ECONOMIE

La Nuit des Territoires : la transition numérique

 

E-SignDécouvrez comment les entreprises et les collectivités s’approprient les nouveaux usages numériques et intègrent ces technologies sur les territoires de l’Hérault et de l’Occitanie. Les enjeux de l’e-tourisme, l’e-commerce et l’e-santé... sont abordés avec les témoignages de chefs d’entreprise et de collectivités qui misent sur cette transition numérique.
Quelles infrastructures sont nécessaires pour optimiser les usages numériques dans les entreprises et les collectivités ? Haut débit, très haut débit ou simplement l'accès à internet et au réseau mobile ? Quelles sont les opportunités du numérique pour les territoires ruraux ? Le tourisme, la santé, le commerce ... des secteurs clés sur notre territoire dont le numérique est aujourd'hui totalement intégré dans leur développement.
La CCI Hérault organise la 4éme Nuit des Territoires en partenariat avec le Conseil départemental de l’Hérault, l'Agglomération Béziers Méditerranée et l'Agglomération Hérault Méditerranée

La Nuit des Territoires 2017
Mardi 05 décembre 2017 de 18h00 à 20h00 - Moulin des Evêques, avenue du 8 Mai 1945, 34300 Agde
La participation est gratuite mais l'inscription est obligatoire.  Cliquez ici pour vous inscrire !

Initiative Thau et ses partenaires pour vous aider à créer une entreprise

Initiative Thau et ses partenaires animaient une conférence à Mèze ce jeudi 16 novembre pour vous montrer comment ils peuvent vous aider à créer une entreprise et à la développer.

entDSC_0007 (46)

Autour d’Initiative Thau, en partenariat avec Sète agglopôle Méditerranée, l’on notait la présence de partenaires comme l’ADIE, l’AIRDIE, la CCI de l’Hérault, la Chambre de métiers et de l’Artisanat, la BGE et CREALEAD.

entDSC_0009 (37)

Face au chômage, la création d’entreprise peut être une solution pour créer son propre emploi, mais entrer dans cette démarche peut être un véritable parcours du combattant.

Cette conférence avait pour objectif de présenter les grandes étapes de la création d’entreprise. La création d’une entreprise est un projet qui nécessite beaucoup d’investissements personnels (il en faut d’ailleurs tout au long de la vie de l’entreprise) et des prises de décisions importantes.

Le créateur d’entreprise a parfois un peu de mal à savoir par où commencer et surtout comment s’y prendre.

Mais de nombreuses structures sont à votre disposition pour franchir les les étapes clés de la création d’entreprise afin que vous puissiez prendre connaissance du parcours à suivre et avoir un fil conducteur dans votre démarche de création. Les principaux acteurs de la création présentaient les différents dispositifs existants et les aides financières mobilisables.

Une seule idée à retenir : faites-vous accompagner pour votre projet d’entreprise !

ESMA Aviation Academy

 Interview de Sébastien Cazi, MTO Manager

L’ESMA Aviation Academy est l’un des fleurons des écoles Montpelliéraines. Elle est la seule école aéronautique multidisciplinaire en Europe depuis 1988.  Son but est de préparer les étudiants qui souhaitent faire carrière au sein des différents métiers de l’air. Aujourd’hui, nous rencontrons Mr Sébastien CAZI, manager MTO, qui va nous en dire un peu plus concernant cette école.

Thau-infos : Quels sont les métiers que vous préparez à l' ESMA Avation Academy ?

Sebastien CAZI : L’ESMA est une école pluridisciplinaire qui forme a l’ensemble des métiers de l’aéronautique. Il y a 4 secteurs d’activité :  CCTO (hôtesses et stewards), GTO (Métiers de l’aéroport), ATO (Pilotes) et MTO (Techniciens Maintenance).

 En ce qui concerne le MTO nous formons au BAC PRO ; BTS ; Mention complémentaire et licence PART 66 (B1.1 et B2)

 Thau-infos : Quelle est la Définition de MTO, la section que vous managez ?

Sebastien CAZI : MTO (Maintenance Training Operation

 Thau-infos : Quel est votre poste et depuis combien de temps travaillez vous à l’ESMA ?

Sebastien CAZI : Responsable des formations maintenance et j’y travaille depuis 4 ans.

 Thau-infos :  Quelles sont les qualités et les diplômes nécessaires pour assurer votre fonction ? 

Sebastien CAZI : Pour exercer ce métier, il faut de la rigueur, de la discipline, de la pédagogie, aimer le travail en équipe, prendre les bonnes décisions. Les diplômes nécessaires sont avant tout d’avoir de l’expérience significative dans le domaine de la maintenance aéronautique, et de l’expérience pédagogique (enseignement). Avoir à minima un Bac +2, parler anglais.

Thau-infos : Quel chemin avez vous suivi pour arriver à cette fonction ? 

Sebastien CAZI : J’ai tout d’abord étais militaire (Aéronaval) en tant que technicien Électro-mécanicien pendant 10 ans, puis j’ai intégré l’ESMA en tant qu’instructeur avionique.

Deux années plus tard, j’obtenais le poste de responsable pédagogique adjoint. Depuis, j’exerce en tant que responsable des formations maintenance Aéronautique.

 Thau-infos: Combien d’étudiants se trouvent à l’Esma Toutes sections confondues ? En MTO ?

Sebastien CAZI : Le chiffre exact du nombre d’élèves, étudiants, apprentis, stagiaire se trouvant à l’ESMA est difficilement chiffrable car les formations n’ont pas les mêmes durées en fonction des secteurs. Actuellement nous avons, au MTO, 104 étudiants dont 38 apprentis.

Thau-infos : Vous avez certainement donné des cours dans d’autres établissements, citez en quelques uns …

Sebastien CAZI : En effet, j’ai commencé l’instruction comme militaire, je formé les nouvelles recrues sur la sécurité des vols et enseigné ma spécialité d’électricien avion à tous les militaires de mon service.

Thau-infos : Que pensez vous de la région dans laquelle est implantée l’ESMA ?

Sebastien CAZI : La région est superbe, ensoleillée presque toute l’année. Le secteur d’activité aéronautique est croissant dans son développement.

Thau-infos : Quelles sont les nouveautés cette année et quel avenir pour la section MTO ? Nouvelles classes etc ?

Sebastien CAZI : Cette année, la nouveauté a été de permettre aux BTS ESMA sortants, de leur faire passer la licence PART 66 dans notre établissement.
Autre nouveauté, le passage du Brevet d’Initiation à l’Aéronautique (BIA) en partenariat avec l’éducation nationale.
L’avenir pour le MTO est très fleurissant, car nous allons tout d’abord, continuer sur nos formations existantes, puis créer de nouvelles perspectives de carrière à nos jeunes élèves/étudiants, avec des accès privilégiés dans les entreprises (VALLAIR, SABENA TECHNICS, les Ateliers Industriels des Armées (AIA), la Direction Générale de l’Armement (DGA),….) soit pour un poste d’apprenti, soit pour une embauche directe après les études.
Nous allons créer, pour la rentrée 2018, une licence Professionnelle Avionique (BAC +3) avec le partenariat de l’IUT de Montpellier, qui se fera uniquement par la voie de l’apprentissage.
Nous devrions aussi, voir fleurir, un partenariat avec l’Institut BELLEVUE à Alès, afin de mettre en place une seconde générale option Aéronautique qui donnera accès aux élèves passionnés et motivés par l’aviation et qui souhaiterons intégrer l’ESMA pour la suite de leurs études.

Thau-infos : Qu’avez vous à dire aux étudiants qui voudraient se tourner vers l’Aéro ? 

Sebastien CAZI : Pour tous les passionnés d’aéronautique, j’aimerais, tout d’abord, leur dire que le monde aéronautique est quelque chose de passionnant et enrichissant dans toute sa carrière.
Si l’on veut intégrer l’aviation dans la maintenance ou pour une autre spécialité, il vous faudra, de la curiosité, de la disponibilité et une envie de faire de son rêve « un métier » avec beaucoup de responsabilité dès le début de son apprentissage.
L’aéronautique est un domaine dans lequel, les technologies évoluent à très grande vitesse, c’est pour cela que je dirais que l’on doit s’adapter à toutes les nouveautés industrielles et électroniques embarquées.

 Thau-infos : Que conseilleriez vous aux jeunes de façon à ce qu’ils puissent aborder ces métiers dans les meilleures conditions ?

Sebastien CAZI : Le conseil que je peux donner est qu’il faut de la persévérance et avoir le sens du travail en équipe.

Les futurs techniciens en aéronautique doivent savoir que durant toute leur carrière, ils devront alliés « le cerveau» et « les mains » car ils seront toujours en quête d’apprentissage par les manuels et autres formations, ainsi que la technicité manuelle pour effectuer certaines opérations délicates.
L’assiduité et la discipline vont de pairs pour nos métiers.

 Thau-infos : Pour quelles raisons a - t - on mis en place les baptêmes de promotion, d’où est venue cette idée, et quel en est l’intérêt ?

Sebastien CAZI : Les baptêmes de promotion ont été mis en place depuis 2015 pour faire ressentir aux élèves MTO de l’ESMA l’importance d’appartenir au domaine aéronautique ayant une histoire fabuleuse (de la naissance de l’aviation à nos jours). Cette idée est l’œuvre de M. BRAVO, Vice président à ce jour qui souhaitait voir les jeunes techniciens fraichement diplômés recevoir un nom de baptême propre à un célèbre personnage dévoué à l’aéronautique.
L’intérêt pour les élèves est qu’il puisse mesurer l’importance d’appartenir à une famille aéronautique.

 Thau-infos : Pour enseigner aux Bac et BTS il faut disposer du même diplôme . Quel est le votre ?

Sebastien CAZI : Pour enseigner il faut avoir les qualifications requises pour cet enseignement. J’ai pour ma part suivi les cours de l'école d’ingénieur en Opto-électronique mais ayant  ayant intégré mes classes militaires l’année du diplôme, je n'ai pas pu valider celui-ci. J’ai mis en application cet enseignement et accumulé de l'expérience dans les nombreux pays  où j'ai pu apprécier et découvrir : Sénégal, Tchad, Côte d’Ivoire, Chypre, Mexique, Maroc, Italie, …)

 Thau-infos : Quel serait le conseil que vous donneriez à nos lecteurs ?

Sebastien CAZI : L’aviation est un métier de passion et de découvertes. Il ne faut pas hésiter à voyager et profiter de toutes les opportunités pour acquérir des connaissances et de l'expérience. il faut  aller au bout de ses projets et ne jamais se décourager. La maintenance est en plein essor et recherche des futurs jeunes techniciens pour acquérir des responsabilités et évoluer au sein de celle-ci.

 

L' attribution des concessions de plage pour Sète

L’Etat a concédé à la ville de Sète l’exploitation, l’aménagement et l’entretien des plages naturelles de son lido, sur une superficie de plus de 86 hectares, pour la période de 2010 à 2021.

La ville de Sète est donc autorisée à utiliser une partie de ces espaces concédés pour y installer et exploiter des activités destinées à répondre aux besoins du service public balnéaire, tout en respectant, selon la loi, l’usage libre et gratuit des plages, leur maintien, ainsi que les impératifs de préservation des sites et paysages du littoral et des ressources biologiques. Sète compte 12 km de plage.

Seulement 1,4% de la plage est attribué à des concessions alors que la loi autorise jusqu’à 20%. Quatorze concessions ont été attribuées pour 6 ans. Elles sont désormais parvenues à leur terme. Le Conseil municipal a donc décidé de relancer fin 2017 une nouvelle  consultation  en vue de l’attribution de 15 lots (n° 2 à 16) pour les 4 années restantes.

La procédure d’attribution Après un appel à concurrence, l’examen des candidatures a été réalisé par la commission de délégation de service public. A l’issue des négociations qui ont eu lieu entre la Ville et les postulants en octobre dernier, les projets ont été notés sur leurs aspects économiques, esthétiques, et sur la qualité des services proposés.

Les lots ont été attribués aux candidats qui ont obtenu les meilleures notes, sauf deux d’entre eux, le lot n°2 Corniche et le lot n°15 Lido Ouest, qui se sont avérés infructueux et qui feront l’objet d’une nouvelle procédure de relance. 

 plagCapture 3 lots ont été attribués à de nouveaux établissements :

• Lot n°5 Fontaine, attribué à la SARL MGPS pour un mini-golf
• Lot n°9 Lido Est, attribué à la SARL 3 M
• Lot n°11 Lido Est, attribué à la SARL BCDG


La Ville a veillé à ce que chaque établissement ait une identité propre, de manière à offrir aux usagers des propositions diversifiées. Elle a également demandé aux exploitants qui ont été reconduits d’engager les investissements nécessaires à l’évolution de leur structure et à son entretien. Les dates d’ouverture et de fermeture restent inchangées, de Pâques au 1er octobre de la même année.  Contribuer à l’entretien des plages Pour répondre à l’observation de la Cour des comptes, les tarifs des concessions ont sensiblement augmenté (+51%).

L’entretien de ces plages coûte chaque année à la Ville près d’un million d’euros. Les redevances versées par les plagistes à la Ville se sont élevées en 2016 à environ 200 000 euros. Ces recettes permettent de contribuer pour une petite part à l’entretien de ces espaces naturels. Des retombées économiques Les concessions de plage sont créatrices d’emploi.

Plus de 200 personnes y sont employées chaque année. Elles sont aussi source d’attractivité et répondent à une demande croissante d’entreprises et de vacanciers en recherche d’espaces aménagés, disposant de services et d’un certain confort. Elles font également partie de l’offre culturelle estivale. De nombreux festivals intègrent dans leur programmation des rendez-vous dans ces lieux conviviaux.

Jeux d’enfants (activités sportives et aires de loisirs) à la Corniche
 
SARL Fantasy Park
 
Fontaine , Location de matériels (transats, matelas, parasols) avec restauration SARL LES SALINES
 
                Jeux d’enfants (activités sportives et aires de loisirs) , SARL M.G.P.S
 
Lido-Est
 
 
Location de matériels (transats, matelas, parasols) avec restauration  SARL L’OURAGAN
 
 
Location de matériels (transats, matelas, parasols) avec restauration  SARL ARCHE A.C.D.
 

Location de matériels (transats, matelas, parasols) avec restauration  SARL LA PAILLOTE
 
Location de matériels (transats, matelas, parasols) avec restauration  SARL 3 M
 
 
Location de matériels (transats, matelas, parasols)  avec restauration  SARL CABANON DE LA PLAGE
 
 
Location de matériels (transats, matelas, parasols)  avec restauration  SARL B.C.D.G.
 
Lido Centre
 
Location nautique avec ou sans engins motorisés SARL L’INSTANT NAUTIQUE
 
Location de matériels (transats, matelas, parasols)  avec restauration  SARL LA PRAIA
 
 Location de matériels (transats, matelas, parasols)  avec restauration  SARL LA VOILE ROUGE
 
Lido Ouest
 
 Location nautique avec ou sans engins motorisés   SARL CAP CARAIBES

 

Infructueux : Lido Ouest : Location de matériels (transats, matelas, parasols)  avec restauration  
 
1000 m²
 
15.000 €
 
Infructueux

Corniche : Location de matériels (transats, matelas, parasols) avec restauration  
 
800 m²
 
25.000 €
 
Infructueux

Les Journées de l'OPPE 2017 « Rebondir pour mieux entreprendre »

Pédagogie active et entrepreneuriat

Les Journées de l'OPPE 2017 « Rebondir pour mieux entreprendre »
30 novembre et 1er décembre 2017, à Montpellier

 

 La 16ème édition des Journées de l'Observatoire des Pratiques Pédagogiques en Entrepreneuriat (OPPE) aura lieu, à Montpellier, les 30 novembre et 1er décembre 2017.

Ces journées proposeront notamment à tous les professionnels de l'enseignement, de la sensibilisation et de l'accompagnement à l'entrepreneuriat mais aussi à des étudiants, une réflexion, des bonnes pratiques et des échanges sur le thème « Rebondir pour mieux entreprendre ». Cette manifestation est organisée par l'AFE, en partenariat avec le Conseil Régional Occitanie et le Labex Entreprendre de l'Université de Montpellier.

 Etudiant(e) en quête de projet, serial entrepreneur(e), salarié(e) en reconversion professionnelle, tous connaîtront au cours de leur vie des phases de rebond. Comment y faire face ? Existe-t-il un apprentissage, des pratiques pour s'y préparer ? Comment s'ouvrir à de nouvelles opportunités ? Vers qui s'adresser ?

 Des enseignants, étudiants et entrepreneurs témoigneront de leurs expériences et des enrichissements qu'ils en ont tirés.

 DEUX JOURS D'ÉCHANGES POUR FAIRE ÉVOLUER LA PÉDAGOGIE EN MATIÈRE D'ENTREPRENEURIAT

Voie d'insertion professionnelle sans pareille pour les jeunes, l'entrepreneuriat voit sa place désormais reconnue dans le système éducatif français et il faut s'en féliciter. Comme chaque année, les journées OPPE proposeront aux participants de vivre des moments d'échanges, de capter de nouvelles pratiques / postures et de trouver de nouvelles clés pour sensibiliser les jeunes à l'entrepreneuriat.

 Au programme de ces journées de l'OPPE :

-          Des tables rondes et des débats articulés autour de la thématique du rebond animés par 12 intervenants et experts sur les questions d'entrepreneuriat dont :

  • Pierre Alzingre, co-fondateur de l'entreprise sociale Tous Entreprenants,
  • Olivier Torres, professeur à l'Université de Montpellier et à Montpellier Business School
  • Stephanie Gottlib-Zeh, présidente du 1er fonds d'investissement Sport-Tech en France.
  • Isabelle Deprez, Entrepreneure et coach certifiée
  • Fred Colantonio, conférencier et coach professionnel

-          Des ateliers et des workshops conçus de manière interactive afin que les participants puissent échanger, identifier les bonnes pratiques et partager leurs (retours d') expériences.

??? Programme & Inscription

 POURQUOI S'INSCRIRE ?

Les journées OPPE permettent aux participants de :

· mettre en place dans leurs structures et territoires de nouvelles pratiques et actions découvertes lors de l'événement ;

· construire des programmes de formation s'inspirant des bonnes pratiques présentées ;

· mieux comprendre le fonctionnement du monde de l'enseignement et l'écosystème entrepreneurial.

 Alain Belais, directeur général de l'AFE - « L'objectif des journées de l'OPPE est certes de faire évoluer la pratique pédagogique en matière d'entrepreneuriat mais il s'agit moins de transformer les jeunes en créateurs d'entreprise - tant mieux si c'est le cas - que de développer chez eux l'esprit d'entreprendre. Il s'agit de leur permettre d'être acteurs d'un projet de vie et peut-être surtout, de leur donner la chance de regarder l'avenir avec optimisme ! ».

 Pour cette 16éme édition, l'OPPE offre 50 inscriptions pour les enseignants du secondaire afin de participer aux journées. Pour cela contacter le service du DAFPIC de Montpellier :
Cette adresse e-mail est protégée contre les robots spammeurs. Vous devez activer le JavaScript pour la visualiser.

 Qu'est-ce que l'OPPE ?

 L'OPPE est un programme fondé en 2001 par les pouvoirs publics pour connaître les dispositifs entrepreneuriaux mis en place dans l'appareil d'enseignement secondaire et supérieur. Aujourd'hui, il est davantage un outil de mutualisation, de promotion et d'échanges autour des pédagogies entrepreneuriales, au service, des établissements, des enseignants, des étudiants, des réseaux d'accompagnement à la création d'entreprise et des institutions.

 À propos de l'Agence France Entrepreneur (AFE)

L'Agence France Entrepreneur (ex APCE) a pour objet de renforcer et mieux coordonner l'action nationale et locale en faveur de l'entrepreneuriat, prioritairement en faveur des territoires fragiles. Son action vise en priorité à :

  • favoriser les créations et les reprises d'entreprises plus pérennes et créatrices d'emploi ;
  • aider au développement des très petites entreprises (TPE) et des petites et moyennes entreprises (PME) qui créent de l'emploi ;
  • innover pour créer un cadre plus favorable à l'initiative économique.

 L'AFE a pour membres fondateurs, l'Etat, la Caisse des Dépôts (CDC), Régions de France, le Conseil supérieur de l'Ordre des experts-comptables (CSOEC), CCI France et l'Assemblée permanente des Chambres des métiers et de l'artisanat (APCMA).

http://www.afecreation.fr

Port de Sète/Usine Saipol : des avancées votées au Sénat

Ce mercredi 8 novembre 2017 , le Sénat a poursuivi l'examen du projet de loi mettant fin à la recherche ainsi qu'à l'exploitation des hydrocarbures conventionnels et non conventionnels et portant diverses mesures relatives à l'énergie et à l'environnement.

Un texte qui concerne particulièrement le Port de Sète et le site Saipol.

En lien avec la Région et la Communauté d’Agglomération Sète Agglopole, Marie-Thérèse Bruguière, sénatrice de l’Hérault, s’est mobilisée et a fait voter, à l'unanimité, par la Haute-Assemblée une mesure importante pour l’activité locale.Capture

. Le 13 octobre 2017, par le groupe alimentaire Avril, des mesures de chômage partiel pour 2018 dans les usines de sa filiale Saipol, en raison de la « menace » que fait peser la réouverture du marché européen au biodiesel argentin.

Ce dispositif, qui court sur six mois renouvelables à compter de février 2018, concerne environ 250 des 600 salariés de Saipol, répartis dans l'ensemble des cinq usines d'estérification de la filiale en France, dont l'une est située à Sète.

Photo de Mme Marie-Thérèse Bruguière, sénateur de l'Hérault (Occitanie)

"Étant donné que les biocarburants non durables et subventionnés sont majoritairement produits dans des installations mises en service après le 1er janvier 2008," Marie-Thérèse Bruguière a donc déposé un amendement, en coordination avec le Conseil Régional et la Communauté d'Agglomération, visant à la mise en place des mesures provisoires, qui relèvent le niveau d’exigence en termes de durabilité (émission de CO2), le temps que la Commission prenne les mesures appropriées. L’amendement a été adopté, de quoi donner de nouvelles perspectives au site sétois.

Le but : Cet amendement doit permettre de suspendre la décision de la Commission européenne, le temps que le recours contentieux aboutisse contre ce qui peut être considéré comme une concurrence abusive. Il vise à renforcer les conditions de durabilité des importations et protéger la filière des biocarburants européens. Le caractère provisoire de cette mesure garantit un juste équilibre entre la nécessité, d’une part, de lutter la concurrence des biocarburants importés lorsqu’elle est déloyale et, d’autre part, de se conformer pleinement au droit de l’Union européenne et de l’OMC.

« Je suis satisfaite d’avoir pu convaincre les sénateurs de mon groupe, mais aussi l'ensemble de la majorité sénatoriale avec les centristes, les indépendants qui ont également soutenu la démarche et ont permis son adoption, et au delà des clivages politiques, mes collègues socialistes et républicains, notamment mon collègue Henri Cabanel, qui ont également voté l'amendement » commente Marie-Thérèse Bruguiere qui poursuit : « Une plainte anti-subvention va prochainement être déposée à la Commission européenne pour dénoncer certaines de ces pratiques. Toutefois, le temps que cette plainte aboutisse à des mesures concrètes, l’afflux des biocarburants importés non durables et subventionnés aurait considérablement affaibli les filières françaises et européennes des biocarburants sans mesure suspensives comme le soumet l’amendement. »

En procédure accélérée, le texte va maintenant faire l’objet d’une commission mixte paritaire Assemblée/Sénat.

Étudiant-entrepreneur, un statut qui séduit

Ils sont sept fois plus nombreux aujourd’hui qu’en 2014 : dans la région, le nombre de jeunes à avoir le statut d’Étudiant-Entrepreneur est en plein boom. Un engouement stimulé, entre autres, par le Prix PEPITE, qui récompense chaque année des porteurs de projets ou des jeunes entrepreneurs innovants.

Un statut qui séduit de plus en plus de jeunes

Les jeunes ne se contentent plus d’étudier pour espérer trouver un emploi salarié, ils aspirent à créer leur propre entreprise. Preuve de leur soif d’entreprendre, en France 60% des 18 -29 ans se disent prêts à créer une entreprise ou à en reprendre une*. En Occitanie, le nombre de candidatures au statut d’étudiant-entrepreneur augmente chaque année de 170 %. Tous ne l’obtiennent pas, mais ils sont nombreux à y accéder. Depuis la création du statut en 2014 par le Ministère de l’enseignement supérieur, le nombre d’étudiants-entrepreneurs a presque été multiplié par 7 dans la région. Ils sont désormais 200 sur l’ensemble de l’Occitanie. Pour beaucoup, devenir entrepreneur donne un supplément d’âme à l’image qu’ils se font de leur métier.

« Entreprendre c’est surtout une aventure, un challenge fort, confie Sébastien Roques, étudiant-entrepreneur à Montpellier, lauréat régional du Prix PEPITE. On sort de sa zone de confort pour explorer de nouvelles perspectives, sans toujours savoir où ça va mener ». Pour Jospin Jiotsa, également lauréat régional du Prix PEPITE, entreprendre c’est imprimer sa propre conception de l’entreprise : « ma vision ce n’est pas être chef, c’est travailler pour assurer la pérennité de l’entreprise. »

Si la création d’un statut dédié à l’entrepreneuriat étudiant a véritablement lancé le phénomène, le Prix PEPITE booste chaque année l’émulation et l’émergence de projets innovants partout en France. Ce concours d’aide à la création d’entreprises innovantes permet de recevoir un financement de 5 000, 10 000 ou 20 000 euros, et de bénéficier d’un accompagnement pour son projet. Cet accompagnement, ce sont les 29 PEPITE –pôles étudiants pour l’innovation, le transfert et l’entrepreneuriat qui l’assurent un peu partout en France. En Occitanie, deux sont implantés, l’un à Montpellier, l’autre à Toulouse. Par le biais d’ateliers, de coaching personnalisé et des mises en réseau, les PEPITE forment les jeunes à l’entrepreneuriat et s’attachent à rendre leurs projets réalisables.

Pour Jospin et Sébastien, lauréats régionaux du Prix PEPITE 2017, cette récompense a permis de financer des études de marché et ainsi d’avancer dans la viabilité de leur projet. Dans le cadre de l’accompagnement dont ils bénéficient, ils se retrouveront à Toulouse les 23 et 24 novembre prochains pour un séminaire d’accélération de projets. Ils espèrent créer leur startup entre 2018 et 2019.

(*) Selon un sondage OpinionWay réalisé pour l’Union des autoentrepreneurs en début d’année 2017.

En savoir plus :

- Le site du PEPITE LR : https://pepite.languedoc-roussillon-universites.fr/ -

Le site du PEPITE ECRIN : https://www.pepite-france.fr/pole-ecrin -

Le statut d’étudiant-entrepreneur sur le site du Ministère de l’enseignement supérieur, de la recherche et de l’innovation : http://www.enseignementsup-recherche.gouv.fr/cid79926/statut-national-etudiant-entrepreneur.html

Initiative Thau : conférence sur la création d’entreprise

SETE AGGLOPOLE MEDITERRANEE ACCUEILLE INITIATIVE THAU ET SES PARTENAIRES POUR UNE CONFERENCE SUR LA CREATION D’ENTREPRISE LE JEUDI 16 NOVEMBRE 2017 A 18H30.

Grand amphithéâtre Parc technologique et environnemental Route des salins - 34 140 Mèze

Initiative Thau organise en partenariat avec Sète Agglopôle Méditerranée, une conférence sur la création d’entreprise, avec ses partenaires l’ADIE, l’AIRDIE, la CCI de l’Hérault, la Chambre de métiers et de l’Artisanat, la BGE et CREALEAD dans les locaux du grand amphithéâtre au Parc technologique et environnemental.

Capture

Face au chômage, la création d’entreprise peut être une solution pour créer son propre emploi, mais entrer dans cette démarche peut être un véritable parcours du combattant. Cette conférence a pour objectif de présenter les grandes étapes de la création d’entreprise. Les principaux acteurs de la création présenteront les différents dispositifs existants et les aides financières mobilisables.

Une seule idée à retenir : faites-vous accompagner pour votre projet d’entreprise !!

En novembre, le Mois de l’ESS, économie sociale et solidaire

Le Mois de l’ESS se déroule tous les ans au Mois de novembre sur l’ensemble des régions de France.

Le Mois de l’ESS est un catalyseur d’identité Il permet le renforcement d’un sentiment d’appartenance des acteurs de l’ESS à travers notamment :

la mobilisation des acteurs locaux, régionaux, nationaux ;
la co-organisation d’événements par plusieurs entreprises, réseaux, familles de l’ESS (près de 2000 évènements en 2016) ;
l’affichage des événements (environ 2000) et des organisateurs sous un logo commun ;
l’intégration des événements et des organisateurs dans un programme collectif.

Le Mois de l’ESS est un propulseur de notoriété : Il constitue une vitrine de l’ESS et permet d’accroître sa visibilité auprès des acteurs, des partenaires, des institutions, du grand public à travers notamment :

des manifestations de toute nature : portes ouvertes, visites d’entreprise, conférences, forums, formations, rendez-vous festifs…
des manifestations dans tous les secteurs d’activité : services à la personne, culture, sport, insertion, développement durable, entrepreneuriat…
une médiatisation locale, régionale et nationale.

L’organisation de l’édition nationale du Mois de l’ESS s’appuie sur un travail en région assuré par les CRESS : mobilisation des acteurs, recensement des événements potentiels et sélection ; appui à l’organisation de manifestations en région ; mobilisation de partenaires financiers régionaux pour la coordination et la promotion du Mois de l’ESS ; élaboration d’un programme régional du Mois ; élaboration et diffusion d’outils de communication (programmes, flyers, affiches, pages web…) ; organisation de la présentation publique ; animation des partenariats médias régionaux et locaux ; bilan régional.

Pour découvrir toutes les manifestations dans la Région : http://www.lemois-ess.org/index.php?page=4

Étudiants-entrepreneurs : créateurs d’innovation

À 22 et 25 ans, ils ont déjà la fibre entrepreneuriale chevillée au corps. Et une idée bien précise en tête : créer leur startup dans les 2 années qui viennent. Heureux lauréats du Prix PEPITE, concours d’aide à la création d’entreprises innovantes pour les étudiants-entrepreneurs, Jospin et Sébastien ont chacun défendu un projet novateur et écolo.

Produire de l’énergie propre même au volant de votre voiture, transformer votre vélo en véhicule électrique en un tour de main, avec les projets de Jospin et Sébastien ça sera peut-être possible demain. Leur point commun ? Sans nul doute, un sens aigu de l’innovation. Ces deux étudiants-entrepreneurs de la région ont été récompensés par le Prix PEPITE 2017, qui sélectionne les meilleurs projets d’entreprise innovante portés par des étudiants ou de jeunes diplômés de la France entière. Autre point commun, ils ont tous deux décidé de s’attaquer à la mobilité en ville. Avec une même question : comment être utile à la société ?

Deux projets pour une mobilité durable

Bumpie Bop, le projet porté par Jospin Jiotsa et 5 camarades d’école, prévoit l’installation de plateaux de 12 m de long et 6 m de large sur les routes, en zone de ralentissement. Facile et rapide à poser, ce dispositif permettrait de générer de l’air comprimé au passage des véhicules. Cet air comprimé serait ensuite stocké dans des réservoirs, ou directement réutilisé, pour rendre par exemple les stations de péage d’autoroute autonomes en énergie.

Avec le projet eVo, porté par Sébastien Roques et 2 de ses amis, il est question de vélos convertibles en véhicule électrique. Imaginez que vous partiez à bicyclette de votre domicile, mais que vous ayez besoin en chemin de faire des courses, de vous déplacer sur des dizaines de kilomètres, ou tout simplement qu’il pleuve… Pas besoin de récupérer votre voiture : avec eVo vous pourrez « clipser » votre deux roues dans une capsule couverte à assistance électrique, protégée des intempéries et dotée d’une place assise à l’arrière. Autonomie : 300 kilomètres !

Des projets d’utilité sociale

Mais ce qui unit aussi ces deux jeunes de 22 et 25 ans, c’est bien leur souci de créer un produit d’utilité sociale dans une entreprise guidée par des valeurs, et non par le seul profit.

« Je me suis demandé : qu’est-ce que je peux faire pour aider ? Tout le monde se pose cette question », raconte Jospin du projet Bumpie Bop. « Ma vision, ce n’est pas être chef ou travailler pour ma rémunération. C’est travailler pour assurer la pérennité de l’entreprise et pour ceux qui sont à l’action pour la faire vivre », insiste-t-il. Cette vision, c’est celle de l’économie sociale et solidaire, l’ESS, qui représente 14% de l’emploi privé en France et qui connaît une belle croissance depuis une dizaine d’années. Une forme d’humanisme que partage Sébastien : « notre modèle, ce sont des valeurs. Avec notre projet eVo, nous proposons un service pour le bien commun, une solution peu coûteuse accessible au plus grand nombre, et notamment à ceux qui n’auront pas les moyens de se payer une voiture électrique. »>

En phase, les deux étudiants-entrepreneurs espèrent monter leur startup d’ici 1 à 2 ans. Le Prix PEPITE va leur permettre d’engager une étude de marché auprès de la population pour tester la perception de leur invention par les utilisateurs. Une avancée qui pourrait s’avérer décisive dans la création de leur petite entreprise.

Les entreprises agroalimentaires d’Occitanie en Chine

http://www.suddefrance-developpement.com/media/cache/image_popup/cms/operations/Mission-Chine-2017/illustrationDu 12 au 16 novembre à Shanghai, au sein du FHC (Food & Hotel China), Sud de France Développement organise une mission découverte du marché chinois à destination des entreprises régionales. Au cœur du salon leader des produits alimentaires en Chine (53 000 visiteurs, 2 100 exposants), leur sont proposés : rendez-vous BtoB, networking, stand Sud de France, visites de points de vente et présentation du marché. » en savoir plus