Réflexion éthique du CHU de Montpellier : le suicide

Au Corum de montpellier, jeudi 11 janvier 2018, les professionnels de la santé se pencheront sur la douloureuse question « Vouloir mourir au 21ème siècle - Euthanasie à la demande ou suicide : droit ou symptôme ? », à l'occasion d'une conférence gratuite ouverte au grand public. De 18h à 20h.

Cette conférence est organisée en partenariat avec l’Espace Régional de Réflexion Ethique L-R / Occitanie.

En marge du congrès du Groupement d’Etude et de Prévention du Suicide -  GEPS - cette conférence propose d’interroger l’évolution des repères médicaux, mais aussi juridiques et philosophiques, de la société dans ses rapports avec la mort provoquée. Grâce aux progrès technologiques, la médecine du 21ème siècle maîtrise de mieux en mieux les ressorts de la vie et garantit aux individus le statut de « bien portant ».

Mais quand le sujet se porte mal au point de ne plus vouloir ou pouvoir continuer d’exister, le médecin poursuit les soins… dans quel(s) but(s) ? C’est sur cette question éthique complexe et fragile que se croiseront les regards d’éminents professionnels de l’humain afin d’éclairer le point de vue sur la volonté de mourir. Ils ouvriront les échanges avec la salle pour un débat résolument vivant.

Président de séance : Jacques BRINGER, ancien doyen de la faculté de médecine.

Modérateur : Mathieu LACAMBRE, psychiatre hospitalier. Intervenants (dans l’ordre d’intervention, 15 min par orateur puis table ronde, débat et échange avec la salle) :

- Emilie OLIE, Psychiatre Hospitalier, CHU Montpellier ; Maitre de Conférence Faculté de Médecine de Montpellier. - Jean-Yves LEFRANT, Médecin réanimateur, CHU Nîmes. - Bernard COURAZIER, Magistrat, TGI de Montpellier. - Alain GUYARD, Consultant en philosophie et éthique médico-sociale, professeur de Philosophie dans la cité.

49èmes journées du Groupement d'Etudes et de Prévention du Suicide

Avec l'APAVH, Joe, la fripouille , est à l'adoption

joeIMG_0437Après avoir alerté les vétérinaires, les dianes de chasse les plus proches, mis des annonces, il a bien fallu se rendre à l’évidence personne ne recherchait notre poilu ! Avec sa bouille de chien abandonné et son air de rien, on l’a tout d’abord appelé « Le Chien Marcel », et puis c’était un peu long alors ce fut « Plumeau » finalement 3 jours plus tard c’est Joe qui s’est imposé ! Et ça lui va super bien. Quand Joe est arrivé en famille d’accueil, il n’en menait pas large…les 8 autres chiens l’ont niflé, reniflé. Il était tout kiki à côté. Joe est typé Bleu de Gascogne, mais plutôt version mini! Le Bleu qui n’a pas grandi. Allez savoir pourquoi, il s’est pris d’affection pour le grand Roch qui fait environ 3 fois son poids ! Seulement les premiers temps Roch appréciait très moyennement ce zébulon qui le suivait partout alors il le lui a fait savoir avec force claquements de mâchoires et grognements…nous avons laissé faire. Encore une fois grogner est un mode de communication, même si nous avions peur que le gros nous le coupe en deux… Roch regardait Joe comme si c’était un insecte, un ouistiti qui l’agaçait...

» associations