Histoire du retable péruvien... Une histoire de famille !

Du 23 mars au 2 juin 2018 avec Fiest'à Sète
Vernissage le vendredi 23 mars à 18h30
Espace Félix 2 quai Général Durand 34200 Sète . Entrée libre

Moises Espinoza Urbano est né à Ayacucho au Pérou. Il fait partie de la troisième génération d'une famille d'artistes reconnue dans cet art traditionnel andin. Depuis son arrivée en France, il perpétue la tradition familiale (supports et symboles) tout en s’inspirant d’autres thèmes qui lui tiennent à cœur : l'amour universel et la protection de la nature.

Au travers d’œuvres réalisées par Moises Espinoza Urbano et différents membres de sa famille, l'exposition, témoin d'une tradition artistique emblématique de l'art populaire péruvien, montre l'évolution de cet art traditionnel en perpétuel renouvellement.
Le retable péruvien est un des plus important symbole du syncrétisme religieux qui caractérise le Pérou. Il mélange en effet des éléments de la religion catholique et des éléments de la cosmovision andine. Au-delà d'un simple héritage, le retable péruvien est un mode d'expression artistique où le religieux se mélange au païen, le magique au quotidien, le céleste au terrien, le traditionnel aux préoccupations du monde moderne...

Exposition présentée par l'Association Culturelle des Arts du Pérou

Avec l'APAVH, Joe, la fripouille , est à l'adoption

joeIMG_0437Après avoir alerté les vétérinaires, les dianes de chasse les plus proches, mis des annonces, il a bien fallu se rendre à l’évidence personne ne recherchait notre poilu ! Avec sa bouille de chien abandonné et son air de rien, on l’a tout d’abord appelé « Le Chien Marcel », et puis c’était un peu long alors ce fut « Plumeau » finalement 3 jours plus tard c’est Joe qui s’est imposé ! Et ça lui va super bien. Quand Joe est arrivé en famille d’accueil, il n’en menait pas large…les 8 autres chiens l’ont niflé, reniflé. Il était tout kiki à côté. Joe est typé Bleu de Gascogne, mais plutôt version mini! Le Bleu qui n’a pas grandi. Allez savoir pourquoi, il s’est pris d’affection pour le grand Roch qui fait environ 3 fois son poids ! Seulement les premiers temps Roch appréciait très moyennement ce zébulon qui le suivait partout alors il le lui a fait savoir avec force claquements de mâchoires et grognements…nous avons laissé faire. Encore une fois grogner est un mode de communication, même si nous avions peur que le gros nous le coupe en deux… Roch regardait Joe comme si c’était un insecte, un ouistiti qui l’agaçait...

» associations