Littérature - Poésie

Nicolas Mathieu remporte le Goncourt avec une fresque politique et sociale

 AFP

"C'est un auteur nouveau, c'est un auteur jeune et c'est surtout un auteur qui parle de la France d'aujourd'hui", a salué Bernard Pivot, le patron du Goncourt. Mercredi c'est Nicolas Mathieu qui l'a emporté avec "Leurs enfants après eux", fresque politique et sociale autant que roman d'apprentissage sur l'adolescence.

Le plus convoité des prix littéraires du monde francophone a été attribué au romancier âgé de 40 ans au quatrième tour de scrutin par 6 voix contre 4 à Paul Gréveilac pour "Maîtres et esclaves" (Gallimard) grand récit sur l'histoire de la Chine rouge.

Grand perdant de la loterie que sont les prix littéraires, David Diop, seul romancier finaliste de tous les grands prix d'automne (Femina, Médicis, Goncourt et Renaudot) pour son émouvant "Frère d'âme" (Seuil) repart bredouille.

 

En savoir plus sur : https://www.afp.com/fr/infos/334/

Le dernier livre de Marie-Hélène Lafond

Le dernier livre de Marie-Hélène Lafondaux éditions Nouvelle Bibliothèque Jeunesse sort ce 7 novembre.

Le livre sera disponible sur le site desEditions Nouvelle Bibliothèque Jeunesse (frais de ports offerts pour la Métropole depuis le site), en librairie (via Dilicom) et sur Amazon dès le 7 novembre.aux éditions Nouvelle Bibliothèque Jeunesse ce 7 novembre (https://www.editionsnobi-jeunesse.com/)

"C’est un très beau et émouvant roman adapté aux enfants à partir de 10 ans... mais même avec quelques années de plus, j’ai été totalement conquise par cette lecture  Le travail de mémoire n’a pas de limite d’âge... "
Une très jolie chronique de "Ukiak, héros de Guerre" de Marie-Hélène Lafond par Céline.

Ces Héraultais qui ont fait l'Histoire par Raymond Alcovère

Raymond Alcovere, né en 1956 à Montpellier, est l’auteur de plusieurs romans, nouvelles, poésies.

Il vient de publier aux éditions Le Papillon Rouge «Ces Héraultais qui ont fait l’Histoire».

Des cinquante personnalités qu’il évoque ainsi, nées ou ayant vécu dans le département, certaines nous sont connues et familières, comme faisant partie de l’histoire récente ou ayant laissé leur nom à une place, une rue, un édifice. La réputation de certains, artistes, politiques, savants a largement dépassé les limites de la région, d’autres sont plus méconnus ou carrément oubliés.

La liste n’est bien évidemment pas exhaustive et l’on pense forcément à d’autres figures notoires qui auraient pu y figurer, mais cet inventaire est déjà bien fourni et documenté pour enrichir nos connaissances en histoire locale et bien souvent en histoire tout court.

Chaque personnage est évoqué en un court paragraphe, dans un style alerte et ramassé donnant l’essentiel de la vie et de l’oeuvre.

 

 La suite sur Montpellier infos

 

"Fin et début" le 1er fruit de nouveaux échanges

"Fin et début", un livre qui concerne entre-autres Sète et le bassin de Thau et qui n'aurai jamais vu le jour sans les relations amicales mais aussi citoyennes entretenues grâce à des  jumelages entre des villes européennes, d’Allemagne, de Tchécoslovaquie et de France.

, “Fin et début”. Tout un programme dans un titre qui en dit long et qui pose des questions à lui tout seul.
Le sous-titre y répond partiellement : “Trois villes européennes en 1918-1920 : Jesenik, Neuburg sur le Danube, et Sète”. (Qui s’écrivait alors, il faut le savoir, Cette à la fin de la Grande guerre, et qui changera de nom en 1928.)

Il s'agit donc de l'histoire de chacune de ces villes, comment ont-elles vécu, chacune de leur côté, dans des contextes différents, l’après-1914-18 (jusqu’au début des années 1920) ?

.plonP1150413

Il faut savoir aussi que c'est durant la phase de préparation d'Escale à Sète et plus exactement dans le cadre de la Mission Centenaire de la Première guerre mondiale qu'il fut fait le choix de réaliser une oeuvre collective sur une période de l'histoire vécue par les trois villes de façon parallèle.


 Avec toute l'énergie du comité de jumelage Sète-Neuburg, présidé par Maryse Ostalrich, avec des recherches et des écritures effectuées à Sète par Catherine Lopez-Dréau, ancienne directrice des archives municipales, par Barbara
Zeitelhack, archiviste de la ville de Neuburg, ville bavaroise jumelée avec Sète depuis 1986, et Bohumila Tintzova, dans la même fonction, à Jesenik, ville tchèque jumelée avec Neuburg " Fin et début" a pu être écrit puis traduit dans les trois langues concernées...

plonP1150400

 Ce vendredi 2 novembre tandis que dans le hall de l'Hôtel de ville vous étiez accueilli par l'exposition itinérante de l'association "Exico" qui vous mettait en condition (du 31 octobre au 4 novembre), dans la salle des mariages se déroulait vers 18 h 15 la présentation officielle de l’ouvrage tiré à 100 exemplaires.

En présence du 3ème Adjoint au Maire de Neuburg, de Jocelyne CASSANY Conseillère municipale déléguée au jumelage et de plusieurs élus de la ville de Sète, Catherine Lopez-Dréau et ses collaboratrices ont mis en avant ce travail collectif qui pour elles n'est qu'un début et qui s'inscrit encore dans le sens de la réconciliation, du respect, de la fraternité avec même une dimension européenne qui permet des échanges avec autrui pour mieux le connaître.

Les populations des trois pays ont souffert de façon différentes durant ces années là et ce livre nous permettra de ne pas oublier celles-ci. A noter l'aide efficace pour les traductions entre-autres de ceux qui se sont associés au projet et s'y sont investis avec énergie : Jacques Vassail, ancien professeur d’allemand à Saint-Joseph, et Vera Koukalova, kinésithérapeute à l’hôpital Saint Clair, Tchèque résidant à Sète.

Fin et début, une oeuvre collective qui à priori devrait malgré le blocage de la "Langue" n'être que le 1er fruit de cette nouvelle phase d'échanges.

Romanciers et essayistes de l'Hérault à Pignan

Dimanche 4 novembre 2018
Caves du Château à Pignan

La 11ème édition du salon du Livre Régional de Pignan, organisé par la municipalité et soutenue par la Région Occitanie, se déroulera le  de 10h à 18h.

Ce Salon propose de découvrir les oeuvres d’une trentaine d’auteurs de la région. Les écrivains pourront échanger avec leurs lecteurs et dédicacer leur ouvrage. La diversité reste de mise afin de satisfaire tous les lecteurs.

Durant ce salon, les visiteurs peuvent assister aux conférences, découvrir les livres de l’espace « bouquiniste », et participer à la remise des prix du concours de nouvelles lors de la clôture du Salon.

Deux Conférences :

A 11h, les aventures de Paulin Etienne d’Anglas de Praviel, né en 1793, un Gardois témoin du naufrage de la Méduse par Alain Valdeyron,

A 15h, Mémoire d’Oc qui œuvre toute l'année salle Pétrarque à Montpellier tiendra une conférence sur « Alger à la belle époque ».

Les plus jeunes pourront assister à un spectacle gratuit à partir de 4 ans intitulé « Contes à rire et à frémir » avec la conteuse Stéphanie Rondot.

18h : remise des prix du concours de nouvelles*.

Auteurs présents :
Jean-François Morin, Michel De Roy, Bruno Tranchant, Magali St-Martin, Julien Brun, Anne-Marie Blanc, Henri Weigel, Alfred Hoarau, Fatima Kerrouche, Michèle Castella, Nina Desbayles, Hatim Jaïbi-Riccardi, Maurice Nougaret, Eric Gohier, Marc Tarlet, Teddy et Brigitte Alzieu, Sylvette Faisandier, Serge Rubio, Frédérique Chamayou, Nadia Boaglio, Hubert Delobette éditions,  Roland Jeanjean, Mémoire D'Oc, Frédéric Quinonéro, C.H. Kalyce, Nancy Callais, Didier Amouroux, Françoise Renaud, Frédérique.

*Concours de nouvelles

Dans le cadre du salon du livre et afin de valoriser l’écriture et l’imagination, un concours de nouvelles est ouvert aux adultes, adolescents et enfants. Les écrivains amateurs, qui viennent de toute la région, sont invités à participer à ce concours jusqu’au 24 octobre 2018 pour adresser ou déposer leurs nouvelles en Mairie.

Le thème retenu pour cette édition 2018 est le suivant : « Il me procura un bonheur infini... ». Le règlement du concours est à retirer en mairie ou à télécharger sur le site internet. Les nouvelles peuvent être déposer ou envoyer par courrier à la mairie.   

Mtp-infos

Montbazin : DE LA VIGNE AU FRONT

 #Les Montbazinois et la guerre de 14­-18

La Première Guerre mondiale fut l’une des guerres les plus tragiques et meurtrières de notre Histoire, pour laquelle 8 millions de Français furent mobilisés et dont près d’un million quatre cent mille ne revinrent jamais.

Aucune commune, aucune famille ne fut épargnée et les monuments aux morts sont là pour en témoigner.

Le village de Montbazin n’échappe pas à cette règle.

De la vigne au front : réalisé par le CRPM à l'occasion du centenaire de l'armistice du 11 novembre 1918.

Labellisé par la Mission du centenaire de la Première Guerre mondiale :

Livre de 140 pages, couverture cartonnée, dos collé carré. Couverture de Michel Puech, plasticien Montbazinois Au sommaire «De la vigne au front»: Préface du maire de Montbazin, ,Montbazin, à la veille de la guerre Les 44 poilus morts pour la France Un poilu d’origine Montbazinoise : De la Vergne de Tressan. Les 227 poilus revenus du conflit 14­-18 

Adressez vos commandes au CRPM­

Maison des sports, 12 rue carriérasse 34560 Montbazin

Prix :15€­

20€ avec emballage et port compris

17 octobre : la grande dictée de la mer de Bernard Pivot

PIVOT

Le Café Littéraire et la Médiathèque de Sète organisent le 17 octobre 2018 à la salle Brassens à Sète la grande dictée de la mer de Bernard Pivot. Inscriptions à partir de 9h.

La dictée est ouverte à tout public. L'énoncé sera fait par la championne du monde Me. Line CROS

 L'après à partir de 14h des vidéos musicales seront projetées et les résultats seront promulgués à partir de 16 h 16 h 30 suivi de la remise des récompenses et d'un apéritif.

 "La dictée est un excellent moyen d'inculquer en profondeur des valeurs, et des préceptes de moral et de civisme."

C'est une histoire qui est racontée dont bien souvent, nous avons besoin et envie de connaître la suite. La dictée apparaît en tant qu'objet autonome dans les années 1830, sous la monarchie de juillet, au moment où se construit le sentiment national, il apparaît comme une évidenceque la maîtrise d'une langue commune doit souder la nation.

Il n'y a pas si longtemps, le Français n'était pas la langue maternelle et la majorité des Français.

Les langues régionales et le patois dominaient.

"En 1833, la loi Guizot impose que toute commune est tenue, soit par elle-même, soit en se réunissant à une ou plusieurs communes voisines d'entretenir au moins une école primaire élémentaire. L'alphabétisation a fait une avancée considérable en France. Aujourd'hui plus de Français savent lire et écrire qu'il y a un siècle. Les progrés des télécommunications n'ont pas été un frein à l'écrit, au contraire : textes, mails, réseaux sociaux, c'est par écrit que nous communiquons le plus. La maîtrise de l'orthographe est donc un sujet d'actualité."

Histoire de Loupian

Le livre sur l’Histoire de Loupian réalisé par le Cercle Historique Loupianais.

Ce livre "de Lopian en Langue d’Oc à Loupian en Hérault", n’est pas un roman, mais une suite d’évènements présentés chronologiquement concernant le village de Loupian et ses environs. 
L’Histoire du village de Loupian est l’aboutissement d’une décennie de recherches dans les Archives Nationales, Départementales et Municipales, et dans les collections numérisées de la Bibliothèque nationale de France (Gallica ).

 

Le livre est en vente  au prix de 20€00.

Contacts : 06 08 51 42 88  - Cette adresse e-mail est protégée contre les robots spammeurs. Vous devez activer le JavaScript pour la visualiser.

 

 

Philippe Briand-Seurat, écrivain Mézois, publie au Laboratoire existentiel

 
   
 

"Philippe Briand-Seurat aurait pu être un dessinateur hyper-réaliste coté ou devenir un célèbre joueur de steel-drum. Mais il s’est orienté vers un autre type d’art : la fabrication de livres. Après avoir travaillé vingt ans à Paris, il a finalement envoyé tout balader pour poursuivre un autre rêve à Mèze, celui de créer une maison d’hôte et son propre atelier de maquettiste. Parallèlement, il réalise des centaines de portraits et écrit poèmes, haïkus et nouvelles. Son premier roman (dans un tout autre genre, âmes pures et innocentes, s’abstenir), Mon plaisir, et caetera, est sorti en 2010 (J’ai lu)."

Voici qu'en 2018, plus particulièrement le 10 de ce mois, sort son dernier ouvrage, un recueil de deux nouvelles : "Les saisons de l'éloignement". Quoi de plus normal pour un écrivain direz-vous ! Là où l'habitant du Bassin de Thau va écarquiller les yeux, c'est quand l'auteur plante le décor… chez nous… jugez-en :

"La lagune de Thau, vaste étendue d’eau séparée de la Méditerranée par Sète et par le lido, est une petite mer peu profonde, un endroit idéal pour patauger, barboter, marcher dans l’eau et observer les nombreuses espèces de petits poissons et crustacés qui viennent jusque très près du bord de la plage. Cette lagune abrite même une importante colonie d’hippocampes. Les enfants y jouent, sans risque de noyade, les adultes et les adolescents se bagarrent pour de faux, les vieilles héraultaises bien cuites y font de l’aquagym et l’on voit certains petits groupes y taper la causette, de l’eau jusqu’aux genoux, pendant de longs moments, le bout des doigts caressant distraitement la surface de l’onde…"

Il faut être Mézois pour décrire si bien l'endroit et ce qui s'y passe… Certain(e)s se reconnaîtront, les mots sont justes et nous invitent vers des images rencontrées ! De quoi vous donner envie d'en savoir un peu plus…

Les illustrations sont de Manel Gherdaoui, étudiante à Paris I Panthéon-Sorbonne. Pour cet ouvrage, elle met à disposition son talent artistique et nous offre son univers onirique et mélancolique.

Les saisons de l'éloignement (collection Les Instantanés) a été réalisé dans l'atelier du Laboratoire existentiel, jeune maison d'édition dédiée aux textes courts et à la création manuelle.


 Sortie le 10 octobre 2018 - Nouvelles illustrées - format 12,5 x 19,8 cm - 32 pages - 4€

Collection Les Instantanés - ISBN : 978-2-9558799-1-7


 

Bernard Bourrié – “Passeurs d’histoire(s)”

L’écrivain Bernard Bourrié, ancien chercheur dans les sciences de la santé, relate la vie d’hommes et de femmes, qui par leur volonté et leur courage ont modifié le cours de l’histoire de notre région héraultaise. Ces personnes hors du commun ont disparu de notre mémoire, mais pour notre auteur, « ils méritent d’être connus ».

De la mort de l’un à la naissance d’un autre, qui sont ces hommes et femmes d’exception qui se tendent la main sur mille ans d’histoire ?

En Languedoc et en Roussillon, ils ont lutté contre la peste, la rage, le phylloxéra. Ils ont participé à l’abolition de l’esclavage, amené des bateaux par-dessus des montagnes, construit des ponts, des réseaux ferroviaires ou d’inaccessibles refuges sur des sommets. Bernard Bourrié met à l’honneur dans cet ouvrage, des hommes et des femmes d’exception, natifs ou liés au Languedoc ou au Roussillon, rebelles, inventeurs de génie, aventuriers, écologistes avant l’heure et passeurs de courage.

Du moine Bernard Délicieux, qui au XIIème siècle lutta contre les horreurs de l’Inquisition, au Sétois Jean-Baptiste Barthélémy de Lesseps, seul rescapé de l’expédition Lapérouse, à François Arago qui fut non seulement un physicien de génie, mais un ministre de la marine à la base de l’abolition de l’esclavage, en passant par Paulin Talabot et la construction du chemin de fer du midi, Joseph Vallot de Lodève pour les amoureux du Mont-Blanc, Folco de Baroncelli et les traditions de la Camargue, pour terminer dans l’émotion avec Elisabeth Eidenbenz qui sauva 595 enfants de réfugiés espagnols, juifs, communistes ou tsiganes poursuivis par Franco ou Hitler.

Une série de 15 séquences parfois amusantes (que fait Saint Valentin dans l’église de Roquemaure ?), parfois surprenantes (êtes-vous bien sûr que Louis Pasteur ait été à la base du vaccin contre la rage ?), parfois empreintes de grande émotion (le petit sapin bleu peint par les enfants du camp de Rivesaltes, un soir de Noël 1939). Une œuvre quasi romanesque, enrichissante comme un livre d’histoire. 

Passeurs d’Histoire(s). Mille ans en Languedoc et en Roussillon. Éd. Le Papillon Rouge. 288 p. 19,90€.

La Grande Guerre au travers de la BD

Montpellier : conférence et diffusion de documentaire

Le jeudi 18 octobre 2018, en salle des colloques Kouros sur le site Saint-Charles 2 à Montpellier, Vincent Marie, professeur en cinéma et docteur en histoire, spécialiste de l’histoire culturelle et médiatique de la bande dessinée, tiendra une conférence sur la Grande Guerre au travers de la BD. 

A la suite de son intervention, le documentaire "Là où poussent les coquelicots" dont il est le réalisateur sera diffusé. 

Cette conférence de 9h à 11h30 est réalisée en partenariat avec le laboratoire CRISES. Elle est ouverte à tous.

A propos de l’ONACVG 

Créé en 1916 dans la tourmente de la Première Guerre mondiale, l’Office national des anciens combattants et victimes de guerre est un établissement public, sous tutelle du ministère des Armées, chargé de préserver les intérêts matériels et moraux de ses ressortissants : anciens combattants, invalides et blessés de guerre, veuves de guerre, pupilles de la Nation, victimes de guerre et plus récemment, d’actes terroristes.

Pour s’adapter au contexte économique et social du pays, l’ONACVG a vu ses missions évoluer au fil du temps. A la reconnaissance et la réparation est venu s’ajouter, depuis les années 80, un travail de mémoire effectué en liaison étroite avec les enseignants et le monde associatif avec comme point d’appui les neuf hauts lieux de mémoire gérés par l’ONACVG depuis 2011.

En 2016, l’ONACVG qui a également en charge l’Œuvre Nationale du Bleuet de France - ONBF - a célébré le centenaire de sa création.

100 lieux curieux

La sétoise Laure Gigou, ancienne conservatrice des Musées de l’Hérault, sort un ouvrage qui va passionner les amoureux de la région : Hérault : 100 lieux pour les curieux.
L'Hérault est un département touristique avec deux grands sites, trois monuments classés au patrimoine mondial, un patrimoine mondial immatériel. De plus, toutes ses villes méritent le détour. On ne sait où donner de la tête !
Mais au-delà, on peut encore trouver des coins méconnus ou moins connus, même à l'intérieur de ces grands pôles touristiques. L'homme y a vécu depuis très longtemps. Puis il a dressé des dolmens, des menhirs ou des statues menhirs. Savez-vous qu'en Languedoc, il y a plus de monuments mégalithiques qu'en Bretagne ? 

Les Romains ont également laissé leurs traces, avec la voie domitienne d'abord, mais aussi avec la villa gallo-romaine.
Méconnue, la période médiévale a laissé de grands travaux admirables avec l'étang asséché de Montady, dont les drains médiévaux fonctionnent encore. Des monastères très anciens, rappellent les règles austères des premiers chrétiens. Partout, vous découvrirez des sources miraculeuses, des saints bienfaiteurs. Les réformes monastiques entraînèrent l'hérésie cathare, jusqu'aux prémices de la croisade albigeoise : « Tuez-les tous, Dieu reconnaîtra les siens ! ».

Les trésors de fresques romanes ou de la Renaissance, les retables sculptés, sont des bijoux hors du commun.

L'aqueduc de Castries construit pour les jardins de Le Nôtre, le pont de Gignac avec sa maquette, les meuses de Cazilhac, la marquise de la gare de Bédarieux ou le puits de charbon de Camplong attireront votre attention. Vous pourrez découvrir des techniques oubliées, les moulins, l'exploitation du charbon, les mines de plomb argentifères, les carrières de pierres lithographiques.
Frédéric Bazille, Antoine Injalbert, Paul Dardé, Molière, Ermengarde de Narbonne, la marquise de Ganges, Bonaparte, Montgolfier, la reine d'Italie et même un assassin : Jean Pomarède vécurent ou vinrent mourir dans l'Hérault.
Laure Gigou promet étonnements et découvertes, même dans les lieux les plus connus et les plus fréquentés.  » disponible chez amazon

100 lieux curieux

La sétoise Laure Gigou, ancienne conservatrice des Musées de l’Hérault, a sorti un ouvrage qui va passionner les amoureux de la région : Hérault : 100 lieux pour les curieux.

L'Hérault est un département touristique avec deux grands sites, trois monuments classés au patrimoine mondial, un patrimoine mondial immatériel. De plus, toutes ses villes méritent le détour. On ne sait où donner de la tête !
Mais au-delà, on peut encore trouver des coins méconnus ou moins connus, même à l'intérieur de ces grands pôles touristiques. L'homme y a vécu depuis très longtemps. Puis il a dressé des dolmens, des menhirs ou des statues menhirs. Savez-vous qu'en Languedoc, il y a plus de monuments mégalithiques qu'en Bretagne ? 

Les Romains ont également laissé leurs traces, avec la voie domitienne d'abord, mais aussi avec la villa gallo-romaine.
Méconnue, la période médiévale a laissé de grands travaux admirables avec l'étang asséché de Montady, dont les drains médiévaux fonctionnent encore. Des monastères très anciens, rappellent les règles austères des premiers chrétiens. Partout, vous découvrirez des sources miraculeuses, des saints bienfaiteurs. Les réformes monastiques entraînèrent l'hérésie cathare, jusqu'aux prémices de la croisade albigeoise : « Tuez-les tous, Dieu reconnaîtra les siens ! ».

Les trésors de fresques romanes ou de la Renaissance, les retables sculptés, sont des bijoux hors du commun.
L'aqueduc de Castries construit pour les jardins de Le Nôtre, le pont de Gignac avec sa maquette, les meuses de Cazilhac, la marquise de la gare de Bédarieux ou le puits de charbon de Camplong attireront votre attention. Vous pourrez découvrir des techniques oubliées, les moulins, l'exploitation du charbon, les mines de plomb argentifères, les carrières de pierres lithographiques.

Frédéric Bazille, Antoine Injalbert, Paul Dardé, Molière, Ermengarde de Narbonne, la marquise de Ganges, Bonaparte, Montgolfier, la reine d'Italie et même un assassin : Jean Pomarède vécurent ou vinrent mourir dans l'Hérault.
Laure Gigou promets étonnements et découvertes, même dans les lieux les plus connus et les plus fréquentés.  » disponible chez amazon