ECONOMIE

Fiscalité locale

Le Conseil économique, social et environnemental « pour une réforme globale de la fiscalité locale »


Le CESE appelle à engager rapidement une réforme ambitieuse de la fiscalité locale, pour sauvegarder l’intérêt général Souvent remanié, parfois contesté mais jamais repensé, le système de fiscalité locale est aujourd’hui très majoritairement jugé obsolète. L’ensemble des acteurs s’accorde en effet pour critiquer la complexité de la fiscalité locale et invoquer la nécessité de la réformer.

Le système de fiscalité locale est aujourd’hui inadapté. De corrections mineures en réformes partielles, aucune action globale ambitieuse n’a été menée depuis 35 ans. Il convient dès lors de réformer en profondeur un système fiscal dont l’objectif reste de financer le fonctionnement des politiques et services publics d’intérêt général (déplacements en bus ou en train, accès à l’école, au lycée, à l’université, eau potable, gymnase, théâtre, bibliothèque, ramassage des déchets ménagers ou encore couverture internet, etc.).

Evaluer – Dialoguer – Réformer, telle est la méthode que propose le CESE dans son avis « Pour une réforme globale de la fiscalité locale » afin de rétablir une fiscalité locale juste, pérenne et efficiente. Pour construire ce nouveau cadre rapidement, le CESE suggère l’organisation d’états généraux de la fiscalité locale et formule plusieurs recommandations parmi lesquelles :

  •  Simplifier et clarifier l’architecture du système
    Le CESE préconise, dans le cadre d’une réforme globale de la fiscalité nationale, de simplifier l’architecture du système de la fiscalité locale, en concentrant les ressources fiscales sur deux des quatre strates de collectivités locales actuelles. À titre d’exemple, le déplacement de la fiscalité du « bloc communal » vers le « bloc intercommunal » renforcerait la cohérence de gestion et la solidarité entre les collectivités d’un même territoire de vie, et donnerait aux élus plus de moyens au service d’une réelle autonomie d’action de leurs collectivités respectives.

  • Financer plus justement l’action des collectivités locales
    Le CESE estime que l’affectation, aux collectivités locales en fonction de leurs principales compétences, d’une part de la collecte d’impôts nationaux dits dynamiques, permettrait de remédier aux disparités de potentiel fiscal qui s’accentuent entre territoires.
    Cette meilleure répartition des recettes fiscales nationales pourrait s’exprimer concrétement par l’affectation d’une part de TVA aux régions, corrélativement à leur compétence de développement économique, ou encore par l’affectation d’une part de CSG aux départements, en lien avec leur compétence sociale.

  • Renforcer la solidarité entre les territoires
    La future loi-cadre sur la fiscalité locale devrait intégrer une réforme complète du système de péréquation. Il conviendrait d’insister sur sa simplification, de privilégier le recours à la péréquation verticale, de prévoir un dispositif d’évaluation permanente de son fonctionnement et de son efficacité, et d’instaurer une gouvernance partagée entre l’Etat et les collectivités locales.

  • Faire évoluer les rapports entre l’Etat et les collectivités locales ainsi que les rapports entre les collectivités locales et les habitants
    La Conférence nationale des territoires (CNT) pourrait initier un dialogue sur la répartition des recettes fiscales, et aurait la charge d’arrêter un accord triennal révisable annuellement. Le CESE préconise également la signature d’accords triennaux entre l’Etat et toutes les collectivités locales qui auront la responsabilité de lever l’impôt. Ils permettraient aux élus de bénéficier de lisibilité et incluraient un pacte de bonne gestion.
    Enfin, chaque collectivité en charge de lever l’impôt pourrait organiser des «Conférences citoyennes triennales sur le budget ». Y seraient associés habitants, syndicats, entreprises, associations, qui pourraient alors s’informer et s’exprimer sur les grandes hypothèses d’orientation envisagées par la collectivité.


Cet avis, rapporté par Jean-Karl DESCHAMPS (Groupe des Associations) et Didier GARDINAL (Groupe des Entreprises), pour la section de l’économie et des finances du CESE, présidée par Hélène FAUVEL (Groupe CGT- FO), a été présenté lors de l’assemblée plénière du Conseil économique, social et environnemental du 10 avril 2018.
L’avis a été adopté en plénière avec 141 voix pour, 27 abstentions et 3 voix contre.

Travailleurs indépendants

Obligation d'affiliation à la Sécurité sociale

Illustration 1 Logo Assurance maladie

La Sécurité sociale des indépendants a publié le 24 février 2018 un communiqué de presse dans lequel elle rappelle que les travailleurs non salariés ont l'obligation de s'affilier à la Sécurité sociale des indépendants. Elle invite ceux qui auraient engagé une procédure de désaffiliation à contacter leur agence locale pour rétablir leur situation.

La Sécurité sociale pour les indépendants qui a succédé le 1er janvier 2018 au Régime social des indépendants (RSI) assure une mission de service public pour les artisans, les commerçants et les professionnels libéraux actifs et retraités et leur famille : assurance maladie-maternité, indemnités journalières, retraite, invalidité-décès, prévention santé et action sanitaire et sociale.

Elle intervient pour le compte du régime général de la Sécurité sociale : l'Agence centrale des organismes de Sécurité sociale (Acoss) et son réseau d'unions de recouvrement des cotisations de Sécurité sociale et d'allocations familiales (Urssaf), l'Assurance maladie et son réseau de caisses primaires d'Assurance maladie, l'Assurance retraite et son réseau de caisses d'Assurance retraite et de la santé au travail (Carsat).

L'Occitanie confirme le potentiel et l'attractivité de son territoire

Investissements Directs Etrangers (IDE)

Business France a présenté mardi 3 avril le bilan 2017 des investissements internationaux en France, réalisé avec les agences régionales de développement économique. En se classant au 3e rang des régions françaises en nombre de projets d'investissement étrangers accueillis et au 5e rang en termes d'emplois créés ou maintenus, Occitanie / Pyrénées-Méditerranée confirme le potentiel et l'attractivité de son territoire auprès des opérateurs étrangers. Elle est par ailleurs 1ère du classement sur le volet production.OCCICapture

 Dans le cadre de sa Stratégie Régionale pour l'Emploi et la Croissance, la Région a fait de l'attractivité une de ses priorités. Il s'agit de promouvoir le potentiel régional - entreprises, savoir-faire, productions, qu'elles soient industrielles, agroalimentaires ou agricoles, universités et laboratoires - afin d'inciter les entreprises à investir, à s'installer et à créer de l'emploi pérenne en Occitanie. La Région se mobilise ainsi pour faciliter l'installation, la construction ou l'extension, le recrutement, la recherche et l'innovation des entreprises étrangères.

 Cette mobilisation régionale sur l'attractivité territoriale porte ses fruits. L'étude de Business France, réalisée en lien avec l'agence régionale AD'OCC, montre qu'au cours de l'année 2017, 140 projets étrangers ont permis la création ou le maintien de 3 349 emplois. A ce titre, sur la période étudiée, la région Occitanie pèse 10% du nombre total d'emplois liés aux investissements étrangers en France. Cette performance témoigne de la montée en puissance du territoire puisqu'en 2016 la région comptabilisait 120 projets pour 2 519 emplois créés ou maintenus.

 En 2017, les projets d'extension de sites sont majoritaires et représentent près des trois quarts des investissements, ce qui confirme la capacité du territoire à pérenniser et à développer les investissements qu'il accueille.

 Du côté des secteurs d'activité, l'Occitanie a attiré 38% des projets et 40% des emplois liés à des investissements étrangers dans le secteur des « matériels aéronautiques, navals et ferroviaires » (1ère région française) ainsi que 20% des projets et 23% des emplois sur le volet « agroalimentaire, agriculture, pêche ».

 Par ailleurs, Occitanie / Pyrénées-Méditerranée est la 1ère région française en matière d'accueil de projets de production (ex-aequo avec Grand Est), avec 17% des projets accueillis au niveau national. Le territoire est également attractif sur le plan de la logistique, avec 15% des projets (2e région après Ile-de-France), ce qui confirme la pertinence de la création d'un Cluster dédié pour accompagner le développement et l'attractivité de la filière. Sur le volet R&D, 12% des projets accueillis en France sont basés en Occitanie, ce qui la place au 3e rang des régions françaises sur ce segment.

 Concernant la provenance des investissements étrangers enregistrés en 2017, Etats-Unis (26 projets et 559 emplois), Allemagne (17 projets et 276 emplois) et Italie (14 projets et 173 emplois) confirment les liens étroits du territoire avec ces partenaires historiques. Dans ce classement, d'autres partenaires étrangers témoignent de leur intérêt pour le territoire régional. L'Occitanie représente ainsi 33% des projets d'investissements marocains, et respectivement 23% et 13% des emplois créés par la Chine et le Japon sur le territoire national en 2017.

Ainsi, dans la perspective de renforcer ses relations avec les investisseurs étrangers, la Région étoffe son offre d'accompagnement des entreprises dans leur installation sur son territoire, en mobilisant et en coordonnant tous les acteurs publics et privés autour d'une stratégie commune : pour chaque projet, le territoire d'Occitanie doit apporter une réponse pertinente et qualitative, qui sera déterminante dans le choix d'implantation sur le territoire.

 

« Ce nouveau palmarès réalisé par Business France avec notre agence AD'OCC illustre une fois encore, non seulement le potentiel de notre territoire en termes de localisation, de compétences et d'infrastructures, mais également la qualité de l'accompagnement du service public régional. Grâce à notre écosystème, à la pointe dans bien des domaines, et à nos savoir-faire d'excellence, nous montrons qu'il existe une place pour les productions de qualité et à forte valeur ajoutée. C'est le message que nous portons sur la scène internationale : il y ici en Occitanie tous les éléments réunis pour la création d'activité et de valeur. C'est la mission confiée à notre agence de développement économique AD'OCC, qui travaille sur l'attractivité du territoire pour faire connaître et valoriser ses atouts à l'international. Notre combat pour l'emploi nous conduits bien sûr à miser sur ces investissements venus de l'étranger. Dans cette compétition internationale pour attirer ces projets créateurs d'emplois, la Région poursuivra la dynamique engagée avec l'ensemble des partenaires, notamment l'Etat, afin que l'implantation soit facilitée et encouragée, évidemment d'un point de vue administratif mais également pour ouvrir tous les écosystèmes à ces entreprises étrangères, comme nos centres de formation, de recherche, d'enseignement supérieur... Voire même culturels et sportifs ! L'Occitanie est une terre d'accueil par excellence » souligne Carole Delga, présidente de la Région Occitanie / Pyrénées-Méditerranée.

  Les chiffres clés des investissements étrangers en Occitanie en 2017

- Plus de 1 200 entreprises étrangères

- Employant plus de 80 000 salariés

- 146 projets d'investissements décidés en 2017

- Dont 140 permettant la création ou le maintien de 3 349 emplois

- 3e région en nombre de projets accueillis

- 1ère région (ex-aequo avec Grand-Est) pour l'accueil de projets de Production

- 2e région pour l'accueil de projets de Logistique

- 5e en termes d'emplois créés ou maintenus

- 11% des projets accueillis en France

- 10% des emplois créés ou maintenus par des entreprises étrangères en France

Réaction de la CCI Hérault à l’annonce du Plan Mézard

Pour une redynamisation des cœurs de ville

La CCI Hérault salue l’annonce du Plan Mézardet des 5 milliards d’euros mobilisés, sur 5 ans, par l’Etat, la Caisse des dépôts, l’Agence de l’habitat et Action logement. 
 
"Nous souhaitons que cette initiative soit salutaire pour les bassins de vie de nos villes moyennes, car notre regard et notre action sur le développement économique, ne peuvent pas et ne doivent pas se limiter aux seules métropoles. " 
 
Depuis le début de sa mandature à la CCI de Montpellier, puis au sein de la CCI Hérault, le Président Deljarry a multiplié les initiatives, successivement dans le plan « Ambition Commerce », puis dans le plan de mandature « 100 % au Coeur de l’Eco - 100 % au Cœur de l’Hérault ». 
 
La politique de la CCI Hérault a ainsi toujours été guidée par le principe « pas de périphérie forte sans centre-ville fort ». 
 
Le Ministre Jacques Mézarden fait aujourd’hui le fondement de son plan en rappelant  «que les villes moyennes sont un vecteur essentiel de développement de nos territoires …/… Leur vitalité est indispensable car elle profite à l’ensemble de leur bassin de vie, et plus largement aux territoires urbains et périurbains environnants. Le coeur de ville, dans toute la diversité du tissu urbain français, est le creuset où se noue à la fois la vie civique, la vie économique, la vie sociale ».     La CCI Hérault agit au quotidien et en partenariat avec les collectivités, sur les 4 villes du Département de l’Hérault concernées aujourd’hui par le Plan de redynamisation des villes : Agde, Béziers, Lunel et Sète.  
 
Ceci autour des principaux axes structurants mis en avant par le Ministre de la Cohésion des territoires :   

 - Favoriser un développement économique et commercial équilibré  - Développer l’accessibilité, la mobilité et les connexions  - Mettre en valeur les formes urbaines, l’espace public. 
 
La CCI Hérault travaille ainsi en partenariat avec les villes et les commerçants sur 

• Des animations de cœur de ville comme le Grand Bazar à Béziers et Lunel et la Grande Escale à Sète 
• En réalisant des études sur les comportements d’achat, sur l’accessibilité aux commerces des villes  
• En organisant « visio commerce » à Sète et à Béziers pour mobiliser des enseignes complémentaires qui pourraient s’y implanter pour optimiser le parcours et le circuit marchand 
• En sensibilisant les commerces à la transition numérique grâce aux rencontres dédiées au e- commerce, à la e-réputation et au social-selling 
• En développant le Label Préférence Commerce, véritable outil de performance et de reconnaissance au service des commerçants  
• En développant le tissu associatif des commerçants permettant de réaliser des actions concertées et constructives sur des opérations d’animation commerciale ou de co-construction avec les mairies  
• En déployant le Plan Cameron en lien avec l’Etat et la Direccte sur le Biterrois  
• En rénovant le Parc des Expositions de Béziers en partenariat avec la Région, le Département et l’Agglomération de Béziers  
• En faisant la promotion de la création d’entreprise, de l’entrepreneuriat et de la transmission/reprise, grâce au travail des conseillers CCI au quotidien et au travers de deux grandes manifestations : La Place Créative en décembre et Entreprendre en biterrois en octobre.   

Le Président Deljarry et ses équipes de la CCI Hérault prendront contact au plus vite avec les Maires qui seront les pilotes de ce plan sur Agde, Béziers, Lunel et Sète. 

"Nous sommes convaincus que le succès de ce plan réside dans le travail partenarial, la connexion des acteurs entre eux et la volonté d’innover de manière agile."  a précisé le Président Deljarry.

Les Matinales de l'Artisanat

La Chambre des Métiers et de l'Artisanat de l'Hérault organise deux réunions d’information les 30 mars et 13 avril 2018 dans son siège à Montpellier.

A l'occasion de ces deux Matinales seront abordés les thèmes des marchés publics  et les micro-entreprises :

Le Vendredi 30 mars de 8h30 à 11h "Comment travailler en direct avec les administrations sans procédure de marché public ?". 

Cette conférence apportera un éclairage sur les règles relatives aux marchés de moins de 25 000 € HT et sur les bonne méthodes pour être identifié et référencé.

-  Le Lundi 13 avril de 8h30 à 11h  "Micro-Entreprises : ce qui va changer !". 
Depuis le 1er janvier 2018, le régime de la micro-entreprise s'est transformé. Cette conférence est l’occasion d’avoir un décryptage des nouvelles mesures et de choisir le meilleur régime.

Pour participer à la réunion sur les marchés publics le 30 mars, merci de bien vouloir remplir le formulaire disponible sur : http://bit.ly/2FqBaGY

Pour participer à la réunion sur les micro-entreprises le 13 avril, merci de bien vouloir remplir le formulaire disponible sur : http://bit.ly/2p32ccz

CMA - ZAC de Pierresvives, 154 Rue Bernard Giraudeau, 34080 Montpellier

Plus d'infos : 04 67 72 72 25

Avec CAPEB Hérault - RSI

La 5ème édition du Forum du Financement a attiré plus de 550 participants

Le Forum du Financement prouve cette année encore sa pertinence pour les chefs d’entreprise !  La journée fut dense  pour reprendre l’expression des chefs d’entreprise et partenaires au sortir du Forum du Financement ce 22 mars 2018.

En effet, ce sont plus de 800 rdv B to B qui ont été réalisés durant la journée. Plus de 1000 demandes avaient été enregistrées sur la plateforme d’inscription. Le succès fut tel que certains rdv n’ont pas trouvé de créneaux disponibles !

 

 

Les 300 chefs d’entreprise ainsi que les 250 collaborateurs appartenant aux différentes structures de financement ont fait de cette journée LE rdv incontournable pour le développement des TPE/PME. Les chefs d’entreprises ayant réussi à planifier en moyenne 4 à 5 rdv dans la journée.

Côté financeurs, la mobilisation n’a pas failli non plus : plus d’une cinquantaine de structures et experts ont honoré les nombreux rdv planifiés et spontanés : banques, assurances, cabinets de conseil, institutions, plateformes crowdfunding, business angels… répondant à des projets très qualifiés de croissance, d’innovation ou encore d’export.

Au-delà des conseils et contacts obtenus sur les stands, les chefs d’entreprises et dirigeants ont pu interagir lors d’ateliers participatifs traitant de thèmes d’actualités comme le crowdfunding, le financement par les fintechs ou encore la pertinente d’un avocat pour une levée de fonds. L’ensemble des ateliers a affiché complet ! La digitalisation de l’événement a également été appréciée des participants. Nombreux sont ceux qui se sont inscrits sur l’application du Forum et son social network, développant ainsi leur business de façon innovante.

L’édition 2018 a donc été un succès. Mais l’accompagnement ne s’arrête pas là. Les conseillers-experts CCI Hérault restent disponibles tout au long de l’année pour des rendez-vous individuels afin d’accompagner les chefs d’entreprises et les dirigeants tout au long de leur démarche de financement.

A propos de l’appui aux entreprises de la CCI Hérault La CCI Hérault soutient les entreprises en développement au travers d’un processus d’accompagnement transversal et personnalisé : Formalisation d’une feuille de route

> Identification des opportunités de business

> Anticipation des mutations du marché

> Optimisation de la compétitivité

> Elaboration de la stratégie financière Chaque année, c’est : - 3 000 participants aux rencontres B to B, ateliers et petits déjeuners d’informations organisés par la CCI - 1 300 projets de développement et de croissance accompagnés

Création d'entreprise: L'agglo Séte-Agglopole-méditerranée accueille une conférence à Vic la Gardiole, le 29 mars.

Séte-Agglopole-Méditerranée accueille l'association locale Initiative-Thau, pour une conférence sur la création d'entreprise:

ce jeudi 29 mars à 9 heures, à l'hôtel de ville de Vic la Gardiole.


Initiative-Thau est la représentante locale d'Initiative-France.
C'est une association de bénévoles, avec de nombreux partenaires:

  • L'ADIE: micro-crédit pour créer sa boîte.
  • L'AIRDIE: représentant local de France-Active est expert en financement des entreprises.
  • La CCI de l'Hérault: la Chambre de Commerce et de l'Industrie.
  • La CMA de l'Hérault: la Chambre des Métiers et de l'Artisanat.
  • Le CREALEAD: coopérative d'entrepreneurs.
  • La BGE: écosystème de partenaires institutionnels, privés ou publics, dédiés  à l'entreprise, l'initiative, la création et la reprise.

La création d'entreprise est un gisement important d'emploi.
Initiative France a contribué à créer 28 000 emplois et en consolider 26 000, avec un taux de pérennité à 91% à trois ans.
En particulier elle s'attache à aider aussi ceux pour qui il est plus dur de créer sa propre entreprise: les femmes, les personnes âgées de moins de 30 ans ou de plus de 45.
Elle souhaite par son action contribuer à la création, à la reprise, à l'innovation, à l'initiative, à construire l'économie de demain, par la création d'emplois.

Une pré-inscription par mail est requise: voir le site d'Intitiative-Thau.

RR

Regards Croisés sur l’Economie Bleue : opportunités et richesses

Dans le cadre du Festival Escale à Sète, André DELJARRY, Président de la CCI Hérault, 1er Vice-Président de la CCI Occitanie, organise une rencontre :

 
 Les propositions CCI pour l’avenir économique du Bassin de Thau" 
Mardi 27 mars de 14h à 15h30 Espace Partenaires du Festival, situé sur le Quai du Maroc 
 
La CCI Hérault, en présence des acteurs économiques du territoire, présentera ses actions en faveur des marqueurs forts d’attractivité :

• La destination Port de Sète et les croisiéristes 
• La plaisance, la filière du nautisme & les sports nautiques légers et le projet de la Zone Economique Nautique (ZEN)
• Les produits de la mer et de la lagune
• Les retombées sur le commerce de centre-ville.

Avec le CDI intérimaire, la Région et Adecco innovent

Avec le CDI intérimaire, la Région et Adecco innovent pour booster l'emploi et répondre aux besoins des entreprises

 Carole Delga, présidente de la Région Occitanie / Pyrénées-Méditerranée, et Pierre Lombard, Directeur Général des Opérations Adecco France, ont signé ce mardi 20 mars 2018, une convention en faveur de l'emploi et de la formation professionnelle en Occitanie.


L'emploi intérimaire, en progression de 10,2% en Occitanie en 2017, participe à la dynamique de reprise de l'emploi dans la région et constitue un levier de développement économique sur lequel la Région Occitanie souhaite aujourd'hui s'appuyer, en partenariat avec Adecco. Signée pour la période 2018-2019, la convention entre la Région et Adecco s'articule autour de 3 axes prioritaires :

-       Anticiper les métiers de demain, les besoins prospectifs des entreprises et les compétences à former,
-       Faciliter les démarches partenariales entre acteurs du territoire afin de mieux répondre aux besoins des filières, des secteurs et des entreprises, 
-       Innover, en créant des pratiques au service des publics en difficulté et des entreprises.

 « En réponse à la constante progression démographique de notre région, nous devons chaque année créer 22 000 nouveaux emplois. Il est aussi nécessaire de répondre aux besoins en compétences des entreprises qui peinent à recruter avec 15 000 offres d'emplois qui restent non pourvues sur notre territoire, faute de qualification. Ce nouveau partenariat avec Adecco va permettre de renforcer l'action de la Région pour relever ces défis notamment via le développement du CDI intérimaire et les pôles de compétences partagés pour renforcer la sécurisation des parcours professionnels et favoriser l'accès à l'emploi. Nous agissons concrètement et collectivement pour apporter aux entreprises les compétences nécessaires à leur développement, pour les aider à faire face aux évolutions technologiques, et pour faire du combat pour l'emploi une réussite pour tous », a déclaré Carole Delga.

 « Nous sommes très heureux d'unir nos forces avec la Région sur le terrain de l'emploi. Nous sommes en effet convaincus que les politiques d'emploi doivent être menées au niveau local. Pour favoriser l'accès à l'emploi de chacun, sécuriser les parcours professionnels, répondre aux pénuries de compétences et préparer les métiers de demain, nous misons sur la formation professionnelle et sur des innovations telles que le CDI intérimaire et les Pôles de Compétences Partagées », a déclaré Pierre Lombard, Directeur Général Opérationnel d'Adecco.

OCCICapture

 2 atouts pour booster l'emploi et répondre aux besoins des entreprises régionales

Le CDI Intérimaire est un des principaux leviers sur lequel la Région et Adecco souhaitent s'appuyer dans le cadre de cette convention. Ce type de contrat alterne des périodes de missions dans les entreprises et des « intermissions ». Il  permet aux salariés d'envisager plus sereinement leur avenir professionnel et personnel, avec une garantie mensuelle de rémunération, tout en sécurisant leur parcours professionnel. Le CDI intérimaire continue son importante progression (+82,4 % sur un an) pour concerner près de 26 400 contrats fin 2017 en France, dont 48% signés par Adecco. En Occitanie, Adecco a signé près de 600 CDII sur un total d'environ 1000.

 Autre dispositif que la Région Occitanie et Adecco souhaitent développer pour favoriser la montée en compétences des salariés et offrir une solution ressources humaines souple et efficace aux entreprises : les pôles de compétences partagées (PCP).  Les pôles de compétences partagées réunissent les entreprises d'un même secteur d'activité pour lesquelles le groupe Adecco s'engage à mettre à disposition un groupe de 50 à 100 collaborateurs en CDI intérimaires, recrutés et formés avec le concours des entreprises.  4 PCP existent d'ores-et-déjà en Occitanie : à Montpellier et Toulouse sur le secteur du BTP, à Montauban autour de la logistique et à Toulouse dans le tertiaire. Des projets de création sont en cours à Moissac, à Nîmes, à Castres ou encore à Montpellier et Toulouse.

 Au-delà de ces outils, la Région Occitanie / Pyrénées-Méditerranée et Adecco s'engagent également à collaborer pour mutualiser leurs ressources sur l'évolution des besoins en compétences et des métiers en tension, renforcer les liens entre Adecco et les organismes de formations partenaires de la Région pour créer des passerelles directes de recrutement ou encore pour favoriser le recours au CDI Intérimaire pour les publics possédant un faible niveau de qualification, notamment dans les formations de l'Ecole régionale du numérique créée par la Région.

 L'emploi intérimaire en Occitanie

 "En décembre 2017, la région Occitanie comptait 56 400 intérimaires, soit une progression de 10,2% sur un an (contre 6,6% en moyenne dans l'hexagone)*. Le secteur tertiaire concentre le plus grand nombre d'intérimaires avec 39% de la part totale, notamment dans la construction. La plupart des intérimaires en Occitanie sont des ouvriers qualifiés. Une proportion en forte augmentation, le nombre d'ouvriers qualifiés employés pour des missions courtes ayant augmenté de près de 16% en un an. 

*Statistiques Pôle Emploi (février 2018)

Taux de chômage en France

Selon l'Insee, Chômage au sens du BIT et indicateurs sur le marché du travail (résultats de l’enquête emploi) (BIT) - quatrième trimestre 2017

En moyenne sur le quatrième trimestre 2017, le taux de chômage au sens du BIT est de 8,9 % de la population active en France (hors Mayotte), son plus bas niveau depuis début 2009 : il baisse ainsi de 0,7 point après +0,2 point au trimestre précédent. Par rapport au quatrième trimestre 2016, la baisse est de 1,1 point, la plus forte depuis le premier trimestre 2008.

En France métropolitaine, le nombre de chômeurs diminue de 205 000 au dernier trimestre 2017, à 2,5 millions de personnes ; le taux de chômage baisse ainsi de 0,7 point par rapport au trimestre précédent, à 8,6 % de la population active. Dans le même temps le taux d'emploi augmente de 0,6 point et le taux d'activité est quasi stable (+0,1 point). Le taux de chômage diminue pour toutes les tranches d'âge, en particulier les jeunes et les 25-49 ans.

    1. Fin 2017, le taux de chômage en France diminue de 0,7 point à 8,9 % de la population active
    2. Le chômage de longue durée baisse nettement
    3. Le taux d'emploi augmente de 0,6 point entre les troisième et quatrième trimestres 2017
    4. La part du sous-emploi dans l'emploi diminue
    5. Le taux d'activité est quasiment stable
Tableau de bord de la conjoncture : https://www.insee.fr/fr/statistiques/2107840

Selon l'INSEE la France garderait la cadence

Une analyse de la situation et des perspectives à court terme de l’économie française et de son environnement international, en deux dossiers, vingt-et-une fiches thématiques et des éclairages sur des questions d’actualité.

Pour cette édition de décembre 2017, l’horizon de prévision s’étend jusqu’au deuxième trimestre de l’année 2018 par l'Insee.

Courir après les marchés

"Depuis la fin 2016, l’activité française garde une cadence soutenue (+0,5 à 0,6 % par trimestre), dans un contexte de croissance relativement homogène au sein de la zone euro. Les chefs d’entreprises français sont résolument optimistes selon les enquêtes de conjoncture : le climat des affaires a atteint en novembre 2017 son plus haut depuis début 2008."

"Dans un environnement mondial qui reste porteur, la France poursuivrait donc sur sa lancée au cours des prochains trimestres (+0,6 % fin 2017, +0,5 % début 2018, puis +0,4 % au printemps). La croissance annuelle atteindrait +1,9 % en 2017 et l’acquis pour 2018 serait de +1,7 % à mi-année".

"L’économie française serait tirée par la demande intérieure, en particulier l’investissement des entreprises, et malgré un ralentissement du pouvoir d’achat des ménages en début d’année. Grâce aux exportations agricoles et au tourisme, le commerce extérieur cesserait quant à lui de peser sur la croissance mi-2018."

Lire tout le rapport : sur : COPIER : https://www.insee.fr/fr/statistiques/3292329?sommaire=3292415/