Expos

Expo Nabli dans la lignée de Magritte

Exposition de peinture du 5 au 20 septembre 2018
Vernissage le jeudi 6 septembre à 18h à Villeneuve-lès-Maguelone

L'artiste peintre installé à Combas dans le Gard vient accrocher ses œuvres sur les cimaises du Centre Béranger de Frédol pendant deux semaines.

Jean Claude Ennabli  alias Nabli né en 1942 en Tunisie a fait ses classes aux Beaux-arts de Montpellier où il obtient brillamment ses diplômes sous la houlette des Dezeuze, Descossy, Bessil.

Puis à Paris, toujours dans les années 60, il rencontre  Claude Viallat à l’éclosion du mouvement Support-Surface ainsi que le sculpteur César.

Peinture de codes à l'image de René Magritte, Giorgio de Chirico ou Salvador Dali, les sujets de Nabli se focalisent sur l'imaginaire, le thème de la bouvine y est récurrent avec parfois le rapport inversé de l'homme face au taureau.

Reconnu à l'internationale - New York, Barcelone, Paris -  Nabli est l'invité de Villeneuve-Lès-Maguelone.

Vous êtes conviés à le rencontrer lors de la séance de dédicace le jeudi  6 septembre à 18h.

Le Site de Nabli : http://nabli-artiste-peintre.com/oeuvres.html

Exposition de Gil au Domaine Saint Hilaire

  A Montagnac, du 7 au 30 septembre 2018

De sa peinture elle commente:

"Ce qui est important dans une peinture, ce n’est pas ce qu'elle représente, ou ce que l’artiste a voulu y mettre... mais l’état dans lequel nous plonge l'oeuvre, lorsqu’on l’observe. La façon d’aborder une toile est donc déterminante, mais cette démarche ne doit pas être consciente. Ce sont les qualités de la peinture qui doivent mettre l’observateur dans cette disposition... à son insu. 

Par ma peinture, j’essaie de déclencher cet état... où nous contemplons les formes, les couleurs, la lumière... où nous ne cherchons rien... où nos pensées se taisent... où l'on s'oublie un instant..."

Gil peint à l'huile sur toiles, appliquées à l'aide de larges couteaux ou spatules. Ses oeuvres, que vous pouvez découvrir sur ce lien, on aime ou on n'aime pas, mais on ne peut rester indifférent devant ces toiles.

A découvrir donc du 7 au 30 septembre au Domaine de Saint Hilaire à Montagnac.

Vernissage le samedi 08 septembre à partir de 18h. (Adresse et plan d'accès

C'est une peinture gestuelle, où le mouvement et les formes sont mis en valeur par l'utilisation du Noir et Blanc...Le site de Gil.

"Sète sous tous ses aspects"

Exposition "Sète sous tous ses aspects" des peintres du CAPPS sur le chalutier  Louis Nocca du samedi 25 au lundi 27 (12h), vernissage samedi 25 août à 11h.

Une vente de tickets de tombola est organisée au profit de la Snsm : tirage de la tombola et remise des prix lundi à 12h.NOCCA

Un bestiaire dans le ciel de la rue St Paul.

Un bestiaire de créatures et monstres dans la rue St Paul. Qu’ils soient domestiques, sauvages, marins ou même disparus, les animaux évoluent aux côtés des hommes depuis la nuit des temps. Certains sont proches de nous, d’autres nous sont encore totalement étrangers, ils témoignent tous de la fabuleuse richesse de notre biodiversité sur terre, en mer ou dans les airs. Ils ont souvent alimenté les légendes, les contes, les fantasmes, les mythes.

De tout temps, on utilisa les animaux comme représentations symboliques de qualités ou de défauts humains. Cette habitude perdure de nos jours et les comparatifs sont encore légion. Les usages totémiques y sont sans aucun doute pour quelque chose, tout comme les récits hagiographiques mettant aux prises des animaux familiers ou, au contraire, issus de contrées lointaines.

Nous pourrions dresser une liste impressionnante de ces animaux toujours utilisés à titre de comparatifs.

 

Cette exposition est l’issue d’une expérience sensorielle de 7 artistes, croisant la culture et les mythologies du ressenti de chacun d’eux. 7 œuvres qui nous pousse à éprouver de la captivité, frémir d’une agitation sourde lorsque l’on regarde le visage de la « Médusa » de Sanko et Outofthe-Black ou encore la « Méduse » de Fanny St Pierre, qui incarne toutes deux cette femme mystérieuse qui ensorcèle par son regard perçant, l’abstrait Minotaure de Cole ce monstre fabuleux mi-homme et mi- taureau, la femme des mers, une sirène imaginée par Isabelle Piron, ou la confrontation de 2 créatures « pré dataires » de Kathy Bassaget, cette artiste sculpteur céramiste, une habituée des œuvres, l’hybride « Hippocorne » de Réka, un mariage d’un hippocampe et d’une licorne et Aurélia Gritte, instigatrice de cette exposition bestiaire qui présente une œuvre « Méditerranées » une représentation d’une migration et de ses conséquences.

Pour le vernissage de cette exposition qui a eu lieu ce vendredi 01 juin, sur le parvis de l’église St Paul, pléthore d’élus était rassemblé autour de Sabine Schurmann, maire adjointe à la culture et aux jumelages pour assister à son allocution, qui fut légèrement perturbée par une panne de micro, par les cloches de l’église St Paul qui égrènent inlassablement les heures et par le camion de ramassage des ordures ménagères de la ville et cela devant un public fourni, quelque peu ironiste.

Venez découvrir ces petites et grosses bêtes sur toiles géantes, exposées à quelques mètres de hauteur dans la rue St Paul, du 1er Juin au 15 septembre 2018. Mais il faudra donc lever la tête.

Par ailleurs des visites guidées sont proposées tous les lundis à 13h, et cela jusqu‘au 25 juin.

A.Sanfilippo

Le fol bestiaire des quais


 

 

Sandrine, Antilope à pied de biche exécutée par Bibi, quai Rhin et Danube - là où elle se trouve actuellement . Serge, bouquetin distrait,  abattu par Bibi au Casino de Singapour. Marguerite, Babiroussa schizophrène traquée par Bibi devant la statue du pt' Quinquin. Des trophées de chasse telle  une galerie de portrait dont le premier n’est autre que Lulu, celui de Maryse et Lulu, du Pub, que Bibi a rencontré en 1999 (et chassé sous la forme d’une antilope dyslexique quai de la Marine) et  qui a donc inauguré cette série loufoque et inquiétante à partir de l’universellement connu cône en Lubeck, l’objet design  par excellence qui symbolise le danger dès le premier coup d’œil.

Ici, quel est-il ? Il y avait 4 millions d’éléphants,  il n’y a pas si longtemps encore, aujourd’hui ils ne sont plus que 300 000 s’alarme  Bibi, qui, s’il refuse poliment le titre un tantinet sérieux d'artiste engagé  ne conçoit pas  non plus l’art comme pouvant être tout à fait neutre et considère qu'il appartient tout de même  à l'artiste de fournir des pistes de réflexions.

Dater la capture du cône, lui donner la forme d’animaux non chimériques comme on pourrait l’imaginer ( les babiroussas font par exemple partie  de l'espèce des suidés qui comprend également le phacochère et le sanglier, comptent environ 4000 individus disséminés sur des îles,  et sont  chassés principalement en raison de leur  chair ) mais bien vivants cependant qu’en voie de disparition, correspond à la double dénonciation  de l’accumulation de matières polluantes  et de l’extinction d’espèces pouvant être liés au braconnage mais également à cette pollution. Pour parvenir à ce résultat à la fois très esthétique mais aussi qui produit un sentiment fort de risque lié à l’urgence de nos modes de comportement, cet autodidacte qui fut paléontologue avant de  se lancer dans l'orthopédie et considère   son  travail comme en quelque sorte étant   à la croisée des deux  domaines, utilise l’assemblage et le thermoformage. Travail frénétique débuté dans des squats dans les années 90 toujours dans ce soucis d’alerter également  sur la consommation à outrance et les contractions propres au genre humains en ce qui concerne l’écologie dont ce lecteur de Darwin n'oublie pas de  rappeler qu’avant de devenir un parti, ou un argument électoraliste,  ce fut la science visant à analyser la place de l’homme dans la nature.

 

Pirate est le qualificatif que le plasticien  toujours très prolifique qui a exposé dans le monde entier emploie encore à propos de son travail. Travail extrêmement diversifié qui a pour principal point commun la matière première (cône donc et bidons en polyéthylène) mais également la figure animale et qui comprend ainsi ces trophées de chasse évidemment bien plus nombreux que cette la série exposée chez Pascale Peyre, à la galerie Sur les quais. Il en a vendu à peu près une centaine jusqu’à présent, "c’est à la fois pas mal et peu" commente Bibi avant de se réjouir non sans une douce ironie de compter parmi ses collectionneurs autant de végans que de chasseurs ! 

 

Tuez les tous exposition à voir jusqu'au 19 août  à la Galerie Pascale Peyre 10 quai Rhin et Danube 

L’expo « Tournée » d’Éric Pradalié dévoilée au Quartier Haut

Jeudi 2 août, l’exposition « Tournée » d’Éric Pradalié a été inaugurée à la chapelle du Quartier Haut, en présence de François Commeinhes, Maire de Sète, de Christelle Espinasse, adjointe en charge des évènements culturels et de l’artiste. Une exposition composée de grands formats et d’une sélection de travaux préparatoires.

Malgré la chaleur caniculaire, amateurs et amoureux d’art avaient rendez-vous à la chapelle du Quartier Haut pour découvrir les œuvres composant l’exposition « Tournée ». Pour Éric Pradalié, le choix de dix toiles à l’huile de grands formats s’imposait afin d’habiter et d’habiller les dimensions des lieux.

Toutes très différentes, ces toiles expriment le désir de l’artiste de faire entrer un spectacle vivant dans un espace clos, cherchant ainsi à saisir ces expressions, ces gestes, ces corps et ces lumières parfois fugaces pour en distiller toute l’énergie. Car le jeu entre l’ouvert et le fermé inclus d’autres possibilités, d’autres horizons, d’autres ouvertures permettant la découverte de nouveaux territoires.

Ces toiles sont accompagnées d’une sélection des travaux préparatoires de l’artiste, une sorte de laboratoire où va peu à peu se dessiner l’œuvre future. François Commeinhes n’a pas manqué d’évoquer « les orchestrations du peintre qui se poursuivent autour d’une mélodie picturale jouant de la poésie et de la couleur. »

Pour ne rien perdre du travail d’Éric Pradalié, des rencontres avec l’artiste sont prévues dimanche 5 août à 17 h 30 et les 15 et 16 septembre prochains, à 17 h 30, dans le cadre des journées du Patrimoine. À voir jusqu’au 16 septembre.

 

Eric Pradalié à la Chapelle

A la chapelle du Quartier-haut l'exposition Tournée d'Eric Pradalié dont le vernissage se déroulera ce jeudi, le 2 août à 18h30. Vous y êtes cordialement invité. Vous pouvez télécharger le dossier de presse ici. Je vous joins également un visuel téléchargeable là. Sachez qu'Eric Pradalié se rendra disponible ce dimanche à 17h30, pour une rencontre avec le public. Deux visites seront également organisées lors des Journées Européennes du Patrimoine qui clôtureront cette exposition.

#Backtothestreet sur le Môle

En 2015 500 tirages de street photographie étaient cimentés sur les murs de Paris, signés avec le hashtag #Backtothestreet. Des clichés volés, que le street photographe réinstalle dans la rue… et que des petits malins s’amusent parfois à voler.

« Là, l’homme en tenue juive traditionnelle, ou alors le chinois qui vient de passer avec sa raie plaquée, ils ont des gueules ! »

Le quarantenaire désignait du menton les passants qu’il pourrait photographier à la volée. Il scrutait autour de lui, casquette sur la tête, tout en racontant son histoire.

Il est celui qui se cache derrière le hashtag #Backtothestreet. 

Des photos encadrées sont apparues sur la promenade du Môle Saint Louis : une véritable petite expo à ciel ouvert.

Mohamed Grine expose à Montbazin

L’œuvre de Grine est riche de simplicité et de complexité. Évoquant des thèmes classique, (la terre nourricière, les rapports homme-femme), il transpose ces mythes dans un univers de femmes papillon, de déserts ou de bars improbables.

http://grine-artiste.fr/

Les peintres exposent dans la Galerie des Pèlerins au Mont St.Clair

EXPOSITION A SAINT CLAIR

3 ARTISTES POUR UNE EXPOSITION.

Dans la Galerie des Pèlerins au Mont St.Clair,les peintres :

Noëlle CASSIN,Isabelle Georges VAUTIER et Corinne BORG ont le plaisir de vous présenter leurs œuvres de peinture et de coffrets peints et décorés pour certains de coquillages de l'étang de Thau.

L'exposition est ouverte tous les jours de 10 h à 12 h et de 15 h à 19 h

Entrée gratuite.

Pour venir à cette exposition prendre le bus n° 5 en centre ville devant le magasin Monoprix qui vous mènera à la Croix de St.Clair.

Les peintres img198