L'Espagnol de Malte, roman historique en deux tomes sur le siècle d'or espagnol

Présentation/signature du livre d'Yves Rouvière, L'Espagnol de Malte, roman historique en deux tomes sur le siècle d'or espagnol.

Yves Rouvière, qui a passé dix ans à explorer le Discurso de mi vida d’Alonso de Contreras (1633), est né à Nîmes, devenu Bastiais par amour, puis Sétois d’adoption. Professeur de lettres, animateur de ciné-club, il avoue deux passions : le cinéma italien et la littérature hispanique, autant dire un fort tropisme méditerranéen."

Il est fondé sur les Mémoires du capitaine Alonso de Contreras (1633), personnage historique connu seulement des historiens mais référencé dans Wikipédia.rouvCapture

 

C'est la vie de ce personnage flamboyant qui est reconstituée ici, dans ses heures de gloire (héros de la lutte contre les Turcs en Méditerranée, chevalier de l'ordre de Malte) comme dans ses misères (nombreuses disgrâces, aventures rocambolesques, péripéties scabreuses, tortures de l'Inquisition !). Surtout, c'est tout ce que cache la face brillante du Siècle d'Or qui nous est ici révélée, notamment l'expulsion, après celle des Juifs, des Moresques (musulmans convertis de force au catholicisme : entre 5 et 10 pour cent de la population de l'Espagne d'alors !) , l'un des secrets les plus honteux de l'histoire de l'Espagne.

Tome 1 (Le secret des corsaires de Salé)

 

Dans le second tome, (Le galion de Manille) c'est le Nouveau Monde et la maîtrise des mers de l'empire espagnol "sur lequel le soleil ne se couche jamais" qui devient la toile de fond. Le lecteur découvre alors avec stupéfaction la première mondialisation, irriguée par le flot ininterrompu de l'argent extrait à Potosi, ville-monde reconstituée pour la première fois dans un roman, ainsi que les innombrables dangers qui guettent le périple autour du globe du mythique galion de Manille.

L'édition (Cap Béar, basée à Perpignan) est particulièrement soignée, agrémentée de 72 illustrations et gravures d'époque par livre.

 

Finalement, malgré la différence d'époque et de contexte, c'est un monde étonnamment proche du nôtre qui revit sous nos yeux! Dans le tome 1, la coexistence problématique de deux communautés : catholiques et moresques ; dans le tome 2, le pillage des ressources naturelles, la surexploitation des Indiens, la terrible catastrophe écologique de Potosi.

 

Quinze ans de recherche et de passion qui trouvent leur aboutissement !

Pour en savoir plus : www.lespagnoldemalte.com

100 lieux curieux

La sétoise Laure Gigou, ancienne conservatrice des Musées de l’Hérault, sort un ouvrage qui va passionner les amoureux de la région : Hérault : 100 lieux pour les curieux.
L'Hérault est un département touristique avec deux grands sites, trois monuments classés au patrimoine mondial, un patrimoine mondial immatériel. De plus, toutes ses villes méritent le détour. On ne sait où donner de la tête !
Mais au-delà, on peut encore trouver des coins méconnus ou moins connus, même à l'intérieur de ces grands pôles touristiques. L'homme y a vécu depuis très longtemps. Puis il a dressé des dolmens, des menhirs ou des statues menhirs. Savez-vous qu'en Languedoc, il y a plus de monuments mégalithiques qu'en Bretagne ? 

Les Romains ont également laissé leurs traces, avec la voie domitienne d'abord, mais aussi avec la villa gallo-romaine.
Méconnue, la période médiévale a laissé de grands travaux admirables avec l'étang asséché de Montady, dont les drains médiévaux fonctionnent encore. Des monastères très anciens, rappellent les règles austères des premiers chrétiens. Partout, vous découvrirez des sources miraculeuses, des saints bienfaiteurs. Les réformes monastiques entraînèrent l'hérésie cathare, jusqu'aux prémices de la croisade albigeoise : « Tuez-les tous, Dieu reconnaîtra les siens ! ».

Les trésors de fresques romanes ou de la Renaissance, les retables sculptés, sont des bijoux hors du commun.

L'aqueduc de Castries construit pour les jardins de Le Nôtre, le pont de Gignac avec sa maquette, les meuses de Cazilhac, la marquise de la gare de Bédarieux ou le puits de charbon de Camplong attireront votre attention. Vous pourrez découvrir des techniques oubliées, les moulins, l'exploitation du charbon, les mines de plomb argentifères, les carrières de pierres lithographiques.
Frédéric Bazille, Antoine Injalbert, Paul Dardé, Molière, Ermengarde de Narbonne, la marquise de Ganges, Bonaparte, Montgolfier, la reine d'Italie et même un assassin : Jean Pomarède vécurent ou vinrent mourir dans l'Hérault.
Laure Gigou promet étonnements et découvertes, même dans les lieux les plus connus et les plus fréquentés.  » disponible chez amazon

100 lieux curieux

La sétoise Laure Gigou, ancienne conservatrice des Musées de l’Hérault, a sorti un ouvrage qui va passionner les amoureux de la région : Hérault : 100 lieux pour les curieux.

L'Hérault est un département touristique avec deux grands sites, trois monuments classés au patrimoine mondial, un patrimoine mondial immatériel. De plus, toutes ses villes méritent le détour. On ne sait où donner de la tête !
Mais au-delà, on peut encore trouver des coins méconnus ou moins connus, même à l'intérieur de ces grands pôles touristiques. L'homme y a vécu depuis très longtemps. Puis il a dressé des dolmens, des menhirs ou des statues menhirs. Savez-vous qu'en Languedoc, il y a plus de monuments mégalithiques qu'en Bretagne ? 

Les Romains ont également laissé leurs traces, avec la voie domitienne d'abord, mais aussi avec la villa gallo-romaine.
Méconnue, la période médiévale a laissé de grands travaux admirables avec l'étang asséché de Montady, dont les drains médiévaux fonctionnent encore. Des monastères très anciens, rappellent les règles austères des premiers chrétiens. Partout, vous découvrirez des sources miraculeuses, des saints bienfaiteurs. Les réformes monastiques entraînèrent l'hérésie cathare, jusqu'aux prémices de la croisade albigeoise : « Tuez-les tous, Dieu reconnaîtra les siens ! ».

Les trésors de fresques romanes ou de la Renaissance, les retables sculptés, sont des bijoux hors du commun.
L'aqueduc de Castries construit pour les jardins de Le Nôtre, le pont de Gignac avec sa maquette, les meuses de Cazilhac, la marquise de la gare de Bédarieux ou le puits de charbon de Camplong attireront votre attention. Vous pourrez découvrir des techniques oubliées, les moulins, l'exploitation du charbon, les mines de plomb argentifères, les carrières de pierres lithographiques.

Frédéric Bazille, Antoine Injalbert, Paul Dardé, Molière, Ermengarde de Narbonne, la marquise de Ganges, Bonaparte, Montgolfier, la reine d'Italie et même un assassin : Jean Pomarède vécurent ou vinrent mourir dans l'Hérault.
Laure Gigou promets étonnements et découvertes, même dans les lieux les plus connus et les plus fréquentés.  » disponible chez amazon

Avec l'APAVH, Joe, la fripouille , est à l'adoption

joeIMG_0437Après avoir alerté les vétérinaires, les dianes de chasse les plus proches, mis des annonces, il a bien fallu se rendre à l’évidence personne ne recherchait notre poilu ! Avec sa bouille de chien abandonné et son air de rien, on l’a tout d’abord appelé « Le Chien Marcel », et puis c’était un peu long alors ce fut « Plumeau » finalement 3 jours plus tard c’est Joe qui s’est imposé ! Et ça lui va super bien. Quand Joe est arrivé en famille d’accueil, il n’en menait pas large…les 8 autres chiens l’ont niflé, reniflé. Il était tout kiki à côté. Joe est typé Bleu de Gascogne, mais plutôt version mini! Le Bleu qui n’a pas grandi. Allez savoir pourquoi, il s’est pris d’affection pour le grand Roch qui fait environ 3 fois son poids ! Seulement les premiers temps Roch appréciait très moyennement ce zébulon qui le suivait partout alors il le lui a fait savoir avec force claquements de mâchoires et grognements…nous avons laissé faire. Encore une fois grogner est un mode de communication, même si nous avions peur que le gros nous le coupe en deux… Roch regardait Joe comme si c’était un insecte, un ouistiti qui l’agaçait...

» associations