’harmonisation, que son cheminement soit simple ou complexe. Après nous avoir laissé de nombreuses œuvres et un monde fait d’imaginaire, ce créateur, cet artiste explorateur, s’est éteint ce 7 mars 2017 en fin d’après-midi, à l’heure à laquelle l’on peut baisser de rythme pour contempler ce que la journée nous à donné l’occasion de créer.

Sur la plage de la Corniche avec le monument dédié à Brassens, sur l’esplanade Aristide Briand avec sa fontaine, à Issanka et à bien d’autres endroits, l’on ne pourra l’oublier, car François qui a traversé différentes périodes qui ont laissé des structures et des œuvres, des empreintes et des traces de son long cheminement au travers de la matière, a exploré de nombreux univers.  

« J’ai la tête dans le ciel et les pieds dans la mer, ce qui me permet de survivre », nous précisait-il. Il ne faut pas oublier que François a vu ses œuvres de nombreuses fois primées. Elles font partie de collections privées et publiques dans le monde entier.

C’est un sculpteur d’espace et d’environnement à caractère monumental qui nous a quittés… L’Art est en deuil mais peut être fier de François qui a su insuffler sa passion et son énergie à bon nombre de créateurs en leur laissant de très beaux témoignages.

Dock Sud, dix ans après.

 Martin Bez, le fondateur de la galerie Dock Sud

ss
Mandela, Liu Zhengyong, galerie Dock Sud
 

 Vendredi 9 décembre, le vernissage d'une belle exposition d'artistes régionaux marquera les dix ans d'existence de la galerie Dock Sud à Sète. Dix ans qui ont permis de faire connaître les artistes locaux, régionaux et, plus récemment, des artistes venus de l'Orient lointain. Une entreprise qui a à voir avec la passion.

C'était au temps où le nombre de galeries d'art à Sète se comptaient sur les doigts d'une seule main. C'était au temps où les démarches incertaines et trop téméraires tournaient court, où les artistes œuvraient dans des confins quelque peu improbables. C'était il y a dix ans quand Martin Bez, venu du monde de l'immobilier, établit ses bureaux au n°2 du quai aspirant Herber, face au canal. Ses eaux mobiles évoquaient tout un monde à celui qui fut skipper dans une autre vie. Il se trouva que la salle donnant sur le quai restait vacante. Le monde de l'art ne laissait pas "Martin" indifférent, lui qui collectionnait les œuvres de peintres sétois ou de l'école Montpellier-Sète. Epaulé par Didier Vesse, directeur artistique, Martin Bez fit du local vide une galerie d'art. Et la galerie proposa les tableaux de Desnoyer, Couderc, mais aussi de Vivi Navarro, exploratrice du monde maritime, de Jean Rouzaud, artiste lyrique et abstrait, réaliste parfois. Les amateurs ont pu apprécier Sarthou le coloriste, les sculptures de Gantelet, Messagier et son sens de la nature qui fut apprécié et plus récemment, Thomas Verny aux petits formats lumineux.

Et l'espace plus restreint de "la Coursive" permettait de mettre en contact de nombreux artistes avec le public. Près de 130 créateurs ont présenté leurs œuvres comme A. Makhloufi, Christine Bernard, Christian Cerisola. Mais la grande affaire, ce fut le fonds Puyuelo. Grâce au gendre du peintre, "ce fut comme de découvrir une chocolaterie" : 3 500 toiles de l'artiste sétois qui, en son temps, fit du bruit dans la capitale et dont les œuvres ont été exposées au musée Paul Valéry en 1988 à Sète, à Frontignan, comme à Oxford, Mèze ou comme à New-York. Et le nom de Puyuelo figure sur la façade de la galerie. La notoriété était acquise pour Dock Sud. Cette renommée allait encore croître grâce à un apport exogène et inattendu en 2008. C'est aussi à cette date que la galerie se réorganisa. Didier Vesse quitta Sète et Aymeric Fillières prit sa place. Ce trentenaire réservé et courtois, titulaire d'un Master de Marketing-art apporta son sérieux, sa rigueur. C'est lui qui gère la galerie quand "Martin" est dans le feu de l'action. Et de l'action, il y en a depuis qu'en 2008 l'école des Beaux-arts d'Avignon recommanda la Chinoise Zhang-Weï-Meï pour un stage à Sète, ville du sud, ville de la mer.

Depuis 2008, les échanges s'intensifient avec la Chine. Le sétois Cervera a résidé à Pékin et a peint le quotidien des Chinois. Peintres et photographes chinois viennent en résidence à Sète. Leurs tableaux sont présentés en Europe, primés (Biennale de Venise). L'entreprise se consolide et, en janvier prochain, un espace Dock (Sud) ouvrira …à Lille. La passion, tout de même.

Hervé Le Blanche

Palmarès du concours Madlab 2016

Le "MADLAB laboratoire arts et déchets", a organisé son premier Concours consacré à l'émergence artistique au service de la valorisation du patrimoine du bassin de Thau et de la promotion de la conchyliculture. Le concours était ouvert à toutes les formes d'art et à tous les artistes émergents, amateurs et jeunes professionnels, sans limites géographiques.
Ancré au bord de l'étang de Thau et au coeur de l'activité conchylicole, le Madlab est un lieu de réflexion, de production et de réalisation de projets et d'évènements culturels dans les domaines des Arts, du Design, des Biotechnologies, de la Gastronomie, de la Construction et des Sciences Humaines.
Pour cette première édition : 25 candidats (14 sculptures, 9 peintures, 1 chanson, 1 poème), 170 votes du public, plus de 100 personnes présentes à la cérémonie de remise des prix le 30 septembre.

LES LAURÉATS DU 1er CONCOURS MADLAB 2016


1er PRIX à Emeric Jacob pour "Pochon de cuivre" (sculpture).
   
2e PRIX à Tony Bosc pour "Garde la pêche" (peinture)
3e PRIX à Nathalie Giniez pour "3 flamants roses" (sculpture)
  • 1er PRIX à Emeric Jacob pour "Pochon de cuivre" (sculpture).
    Il gagne un mois de résidence au Madlab et un mois d'expo personnelle offerts par le Mécène Florent Tarbouriech.
  • 2e PRIX à Tony Bosc pour "Garde la pêche" (peinture).
    Il gagne un service de communication numérique offert par le sponsor Holding Hamadé.
  • 3e PRIX à Nathalie Giniez pour "3 flamants roses" (sculpture).
    Elle gagne un chèque cadeau de 250€ offert par Dalbe Balaruc sponsor du concours.
  • Mention Spéciale à Johanne Cinier pour "Perle de la Méditerranée" (peinture).
    Elle gagne des enceintes sans fil Yamaha offert par Multizone sponsor du concours.
  • Coup de coeur du Jury à Marie Reine Constants pour "Le temps de l'étang" (poésie).
    Elle gagne une semaine de résidence au Madlab et un déjeuner avec le mécène Florent Tarbouriech.
  • Prix du public décerné à Johanne Cinier qui gagne une invitation pour deux personnes offerte par le comptoir de dégustation d'huitres St Barth.

    Le concours est clos mais l'exposition des oeuvres reste ouverte jusqu'au 14 octobre (entrée libre du mardi à vendredi 16h-18h et sur rendez-vous).

  www.madlab.fr