Expos

Musée Paul Valéry : nouvelle exposition à partir du 17 février

4 à 4 : UNE NOUVELLE EXPOSITION A PARTIR DU 17 FEVRIER

Poursuivant son cycle d’art actuel, lancé en 2014, le Musée Paul Valéry donne à voir à partir du 17 février 4 à 4 : un événement proposé tous les deux ans qui réunit à chaque fois 4 expositions individuelles consacrées simultanément à 4 artistes reconnus sur le plan international.

une expérience sensible innovante !

Pour cette troisième édition, 4 à 4 montrera les travaux de Thierry Delaroyère (peintre), André Cervera (peintre) & Swarna Chitrakar (peintre et conteur), Pascal Fayeton (photographe), Mohamed Lekleti (peintre).

L’image contient peut-être : une personne ou plus

Florie Adda

LATELIER - VENDREDI 19 JANVIER 18H30 - Florie Adda « Images intermédiaires »

Ssamedi 20 et dimanche 21 - 14h /17h à l'
ancien collège Victor Hugo - rue Lakanal - cour nord - Sète

 « Images intermédiaires », les souvenirs restent. Les images passent.

"Pour qu’une image reste il faut qu’elle marque. Qu’elle prenne une place et un sens dans mon histoire. Qu’elle s’imprime en moi. Qu’elle ait un poids. Sinon, si toutes les images passent, alors je ne me souviens de rien. Si je ne me souviens de rien, alors je deviens une image à mon tour. Et je passerai alors comme une insignifiance de plus. Je serai sans poids, sans place, sans sens, je serai une image qui n’aspire à rien. Et je passerai sans avoir rien essayé de passer à d’autres. Je passerai sans avoir rien essayé d’ailleurs. Sans avoir rien laissé. Je serai une image qu’on aura beaucoup vue peut-être, mais qu’on aura pas vraiment regardée". 
Florie Adda

LATELIER, 
Lieu d’artistes, lieu de recherche et d’action avec des propositions, programmées ou non : évènements, expositions, invitations, cartes blanches, chichoumeilles et snapchat... 
En partenariat avec la chaîne Youtube « My art goes boom ».

Suivez notre actualité sur la page Facebook LATELIER GALERIE D’ART ASSOCIATIVE 
ancien collège Victor Hugo - rue Lakanal - cour nord - Sète 
06 61 73 47 13 Cette adresse e-mail est protégée contre les robots spammeurs. Vous devez activer le JavaScript pour la visualiser.

 

 

DUO de bestioles

Exposition proposée par Les Ateliers Art Terre
Du 15 janvier au 12 février 2018
Médiathèque des Savoirs Place du jeu de ballon – 34300 Agde

L’exposition Duo de bestioles c’est partir à la découverte de 2 arts majeurs que sont la sculpture et la photographie. Présentation sous vitrines, de treize paires d'animaux qui ont un lien entre eux (biodiversité, poésie, langue françaises…). Le nom de chaque animal est inscrit en quatre langues sur la colonne. Les sculptures de chaque animal a été réalisée en boîte métallique de boisson, communément appelées canettes.

JUIN A NOVEMBRE 2016 – EXPOSITION DUO DE BESTIOLES À ISSOIRE

« Comme si » à la Chapelle

A partir du 13 janvier 2018 - Comme si...

Gaëlle Dubois

 Vernissage le 12 janvier à 18h30.

Entrée libre de 11h à 18h.

Visites guidées menées par l'artiste le 14 janvier et le 4 février à 16h.

 Peindre et écrire en préférant le provisoire au définitif, l'hypothèse à la définition. 
Images furtivement arrêtées, campées entre incertitude et possibilité, évocation et divagation. Tout, sauf immobile, voir et voir encore, douter et reprendre le chemin d'un détail, scruter les profondeurs, doucement, avec joie, avec calme. On peut ouvrir les yeux. On peut fermer les yeux. On peut rouvrir les yeux et se perdre dans pas grand-chose, un truc qui bouge, un truc qui passe.

Expo Lumières du Sud de Migliani

Du 2 janvier au 28 février 2018, le photographe animalier spécialiste de la faune des étangs pose ses clichés sur les murs de la Maison de la nature à Lattes pendant deux mois. Depuis plus de quinze ans, Dominique Migliani capture les comportements des espèces sauvages de la belle nature de l'Hérault telles que l'oedicnème criard, le grand cormoran noir.

Finaliste au concours international AVES Nature Namur en septembre 2016, reconnu par ses pairs, le travail du photographe montpelliérain  porte un regard sur l'excellente santé de notre territoire dans les zones humides héraultaises dont l'étang du Méjean.

Dans le cadre des Journées mondiales des zones humides, il présentera son travail photographique autour de l'exposition en cours "Le Méjean à travers les yeux d'un photographe" de 9h30 à 12h00, le dimanche 4 février.

L'occasion de partager ensuite une escapade naturaliste autour du Méjean de 14h à 17h, en plein cœur d’une région riche en milieu naturel, situé à 8km de Montpellier. Ce site naturel qui s’étire en bordure de l’étang du Méjean a été protégé, en 1985, grâce au Conservatoire du Littoral et à la commune de Lattes qui en est le gestionnaire.

C’est un espace remarquable composé d’une mosaïque de milieux : lagune, sansouïre, roselière, près salés… Abritant une faune et une flore variée : flamant rose, tortue cistude d’ Europe, nivéole d’été, narcisse tazet…

Maison de la nature de Lattes -  « Lumières du Sud » jusqu'au 28 février 2018
Du mardi au vendredi de 14h à 17h.

Chemin des Etangs 34970 Lattes

TEL. 04 67 22 12 44

Le Crac rend hommage à Noelle Tissier

 Exposition collective de 50 artistes en forme d'hommage à celle qui les a découverts. La tâche d'Hughes Reip était un peu périlleuse : c'est à lui que Noëlle Tissier a confié le commissariat d'une dernière exposition du Crac de Sète, avant de quitter la direction de ce lieu qu'elle a initié, inventé, nourri pendant 20 ans.

 Grande défricheuse de talents, fidèle protectrice des artistes qu'elle accompagne sur le long cours, elle a créé une synergie riche et surprenante entre la kyrielle de plasticiens invités et le public peu à peu familiarisé avec l'approche résolument contemporaine et aventureuse qu'elle a développée. Ainsi, toujours dans cet esprit de transmission, de lien, elle a demandé à l'un des quelques 500 artistes exposés au Crac depuis son ouverture en 1997 de réfléchir à une thématique qui puisse rassembler, célébrer et surtout poursuivre le dialogue. Or, il y pensait depuis longtemps, à la tempête. Pour ce qu'elle revêt d'ambigu : provoquant à la fois inquiétude, terreur, sidération et fascination, provenant d'une nature indomptée ou d'esprits torturés, le phénomène climato-psychologique lui a semblé être une bonne entrée pour réunir les artistes et faire de cette exposition un « événement indéfinissable ». La tempête évoque quelque chose d'assez noble pour échapper à toute catégorisation. Tout est là, dans cet entre-deux entretenu : les choix des œuvres procèdent la plupart du temps de l'induit et de l'ellipse, et les rapports entre elles se découvrent ou s'inventent au fil du parcours. Familial Les premières gouttes commencent à tomber. On est dans la crainte, dans l'incompréhension de ce qui risque d'arriver.

Pour embarquer, en préambule, il y avait d'abord eu cette photographie négative d'un bateau sur vagues argentiques. Avec cette légende inscrite à la main par Marcel Broodthaers : « Chère Petite Sœur, celle-ci pour te donner une idée de la mer pendant la Tempête… ». Belle entrée en matière. Le familier (artistique, fraternel, amical), dans tout ce qu'il comporte de rassurant et émouvant, s'impose d'emblée comme la clé de ce rassemblement en forme d'hommage à celle qui a cru dans les prémisses des talents de chacun des artistes présents dans l'exposition.

Qui est là pour signifier cet instant d'avant le coup de tonnerre ? Jean-Michel Othoniel (Scratch Painting, 1995), avec une toile suggérant une idée de la chambre de Van Gogh, élaborée avec du phosphore, Michel François, qui lui s'attaque au marbre, à coup de vinaigre distillé en goutte à goutte (Time Lapse, 2016-17) formant un trou parsemé d'excroissances minérales, la photographe Florence Paradeis et son poing sur qui tape sur la table du jardin, faisant jaillir le café de sa tasse (Vertement, 2014). Jacques Fournel, dans un Autoportrait photographique (2016) où son visage apparaît en gros plan sur fond vert, la main devant la figure. Dans l'ordre des choses La menace enfle. Mieux vaut en effet se cacher les yeux. Un rideau de pluie (Golden Section, 2009, Ann Veronica Janssens et Michel François) couvre déjà le fond de la première la salle. La feuille de métal miroir entretient le mystère des éléments, et incite à aller voir de l'autre côté. Alors la tempête se déroule dans une linéarité un peu frustrante.

La violence (météorologique, sentimentale), le déluge (Spray 2, 49 secondes de projection d'eau ralentie 2000 fois, Ann Veronica Janssens), le retour sur soi et ses mondes intérieurs (les univers graphytés, étranges et fascinants, de Roland Flexner, LGY 64, 69, 70, 2012), l'envahissement aquatique (Ariane Michel, qui a filmé Hughes (Reip) et les vagues, 2017, lors d'une de ses installations sur une plage d'Audierne), et enfin, le calme qui recouvre tout : Pierre Ardouvin (La Tempête, 2011, un arbre déraciné couché sur un fauteuil en cuir). Yan Pei-Ming, avec ses Fleurs noires des funérailles, souvenir du père de l'artiste (2006) conclut le parcours dans une figuration noire et blanche d'un bouquet brouillé par ce qui pourrait être des gouttes blanches de pluie, muant la nature morte en nymphéas renaissantes.

Anna Zisman 

Le CRAC jusqu'au 11 mars - La Tempête - Centre régional d'art contemporain, Sète

Jean Rouzaud : la magie.

Jusqu'au 31 janvier, la galerie Yves Faurie (12 quai Suquet) montre une série d'œuvres de Jean Rouzaud qui nous quitta il y a deux ans, après une riche carrière artistique rayonnant aux plans national et international. Et le mot magie, au sens propre du terme, s'impose pour ces œuvres singulières.rouflP1010176

 

André Breton, dans ses Ecrits sur l'Art, parlait de l'opération artistique comme d'une opération magique : l'art, par un processus indéfinissable et mystérieux, ne modifie-t-il pas l'état du spectateur ?

rouvbP1010174

Magique donc l'univers de J. Rouzaud qui interpelle dès l'entrée de la galerie. Un tableau prend, à la lumière naturelle, un relief très particulier : un entrelacs de bandes courbes noires et brunes emprisonne des blancs et verts végétaux.

Et comme l'œuvre respecte les canons picturaux, elle dégage un équilibre et une sérénité étonnants.

Comme pour toutes les œuvres, elle est sans titre, elle laisse ouvertes les portes à la subjectivité du spectateur. Dans le couloir qui suit l'entrée, un meuble rappelle les débuts du peintre avec de petits formats figuratifs où apparaît le clocher de Saint Louis et des paysages où parfois éclatent des couleurs vives.

Tel le rectangle rouge du toit dans une composition sylvestre. Et puis, dès le début des années cinquante, en format moyen, des abstractions très pleines, très colorées.

 En face, une série de toiles aux traits noirs hardis mène à une première salle où de grands tableaux interpellent le visiteur. Sur l'un, à partir d'un centre noir, divergent avec ampleur de grands aplats courbes striés de blanc. Parfois, au sein de courbes brunes, des blancs translucides éclairent des intérieurs. Hardiesse et vigueur des grandes courbes divergentes se retrouvent plus loin et l'élan des traits redressés aux extrémités donne une impression comparable à celle d'une corolle ouverte.

Et s'y ajoute l'ostension d'une vraie splendeur chromatique. Et la magie opère. L'harmonie singulière émeut l'âme du spectateur comme peut le faire un solo de violoncelle ou les musiques planantes de Hans Wessemer. Les couleurs avivées par l'acrylique sont plutôt le domaine de la dernière salle où se déploient de très grands formats où de larges pans de rouges carminés semblent aller au devant du visiteur.rou

Et comme Jean Rouzaud a été aussi un architecte de talent, il joue sur des plans différents donnant, avec le jeu des couleurs, du relief aux tableaux. Les aplats de rouge surgissent de plans sombres qui se juxtaposent. Ainsi d'un trapèze qui semble appartenir à la troisième dimension par le jeu des lignes et d'une ombre portée. Et la dernière œuvre illustre plus le jeu avec les couleurs qu'avec les formes. Un carré rouge au centre semble avancé par rapport au bleu azur et au noir, de part et d'autre.

 Jean Rouzaud a bénéficié de bien des influences, de Soulages aux fresquistes mexicains qu'il connut dans les années 70. Mais l'équilibre, l'harmonie des œuvres ouvrant la porte à l'émotion, c'est singulier. C'est magique.

 P.S. L'exposition est ponctuée par les verticales des hardies sculptures végétales de Jean Llozeras, sculpteur des P.O.

Hervé Le Blanche

10e chemin des crèches

10e chemin des crèches

Beaulieu, petit village de l'Hérault est intimement lié aux traditions. La crèche de Noël en fait partie. Chaque année, nombre de bénévoles et de paroissiens ouvrent leur salon. Ainsi, cette année encore, la crèche de l'église se retrouve aussi comme point de départ naturel du chemin des crèches du village.

La crèche de Noël conçue par Daniel Ferrier et les bénévoles entre tradition et santons de Provence

Le dimanche 7 janvier 2018, pour la 10ème année, habitants du village et des alentours, parfois même de plus loin, se retrouvent sur le chemin des crèches familiales selon un itinéraire fléché et un plan disponible à l'église où sont recensées les 12 adresses des maisons qui participent au circuit. Tout en cheminant dans le village de Beaulieu, à la croisée des ruelles, Beaulieurois et Beaulieuroises présentent leurs créations et leurs santons, un grand moment d'échange et de convivialité joyeuse autour des crèches de Noël. Accès et visites gratuits.

Rendez-vous le 7 janvier 2018 de 14h à 18h

Et pour visiter l'exposition en cours de la crèche de l'église biblique et provençale, dans un décor entièrement végétal le 31 décembre 2017, 7, 14 janvier 2018 de 14h à 18h et de 16h à 19h le1er janvier.

ou sur rendez vous. Renseignements au 06 46 47 80 61

C'est parti pour le "Printemps des Photographes 2018"!

du 5 au 21 mai 2018

expositions "Méditerranée: Mythes et Réalités"!

autour du CANAL ROYAL de Sète (Hérault)

  Un nouvel événement photographique se prépare à Sète avec un thème ouvert qui permettra bien des interprétations: "Méditerranée: Mythes et Réalités" !

Les expositions des photographes sélectionnés se tiennent du samedi 5 mai au lundi 21 mai...17 jours pour appréhender les multiples aspects de cette « Mare Nostrum » qui ne sépare pas les cultures, mais les réunit, les fusionne, les marie...pour le meilleur et pour le pire !

Allers et retours chaotiques entre passé et modernité, traversées mouvementées entre mythes encore vivants et réalités déjà oubliées...

Regards multiples sur « notre mer » changeante, exigeante et sublime !!

Pour s'inscrire : http://printemps-des-photographes.fr/index.html

Ateliers d'initiation à Lattara pour les enfants pendant les vacances

Durant les vacances scolaires de Noël, du 27 décembre au 5 janvier 2018, de 14h à 16h, le musée archéologique organise, pour les enfants à partir de 8 ans, des ateliers d'initiation aux techniques anciennes.
Le Service des publics du musée archéologique accueille également, sur rendez-vous, les groupes d’enfants de centres aérés et centres de loisirs pour des ateliers d'initiation et des visites guidées.

Les ateliers proposés :

 

● Mercredi 27 décembre 2017 : Atelier d'initiation aux décors peints de la céramique grecque.
Chaque enfant réalise, sur une coupelle en terre cuite, un décor à figures noires sur fond rouge, ou à figures rouges sur fond noir, en s'inspirant des motifs antiques ornant les vases présentés dans le musée.

 

● Jeudi 28 décembre 2017 : Atelier d’initiation à l'orfèvrerie gauloise.
Chaque enfant réalise une fibule en cuivre à décor ciselé. 

 

● Vendredi 29 décembre 2017 : Atelier d'initiation aux décors peints de la faïence languedocienne.

Après une présentation des techniques de fabrication et de décoration des faïences depuis le Moyen Age jusqu'au XVIIIe siècle, chaque enfant réalise, sur un carreau de faïence blanche, un décor, en camaïeu de bleu et de jaune, inspiré des motifs des anciennes faïences.

● Mercredi 3 janvier 2018 : Atelier d’initiation à la peinture pariétale.

Chaque enfant réalise une peinture préhistorique représentant des animaux primitifs à la manière des hommes de Cro-Magnon. 

● Vendredi 5 janvier 2018 : Atelier "Le laboratoire du petit archéo"
Après une présentation de l’exposition "Circulez, y a tout à voir ! Archéologie des grands travaux entre Nîmes et Montpellier", les enfants découvriront les métiers et les techniques de l’archéologie, ainsi que les différentes étapes du travail post-fouille : tri, identification, classement, datation, étude et analyse des fragments, rédaction des fiches d’inventaire, remontage de céramique… afin de mieux connaitre la vie de nos ancêtres.

Inscription obligatoire, dans la limite des places disponibles, et renseignements complémentaires auprès du Service des publics au 04 67 99 77 20 ou 04 67 99 77 24 ou 04 67 99 77 26.

TARIFS DES ATELIERS
• Enfants hors Métropole de Montpellier : 3,00€
• Enfants de la Métropole de Montpellier : 2,30€, sur présentation de la carte Pass'Agglo / Pass'Métropole

Et toujours, depuis le 17 mai 2017 et jusqu'au 5 février 2018, le site archéologique Lattara-musée Henri Prades propose une nouvelle exposition temporaire "Circulez, y a tout à voir ! Archéologie des grands travaux entre Nîmes et Montpellier".