68/50 les murs ont la parole exposition dans l'espace public balarucois

68/50 ! Les murs ont la parole

Tout au long du mois de mai, la ville de Balaruc-les-Bains célèbre les 50 ans du mouvement de Mai 68 qui a marqué l’histoire sociale, politique et culturelle de la France.

Par son triple aspect – universitaire, social et politique – l’explosion de Mai 68 a profondément ébranlé la société française par une remise en cause globale de ses valeurs traditionnelles, et a été le révélateur d’une crise de civilisation. Cette incroyable libération de la parole, ce bouillonnement social inattendu ont pris des allures de révolution et ont engendré des changements notoires : la libération de la femme, des moeurs, etc… Cinquante ans après, Mai 68 reste, à ce jour, le plus important mouvement social de l’histoire de France du XXe siècle.

2018 est l’occasion de se remémorer ces événements majeurs de notre société et du XXème siècle. Pour célébrer les 50 ans du mouvement de Mai 68, l’espace public balarucois accueille une exposition d’œuvres éphémères, réalisées par l’artiste sétois P. Rine Forest, inspirées des slogans désormais inscrits dans la mémoire collective. P. Rine Forest, photographe de formation, combine dans ses œuvres les techniques de ses peintres préférés et celles du Street Art.

Cette exposition sera visible dans le centre-ville balarucois à partir du jeudi 3 mai. Murs et mobiliers urbains serviront de support à ces œuvres éphémères qui remettront au goût du jour bon nombre de slogans ayant marqué cette époque. Ce parcours, balisé par des étoiles rouges au sol, est à faire seul ou en visite commentée.

Des visites commentées sont mises en place par le service Culture/Festivités de la Ville de Balaruc-les-Bains, renseignements au 04 67 46 81 32 - les Dimanche 6/05 - Mardi 08/05 - Mercredi 09/05 - Jeudi 10/05 - Samedi et dimanche 12 et 13/05 - Mercredi 16 et 23/05.

Avec l'APAVH, Voyou, le beau chat, est à l'adoption

voyouIMG_9578

"L'histoire de ma courte année de vie est triste, comme celle de milliers d'autres animaux sur cette pauvre planète. J'ai très certainement été donné lorsque j'étais un bébé à n'importe qui. Une fois que j'ai passé l'âge d'être un tout petit, je n'ai plus intéressé les membres de la famille. Du grand classique chez les humains. Ils m'ont donc tout simplement abandonné comme si c'était un acte normal et absolument pas grave. Un acte anodin dans de pauvres esprits. Je suis resté de long mois dehors... j'avais très faim et j'étais blessé. Je manquais énormément d'amour, je cherchais à rentrer chez des voisins, je cherchais désespérément une personne qui allait enfin me voir, je cherchais de l'aide tout simplement. ""J'ai mis du temps à en trouver... mon désarroi ne faisait que grandir... jusqu'à ce qu'une personne se mobilise enfin pour moi et contacte l'association. Merci du fond de mon petit coeur à cette personne. Ce fût la fin de mon calvaire de chat de rue. Depuis quelques semaines auprès de famille d'accueil, je revis ! Je suis enfin épanoui, je reçois enfin l'amour que je mérite et croyez moi je leur fais des milliers de ronrons et de bisous. Je suis devenu zen, tranquille, je ne suis plus inquiet( la preuve, je dors en montrant mon ventre ce qui est signe pour le chat d'une parfaite confiance)..."

» associations