A l'école des Beaux Arts

L'école des beaux-arts : un incubateur de talents

L'école municipale des beaux-arts a fait sa rentrée le 18 septembre dernier. Cette année, pour les enfants comme pour les adultes, de nouvelles propositions sont venues enrichir l'offre de ce haut lieu d'apprentissage, d'expériences, de recherches, de réflexions, de débats et de transmission. Contrairement à l'idée qu'on pourrait s'en faire, l'école des beaux-arts n'est pas un lieu de loisirs récréatifs. C'est un lieu d'apprentissage et de sensibilisation à l'art contemporain”, commente Philippe Saulle, son directeur.

“C'est un fait entendu en ce qui concerne la classe préparatoire, qui forme en vue de futures candidatures aux écoles supérieures d'art. Mais c'est aussi notre ambition pour les pratiques artistiques amateurs”.

Et c'est dans cet état d'esprit que le programme 2017/2018 a été construit. Deux objectifs prioritaires : faire évoluer l'enseignement vers les nouvelles technologies numériques et répondre aux attentes des participants aux divers ateliers, enfants ados et adultes. A noter que les ateliers destinés aux enfants de 6 à 10 ans sont pratiquement au complet. “Mais il reste encore des places pour les autres tranches d'âge” déclare Philippe Saulle.

De nouveaux ateliers pour les enfants et les ados

Atelier photo numérique : Du selfie à l'image (13/18 ans) avec Martine Béluet Cet atelier permettra aux adolescents, à l'heure de la “photo portable”, de découvrir ou redécouvrir l'appareil photo numérique qui permet de réaliser des images destinées davantage à un support papier qu'aux réseaux sociaux.

Ces images concrètes peuvent s'apparenter à une recherche proche de la peinture, du dessin ou du cinéma. Cadrage, point de vue, lumière, mais aussi comment construire une image, comment la décrypter, comment acquérir un sens critique... sont autant d'approches à découvrir au gré de l'imagination de chacun. o Cours de dessin (13/18 ans) avec Vanessa Notley Ce cours est destiné aux élèves qui ont déjà une petite pratique de création ou qui s'intéressent aux arts plastiques et qui souhaitent apprendre et/ou améliorer des techniques de dessin. Il s'agit d'un cours plutôt “classique” où l'accent est mis sur l'apprentissage de l'observation, de l'analyse et du dessin d'après nature tout en utilisant des supports et techniques variés.

Les élèves rencontreront et étudieront les œuvres d'artistes (contemporains, modernes, classiques) à travers l'histoire de l'art, afin de comprendre la diversité de formes, styles, sujets, idées et dessins. o L'art & l'ordi : l'atelier connecté (11/14 ans) avec Claire Giordano et Karine Barrandon Dialogue entre arts plastiques et outils numériques, cet atelier créatif conjugue la pratique de techniques artistiques comme le dessin, la peinture, la couleur, le modelage, la photo, la vidéo et l'édition avec l'utilisation des outils numériques tels que tablette graphique, appareil photo (vidéo et son) et logiciels : Photoshop, InDesign, Flash, Dreamweaver.

Au programme, dessins et peintures numériques, mini dessins-animés image par image, clip vidéo, carte postale sonore, roman photo et micro édition... un atelier connecté en “live” sur le site de l'école.

L'Université Nomade des Arts (UNA)

Initié par l'école des beaux-arts, ce nouveau programme a pour objectif de permettre à tous d'engager une réflexion personnelle sur l'histoire de l'art et les enjeux de l'art aujourd'hui. Ce dispositif se développera autour d'invitations d'artistes, de dialogues croisés ou de sorties. C'est dans ce cadre que Sylvie Lagnier, docteure en histoire de l'art, dirigera tout au long de l'année un cycle de conférences sur l'histoire de l'art, Comprendre l'art (cf. site internet de l'école des beaux-arts).

Ces cours se tiendront tous les mercredi de 18h à 19h30 (sauf vacances scolaires), soit au Théâtre Molière, soit à l'Espace Palace. Chaque semaine, une thématique nourrie par des analyses d'œuvres sera abordée. Au fil des séances, il s'agira de laisser de côté une histoire du progrès pour éviter d'enfermer les artistes dans l'étroitesse d'une approche évolutionniste et revoir la notion de style. “C'était une demande forte de la part des adultes” explique Philippe Saulle, “et c'est une grande et belle surprise de voir que plus de cinquante amateurs d'art sont déjà inscrits à ces cours”.

Démarches en ligne

Service en ligne Thématiques

Avec l'APAVH, Joe, la fripouille , est à l'adoption

joeIMG_0437Après avoir alerté les vétérinaires, les dianes de chasse les plus proches, mis des annonces, il a bien fallu se rendre à l’évidence personne ne recherchait notre poilu ! Avec sa bouille de chien abandonné et son air de rien, on l’a tout d’abord appelé « Le Chien Marcel », et puis c’était un peu long alors ce fut « Plumeau » finalement 3 jours plus tard c’est Joe qui s’est imposé ! Et ça lui va super bien. Quand Joe est arrivé en famille d’accueil, il n’en menait pas large…les 8 autres chiens l’ont niflé, reniflé. Il était tout kiki à côté. Joe est typé Bleu de Gascogne, mais plutôt version mini! Le Bleu qui n’a pas grandi. Allez savoir pourquoi, il s’est pris d’affection pour le grand Roch qui fait environ 3 fois son poids ! Seulement les premiers temps Roch appréciait très moyennement ce zébulon qui le suivait partout alors il le lui a fait savoir avec force claquements de mâchoires et grognements…nous avons laissé faire. Encore une fois grogner est un mode de communication, même si nous avions peur que le gros nous le coupe en deux… Roch regardait Joe comme si c’était un insecte, un ouistiti qui l’agaçait...

» associations