Cette fois, je vote !

La politique est noble et peut changer le cours des choses.
Les gilets jaunes reprochent aux politiques leur prétendue corruption, leur absence de sens moral, leur carriérisme et bien d’autres tares mais n’est-ce pas notre effacement, notre perte d’illusion, notre désenchantement qui en est la cause? N’est-ce pas la désaffection des électeurs qui ouvrent la voie à une classe politique sans morale?

Il est troublant de constater que plus l’abstention monte, plus la politique devient un monde d’ambitieux, d’opportunistes, de démagogues et de cyniques. C’est quand on ne vote plus que les aventuriers prennent le pouvoir.
Le système c’est nous, il reflète nos comportements. Notre rejet de la chose publique traduit notre égoïsme et notre désintérêt pour autrui.

S’abstenir est contre productif. Croire qu’en s’abstenant on va inciter les politiques à changer de comportement est bien naïf. Croire qu’en ne votant pas on va contribuer à l’effondrement du système pour en bâtir un conforme à nos attentes est encore plus utopique, voire idiot. La seule façon d’influencer le système c’est de voter.

Ne pas voter c’est laisser le pouvoir aux autres et dans ce cas on ne peut s’en prendre qu’à soi même pour les conséquences. L’abstention ou le votre sanction pour les extrêmes n’est pas la conséquence d’une piètre classe politique, elle en est la cause.

Voter sans illusion et en restant lucide est le seul moyen de montrer au politique que le vrai patron c’est bien celui qui par son vote le recrute et donc le paye. Voter c’est ne pas abdiquer, c’est assumer son destin, c’est garder le pouvoir et faire pression pour moraliser la vie publique.

Voter n’est pas un droit, c’est un devoir. C’est aussi notre intérêt.

Rhadamante

 

voir la rubrique spéciale des élections européenne sur Thau-infos

Traité vivant et coloré du parler sétois et du Pays de Thau,

Après le succès de la 2e édition, c'est tout naturellement que Sète à Dire reparaît aujourd'hui dans une nouvelle version revue, corrigée et augmentée. Mais Sète à Dire est et reste une invitation. Une invitation à la découverte d'une langue vivante à part entière : le parler sétois. Sous toutes ses facettes, même les plus familières. Les Sétois d'origine ou d'adoption auront pour la première fois le plaisir de lire - sans censure ni fausse pudeur - les mots dont ils ponctuent volontiers leurs conversations quotidiennes. Les Sétois d'occasion, le temps d'un été ou d'un week-end, y trouveront le moyen rêvé de ne pas "passer pour des touristes" aux yeux des autochtones. Reflet vivant et fidèle du sétois d'aujourd'hui, riche de plus d'un millier de mots et expressions, Sète à Dire est un véritable ouvrage de référence, où la bonne humeur des exemples souvent hauts en couleurs fait bon ménage avec le sérieux et la précision des définitions et de l'étymologie.
» encore disponible d'occasion chez Amazon.

Sète la Singulière
par Louis Bernard Robitaille

« Île singulière » a écrit Paul Valéry de sa ville natale. Pendant des siècles, Sète resta un territoire vierge, une boule de calcaire couverte de pins et entourée de sables marécageux, qui servait de refuge aux pêcheurs et aux corsaires. Son accès y était malaisé, par terre ou par mer. Il fallut la décision de Louis XIV et de grands travaux d'aménagement pour que soit créé de toutes pièces en juillet 1666 ce nouveau port de mer qui avait vocation à desservir les États de Languedoc. Mais la seconde et véritable naissance de la ville date de l arrivée du chemin de fer en 1839 qui la reliait enfin au reste du pays. La population et l'activité portuaire grimpèrent en flèche en quelques décennies. La vraie nature de Sète qu on appela généralement Cette jusqu en janvier 1928 est donc celle d'une ville du 19e siècle. Une ville de canaux et d'îlots artificiels reliés par ses ponts de pierre ou de métal. Un port de commerce où venaient s'amarrer de grands voiliers puis des cargos venus du monde entier. La bourgeoisie se composait de grands négociants souvent protestants et originaires du nord de l'Europe. Sa tonnellerie, qui employa jusqu à mille artisans à la fin du 19e siècle, fut la plus importante au monde. Ville de dockers et de commerçants, Sète fut et resta une ville fiévreuse, traversée par les passions politiques et l'effervescence d'une vraie culture populaire qui s'exprimait au théâtre de la Grand Rue ou au travers de la littérature de « baraquette  ». » Amazon