Littérature - Poésie

A lire : vers la sobriété heureuse

cliquez sur l'image

Pierre Rabhi a vingt ans à la fin des années 1950, lorsqu'il décide de se soustraire, par un retour à la terre, à la civilisation hors sol qu'ont commencé à dessiner sous ses yeux ce que l'on nommera plus tard les Trente Glorieuses.

En France, il contemple un triste spectacle : aux champs comme à l'usine, l'homme est invité à accepter une forme d'anéantissement personnel à seule fin que tourne la machine économique. L'économie ? Au lieu de gérer et répartir les ressources communes à l'humanité en déployant une vision à long terme, elle s'est contentée, dans sa recherche de croissance illimitée, d'élever la prédation au rang de science.

Le lien viscéral avec la nature est rompu ; cette dernière n'est plus qu'un gisement de ressources à exploiter - et à épuiser. Au fil des expériences, une évidence s'impose : seul le choix de la modération de nos besoins et désirs, le choix d'une sobriété libératrice et volontairement consentie, permettra de rompre avec cet ordre anthropophage appelé "mondialisation". Ainsi pourrons-nous remettre l'humain et la nature au coeur de nos préoccupations, et redonner enfin au monde légèreté et saveur.
» Amazon

« Conte et Oralité » avec la conteuse Delphine Nappée

Jardin-ANtique-Atelier-Complice-Conte-et-OralitéSamedi 21 juillet, de 10h00 à 12h00 
Atelier Complice « Conte et Oralité » avec la conteuse Delphine Nappée de la Compagnie de l'Empreinte

Venez découvrir le Jardin Antique Méditerranéen aux sept ambiances et participer à un atelier « Conte et Oralité »

« La parole est source de créativité et de complicité On joue avec les sons, leur sensorialité. La parole circule, rebondit. L'atelier conte offre l'opportunité d'aborder la langue en tant que source de jeu, de plaisir, et de partage »

INFORMATIONS PRATIQUES
Samedi 21 juillet 2018 de 10h à 12h
Jardin Antique Méditerranéen – Rue des Pioch - Balaruc les Bains

Tarif 1 adulte/1enfant : 5 € le binôme à partir de 6 ans
Renseignement et réservation au 04.67.46.47.92 (places limitées)

Plus d'infos sur l'actualité du réseau des musées de Sète agglopole méditerranée : www.patrimoine.agglopole.fr

Sur la compagnie de l'Empreinte :

Le Festival Les Automn'Halles en septembre

Le Festival Les Automn'Halles se tiendra les 29 et 30 septembre place Aristide-Briand et à la médiathèque François-Mitterrand.

Des avant-premières seront proposées dès le 26 septembre.

L’image contient peut-être : texte

Rencontre avec une "Française de Coeur" auteur de plusieurs livres

Thau-Infos a rencontré Adèle Costigliola chez elle, dans sa maison donnant sur la mer et le port de Sète. Un moment rafraîchissant et très agréable en cette belle matinée ensoleillée.

Adèle est née dans un petit village près de Naples. Ses parents décidèrent de venir en France pour y travailler dans le Nord de la France. Puis, toute petite, ce sera la ville de Sète qui sera choisie pour toute la famille. Adèle y grandit avec ses parents et ses frères et soeurs.

Puis elle a une vie heureuse auprès de son mari et de ses quatre enfants mais elle était un peu "ailleurs" elle écrivait des poèmes, elle rêvait d'une vie plus enrichissante, ce sera l'écriture... En 1998 elle écrit "Mémoires à fleur de peau " un hommage à sa mère, parsemé de poèmes et de photos. Ensuite,"Aller-retour"paru en 2002, est une promenade autobiographique. Un ami, professeur d'Anglais, lui conseille de l'éditer et, depuis lors, Adèle n'arrête pas d'écrire...

La littérature lui a ouvert l'esprit et elle a pensé à "faire des trucs"... Déjà elle donne le goût de l'expression littéraire à ses enfants et petits-enfants. Mais Adèle a envie de s'engager pour parler, évoluer ; elle choisit, sur les conseils d'une amie, de militer au Parti Communiste de Sète. Elle dit avoir été "sauvée" par ce militantisme où elle s'investit et où elle semble "revivre".

Au décès de sa maman, en 1982, elle s'inscrit aux beaux-arts, car elle adore également dessiner, son premier livre d'ailleurs est illustré par ses dessins très épurés et magnifiques.

Adèle a cité des paroles de Paolo Conté "peut-être un jour je t'expliquerai la femme... Accueille ses souvenirs les plus fous..." 

En 2017, elle édite un nouveau livre "Voyages en Méditerranée" aux éditions Balzac. Elle arrive à parler sans détour de tous les sujets de société dans un style simple et ensoleillé, à donner le ton, l'émotion, à livrer finement ses états d'âme ! Elle écrit la diversité, s'inscrit dans un retour à ses origines, et plus largement à cette émigration tout autour de la Méditerranée !

Toujours en quête d'un idéal et à l'écoute des femmes, si elle a choisi sa classe sociale à travers son engagement politique, elle dira qu'elle y a rencontré des femmes et des hommes dont elle est fière de partager espoir et colère !

Elle dira de la ville qui l'a accueillie : "je traverse toujours Sète comme si je la découvrais pour la première fois car Sète est changeante telle une femme qui revêt une robe nouvelle aux différentes heures du jour ou de la nuit".

Adèle Costigliola s'inscrit dans ce mouvement perpétuel de migration et de mémoires de femme et en fait un périple.

"Italienne de coeur, Française dans l'âme, Française de coeur, Italienne dans l'âme. Je ne sais plus... Pourquoi faudrait-il oublier sa langue maternelle !"

Une bien belle rencontre, merci Adèle. Annick Pratlong

Adèle Costigliola a déjà participé à deux salons du livre à Rivesaltes et Amélie-les-Bains. On peut se procurer "Voyages en Méditerranée" sur le site www.editeur-balzac.com

JC Gayssot au Café

Le Café Littéraire, reçoit le mercredi 27 juin 2018 à 18h à l'espace culturel le Palace à Sète, le Président du Port de Sète et ancien Ministre, M. Jean-Claude GAYSSOT , pour son livre "Sur ma route" publié aux éditions Stock.

La guerre des intelligences

Depuis la parution en 2011 de son premier essai La mort de la mort, comment la technomédecine va bouleverser l’humanité, Laurent Alexandre s’est révélé comme l’un des plus visionnaires analystes des révolutions technologiques.

Il s’attaque aujourd’hui à l’Intelligence artificielle (IA) et aux vertigineuses mutations qu’elle va déclencher dans nos modes de vie, et en particulier dans notre conception de l’éducation.

D’un côté, l’IA progresse bien plus vite que tous les pronostics avancés : la rapidité d’apprentissage de l’IA est multipliée par 100 chaque année. Il faut trente ans pour former un ingénieur ou un radiologue, quelques heures pour éduquer une IA !
De l’autre, une école qui n’a pas évolué depuis 250 ans qui forme aux métiers d’hier et qui n’a pas intégré le bouleversement inévitable que l’IA va provoquer sur le marché du travail. Comment faire pour que nos cerveaux biologiques résistent à l’IA et restent complémentaires ?

Comment nos enfants pourront-ils rester compétitifs face à l’IA ? Comment l’éducation, non totalement darwinienne, trouvera-t-elle sa place à côté des cerveaux de silicium boostés par les moyens presque infinis des GAFA et autres géants américains et chinois ?


Quels scénarios l’Humanité devra-t-elle choisir ? Faut-il accepter le vertige transhumaniste qui nous « upgrade » biologiquement mais nous maintient Homme ? Fusionner avec l’IA en devenant des cyborgs ? Interdire ou limiter puissamment l’IA ?


C’est à cette réflexion fondamentale et passionnante que Laurent Alexandre nous invite.
» Amazon

Un Salon du livre pour la jeunesse de belle qualité

 Pour sa 1ere édition, qui s'est déroulée du vendredi 8 au dimanche 10 juin à la médiathèque François Mitterrand, le Salon du livre, de l'illustration et des images animées pour la jeunesse, organisé par l'association BDF et Le Grand Dehors Méditerranée, avait placé la barre très haut avec un parrain prestigieux de renommée internationale : Antoon Krings. Trois jours durant lesquels enfants et adolescents, accompagnés de leurs parents, ont pu se plonger dans l'univers de la littérature jeunesse sous toutes ses formes grâce à une riche programmation propice à l'émerveillement et à la découverte. Si le Salon a démarré en douceur vendredi soir, c'est véritablement le samedi matin que les choses sérieuses ont commencé, au moment de l'ouverture officielle qui a réuni sur scène François Commeinhes, Maire de Sète et Président de Sète Agglopôle Méditerranée, Christophe Durand, Vice-Président délégué à la politique culturelle de lecture publique, Antoon Krings, parrain de cette édition accompagné de son éditrice Colline Faure-Poirée, directrice de Giboulées Gallimard Jeunesse et de Françoise Chenu, présidente de l'association BDF. Lors de sa prise de parole, François Commeinhes est revenu sur l'importance du livre dès le plus jeune âge car « l'image est souvent la première lecture, à l'endroit, à l'envers, des couleurs, des formes, tout cela stimule et laisse libre court à l'imaginaire et quand on imagine on est libre. » Et pour ce qui concerne l'imaginaire, nos chères têtes blondes et leurs parents avaient à leur disposition, comme autant de billets vers des horizons et des inspirations diverses, les livres exposés sur les stands des libraires et des éditeurs présents ainsi qu'une riche et foisonnante programmation.

Le 1er Salon du livre pour la jeunesse, une librairie géante

 livreP1060698

Ces 8, 9 et 10 juin 2018, l’association BDF et Le Grand Dehors Méditerranée organisent à la Médiathèque Mitterrand de Sète et dans plusieurs espaces de la ville de Sète une première manifestation du livre, de l'illustration et des images animées pour la jeunesse.

Ce premier Salon est accueilli à la Médiathèque Mitterrand à Sète, réseau des médiathèque de Sète agglopôle méditerranée. Avec le soutien de Sète agglopôle méditerranée, de la Ville de Sète, de Occitanie Livre et lecture, de la Drac Occitanie. Avec le partenariat des librairies : La Nouvelle Librairie Sétoise, L’Échappée Belle, à Sète et de Sauramps Polymômes à Montpellier Antoon Krings a fait l’honneur d’être le parrain de cette première édition avec un éditeur invité, Giboulées Gallimard Jeunesse.

livreP1060684

Ce 9 juin à 11 h pendant que se déroulaient des ateliers pour de nombreux enfants dans les locaux de la Médiathèque a eu lieu l'inauguration officielle de l'événement devant un public nombreux et attentif.

Entouré par plusieurs Vice-Président élus de Sète Agglopôle méditerranée délégués à la Culture, François Commeinhes, Président, a précisé combien il était important de mettre à la disposition des jeunes les moyens et les outils pour développer leur culture et ce salon montre que ceux-ci ont répondu en nombre car il est de grande qualité. Avec de nombreux professionnels venus  sur le site et cela dans tous les domaines, avec des activités et animations liées aux livres, c'est une bien belle réussite qui rend encore plus accessible les livres qui font toujours le bonheur de la jeunesse, en développant l'imaginaire, la réflexion, la culture...

 Les représentantes des associations organisatrices étaient elles-aussi heureuses de pouvoir grâce à ces journées réunir tous les professionnels liés aux livres en direction de la jeunesse dans des lieux accessibles en présence des personnels des médiathèques, des spécialistes. Une expérience bien enrichissante qui valorise le livre, pour une jeunesse qui se fait un plaisir de l'aborder et de l'explorer...

livreP1060692

Colline Faure-Poirée de Giboulées Gallimard Jeunesse, éditeur invité était vraiment étonnée par la qualité de l'accueil qu'elle avait reçu et par la présence d'un bon public : (Colline Faure-Poirée dirige Giboulées Jeunesse, un département dédié à la création. Depuis ses débuts dans l'édition, elle s'attache à découvrir des talents aussi bien dans l'écriture que dans l'image."

livreP1060660"Elle est notamment l'éditeur de Patrick Chamoiseau, de Raphaël Confiant, d'Emile Olivier, de Zoé Valdès, de William Wilson. En complicité avec Catherine Dolto, elle anime un vaste domaine axé sur la psychologie des enfants et des adolescents. Elle a découvert Antoon Krings («Les Drôles de Petites Bêtes»), Alex Sanders («Les Rois et les Reines»), Romuald («Les Pyjamasques») et bien d'autres encore.)."

Giboulées Gallimard Jeunesse, est une maison d’édition créée et dirigée par Colline Faure-Poirée depuis plus de 20 ans. Albums et romans pour les tout petits, pour les enfants et adolescents se côtoient avec pour point commun d'être des livres ludiques, plein de tendresse ou de talent. « La littérature de jeunesse est une littérature à part entière. C'est une vocation, c'est une passion, précisait-elle en rajoutant :

livreP1060662

"Découvrir, comprendre, rêver, c'est le sens de cette grande librairie jeunesse, avec la présence des auteurs illustrateurs, des éditeurs, et des professionnels de la lecture ouverte à tous."

"C'est la fête du livre jeunesse  avec des rencontres, des signatures, des ateliers, des contes, des spectacles et des performances dans plusieurs endroits de la ville et du bassin de Thau."

« Nous avons accepté, avec enthousiasme, de faire rencontrer aux publics, enfants, adolescents et adultes de Sète et de l’archipel de Thau, certains de nos plus grands auteurs qui sont aujourd’hui de renommée internationale."

Ils étaient donc tous- là autour d Antoon Krings, Bénédicte Guettier, Bernadette Gervais, Marie-Laure Cruschi et Romuald, pour couper le ruban avec une petite lectrice à la manoeuvre, aidée par François Commeinhes, afin de célébrer cette fête dédiée à toutes les enfances jusqu'à l'adolescence.

Pour lire le programme : http://thau-infos.fr/index.php/commune/echos/36974-1er-salon-du-livre-de-l-illustration-et-des-images-animees-sete-et-archipel-de-thau 

Salon du Livre et de l’illustration pour l’enfance et la jeunesse

Le Salon du livre, de l’illustration et des images animées pour l’enfance et la jeunesse de Sète et Archipel de Thau se tiendra dans quelques jours, les 8, 9 et 10 juin.

salonCapture

 

Sous le soleil, dans le patio de la Médiathèque Mitterrand de Sète (Réseau des médiathèques de Sète Agglopole Méditerranée) .

Livres, dédicaces, ateliers, contes, rencontres.....

Un évènement imaginé riche et convivial pour vous accueillir autour du livre pour la jeunesse, de la petite enfance à l’adolescence.

Attention :  les entrées aux ateliers, contes et spectacles sont libres et gratuites.
Réservez donc au plus vite au 04 67 46 05 06 (Médiathèque Mitterrand de Sète).

livre22Capture


livreCapture

Le 2 Juin, les passeurs de poèmes étaient au Bar du Globe

C'est avec joie que les passeurs de poèmes - Annie Caporiccio, Chantal Bayer, Corinne Hardouin, Monique Cazes, Roselyne Camélio et Alain Benet à la guitare - ont partagé avec une quarantaine de fidèles, la poésie de Paul Fort.

sieCapture

Bien sûr l'amour, mais aussi la folie meurtrière des homme à la guerre de 1914, dénoncée par l’Écureuil du haut de son arbre. En écho, les poèmes mis en musique par Georges Brassens, soulignaient la limpidité de la langue et son invention.
 
Pour les « coups de cœur » ont été choisis : le rat de Valérie Houry Moujol, le cochon de Jacques Ibanez, la mouche de Nicole Acquaroli, le serpent de Jean Pachot, bêtes à poil, à plumes et autres (Claire Murisol), tirés du recueil de poésie « Bêtes et bestioles » (Revue Souffles des Écrivains de la Méditerranée).

Pour terminer l'escapade poétique, la lecture de trois poèmes de  Boris Vian, a donné le coup d'envoi de la soirée musicale.

Merci à tous.

La Flandre à Molière

C'est dans la petite salle du théâtre Molière que Stefan Hertmans est venu présenter au public, le mardi 29 mai, son dernier livre Guerre et térébenthine. L'ouvrage, promu par La Nouvelle Librairie sétoise, rencontre un grand succès critique et touche de nombreux lecteurs.hbP1020252

Il a été adapté pour la scène dans un spectacle qu'ont pu apprécier les Sétois. Il évoque les personnages d'un monde englouti, mais, pour le natif de Gand, certaines expériences du passé ne sont pas perdues.

Dans le clair petit amphithéâtre au sous-sol du théâtre Molière, face à la salle, les trois fauteuils rouges sous la lumière des spots créaient une atmosphère de recueillement. Sophie (Nouvelle Librairie sétoise), l'adaptateur du roman et Stefan Hertmans soi-même ont révélé aux assistants les clés du dernier opus d'une œuvre abondante et diverse.

hbP1020253

S. Hertmans a été universitaire et il est toujours poète, essayiste, dramaturge et…romancier. Son 21ème roman est un roman de maturité.Il est inspiré par les 800 pages de notes laissées par son grand-père, peintre, blessé dans les combats du premier conflit mondial.

En s'y plongeant plus jeune, avec moins d'expérience de la vie, l'auteur avoue qu'il aurait sans doute fait plus œuvre d'imagination que d'évocation.Et puis, l'âge venant et mémoire aidant, apparait le personnage du grand-père. Celui qui, lorsque Stefan Hertmans a douze ans, lui offre la montre qui est pieusement gardée dans la famille, héritage d'un ouvrier aux chemins de fer belges et parfois recours financier. Cet aïeul toujours très digne (portant chemise à Lavallière), pétri d'humour et de sensibilité ("sentimental" dira S. Hertmans), épris de beauté et qualifié de "peintre naïf" par une gazette.hbP1020254

Et il y eut la guerre. Et ce "cœur simple" connut le chaos d'un univers "sans foi ni loi". Un moment indicible. Alors, le grand-père "apprit à être heureux", quand même. En contrepoint des horreurs vécues, l'odeur du café qui fume, les reflets du soleil sur le sol après la pluie. Et puis il y avait la solidarité des hommes. Selon S. Hertmans, "le mouvement d'émancipation flamand est né dans les tranchées de la première guerre mondiale". Les Flamands, souvent pauvres (comme la famille Hertmans), étrangers aux Wallons, ont assumé leur identité double.

Quitte à se tourner vers Paris plutôt que vers Bruxelles, pour le côté francophone. Car, dans l'Etat artificiel qu'est la Belgique, la cohabitation des Flamands et des Wallons a toujours été "compliquée". Et Bruxelles est à 90% wallonne. Avec la culture comme levier face à l'immobilisme wallon.

Même si l'on est très pauvre, on va écouter Verdi, on lit Proust, on goûte les chefs d'œuvre des peintres de la Renaissance et on célèbre la beauté du monde. Que les Flamands puissent le faire en néerlandais est plutôt une chose juste.

Et grâce au livre, à Sète, on peut s'intéresser à des aspects de ce violent XXème siècle et même connaître les gens de Flandre.

Hervé Le Blanche

100 lieux curieux

La sétoise Laure Gigou, ancienne conservatrice des Musées de l’Hérault, sort un ouvrage qui va passionner les amoureux de la région : Hérault : 100 lieux pour les curieux.
L'Hérault est un département touristique avec deux grands sites, trois monuments classés au patrimoine mondial, un patrimoine mondial immatériel. De plus, toutes ses villes méritent le détour. On ne sait où donner de la tête !
Mais au-delà, on peut encore trouver des coins méconnus ou moins connus, même à l'intérieur de ces grands pôles touristiques. L'homme y a vécu depuis très longtemps. Puis il a dressé des dolmens, des menhirs ou des statues menhirs. Savez-vous qu'en Languedoc, il y a plus de monuments mégalithiques qu'en Bretagne ? 

Les Romains ont également laissé leurs traces, avec la voie domitienne d'abord, mais aussi avec la villa gallo-romaine.
Méconnue, la période médiévale a laissé de grands travaux admirables avec l'étang asséché de Montady, dont les drains médiévaux fonctionnent encore. Des monastères très anciens, rappellent les règles austères des premiers chrétiens. Partout, vous découvrirez des sources miraculeuses, des saints bienfaiteurs. Les réformes monastiques entraînèrent l'hérésie cathare, jusqu'aux prémices de la croisade albigeoise : « Tuez-les tous, Dieu reconnaîtra les siens ! ».

Les trésors de fresques romanes ou de la Renaissance, les retables sculptés, sont des bijoux hors du commun.

L'aqueduc de Castries construit pour les jardins de Le Nôtre, le pont de Gignac avec sa maquette, les meuses de Cazilhac, la marquise de la gare de Bédarieux ou le puits de charbon de Camplong attireront votre attention. Vous pourrez découvrir des techniques oubliées, les moulins, l'exploitation du charbon, les mines de plomb argentifères, les carrières de pierres lithographiques.
Frédéric Bazille, Antoine Injalbert, Paul Dardé, Molière, Ermengarde de Narbonne, la marquise de Ganges, Bonaparte, Montgolfier, la reine d'Italie et même un assassin : Jean Pomarède vécurent ou vinrent mourir dans l'Hérault.
Laure Gigou promet étonnements et découvertes, même dans les lieux les plus connus et les plus fréquentés.  » disponible chez amazon

100 lieux curieux

La sétoise Laure Gigou, ancienne conservatrice des Musées de l’Hérault, a sorti un ouvrage qui va passionner les amoureux de la région : Hérault : 100 lieux pour les curieux.

L'Hérault est un département touristique avec deux grands sites, trois monuments classés au patrimoine mondial, un patrimoine mondial immatériel. De plus, toutes ses villes méritent le détour. On ne sait où donner de la tête !
Mais au-delà, on peut encore trouver des coins méconnus ou moins connus, même à l'intérieur de ces grands pôles touristiques. L'homme y a vécu depuis très longtemps. Puis il a dressé des dolmens, des menhirs ou des statues menhirs. Savez-vous qu'en Languedoc, il y a plus de monuments mégalithiques qu'en Bretagne ? 

Les Romains ont également laissé leurs traces, avec la voie domitienne d'abord, mais aussi avec la villa gallo-romaine.
Méconnue, la période médiévale a laissé de grands travaux admirables avec l'étang asséché de Montady, dont les drains médiévaux fonctionnent encore. Des monastères très anciens, rappellent les règles austères des premiers chrétiens. Partout, vous découvrirez des sources miraculeuses, des saints bienfaiteurs. Les réformes monastiques entraînèrent l'hérésie cathare, jusqu'aux prémices de la croisade albigeoise : « Tuez-les tous, Dieu reconnaîtra les siens ! ».

Les trésors de fresques romanes ou de la Renaissance, les retables sculptés, sont des bijoux hors du commun.
L'aqueduc de Castries construit pour les jardins de Le Nôtre, le pont de Gignac avec sa maquette, les meuses de Cazilhac, la marquise de la gare de Bédarieux ou le puits de charbon de Camplong attireront votre attention. Vous pourrez découvrir des techniques oubliées, les moulins, l'exploitation du charbon, les mines de plomb argentifères, les carrières de pierres lithographiques.

Frédéric Bazille, Antoine Injalbert, Paul Dardé, Molière, Ermengarde de Narbonne, la marquise de Ganges, Bonaparte, Montgolfier, la reine d'Italie et même un assassin : Jean Pomarède vécurent ou vinrent mourir dans l'Hérault.
Laure Gigou promets étonnements et découvertes, même dans les lieux les plus connus et les plus fréquentés.  » disponible chez amazon