Sciences

Le zoo de Lunaret fête la science

Samedi 14 octobre à 10h
Visite guidée et documentée du parc zoologique

A l'occasion de la Fête de la Science 2017, le zoo de Lunaret propose, samedi 14 octobre 2017 à 10h, une visite guidée et documentée du parc zoologique autour des thèmes suivants : les programmes scientifiques, la gestion des populations liée au patrimoine génétique, les métiers scientifiques présents dans le zoo et le cursus de formation nécessaire pour travailler dans un zoo. 
Pendant cette visite guidée gratuite, le public pourra également découvrir une partie des coulisses du zoo.
Pour y participer, une inscription est obligatoire auprès du service pédagogique du Parc de Lunaret au 04 99 63 43 01 ou à l'adresse mail suivante : Cette adresse e-mail est protégée contre les robots spammeurs. Vous devez activer le JavaScript pour la visualiser.

Ce même samedi, sera lancée l'Exposition " Francis Hallé, 30 ans d'exploration des canopées forestières tropicales", à voir au Zoo de Lunaret du 14 octobre 2017 au 31 janvier 2018.

De la Guyane à Madagascar en passant par la Côte d'Ivoire, l'exposition "Francis Hallé, 30 ans d'exploration des canopées forestières tropicales" propose de découvrir les aventures de Francis HALLE, botaniste Montpelliérain, souvent reconnu comme "le plus grand botaniste du monde" à l'étranger.

Avec 26 bâches de 1.80m x 1m, l'exposition propose une plongée dans les dessins et le journal de bord du botaniste qui retracent 30 ans dédiés à la découverte de nouvelles espèces.(ci-contre visuel de l'exposition)

Cette exposition est proposée en partenariat avec l'agence Muséo qui a réalisé les 26 bâches présentées. Ces bâches ont été imprimées dans l'atelier pédagogique du Parc de Lunaret, sur toile écologique.

Placé sous le signe de l’exploration et de la découverte et destiné à promouvoir la science auprès du plus grand nombre, cet événement annuel d’envergure est organisé par le Ministère de l’Education nationale, de l’Enseignement supérieur et de la Recherche.

Son but : favoriser les rencontres entre les scientifiques et le grand public, rendre accessible la science par une approche concrète, festive et conviviale.
Tous les publics sont concernés : familles, scolaires, étudiants, curieux de sciences… car il s’agit de manipuler, tester, dialoguer avec les chercheurs, découvrir les métiers de la recherche et mieux comprendre le monde qui nous entoure.

Réunion de rentrée pour "Set'expo Sciences" qui invite les élèves à participer

Set'Expo Sciences avait sa réunion de rentrée le 12 octobre 2017 pour que l'association soit ainsi en adéquation avec les enfants et le rythme scolaire.

L'association est basée sur l'échange et la communication et la transmission de connaissances. Les enfants, qui sont en fin de primaire, au collège, et désormais y compris les lycéens sont appelés à présenter des projets ou sujets de tout ordre, mais sous un angle scientifique.

"S'ils sont, pour la plupart, suivis par leurs éducateurs, professeurs, ou encore leurs parents, nous insistons sur le fait que nous serons également à leurs côtés en tant que tuteurs. Nous souhaitons que nos lauréats et lauréates, puissent se mobiliser pendant une année, pour nous accompagner lors de manifestations auxquelles participe notre association. Ainsi, samedi 14, nous étions présents à Frontignan, pour "La Fête de la Science". Serge Vigilante, ingénieur, ainsi que Nicolas Bierne, chercheur au CRNS, qui font tous deux partie de notre Conseil d'Administration, ont animé, chacun à leur façon, le stand, les prix d'excellence 2017, Manon et Julie, ont présenté leur projet sur les parfums. De même, pour les vacances de la Toussaint, nous serons à la MJC de "La Passerelle", et des ateliers sur les moteurs ou le magnétisme sont proposés, toujours par Serge Vigilante, (lundi, mardi et jeudi matin) ainsi que sur la cosmétique, mais cette fois ci, par une chimiste, Martine Combes (mardi et vendredi matin), qui fait également partie de notre conseil d'administration."

(renseignements et inscriptions auprès de la MJC de la PASSERELLE)

EXPOCapture

Pour continuer une chronologie de participation, le samedi 13 janvier 2018 à partir de 14h00 à la Salle Tarbouriech Set'Expo Sciences invite les futurs exposants à venir remettre leur dossier d'inscription et d'en discuter avec un de nos experts qui pourra lui apporter son soutien et le guider dans sa présentation du projet.

Ceci est entièrement facultatif et à la demande de l'exposant. L'après-midi se conclura par le partage de la galette des rois.Ce moment festif correspond à la date limite de remise des dossiers des projets.

"Le samedi 3 mars, nous nous retrouverons pour "la Chandeleur" également à la Salle Tarbouriech. À un mois de notre exposition-concours, les enfants pourront en profiter pour faire le point avec leurs tuteurs, et affiner, éventuellement, leurs projets. Enfin, notre exposition aura lieu les 5, 6 et 7 avril. Le jeudi 5 sera consacré à la mise en place des stands."

"Le vendredi 6 toute la journée ainsi que le samedi 7 au matin, la salle Brassens sera ouverte au public, et les participants pourront faire découvrir aux visiteurs ce qui les a passionné. L'après-midi sera réservée d'abord à un moment ludique, puis à la remise des prix. Nous précisons qu'en raison des différences d'âge et de niveau scolaire, il y aura 2 classements. Nous remercions d'ores et déjà tous les participants, les bénévoles, les partenaires et sponsors, et tous ceux qui se dévouent pour que notre association perdure." Précise Franck GRANIER.

Set'Expo Sciences est une exposition de projets scientifiques élaborés par des élèves (enfants, adolescents et jeunes adultes) issus de l’enseignement primaire, secondaire et supérieur.

Son objectif premier est de susciter auprès de ces derniers, l’éveil aux sciences et technologies, si tel n’était pas encore le cas.

Set'Expo Sciences leur propose donc de s’investir dans un projet de recherche autour d’un thème, d’une problématique… en les inscrivant dans une démarche d’investigation, de mobilisation personnelle et/ou collective en les amenant à un questionnement et un échange tout aussi sérieux que ludique entre autres participants, visiteurs et membres du jury.

Set'Expo Sciences encourage les élèves à devenir acteur de leur apprentissage grâce à l’expérimentation, l’observation et la modélisation. 2018 aura lieu les jeudi 5, vendredi 6 et samedi 7 Avril à Sète, salle Georges Brassens.

  • UN CONCOURS DE PROJETS SCIENTIFIQUES

En plus d’être une exposition, Set'Expo Sciences est un concours dont la qualité et la rigueur sont exemplaires. En effet, chaque projet proposé se doit d’être construit de sorte à répondre à six critères pertinents (repris ci-dessous pour information) . Chaque projet est alors soumis à l’évaluation d’un jury composé de personnalités actives et pédagogues, dans les domaines scientifique mais aussi littéraire.

Chaque projet se doit donc d’être construit de manière à répondre aux six critères sus- cités. Il ne faut pas oublier que si est un lieu de découvertes, il est avant tout un lieu d’échange, de communication et de respect des uns et des autres. : Tout projet sélectionné au préalable par le jury, a sa légitimité.

Voici quelques matières pouvant faire l’objet d’un projet (la liste qui suit, bien sûr, est non exhaustive) : Mathématiques, Physiques, Astronomie, Technologies, Chimie, Biologie, Géographie, Géologie, Météorologie, Histoire de sciences. Un classement est établi. Afin de reconnaitre le travail, l’investissement, les compétences plus particulières, (A cette occasion, des prix spéciaux sont à offrir). Un classement volontairement le plus discret possible veille à ce que chaque élève se sente respecté pour le travail fourni.

Chaque participant se voit récompenser d’un prix. Un prix d’Excellence est accordé à ceux qui se sont particulièrement distingués. Trois autres catégories suivront : les premiers prix, deuxièmes et troisièmes prix. (Plusieurs dans une même catégorie) Dans chacune de ces catégories, se retrouvent de très nombreux élèves dont les mérites se valent et dont les notes ne sont que « formalité ».

L’objectif étant de faire découvrir et aimer les sciences sans qu’un classement qui peut illusionner ou décevoir le participant, n’interfère dans ses résultats scolaires.

 

Ce samedi à Frontignan : Les sciences dans tous les sens

Le 14 octobre, de 10h à 17h, à la médiathèque Montaigne à Frontignan

Dans le cadre de la Fête de la Science, rendez-vous à la Médiathèque Montaigne de Frontignan pour cet événement national et ludique.

Coordonnée par l’association KIMIYO (membre du CPIE BT), la manifestation Les Sciences dans tous les sens est réalisée avec le réseau du CPIE Bassin de Thau (participation de l’ardam, et la LPO Hérault), en partenariat avec la médiathèque Montaigne de Frontignan et Sète AggloPôle Méditerranée.
 04 99 57 85 00
Ateliers, rencontres, Pecha Kucha… un programme riche et gratuit pour tous.  04 99 57 85 00

Au programme de la journée :

ateliers, animations et exposition :
- Découverte de notre environnement
- Les médiathèques à l'ère du numérique
- Exposition Étang d’Art 0 Phy’teau

En savoir plus Consultez la programmation

la Région mobilisée pour fêter la science

 

VILLAGE DES SCIENCES DE MONTPELLIER
DU 7 AU 15 OCTOBRE 2017

Porté par le service Culture scientifique de l'Université de Montpellier, le Village des sciences se déploie entre le 7 et le 15 octobre sur deux sites montpelliérains : la Faculté d'Éducation et l'espace Genopolys.
Chercheurs, enseignants, doctorants, étudiants et associations se sont mobilisés pour concocter un programme riche, original et séduisant tant pour les scolaires que pour tous les curieux de sciences.
La Fête de la science en Occitanie sera officiellement lancée le vendredi 6 octobre à 18h à l'Espace Capdeville de Montpellier et donnera notamment la parole à de jeunes doctorants ayant participé à des évènements tels que Ma thèse en 180 secondes ou encore le Bright Club (Comedy Club scientifique).

   

Du 7 au 15 octobre, la Région mobilisée pour fêter la science

Bertrand Monthubert, conseiller régional représentant Carole Delga, présidente de la Région Occitanie / Pyrénées-Méditerranée, lancera officiellement la Fête de la Science, vendredi 6 octobre à 18h, à l'Espace Capdeville (417 rue Samuel Morse) à Montpellier.

La Fête de la Science propose cette année 600 animations gratuites dans plus de 90 villes d'Occitanie. Elle vise à faire découvrir le monde de la recherche au grand public et aux scolaires, mais aussi à démontrer que la science est partout dans notre quotidien par le biais des associations de culture scientifique, technique et industrielle qui animent cette dynamique sur l'ensemble du territoire. Près de 60 000 visiteurs sont attendus.
Occitanie / Pyrénées-Méditerranée est l'une des premières régions de France en matière de recherche et d'innovation. Elle doit sa richesse à une remarquable densité d'établissements d'enseignement supérieur et de recherche, de laboratoires et d'entreprises dans des secteurs de pointe, ainsi qu'à la capacité de l'ensemble de ses acteurs à travailler ensemble.

La Région soutient la 26ème édition de la Fête de la Science qui sera marquée par :

  • la participation de 370 acteurs de la recherche (organismes et laboratoires, universités, associations, entreprises, musées, bibliothèques, collectivités, établissements scolaires, compagnies artistiques...), - plus de 600 animations (rencontres avec des chercheurs, expositions, ateliers, spectacles, conférences...),
  • le village des sciences de Montpellier avec des rencontres sur deux sites (Faculté d'Education et espace Genopolys),
  • 14 villages des sciences à Auch, Bagnols-sur-Cèze, Beaumont-de-Lomagne, Carcassonne, Laloubère, Montgailhard, Montpellier, Nîmes, Perpignan, Rodez, Souillac et Toulouse,
  • 2 villages des sciences itinérants à Mende, Florac et Hures-la-Parade en Lozère et à Albi, Montredon-Labessonnié et Puylaurens dans le Tarn.

La Région est fortement engagée pour donner les moyens nécessaires à l'Université et à la recherche afin de renforcer l'excellence scientifique et la démocratisation de l'accès des jeunes à l'enseignement supérieur et à la recherche. En 2017, elle consacre plus de 107M€ à l'enseignement supérieur et à la recherche.

» télécharger le dossier complet

Salon des champignons et plantes d'automne

La 37e édition du « Salon Champignons et Plantes d’Automne » organisée par la Société d’Horticulture et d’Histoire Naturelle de l’Hérault aura lieu les 21 et 22 octobre 2017 à la Faculté de Pharmacie de Montpellier, 15 avenue Charles Flahault.

Le Salon comprendra des expositions d'exemplaires frais de champignons et plantes d'automne, un espace permanent d'identification de ces échantillons, des espaces dédiés à la toxicité des champignons et des plantes, deux conférences :

Les plantes tinctoriales en terres occitanes - aspects botaniques, économiques et artistiques, par Josiane Ubaud, lexicographe et ethnobotaniste en domaine occitan - samedi 21/10 à 16h00 -

La truffe, un champignon enfin domestiqué par l’homme ? par Franck Richard, Professeur à l’Université de Montpellier, UMR 5175 CEFE (dimanche 22/10 à 16h00) et un atelier de reconnaissance des « champignons comestibles et de leurs sosies toxiques », animé par les spécialistes de la SHHNH.

Durant tout le salon, un dialogue pourra s'instaurer entre le public et les mycologues et botanistes de l'association et du Laboratoire de Botanique, Phytochimie et Mycologie de la Faculté de Pharmacie. Des jeux pédagogiques permettront au grand public de tester leurs connaissances mycologiques. La botanique sera aussi à l’honneur avec la présentation d’un herbier électronique.

Des visites du Musée de la Pharmacie seront aussi programmées. Entrée libre.

L'université de Montpellier à la pointe de l'innovation française

L’Université de Montpellier entre au très sélectif sélectif top 200 du Nature Index Innovation où elle occupe le 129ème ranf. Elle se positionne dans le trio de tête des établissements français, troisième derrière l’Université de Strasbourg et l’Université Paris - Descartes. et bien avant  l’ Université Paris - Diderot (150e) , le CNRS (151e), l’ Université Lyon - I Claude Bernard (154e) , l’ Université Paris - Sud (158e) , l’ENS (163e), l’AMU (164 e ), l’UPMC (170e), le CEA (172e) et l’ École polytechnique (186e).


Travail en laboratoireCet excellent résultat dans un classement qui s’intéresse à l’impact des avancées scientifiqu es fondamentales sur les grands défis sociétaux conf orte la place obtenue par l’UM dans le palmarès européen des universités les plus innovantes élaboré par Reuters (15 e place). Les travaux de l’Université de Montpellier ont été les plus cités dans les disciplines suivantes :

  • Sciences de la Terre et de l’Environnement
  • Sciences du Vivant
  • Chimie
  • Sciences physiques

Montpellier université d’excellence

Le résultat de ce palmarès confirme l’ambition du projet d’I - SITE MUSE porté par l’Université de Montpellier aux côtés de 19 partenaires. A rticulé autour de 3 défis majeurs du XXIe siècle : nourrir, protéger et soigner, MUSE fait de la valorisation une de ses priorit és. Ce sont ainsi près de 180 partenaires qui soutiennent le projet (autres universités, industries, PME, collectivités, ONG...) dont cinq qui participent au pilotage du projet (la Banque Populaire du Sud, B rl, Horiba, InViVo, MSD France).
Le projet MUSE pré voit que laboratoires de renommée mondiale, plateformes technologiques de pointe, formations de haut niveau et entreprises régionales s’allient pour convertir l’intelligence en action, et la recherche en avancées sociétales. Le premier appel à projet MUSE « Soutien à la recherche 2017 » doté de 6 millions d’euros a été lancé le 7 septembre (cf. http://www.umontpellier.fr/universite/muse )

 

Le Nature Index Innovation

Ce classement est axé sur l’impact des recherche s académiques sur l’innovation. Il est fon dé sur la manière dont les articles scientifiques des établissements d’enseignement supérieur et de recher che sont cités dans les brevets. » Voir le classement du top 200

 

"Insectes et santé" en conférence

 

Eurêka - conférences citoyennes à Génopolys - Jeudi 21 septembre 2017

Dans le cadre des « conférences citoyennes » Eurêka, à Génopolys, Gérard Duvallet, Professeur des universités, entomologiste médical et Président de la Société d'Horticulture et d'Histoire Naturelle de l'Hérault, donnera une conférence intitulée.

La grande majorité des insectes jouent un rôle fondamental dans le fonctionnement des écosystèmes et nous rendent des services très importants : pollinisation, contrôle par prédation ou parasitisme des populations nuisantes, élimination des cadavres et des déjections, ressources alimentaires...

 Amphithéâtre de Genopolys à 18h30 - Entrée libre
Accès :Tramway ligne 1 station Occitanie. Pour les voitures, parking Occitanie.
 Bus ligne 6, arrêt Occitanie.

Le Phasme Gaulois

Photo d’un Clonopsis gallica trouvé à Balaruc le vieux

Ils ne se remarquent pas, et pour cause ils ont un pouvoir de camouflage étonnant. Il s’agit des phasmes, et ici plus particulièrement du Phasme Français. Car cet insecte à 6 pattes que l’on trouve  plutôt dans les régions tropicales du globe tel le Vietnam (avec le Medauroidea Extradentata), l’inde (avec le Carausius morosus), l’Afrique du sud, la Guyane ou l’Indonésie, mais savez vous que l’on peut  trouver certaines espèces dans notre région ?
On les trouve surtout dans les massifs de ronces, de lierres Ils sont, en effet, très difficiles à apercevoir dans la nature par un œil non exercé, ils prennent la couleur de leur environnement. De plus ils ressemblent à de simples brindilles et vivent la nuit.
Il n’existe en France que 3 sortes de phasmes :

  • Le Bacillus rossius
  • Le Pijnackeria masettii anciennement Pijnackeria hispanica
  • Le Clonopsis gallica appelé aussi Phasme Gaulois.

Ce dernier est le plus courant des phasmes français, sa longueur totale (sans les pattes) est d'environ 70 mm
Le Clonopsis gallica est commun dans la moitié sud du pays jusqu’en Bretagne. Ce phasme vit à une faible hauteur, entre 1 et 2 mètres, surtout sur les rosiers sauvages les lierres et les ronces, mais on le rencontre aussi sur les genêts, les aubépines et les prunelliers. Les phasmes français ne boivent pratiquement jamais, ils utilisent simplement l'eau contenue dans les plantes qu'ils mangent.
Reproduction :
Fait important, chez les phasmes français il n'existe pas de mâle, il n'y a que des femelles. Celles-ci peuvent pondre des œufs fertiles (entre 50 et 600 œufs par ans) sans fécondation. Ce mode de reproduction asexuée s'appelle la parthénogenèse thélytoque, c'est à dire qu'une femelle seule ne donne naissance qu'à des femelles. La durée de vie d’un phasme est de l’ordre de 6 à 12 mois.
L'élevage de ces trois espèces est délicat, mais possible à condition de bien respecter  quelques règles, et je vous recommande l’excellent site créé par Philippe Lelong sur les phasmes pour compléter ces informations :
http://www.asper.org/france/france.htm

Georges CANTIN

Frontignan - Un peu plus près des étoiles…

Profitez de la dernière soirée astronomie, mardi 29 août pour découvrir le Soleil, la lune, les planètes et étoiles… les pieds dans le sable.

Proposées par l’Office de tourisme de la Ville de Frontignan la Peyrade et animées par l’association « Ciel mon ami » les soirées astronomie ont rencontré un vif succès cette année encore.

Alors si vous n’avez pas eu l’occasion de profiter de cette animation gratuite, un dernier rendez-vous est proposé au public ce mardi 29 août à partir de 17h, sur la plage au niveau de l’impasse des macreuses (rive est).

La fin de l’après-midi est bien sûr consacrée à l’observation du Soleil grâce à des télescopes spéciaux pour ce genre d’observation qui permettent de voir les tâches et les protubérances solaires.

Dès la tombée de la nuit, les télescopes se tournent vers la Lune, les planètes, les amas d’étoiles, les nébuleuses, les galaxies…

Un voyage extraordinaire vers l’infini - gratuit et ouvert à tous.

Soirée astronomie Plage – rive est – au niveau de l’impasse des macreuses

À partir de 17h – Gratuit Renseignements 04 67 18 31 60

A.S

Le soleil de minuit

Une solution béton pour stocker l’énergie solaire à faible coût

 

VOSS
(Volant de Stockage Solaire)

Eclaté du Volant Energiestro

Le volant ENERGIESTRO est constitué d’un cylindre (1) capable de résister à une grande vitesse de rotation pour stocker l’énergie sous forme cinétique. Un moteur/alternateur (2) permet de transférer de l’énergie électrique au volant (accélération) puis de la récupérer (freinage). Les paliers inférieur (3) et supérieur (4) sont des roulements à billes. Une butée magnétique passive (5) supporte le poids du volant. Une enceinte étanche (6) maintient le volant dans le vide pour supprimer le frottement de l’air. Un convertisseur électronique (non représenté) transforme la tension continue aux bornes du volant en une tension alternative haute fréquence pour le moteur/alternateur.

André Gennesseaux

Né en 1962, André est ingénieur des Arts et Métiers ainsi que de l’Ecole Polytechnique. En 1988, il commence une carrière de chercheur puis devient responsable de la recherche chez Total (filiales Hutchinson et Paulstra). Il travaille sur des projets concernant la réduction des nuisances des moteurs qui donnent naissance à 20 brevets dont plusieurs sont en exploitation aujourd’hui.
Avec sa femme Anne, il fonde Energiestro en 2001 avec pour objectif de développe la technologie du volant de stockage d’énergie pour réduire le coût du stockage trop élevé des batteries, et ainsi augmenter la pénétration des énergies renouvelables.

Son projet de volant de stockage solaire (VOSS) lui a permis d’être lauréate du Concours Mondial d’Innovation 2030.

 

   

Le prix des panneaux photovoltaïques a tellement baissé que l’énergie solaire est devenue moins chère que le nucléaire et les autres ressources fossiles. En plus, c’est une énergie non polluante et renouvelable.
L’énergie solaire est aussi extrêmement abondante : une surface carrée de panneaux photovoltaïques de 500 km de coté dans le Sahara permettrait d’alimenter la planète entière en électricité.
Alors, pourquoi n’est-elle pas notre ressource principale pour produire de l’électricité, pour nous chauffer, pour nous éclairer ?  André Gennesseaux, le fondateur de la start-up « Energiestro » nous en  donne la raison :  l’intermittence du flux solaire. L’énergie solaire arrive de façon concentrée au milieu de la journée, quand l’intensité du soleil est la plus forte. En revanche, notre consommation d’énergie est régulière. La nuit, on a besoin de lumière et de chaleur.  Pour utiliser de grande quantité d’énergie solaire, le stockage est indispensable. Les batteries ne peuvent répondre au problème comte tenu de leur coût élevée et de leur faible durée de vie : elles ne dépassent pas quelques milliers de cycles et n’aiment pas les températures extrêmes.
La solution est celle des volants d’inertie, ces cylindres qui tournent à grand vitesse pour stocker l’énergie sous forme cinétique. Leur énorme avantage sur les batteries est qu’ils ont une durée de vie illimitée  mais leur matériau habituel (acier spécial ou carbone) est très cher.
André Gennesseaux, avec sa société Energiestro, a réussi ,pour la première fois, à utiliser le béton, matériau très économique pour réaliser le VOSS : VOlant de Stockage Solaire.La fabrication d’un VOSS ne nécessite aucun matériau toxique ou stratégique comme le plomb, le cadmium le  lithium qu’on trouve dans les batteries.

source :www.energiestro.fr

L’association de panneaux photovoltaïque et de VOSS produit une énergie renouvelable, disponible nuit et jour, à un prix inférieur à celle issue du nucléaire et des autres ressources fossiles..

Applications potentielles.

  • Le stockage et le lissage des énergie renouvelable intermittentes
  • l’alimentation, en électricité des sites isolés : relais de télécommunication GSM, habitation…
  • l’électrification rurale des pays en développement
  • dessalement solaire : le volant ENERGIESTRO permet d’alimenter une usine de dessalement par osmose inverse nécessitant une puissance constante à partir de panneaux photovoltaïques produisant une puissance intermittente
  • etc.

source : TedxParis/YouTube

 » pour en savoir plus :  www.energiestro.fr