Littérature - Poésie

Un après-midi en hommage à Marcelle Delpastre

Pour tous ceux qui s'intéressent à la langue occitane et à la poésie, un après-midi en hommage à Marcelle Delpastre à l'espace Palace le samedi 24 mars.

Un partenariat entre FiloMer, le Cèucle Occitan Setòri et le Cirdoc-Mediatèca Occitana.

L’image contient peut-être : 1 personne, texte

« Pour rire et pour pleurer » nouveau livre de Michel Sabatéry

 

Michel Sabatéry n'en est pas à son premier livre. Il a déjà publié un premier ouvrage pages sur Bessan, un deuxième, coécrit avec Francis Delmas, sur tout ce qui touche à l'animal totem du village, et une brochure sur l'histoire du jeu de balle au tambourin. Il s'apprête à publier une série de livres intitulés « Pour rire et pour pleurer ».

Il a mis dans ces livres un peu de tout, comme l'on met un peu de tout dans un ragoût d'escoubilles... : des poésies pour adolescentes amoureuses et pour nostalgiques du temps passé ; des anecdotes comiques vécues ; des articles de journaux de la fin du 19e et du début du 20e siècle, relatant des faits-divers sur le département de l'Hérault, ou de l’histoire du Bas-Languedoc ; et des informations sur Bessan et les villages des environs.

Si la vente de ce premier livre permet à l’auteur de le financer, un deuxième suivra, puis un troisième, dont il a déjà préparé les sujets, très variés eux-aussi. Le contenu du livre a évolué, et il compte à présent 200 pages en format A5, toujours en souscription, au prix de 10 euros.

Pour toute souscription, s’adresser à Michel Sabatéry, tel : 04 67 77 44 08, ou par courriel : Cette adresse e-mail est protégée contre les robots spammeurs. Vous devez activer le JavaScript pour la visualiser.

Le révolutionnaire occitan ou la vie sulfureuse de Ludo Chauviac

Le révolutionnaire occitan ou la vie sulfureuse de Ludo Chauviac
Nathalie Gineste

De son enfance à Montpellier, du salon de coiffure de son père où il croqua ses premiers modèles, de ses études aux Beaux Arts de la même ville avec ses condisciples Bouvier, Allègre, Jalabert,  Hermine Llory jusqu’à sa quète de notoriété à Paris et son retour dans sa ville natale, Nathalie Gineste retrace la vie de son aïeux Ludovi Chauviac (1894-1978). Sulfureux et illustrateur de romans coquins, il tente son aventure à Paris. Ses acolytes d'infortunes Foujita et Dubout lui font découvrir le monde artistique parisien d'entre deux guerres. Il a croqué la couverture du livre Au grand 13 signé Gom Gut, pseudonyme de Georges Simenon. Après une vie parisienne intense, Ludo revient dans sa région natale de Montpellier pour continuer son travail.

Nathalie Gineste
Arrière petite nièce de Ludo Chauviac, Nathalie Gineste est née à Montpellier. Après un passage aux Beaux Arts et une formation à l'authentification et la valorisation d'objet d'art, elle se passionne pour les petits maîtres montpelliérains des deux derniers siècles et s'oriente vers l'écriture : elle est l'auteure d'un ouvrage sur le peintre Jean Louis Asté et d'articles dans la revue des amis du musée Fabre et des barons de Caravètes.

Avant-Propos du livre
De nombreux peintres Montpelliérains tentent leur aventure à Paris  où  ils  précèdent  des  artistes  tels  qu’Eugène  Delacroix,  Jules Laurens,   Legrip,   César   Ducornet   peintre   sans   bras,   Mme S.  Fremont,  Eugène  Lami,  Paul  Delaroche,  Henri  Rodakowski, Alfred Dehohencq, Frédéric Léon, Mlle Valentine Lecomte, Louis Malteste,  et  bien  évidement  Frédéric  Bazille.  Comme  Jean Louis Asté,  Ludo  Chauviac  est  un  artiste  peintre  du  début  du  20esiècle qui a vécu à Montpellier ainsi qu’à Paris.  
La vie de bohème Parisienne où l’érotisme est à l’honneur influence la vie et l’œuvre de Ludo Chauviac.

 

Poésie à Bouzigues

  camelCaptureLes passeurs de poèmes vous invitent à découvrir et partager, dans une première partie, la poésie de Jean Marie Petit.

Poète d'expression française et occitane, né en 1941 dans une famille de vignerons, ancien universitaire, ses poèmes sont autant d'éclats de vie.

Scènes d'enfance et de vie quotidienne, images insolites. Leur imaginaire est celui des comptines et des contes, des chansons populaires, qu'évoque le rythme de leurs vers.

 Dans une deuxième partie, ceux qui le désirent peuvent apporter une poésie à lire.

• le samedi 10 mars 2018 , à 15 h 30 à la Bibliothèque (dans la Poste - 5 av Alfred Bouat).

• Le samedi 17 mars 2018 à 18 h 30, au Bar du Globe. Possibilité de prolonger la soirée par une soupe à l'oignon (apporter bol et cuillère).

Participation (9 euros) et inscription au 04 67 78 32 69.

Accompagnement à la guitare d'Alain Benet.

Entrée gratuite.

Animations à la Nouvelle Librairie Sétoise

Jeudi 1er mars 19h : Rencontre avec Jean-Jacques Salgon :

"Il y a des noms de villes qui semblent condenser tout le pouvoir attractif d’un lieu, toute la mythologie sur quoi se fonde notre désir de voyager. Ainsi Tombouctou, Zanzibar, Vancouver ou Valparaiso…"

C’est le nom d’Obock, celui d’une ancienne colonie française devenue aujourd’hui port de la République de Djibouti, qui est à l’origine de ce récit et du voyage que Jean-Jacques Salgon entreprend en février 2016 pour, selon ses mots, aller « visiter ce qui n’existe plus ».

Jeudi 1er mars 19h : Rencontre avec Jean-Jacques Salgon

Que Rimbaud et l’explorateur nîmois Paul Soleillet s’y soient un jour croisés, aient pu s’y entretenir de leurs projets commerciaux et des périls encourus sur les pistes qui conduisaient leurs caravanes vers le royaume du Choa, que leur vie aventureuse ait trouvé, sous ces climats hostiles, chacune à sa façon, sa fin précoce, voilà qui donne un relief particulier aux évocations dont ce livre est tissé.

Une exploration méthodique de la vie de Soleillet, infiniment moins connue que celle de Rimbaud (alors qu’une situation inverse prévalait de leur vivant), constitue le fil d’Ariane qui nous guide vers ces contrées éloignées à la fois dans l’espace et le temps. Pour les deux trafiquants, l’Abyssinie fut un rêve, un rêve commercial, obstiné, dévorant. C’est vers ce rêve « où filtraient les élans d’une véritable passion géographique » que ce livre nous entraîne.

Jean-Jacques Salgon est né en 1948 en Ardèche dans une famille dont les origines vivaraises remontent au quinzième siècle. Fils et petit-fils d’instituteurs, il passe son enfance et son adolescence à Pont d’Ucel puis à Aubenas. Il a séjourné en Algérie et en Côte d’Ivoire. Scientifique de formation, il a enseigné la physique.

Samedi 3 mars 15h : Rencontre avec Emmanuel Villin, « Microfilm » (éd. Asphalte)

Samedi 3 mars 15h : Rencontre avec Emmanuel Villin, « Microfilm » (éd. Asphalte)

"Paris, de nos jours. Un figurant pour le cinéma échoue à décrocher un nouveau contrat et se fait embaucher au pied levé par la mystérieuse « Fondation pour la paix continentale », sise place Vendôme. Parachuté spécialiste en microfilms par la magie des bases de données, il entame une nouvelle vie d’employé de bureau, côtoyant des collègues aussi énigmatiques que la Fondation elle-même."

"D’abord armé de sa bonne volonté, le personnage se laisse bientôt déborder par l’absurdité de ses missions, puis entraîner dans une spirale d’événements étranges et menaçants."

Farce ironique émaillée de clins d’œil au cinéma, Microfilm est une variation contemporaine sur la servitude volontaire.

Printemps des Poètes du 3 au 19 mars

20e édition du Printemps des Poètes - thème l'Ardeur.

Comme chaque année, des poèmes "géants" s'afficheront sur les bâtiments publics, d'autres bien plus petits vous seront offerts en petits rouleaux colorés chez les commerçants...

Des lectures seront faites samedi 10 mars lors du marché, au cœur du village, en parallèle d'une exposition "éphémère" de l'Atelier "Peinture Fraîche". N'hésitez pas à venir vous-même lire des textes ou poèmes que vous aimez !

Un concert dimanche 11 mars, "Je suis enchanté", de Michel Avallone, au château des Evêques de Lavérune, des compositions personnelles et celles de Léo Ferré. Entrée libre dans la limite des places disponibles.

Des échanges poétiques "intergénérationnels" auront également lieu entre les enfants des écoles et le Club Lavérune Ambiance...

Agenda 2018 de la commune de Lavérune

Spirou et Fantasio fêtent bientôt leurs 80 ans

Spirou et Fantasio est une série de bande dessinée publiée dans le Journal de Spirou. Sa publication a commencé en 1938 et la série est devenue l'une des bandes dessinées franco-belges les plus populaires.

Elle met en scène les personnages de Spirou et Fantasio, reporters, accompagnés le plus souvent de l'écureuil apprivoisé de Spirou : Spip. Leurs aventures les amènent à affronter des gangsters divers et variés, ainsi que des dictateurs et autres savants fous dans des aventures mêlant humour, science-fiction et fantastique.

En 2018, ils fêtent leurs 80 ans :

Pour les retrouver : http://www.spirou.com/spirou/accueil.php/

Guy Dhotel : un énorme succès avec « Survivante »

Guy Dhotel a présenté son roman "Survivante" en signant chacun de ses livres, ce samedi 10 février, salle Jean Théron à Poussan, en compagnie de l'éditeur venu spécialement pour l'événement... dhoP1000326

"Son roman, essentiellement maritime, est un thriller qui fait voyager loin tant en distance, vers le Honduras par exemple, qu'en réflexion. Pour lui, une vie n'est jamais une ligne droite, mais une ligne brisée, et le premier accident ou incident qui provoque la première cassure induit toutes les autres."

Pour Guy Dhotel, c'est le roman d'une vie parmi d'autres mais pas n'importe laquelle. C'est ce que tenait à préciser Franck Martin, l'éditeur du livre : "Mon choix a été très rapide. J'ai été attiré par le manuscrit de ce roman qui vous tiendra en haleine.

dhoP1000336

Au-delà de la rencontre avec Guy Dhotel qui est un homme passionné et passionnant, son roman saura vous emporter dans un autre univers, vous faire participer au voyage."En effet cela commence fort : "Un architecte naval quitté par sa femme va entreprendre une traversée de la Méditerranée et de l’Atlantique seul sur un petit voilier après un pari stupide. Il va couler, frappé par une « vague scélérate » (ce que l’on appelait avant vague séculaire). Récupéré par un beau voilier, son propriétaire et sa compagne. La vraie histoire commence là, alors que le début a semblé mouvementé. "

Guy Dhotel et son éditeur remerciaient Jacques Adgé et la Mairie de Poussan (Service culturel) pour leur soutien, mais l'auteur n'oubliait pas d'associer à ses remerciements tous ceux qui ont rendu possible cette parution qui n'est certainement pas la dernière, de son épouse aux soutiens multiples.

 Un grand succès avec des visiteurs très nombreux venus acheter, un, deux ou trois livres pour eux et leur entourage.

Si vous n'avez pu être présent, pas de soucis, vous pouvez commander et acheter ce livre par internet, chez l’éditeur, aux Éditions l'Ancre de Marine, avec de plus une belle Libraire en ligne : http://www.ancre-de-marine.com/boutique/liste_rayons.cfm

Ce livre vous fera plaisir ou saura attirer l'attention de vos amis.

Pour en savoir plus sur Guy Dhotel :  http://blog.ville-poussan.fr/?p=109442

Mumia combattant de la liberté

Vendredi soir à la Nouvelle Librairie Sétoise, devant une trentaine de personnes, Claude Guillaumaud-Pujol, maître de conférence en civilisation américaine, et représentante du collectif national « Sauvons Mumia » a tenu une conférence et répondu aux nombreuses questions du public sur les inégalités raciales et le système carcéral aux Etats-Unis.

« L'espoir c'est la différence entre la vie et la mort. » Serge Atlaoui, condamné à mort en Indonésie en 2007

Ainsi peut également se résumer le destin de Wesley Cook, alias Mumia Abu-Jamal, journaliste afro-américain de Philadelphie, Pennsylvanie, condamné à mort en 1982 pour le meurtre d'un policier blanc, meurtre qu'il a toujours nié.

Tous deux sont l'image de l'enfer du couloir de la mort ; tous deux ne doivent leur survie qu'à une solidarité internationale sans faille et à une force de caractère hors-norme. Combattants de la liberté, les murs de la prison enferment leur corps, mais pas leur esprit, à l'instar de Nelson Mandela, des années auparavant.
En 2012, après trente ans dans le couloir de la mort, Mumia a vu sa peine commuée en prison à vie : « une peine de mort lente », selon ses mots. Dans ses écrits et ses interviews réalisées par téléphone, il reste un exemple d'humanité et d'héroïsme : il nous restitue, en direct, le vie au jour le jour des quelque 3 000 condamnés à mort américains et de plus de deux millions de prisonniers ; l'autre Amérique, celle des minorités ethniques et des majorités pauvres.
L'Amérique est en crise : les manifestations se multiplient, les bavures policières s'amplifient et retentissent dans tout le pays. À un président noir charismatique succède un multimillionnaire blanc bien décidé à protéger les privilèges de sa caste. Aujourd'hui, Mumia est malade, atteint d'hépatite C, comme des milliers de prisonniers américains. Après deux ans de mobilisation et deux procès pour qu'il puisse accéder à des soins médicaux, il a commencé son traitement en avril 2017. Les procédures judiciaires se sont succédé pendant qu'il se bat chaque jour pour sa vie. La mort est multiforme en prison. Cette nouvelle édition restitue son combat pour défendre sa liberté ainsi que celle de ses compagnons d'infortune. 

De Claude Guillaumaud-Pujol, « Mumia Abu-Jamal, combattant de la liberté »,13 €,  Le temps des cerises, Novembre 2017

500 documents de plus à la bibliothèque

A la Bibliothèque de la MJC de Poussan, le Bibliobus est passé le jeudi 8 février.

pierresCapture

Cela a permis d’ajouter à la collection 500 documents prêtés par le Département :

« romans, policiers, documents, romans pour les enfants et les ados. »

100 lieux curieux

La sétoise Laure Gigou, ancienne conservatrice des Musées de l’Hérault, sort un ouvrage qui va passionner les amoureux de la région : Hérault : 100 lieux pour les curieux.
L'Hérault est un département touristique avec deux grands sites, trois monuments classés au patrimoine mondial, un patrimoine mondial immatériel. De plus, toutes ses villes méritent le détour. On ne sait où donner de la tête !
Mais au-delà, on peut encore trouver des coins méconnus ou moins connus, même à l'intérieur de ces grands pôles touristiques. L'homme y a vécu depuis très longtemps. Puis il a dressé des dolmens, des menhirs ou des statues menhirs. Savez-vous qu'en Languedoc, il y a plus de monuments mégalithiques qu'en Bretagne ? 

Les Romains ont également laissé leurs traces, avec la voie domitienne d'abord, mais aussi avec la villa gallo-romaine.
Méconnue, la période médiévale a laissé de grands travaux admirables avec l'étang asséché de Montady, dont les drains médiévaux fonctionnent encore. Des monastères très anciens, rappellent les règles austères des premiers chrétiens. Partout, vous découvrirez des sources miraculeuses, des saints bienfaiteurs. Les réformes monastiques entraînèrent l'hérésie cathare, jusqu'aux prémices de la croisade albigeoise : « Tuez-les tous, Dieu reconnaîtra les siens ! ».

Les trésors de fresques romanes ou de la Renaissance, les retables sculptés, sont des bijoux hors du commun.

L'aqueduc de Castries construit pour les jardins de Le Nôtre, le pont de Gignac avec sa maquette, les meuses de Cazilhac, la marquise de la gare de Bédarieux ou le puits de charbon de Camplong attireront votre attention. Vous pourrez découvrir des techniques oubliées, les moulins, l'exploitation du charbon, les mines de plomb argentifères, les carrières de pierres lithographiques.
Frédéric Bazille, Antoine Injalbert, Paul Dardé, Molière, Ermengarde de Narbonne, la marquise de Ganges, Bonaparte, Montgolfier, la reine d'Italie et même un assassin : Jean Pomarède vécurent ou vinrent mourir dans l'Hérault.
Laure Gigou promet étonnements et découvertes, même dans les lieux les plus connus et les plus fréquentés.  » disponible chez amazon

100 lieux curieux

La sétoise Laure Gigou, ancienne conservatrice des Musées de l’Hérault, a sorti un ouvrage qui va passionner les amoureux de la région : Hérault : 100 lieux pour les curieux.

L'Hérault est un département touristique avec deux grands sites, trois monuments classés au patrimoine mondial, un patrimoine mondial immatériel. De plus, toutes ses villes méritent le détour. On ne sait où donner de la tête !
Mais au-delà, on peut encore trouver des coins méconnus ou moins connus, même à l'intérieur de ces grands pôles touristiques. L'homme y a vécu depuis très longtemps. Puis il a dressé des dolmens, des menhirs ou des statues menhirs. Savez-vous qu'en Languedoc, il y a plus de monuments mégalithiques qu'en Bretagne ? 

Les Romains ont également laissé leurs traces, avec la voie domitienne d'abord, mais aussi avec la villa gallo-romaine.
Méconnue, la période médiévale a laissé de grands travaux admirables avec l'étang asséché de Montady, dont les drains médiévaux fonctionnent encore. Des monastères très anciens, rappellent les règles austères des premiers chrétiens. Partout, vous découvrirez des sources miraculeuses, des saints bienfaiteurs. Les réformes monastiques entraînèrent l'hérésie cathare, jusqu'aux prémices de la croisade albigeoise : « Tuez-les tous, Dieu reconnaîtra les siens ! ».

Les trésors de fresques romanes ou de la Renaissance, les retables sculptés, sont des bijoux hors du commun.
L'aqueduc de Castries construit pour les jardins de Le Nôtre, le pont de Gignac avec sa maquette, les meuses de Cazilhac, la marquise de la gare de Bédarieux ou le puits de charbon de Camplong attireront votre attention. Vous pourrez découvrir des techniques oubliées, les moulins, l'exploitation du charbon, les mines de plomb argentifères, les carrières de pierres lithographiques.

Frédéric Bazille, Antoine Injalbert, Paul Dardé, Molière, Ermengarde de Narbonne, la marquise de Ganges, Bonaparte, Montgolfier, la reine d'Italie et même un assassin : Jean Pomarède vécurent ou vinrent mourir dans l'Hérault.
Laure Gigou promets étonnements et découvertes, même dans les lieux les plus connus et les plus fréquentés.  » disponible chez amazon

Avec l'APAVH, Joe, la fripouille , est à l'adoption

joeIMG_0437Après avoir alerté les vétérinaires, les dianes de chasse les plus proches, mis des annonces, il a bien fallu se rendre à l’évidence personne ne recherchait notre poilu ! Avec sa bouille de chien abandonné et son air de rien, on l’a tout d’abord appelé « Le Chien Marcel », et puis c’était un peu long alors ce fut « Plumeau » finalement 3 jours plus tard c’est Joe qui s’est imposé ! Et ça lui va super bien. Quand Joe est arrivé en famille d’accueil, il n’en menait pas large…les 8 autres chiens l’ont niflé, reniflé. Il était tout kiki à côté. Joe est typé Bleu de Gascogne, mais plutôt version mini! Le Bleu qui n’a pas grandi. Allez savoir pourquoi, il s’est pris d’affection pour le grand Roch qui fait environ 3 fois son poids ! Seulement les premiers temps Roch appréciait très moyennement ce zébulon qui le suivait partout alors il le lui a fait savoir avec force claquements de mâchoires et grognements…nous avons laissé faire. Encore une fois grogner est un mode de communication, même si nous avions peur que le gros nous le coupe en deux… Roch regardait Joe comme si c’était un insecte, un ouistiti qui l’agaçait...

» associations