Conférences

Lectures au Theatre

En partenariat avec la Scène Nationale de Sète et du Bassin de Thau, 
la Maison de la Poésie Jean Joubert de Montpellier vous propose:
 
Mardi 15 Mai – 18h30
 

à la Petite salle

 

au Théâtre Molière

 

Avenue Victor Hugo- Sète

 

 Lili FRIKH  /  Thomas CHAPELON

 

Lectures

 

Entrée libre

 
 

Conférence Pierre Martin : Hyper Nature

Lundi 14 mai à 18 heures, Philippe Martin écologue, illustrateur et photographe, présentera de surprenantes images naturalistes, étonnantes de réalisme.

Passionné par la faune et la flore de toutes les régions du monde et plus particulièrement celle du sud de la France, il « tire le portrait » de toutes les espèces terrestres et aquatiques. Avec le procédé de l’hyper focus qu’il nous expliquera, Philippe Martin obtient des images magnifiques qui paraissent en relief.

Il est l’auteur de plusieurs ouvrages « Hyper Nature » qu’il dédicacera.

Salle des Seniors Gigeannais le 14 mai à 18 h

Bessil, le naufragé

blanjrbessil_1

Jean Raymond Bessil (1916-1989) n’a jamais navigué. Il fut pourtant un artiste-peintre reconnu et estimé. Issu d’une famille présente dès l’organisation de la Communauté cettoise, très lié au monde maritime (mais pas que…), il produisit cette œuvre toute de couleur et de sensibilité dont il ne reste que peu de choses.

blanP1020111

 Les Bessil apparaissent dès que s’ouvrent les premiers registres du « consulat » gérant les affaires de la communauté cettoise (1695). Le plus souvent au XVIIIème siècle, ils sont liés au monde portuaire : pêcheurs, calfats, charpentiers, constructeurs de navires. En 1772, Bernard Bessil (54 ans), « constructeur », est suffisamment aisé pour payer les deux impôts directs de l’époque. Mais son fils Michel sera « commerçant », comme Bartholomy Bessil (40 ans en 1798). Et la famille fournit nombre d’arrimeurs jusqu’à la fin du XIXème siècle. Guillaume Bessil (fils de Guillaume arrimeur), lui aussi arrimeur, sera victime du coup d’Etat de Louis Napoléon Bonaparte le 2 décembre 1851.

blanP1020068

Et puis viennent les couturières, les épouses de perruquier, de propriétaires, de capitaines marins. Et les Bessil eux-mêmes capitaines comme…le père de Jean Raymond Bessil, Marius Jean-Louis Bessil.

Celui-ci garda un souvenir ébloui de son enfance rue de la Consigne. Mais, après le collège, il s’embarqua dans une autre aventure. Après les Beaux-arts à Montpellier, puis à Paris, il fréquenta l’école du Louvre et diverses académies libres. Après l’enseignement d’arts appliqués, vinrent les reconnaissances officielles. Son sens de la couleur et l’harmonie de ses constructions firent merveille. Il décora de fresques des établissements scolaires, exposa au Salon d’Automne à Paris (galerie Berri Lardy), à Londres, New-York, Florence. En 1972, au musée Paul Valéry, il exposa 11 œuvres aux côtés de celles du groupe Montpellier-Sète, dont Desnoyer, Couderc, Jean Hugo, Puyuelo… Des constructions cézaniennes et des couleurs, des couleurs que l’on comparait à celles de De Staël. Coloris dont il traquera les nuances par la suite, dans des œuvres non figuratives, comme le fit avant lui Turner. S’est-il perdu dans de vaines recherches ?

Et puis, avec l’âge, son esprit s’obscurcit. Il détruisit beaucoup. Avec le temps, on oublia ses œuvres murales (fresques, tapisseries), on perdit de vue les clairs coloris de ses toiles, subtile lumière désormais connue des seuls collectionneurs. A Sète et à Montpellier, ses œuvres sont dans les réserves des musées. Fragments surnageant à la surface du temps.

PS. Pour en savoir plus, conférence-débat jeudi 3 mai à 19 h, au Palace (H. Le Blanche) : « Bessil, peintre de Sète ».

Hervé Le Blanche

Philosophiesen Italie


Jeudi 3 Mai à 18h à la Médiathèque F.Mitterrand:

UMBERTO ECO
Petite philosophie du rire dans le Nom de la Rose

Une conférence de Jean-Louis Cianni, essayiste

L’intrigue, les personnages, le contenu historique du Nom de la Rose sont si prenants qu’on ne s’en aperçoit à peine. Mais la question du rire est au cœur du livre d’Umberto Eco. Cette dernière conférence 2018 propose de la mettre en lumière pour saisir l’enjeu philosophique du livre et aborder la pensée foisonnante de l’écrivain italien. Le rire est un combat contre le fanatisme, nous disait Eco. Une actualité tragique a montré que l’inverse aussi peut-être vrai…


Pour prolonger le plaisir et approfondir vos connaissances, Jean-Louis Cianni nous propose de consulter le contenu de ses conférences mises  en ligne sur son site

 http://www.jeanlouiscianni.com <http://www.jeanlouiscianni.com/>  

Bien être avec Thierry Casasnovas

Grand invité de The island Montpellier, Thierry Casasnovas viendra faire une conférence/débat le mercredi 2 mai 2018 pendant 2 heures et prodiguera ses conseils dans les domaines de l’alimentation : crudivorisme, jus frais, naturopathie... un moyen de se faire une opinion sur un sujet très controversé.

Dédié à l'économie collaborative, The island Montpellier est un lieu inspirant qui s'intéresse aux entreprises héraultaises, " un tiers lieu", installé depuis janvier 2018 avenue de Toulouse, qui met en synergie les entrepreneurs sociaux, les acteurs du développement durable ou personnel dans les domaines de la permaculture, de l'agriculture urbaine, de l'écologie... C'est à ce titre et dans son cadre vegétalisé que ce nouveau lieu à Montpellier reçoit le conférencier.

The Island au 19, avenue de Toulouse, 34070 Montpellier
Mercredi 2 mai 2018 à 14h

 04.99.74.08.83
Cette adresse e-mail est protégée contre les robots spammeurs. Vous devez activer le JavaScript pour la visualiser.

Avec l'APAVH, Voyou, le beau chat, est à l'adoption

voyouIMG_9578

"L'histoire de ma courte année de vie est triste, comme celle de milliers d'autres animaux sur cette pauvre planète. J'ai très certainement été donné lorsque j'étais un bébé à n'importe qui. Une fois que j'ai passé l'âge d'être un tout petit, je n'ai plus intéressé les membres de la famille. Du grand classique chez les humains. Ils m'ont donc tout simplement abandonné comme si c'était un acte normal et absolument pas grave. Un acte anodin dans de pauvres esprits. Je suis resté de long mois dehors... j'avais très faim et j'étais blessé. Je manquais énormément d'amour, je cherchais à rentrer chez des voisins, je cherchais désespérément une personne qui allait enfin me voir, je cherchais de l'aide tout simplement. ""J'ai mis du temps à en trouver... mon désarroi ne faisait que grandir... jusqu'à ce qu'une personne se mobilise enfin pour moi et contacte l'association. Merci du fond de mon petit coeur à cette personne. Ce fût la fin de mon calvaire de chat de rue. Depuis quelques semaines auprès de famille d'accueil, je revis ! Je suis enfin épanoui, je reçois enfin l'amour que je mérite et croyez moi je leur fais des milliers de ronrons et de bisous. Je suis devenu zen, tranquille, je ne suis plus inquiet( la preuve, je dors en montrant mon ventre ce qui est signe pour le chat d'une parfaite confiance)..."

» associations