CULTURE

Le 30 juillet " TITOFF " au Théâtre de Verdure de Balaruc-les-Bains

Avec son regard toujours décalé sur ce monde qui devient fou, Titoff nous fait voyager au rythme d’un tango endiablé. 15 ans de scène ça se fête ! Avec son regard toujours décalé sur ce monde qui devient fou, ce spectacle ne vous laissera pas une seule seconde de répit. Rendez-vous pour une soirée unique, en compagnie de Titoff pour qui, finalement, ces 15 ans de scène furent bien plus qu’une longue sieste… Malgré les apparences ! 

Le Pass Culture pour les jeunes de 18 ans habitant l’Hérault

L’image contient peut-être : téléphone
Inscrivez-vous sur pass.culture.fr pour faire partie des 10000 premiers à tester le pass Culture !
Le pass Culture c’est : 500 € offerts l’année de vos 18 ans pour profiter pleinement de places de concerts, de spectacles, de cinéma, de cours de danse, de théâtre, de musique, d’art plastique…
Téléchargez l’appli qui vous fait découvrir toutes les activités artistiques et culturelles près de chez vous.

80 ans après, mémoire de la Retirada

Le début de l'année 1939 est marqué par l'arrivée massive des réfugiés de la guerre civile espagnole en fuite après la victoire de Franco. En vignette, débarquement de réfugiés espagnols à Sète à la une du journal l'Eclair du 2 février 1939, ADH, PAR 992.

(Source : PierresVives)

La guerre civile espagnole (1936-1939)

La victoire du Front populaire (alliance des partis de gauche) aux élections générales de 1936, survient  après la proclamation de la République en 1931. L'affrontement entre l’Espagne catholique, monarchiste et conservatrice et l’Espagne républicaine, anticléricale et socialiste précipite l’Espagne dans la guerre civile.

Cette fracture, que l’on constate certes ailleurs en Europe, est plus forte au sud des Pyrénées où nulle « République du centre », comme en France sous la IIIe République, n’a pu s’imposer pour faire passer entre les groupes sociaux et politiques hostiles les compromis indispensables à la pacification des rapports sociaux.


Dès lors, la haine entre une Église autoritaire et toute-puissante, alliée à une armée pléthorique et de grands propriétaires terriens très éloignés du peuple d’une part et un peuple ouvrier et paysan traversé par le socialisme, l’anarchisme et l’anticléricalisme d’autre part, débouche sur une guerre civile impitoyable, responsable de centaines de milliers de morts.
Aidé par les puissances de l’Axe (Allemagne nazie et Italie fasciste) en face de Républicains divisés et abandonnés en grande partie par les démocraties, Franco finit par triompher en 1939.La Retirada, du mot « retraite » en espagnol, est l'exode des réfugiés espagnols fuyant la guerre civile. À partir de février 1939, ce sont plus de 450 000 républicains qui franchissent la frontière suite à la chute de la République espagnole et  la victoire du général Franco. Les autorités françaises ont sous-estimé l’ampleur de cet exode, véritable drame humanitaire. Des camps sont installés en catastrophe.
Initialement, les réfugiés espagnols s’installent dans le département des Pyrénées-Orientales, puis ils sont dispersés dans le reste de la France en raison de leur trop grand nombre. Dès le printemps 1939, un camp est créé à Agde.

Prévu au départ pour 20 000 personnes, il en accueillera 24 000 dans des conditions matérielles et sanitaires plus que précaires.

En savoir plus ;

Inaugurations du Piano-Tiroir et du complexe sportif de Pech Méjà

Vendredi dernier il y a eu à Balaruc-les-Bains 2 inaugurations du " complexe culturel Le Piano Tiroir " et du " complexe sportif de Pech Meja "

   

 

Autour des élus municipaux, Monsieur le Maire Gérard Canovas, le Président de l'agglomération François Commeinhes, le Conseiller Régional Christian Assaf, le Député Nicolas Demoulin, le Sénateur Jean-Pierre Grand et l'architecte du Piano-Tiroir étaient aux côtés des responsables des Associations Balarucoises invitées pour assister à ce moment important dans la vie de la commune de Balaruc-les-Bains.

Annick Pratlong


 

Les lieux culturels sous un autre angle à Sète

La Nuit des musées 2019 s’est déroulée ce samedi 18 mai dès 19 h dans les différents musées de la ville. L’occasion pour de nombreux visiteurs d’arpenter ces lieux culturels et de les découvrir sous un autre jour. L’exposition Kinshasa Chroniques au Musée des Arts Modestes (MIAM) a accueilli près d’une centaine de personnes qui ont profité d’une visite guidée pour découvrir le travail de jeunes artistes Congolais (photographes, plasticiens, vidéastes) qui mettent à l’honneur la capitale Congolaise. Encore au MIAM, les enfants ont participé à un atelier encadré par NathiNa pour customiser des vêtements en lien avec l’exposition.

Pendant ce temps-là, les visiteurs du Musée de la Mer ont parcouru l’exposition Piscis Lagoena de Bibi. Un projet artistique et avant tout écologique qui en appelle à l’urgence de la protection de notre planète. Au CRAC (Centre régional d’art contemporain) se tenait la visite de l’exposition consacrée à Laura Lamiel (visite, jeu, découverte de l’architecture). Dans les hauteurs de la ville, c’est au musée Paul Valéry que les visiteurs ont découvert les travaux des 4e du collège Jean Moulin inspirés des œuvres du musée. S’en est suivie la visite de l’exposition du plasticien Boris OA, jeune artiste à succès de la figuration libre. Aussi, à l’Espace Georges Brassens, se déroulait un escape game, un parcours et des indices à dénicher durant 30 minutes, dans les salles du musées. Pour le bonheur des petits comme des grands.

Quand les Briscarts sortent de leur atelier

25e Parcours des ateliers des artistes avec les Briscarts du vendredi 26 au dimanche 28 avril 2019

Deux fois par an, les artistes plasticiens offrent leurs créations au regard des Montpelliérains. Cette année, sur le thème "en mouvement", à l'occasion de ce 25e parcours des ateliers d'artistes, 44 artistes peintres, sculpteurs et photographes participent à l'événement.

Ils présenteront chacun une œuvre au public à l'Espace Saint-Ravy dans l'Ecusson de 11h à 19h, l'occasion de pénétrer dans l'intimité des créateurs.

Tout un week-end dans les ateliers de Montpellier

Pour le public, c'est l'occasion rare de partir tout un week-end à la rencontre de leur atelier aux quatre coins de la capitale héraultaise les 27 et 28 avril,  grâce à un plan séquencé par quartier mis à disposition depuis le point de départ de l'espace Saint-Ravy qui recense toutes les adresses des artistes participant au PAAM, les visiteurs pourront s’adonner à une belle balade printanière alliant art et détente. 

Pour l'association «  Les Briscarts » dont on a fêté les dix ans, c'est le rendez-vous avec les amateurs d'art, les curieux, du vendredi 27 au dimanche 29 avril de 11h à 19h.

photo du vernissage vendredi 26 avril 2019 à 19h.
Tout le programme du Parcours des ateliers d'artistes du 26 au 28 avril

Tous les artistes :

Les 44 artistes de ce 25e Parcours des Ateliers d'Artistes de Montpellier :

Camille ADRA / Christophe AICHELMANN / Carole AKDOGAN / Pierre AURIOL / Emmanuel BALL / Corinne BANDEIRA DE MELLO / Alejandro BERCONSKY / BOJIDARKA / Carole BOUBLI / Marc BOUCHACOURT / Gisèle CAZILHAC / Caroline CHARBONNIER / Sabine CHRISTIN / Denise CIURANA / Christine COUGOULE / DEBIT DE BEAU / Delphine DUPUY / Madjid ESFINI / Sadik FARABI / FIORILE / Élisabeth GIRARD / Jérémie IORDANOFF / JEAN-JOSEPH Anne / KLOD / LABARGE Arnaud / LE GALL Nathalie / LECARPENTIER Isabelle / Carola MALLOL BOLTON / MARCO / MIMA / Sophie NUNCIE / Jean-François RIGAUDIN / Well RIMO / Véronique RIVERA / Caroline ROCHETTE / Aurélie SALVAING / Etienne SCHWARCZ / Raphaël SEGURA / Sylvie SEIGNEURET / SHANSHAN / Erica STEFANI / Taos TALATA / Jean-Claude TOQUEBIOL / Hone YUAN.

 http://briscarts.com/25/artistes.html

Sète signe la 1ere convention éducation artistique

Sète a signé avec l’Etat, ce 10 avril, la 1ère convention d’éducation artistique et culturelle de l’Hérault. Elle a pour but de renforcer les actions déjà existantes d’éveil et d’accès à la culture dès le plus jeune.

 

Le maire de Sète, François Commeinhes, recevait le préfet de l’Hérault Pierre Pouëssel ce mercredi 10 avril pour la signature d’une Convention de généralisation de l’éducation artistique et culturelle. Laquelle a pour but d’accélérer, de 2019 à 2022, le travail de démocratisation de la culture déjà fait par la Ville et de renforcer les partenariats avec l’Etat et les collectivités.

“Depuis longtemps, la Ville a mis en place une politique d’éducation artistique et culturelle en proposant à ses habitants de s’approprier les lieux culturels, de participer à des ateliers de pratique artistique… En signant cette convention, nous officialisons ce travail de longue haleine, et marquons dans le marbre notre volonté de développer une politique d’éducation artistique et culturelle ambitieuse, qualitative et co-construite” a souligné François Commeinhes en mairie après une visite du MIAM. “Encore une fois, Sète est au rendez-vous d’une grande politique nationale” a salué le préfet Pierre Pouëssel.

Une action tournée vers la jeunesse

Avec cette signature, Sète veut aussi montrer, au-delà de l’offre des festivals riche et foisonnante, que la culture passe par son apprentissage dans et en dehors des écoles. Cette convention s’adresse donc spécifiquement à la jeunesse, précisément les 3-18 ans. Elle s’articule sur trois axes : la pratique artistique avec professionnel, la rencontre avec les œuvres et la fréquentation des lieux culturels. Elle prévoit par exemple des ateliers de pratique artistique, d’éducation à l’image, de réalisation de fresques ou de photo et de graff en partenariat étroit avec les ALSH, associations, écoles sétoises, musées ou encore médiathèques.

Ce déploiement “s’adaptera aux spécificités du territoire et s’inscrira dans la réalité et les priorités du contexte local. Il s’agira d’initier une justice culturelle” a insisté François Commeinhes. Depuis 2018, la municipalité a déjà mené de nombreuses actions sur le sujet en lien avec le PEDT (Projet éducatif de territoire). En février, c’est le projet “fresque extraordinaire” qui avait permis l’intervention de l’artiste sétois Bault auprès des élèves de l’école Renaissance. Fin 2018, l’artiste Cervera avait d’ailleurs installé son œuvre “La danse du soleil” sur les murs de la ludo-bibliothèque de l’établissement. Dès le mois de mai, c’est une opération de sensibilisation à la culture urbaine qui prendra place dans les ALP des écoles Georges Brassens et Anatole France de l’Ile de Thau.

Scènes de tauromachie flottante

Au Centre Culturel Bérenger de Frédol à Villeneuve-lès-Maguelone l'exposition est organisée par L’Artothèque de Montpellier, on peut encore contempler jusqu’au 12 avril 2019 quelques œuvres plus ou moins anciennes de Viallat.

Quelques scènes de « tauromachie flottante » 

Tauromachie flottante, paradoxe ou oxymore, mais qui voudrait relier, sur le plan de la forme, la légèreté qui se dégage de l’estampe, à la gravité immanente de la tauromachie. Simplicité du dessin d’un côté, son aspect dansant ou aérien ; et de l’autre, la gravité lourde du sujet représenté, sa pesanteur écrasante.

Ubac et adret, qui sont les deux côtés, l’ombre et la lumière de la tauromachie, motif artistique dont on sait l’importance pour Claude Viallat. Ce motif qu’il a rebattu sans cesse, incessamment réapparu dans son œuvre, que l’on se demande s’il n‘est pas en quelque sorte à l’origine de sa peinture – une manière de cellule génétique dont les multiples variations, progressions et métastases ont rendu visible/invisible.

Hypothèse de journaliste, de chercheur ou d’amateur d’art, imaginaire ou réelle peu importe, tellement elle pourrait sembler évidente, et surtout commode, à celui qui ne cesse d’observer et de suivre le travail artistique de Claude Viallat : tauromachie omniprésente, vue et revue dans des œuvres multiples dont elle est le sujet renaissant, le sujet scandant... la suite sur Montpellier infos  

Pass Culture : expérimentation dans 5 départements

 

Illustration 1

Un décret paru au Journal officiel du 2 février 2019 vient préciser les conditions requises pour bénéficier du « pass Culture » dont l'expérimentation commence dans certains départements.

Le pass Culture a été mis en place à titre expérimental dans le Bas-Rhin, le Finistère, l'Hérault, en Seine-Saint-Denis et en Guyane afin de faciliter l'accès des jeunes à la culture en leur proposant des formes artistiques et des pratiques culturelles diversifiées. Il fonctionne au moyen d'une application numérique géolocalisée dotée d'un crédit non renouvelable de 500 € qui donne accès aux offres culturelles situées à proximité de l'utilisateur.

Pour bénéficier d'un compte personnel numérique, il faut :

  • être âgé de 18 ans au moment de la demande d'ouverture du compte ou de l'activation du compte. La démarche est possible jusqu'à la veille du 19e anniversaire ;
  • être de nationalité française, ressortissant d'un pays de l'Union européenne ou de l'Espace économique européen ou de la Confédération suisse ou résider légalement et habituellement sur le territoire français depuis plus de un an ;
  • résider habituellement dans les communes, départements, régions et collectivités uniques concernées ;
  • souscrire aux conditions générales d'utilisation de l'application.

Un premier bilan sera établi avant l'été grâce à la publication de statistiques (nombre d'offres, d'usagers, de transaction, par nature, par territoire). Ensuite, l'expérimentation sera étendue à d'autres territoires et une nouvelle évaluation à l'automne permettra de décider de la généralisation du dispositif.

  À noter :

Un plafond de dépense de 200 € est prévu pour les biens matériels (CD, livres, DVD, instruments de musique, œuvres d'art, etc.) ainsi que pour les offres en ligne (musique en streaming, vidéo à la demande, presse en ligne, jeux vidéo en ligne, etc.). Il n'y en a pas pour les sorties culturelles (théâtre, concerts, musées, etc.), les pratiques artistiques (stages et ateliers de pratique, cours de danse, de dessin, de musique, etc.) et les rencontres (avec artistes, découverte de métiers...)

La culture antillaise à l'honneur

Le groupe lectures en musique des Amis du Grain des Mots s'invite à la "quinzaine Caraïbes" organisée par la MJC de Castelnau-le-Lez.

Dans le cadre de la "quinzaine Caraïbes" organisée par la MJC de Castelnau jusqu'au  21 février 2019 , les AGM seront présents  avec "les voix des Caraïbes" lues par le groupe lectures-musique, le 14 février à 17h30.

Médiathèque Aimé Césaire
Place de l'Europe 
Castelnau-le-Lez

Tout le programme : 

Les Antilles Françaises correspondent aux îles Françaises de la Caraïbe. Découvrez la richesse de ces territoires par leur histoire, leurs cultures et leur biodiversité. Au programme : exposition scientifique et artistique, conférences, concert, spectacles ou encore ateliers en famille, ... Huit événements pour tous les âges vous attendent !

Musique et danse par Tony Savannah et Métiss’Ka,
> Océan et écologie par Ariel Fuchs,
> Littérature par la Médiathèque A. Césaire et Les Amis du Grain des Mots.

https://www.facebook.com/events/689106811491694/

>> Des partenaires d’exception s’impliquent dans cette manifestation 


 

le 15 février concert de Raul Barboza remplacé

Concert de Raul Barboza remplacé

En raison d'un grave problème de santé, Raul Barboza ne sera pas en mesure de se produire le vendredi 15 février au Piano-Tiroir à Balaruc-les-Bains.

La semaine de l'Argentine ne sera pour autant pas privée de ses représentants, il sera remplacé par Minino Garay, l'un des meilleurs percussionnistes argentins de son temps.

Après avoir exploré dans ses quatre premiers albums tous les registres de la musique latino-américaine puis flirté avec le jazz, Minino Garay rend hommage à l'Argentine et plus particulièrement à Cordoba, sa ville natale.

Pour ce musicien argentin, français d'adoption depuis 25 ans, le temps était venu de replonger aux sources de la musique de Cordoba avec son cuarteto traditionnel et d'honorer ses racines argentines.

Minino Garay sera accompagné de : Lalo Zanelli au piano, Pajaro Canzani au chant et à la  guitare, Jonathan Grande à la basse.

Un concert exceptionnel à ne pas manquer.