Inauguration de la FL'AC

 

La F.L.A.C. Façade Locale d’Art Contemporain offre la possibilité d’exposer des œuvres sur l’espace urbain de façon régulière dans un objectif de rendre accessible l’art contemporain à tous.

La F.L.A.C. propose d’incorporer l’art contemporain au paysage urbain. Elle permet de rompre la frontière entre le monde de l’art et la vie quotidienne. Pourquoi ? parce qu’il est stimulant pour tous les esprits de s’interroger sur d’autres façons de voir le monde et les œuvres des artistes issus du mouvement de l’art contemporain participent à la sensibilisation à d’autres perceptions. Cette poétisation de l’espace urbain offre une expérience esthétique aux passants les incitant à se questionner et à porter leur propre regard critique sur le monde.

La F.L.A.C. c’est aussi une façon de sensibiliser sur le besoin d’espaces d’exposition qui sont à inventer dans et sur des lieux privés.

Avec la F.L.A.C. l’art sort des murs ainsi les citadins loupianais, les visiteurs, les touristes pourront voir et revoir une œuvre artistique exposée à tout moment de la journée. Afin d’être guidé dans la lecture des œuvres exposées, une carte de médiation indique le nom de l’artiste, sa démarche, son regard sur son œuvre.

L’artiste, personne qui a l’art comme projet de vie, doit avoir dans sa proposition un sens sur la présence de son œuvre sur la F.L.A.C. Les supports qu’il utilise doivent être compatibles avec la technique de l’impression sur bâche que ce soit sous des formes plastiques, graphiques, photographiques ou écrites. La facilité des échanges techniques : fichiers informatiques, envoi par correspondance, nous permet de travailler avec des artistes de tous horizons géographiques, locaux mais aussi nationaux et internationaux.

La production de la bâche et des supports de communication sont co-financés par les fonds propres de l’association sous forme de mécénat privé et la municipalité de Loupian. Les frais de création sont à la charge de l’artiste, la logistique, la technique, la gestion, la diffusion sont pris en charge par des bénévoles de l’association ainsi que la conception graphique de la communication.

Chaque œuvre est d’une surface d’environ 2 m x 2.5 m et située au-dessus de la porte d’entrée. Les œuvres sont des impressions sur bâche exposée de façon temporaire pendant 4 semaines minimum et renouveler régulièrement tous les 2 ou 3 mois.

Chaque « rabâchement de façade », sera inauguré sous forme de rendez-vous micro-évènementiel devant l’Espace o25rjj, en privilégiant la présence de l’artiste. Un temps de rencontre et d’échanges autour de l’œuvre et de l’artiste, une forme qui se veut évolutive avec lectures, concerts, performances, etc…

La F.L.A.C. est une initiative de l’Espace o25rjj mais un réseau F.L.A.C. est tout à fait envisageable sachant que le concept est sous licence Creative Commons, il ne doit pas être utilisé à des fins commerciales.

   

Toujours sous l'impulsion de Pascale Ciapp et de Thomas Andro, L'Espace O25rjj devient la FL'AC : Façade Locale d'Art Contemporain. L'inauguration a eu lieu le samedi 12 décembre .
A cette occasion une œuvre d'Armelle Caron a été présentée. Cette œuvre restera exposée jusqu'au 10 janvier 2016

Espace o25rjj
L'art contemporain chez l'habitant
25 rue Jean Jaurès, 34140 LOUPIAN
06 10 02 97 23 / 04 34 80 21 42
Cette adresse e-mail est protégée contre les robots spammeurs. Vous devez activer le JavaScript pour la visualiser.

 

Armelle CARON

"La disparition et la description sont deux thématiques récurrentes de mon travail. L’une sujet, l’autre moyen, ou parfois l’inverse. Je les explore au travers de jeux de mots ou de formes, d’animations, de vidéos ou de dessins. Plus j’écris, plus je parle et plus je parle, plus je donne ; si l’on considère une partie de l’art comme étant un pas vers l’autre, par la description je m’ouvre à l’autre. Ce désir de mots vient en partie d’une enfance nomade où les objets étaient abandonnés sur place, les mots seuls restaient en mémoire. Il y avait aussi dans cette enfance la musique des langues étrangères, les signes typographiques mystérieux. Les langues ont depuis une épaisseur sonore, graphique et sémantique. Ce plaisir de langues alimente mes voyages"

Plasticienne, diplômée des beaux-arts d’Avignon en 2004, Armelle Caron utilise le dessin pour aborder le langage et la carte. A la fois sobre et graphique son travail oscille entre l'intime et le poétique, entre la légèreté et la sobriété. L'artiste nous amène de la topographie poétique et intime de lits défaits jusqu’à la manipulation d’une ville puzzle. La déambulation nous fait passer d’une échelle à l’autre, le lit devient une carte, le souvenir un dessin, la ville une dentelle, le plan un puzzle. Est-on géant ou minuscule? Devant une carte informative ou une image graphique ? Armelle Caron recycle les plans en image et les images en plan.

www.armellecaron.fr