ANCIENS EDITOS

19 juin : élimination de la violence sexuelle en temps de conflit

Journée internationale pour l'élimination de la violence sexuelle en temps de conflit

La création de cette journée est récente. 2015 pour être plus précis. En effet, c'est le 19 juin 2015 que l'assemblée générale de l'Organisation des Nations Unies (ONU).

Un cri éthique !

Cette Journée n’est certes associée à aucun conflit en particulier mais fait référence à "une tragédie pour l’humanité".  Le Président de l'assemblée a insisté pour que la priorité soit accordée à la prévention et à l'attention aux victimes. Elles ont besoin d'une aide globale et dr débarrasser les de leur honte qui doit rejaillir sur les criminels.

La violence sexuelle [en temps de conflit] n’est pas un phénomène nouveau et nous pouvons notamment nous souvenir que les atrocités commises en Ouganda ont fini par par la révolte du peuple qui s'est finalement lev contre le Gouvernement qui perpétuait ces atrocités.  L'utilisation du viol comme arme de guerre doit être combattue par tous les moyens et les violeurs et leurs supérieurs traduits en justice.

Une journée "pas comme les autres"

Selon les représentants de l'ONU, la Journée internationale pour l’élimination de la violence sexuelle en temps de conflit ne peut pas être considérée comme une journée qui s’ajoute simplement à 120 autres, elle doit être une source d'inspiration pour des normes internationales de reddition de comptes. Tout un programme.

L'assemblée a par ailleurs souligné le rôle que pourrait jouer la Cour pénale internationale (CPI) dans la lutte contre la violence sexuelle et a appelé à la sensibilisation des dirigeants politiques, des Casques Bleus et des policiers en service dans les missions de maintien de la paix de l'ONU.

Un site à visiter : www.un.org

Stage à Chant Libre

Dates

Samedi 30 juin et dimanche 1er juillet 2018

Horaires

De 9h30 à 12h30 et de 14h à 17h

Inscriptions

Cette adresse e-mail est protégée contre les robots spammeurs. Vous devez activer le JavaScript pour la visualiser.

06.87.47.55.40.

Lieu

Caserne Vauban Boulevard de Verdun 34200 Sète

Tarif

80€ + 10€ adhésion à l’association

Tarif réduit nous contacter

Contenu

Ce stage est ouvert à tous sans niveau préalable requis.

Le travail proposé est centré sur la voix et le corps comme deux éléments

indissociables, un seul et même instrument. Il s’agit d’avoir une meilleure

connaissance de cet instrument voix-corps et de le préparer pour lui (re)donner

confiance, mieux l’utiliser et lui permettre d’exister plus librement.

Matin

La relaxation invite à une détente et une perception plus fine de notre corps

La posture implique ancrage et présence à la fois physique et psychique

La respiration ouvre des espaces intérieurs, soutient la phonation et libère le

souffle

La résonance amplifie la vibration et le plaisir de chanter

Le mouvement associé à la voix dénoue les blocages

Le jeu favorise l’expression vocale et la créativité

Après-midi

En continuité du travail de la matinée, l’après-midi sera consacrée au chant choral.

Nous commencerons par une mise en voix qui sera prolongée par l’apprentissage de

chants accessibles à tous et accompagnés au piano par Denis Badault.

Objectif principal : le plaisir de chanter ensemble

Laurence Zanot, chanteuse, musicothérapeute

Née en 1965. Choeur d’opéra au Capitole de Toulouse, 4tet vocal jazz contemporain,

orchestre d’improvisation.

Formation : Atelier de musicothérapie de Bordeaux et DU de musicothérapeute

Université Montpellier 3

Au sein de l’association "de Bouche à Oreille" (Pratique vocale et Musicothérapie),

dirige des ateliers de pratique vocale amateur à Sète et anime des stages autour de

la voix et du corps. Enseigne à Acte Culture, école de musique de Balaruc les Bains.

Les écoliers ont participé à nettoyer les abords du village

Cinq classes de l’école élémentaire Victor Hugo de Bessan, pour la plupart déjà sensibilisés et éduqués au respect de l’environnement et au tri des déchets, ont participé au nettoyage des abords du village. Encadrés par des adultes ils ont pu, le temps d’une matinée, se rendre compte du nombre de saletés jetées négligemment par des personnes qui n’ont pas ce souci du devenir des déchets. Ce sont 120 kilos de déchets en tous genres qui ont été ramassés, avec le soutien logistique du Sictom de Pézenas-Agde. Un résultat tristement à la hauteur des attentes…

Heureusement, les consciences évoluent même si les incivilités perdurent ici ou là.

FC Sète : le « vert et blanc » de l’année est …

 

Jeffrey ASSOUMIN est élu joueur de l’année par les internautes du site officiel du club FC Sète avec 41% des suffrages.
Il devance le meilleur buteur, Didier YAGOUSSETI (10 réalisations) et Kevin TESTUD, qui clôture le podium.

Il y a urgence à penser le temps long

La vie quotidienne demande de la rapidité. On va au fast-food en voiture. Notre pizza doit être livrée en moins de 30 minutes. On met un plat surgelé au four à micro-ondes pour pourvoir le consommer dans les 5 mn.

Amazon propose ses livraisons en 1 jour ouvré. La « Caisse éclair » de la banque permet aux clients de retirer de l'argent sans attendre aux guichets. On s’impatiente dès qu’un téléchargement d’une page internet dure plus de 2 secondes. Au travail, la recherche de la productivité est devenue une obsession. Le « juste à temps » s’est généralisé dans la logistique. Pour le responsable de projet, le respect des délais est un impératif de sa feuille de route. Dans tous les secteurs, comme sur un vélo, il nous faut pédaler vite pour éviter de tomber.


Pas de temps à perdre non plus dans la vie sentimentale : on drague en trois clics sur « meetic » ou sur « adopte-un-mec » et si ça ne marche pas on participe à un « speed dating ».

Notre société moderne aime la vitesse : tout ce qui va vite est bien. Le progrès technologique permet de passer de moins en moins de temps pour réaliser une tâche ou une activité donnée. Ce progrès devrait donc nous permettre de gagner du temps. Alors pourquoi avons-nous l’impression d’être débordés en permanence, d’être « surbookés » et de manquer de plus en plus de temps libre? Pourquoi en arrivons-nous à faire plusieurs choses à la fois : manger en regardant la télévision, téléphoner en conduisant, etc ?
La  raison en est que non seulement le progrès va vite mais qu’il multiplie aussi les tâches et les activités à faire. Il y a un siècle, un français écrivait en moyenne une lettre par mois et cela lui prenait une heure. Aujourd’hui il rédige un email en 5 minutes et un SMS en moins d’une minute mais dans le même temps ses contacts se sont multipliés ce qui fait qu’au total il consacre à présent plus de 10 heures par mois à sa messagerie électronique et à son téléphone portable.
Il y a un siècle, l’Européen mettait moins d’une demi-heure pour se rendre à pied à son travail, à l’usine ou aux champs, situé à environ 3 km de sa maison. Aujourd’hui il a une voiture capable de rouler à plus de 100 km/h mais, avec la circulation et les bouchons, il met plus d’une heure pour parcourir les 30 km qui sépare son domicile de son lieu de travail. La machine à laver nous a permis de gagner du temps pour laver le linge mais on le lave plus souvent. La société de consommation nous a comblé de biens matériels (télévision, ordinateur, jeux vidéo...) mais chacun d’eux sont autant de sollicitations chronophages. La technologie en tant que telle n’est donc pas la cause intrinsèque de notre manque de temps, c’est l’accélération du volume de progrès qui est à l’origine de cet effet pervers

Plus insidieux, l’accélération du rythme du changement social induit aussi une confusion entre la notion de vie réussie et celle de vie bien remplie.
L’objectif dans nos sociétés occidentales est de multiplier les expériences et de faire mille choses : du sport, de la musique voyager, aller au spectacle, changer de métier, changer de conjoint, etc. En allant plus vite on peut en théorie faire plus de choses dans une vie. La réalité est que le stress qui en découle tend à nous à nous gâcher la vie.

Dans le domaine politique, l’accélération des décisions peut être justifiée dans des situations d’urgence ou de crises profondes mais l’urgence permanente ou l’hyperactivité des responsables peut aussi avoir des effets pervers. L’obsession de la rapidité appauvrit la réflexion, elle induit une absence d’analyse approfondie des situations ou des problèmes. Les questions d’actualité constituent occupent trop souvent le devant de la scène. Faute d’avoir réfléchi avant d’agir, on se retrouve en permanence à devoir corriger des effets non anticipés. Le court terme prend tout le champ de la pensée politique alors que l’urgence est de traiter les problèmes de long terme comme le climat, l’eau, le nucléaire, etc. La vitesse en politique conduit enfin à réduire les phases de concertations et finalement à limiter le jeu démocratique.

Jacques Carles

Journée mondiale des espèces menacées ce 11 mai

Journée mondiale des éspèces menacées

D'après une étude de l’Union Internationale pour la Conservation de la Nature (IUCN), ce sont plus de 20 000 espèces de plantes et animaux qui sont en danger de disparition imminente chaque année.

La journée internationale du 5 mai a pour but de sensibiliser le monde scientifique et le grand public à ce constat inquiétant.

Au niveau européen, l’IUCN souligne que 7,5 % des espèces marines sont menacées et ont atteindrait 40 % pour la catégorie des requins et des raies.

La France a elle seule figure parmi les 10 pays hébergeant le plus grand nombre d’espèces menacées. Ce ne sont pas moins de mille espèces menacées au niveau mondial qui sont présentes sur le territoire national (métropole et outre-mer confondus).

Liste rouge

La Liste rouge de l’UICN est l'indicateur par excellence qui permet de suivre l’état (et l'évolution) de la biodiversité dans le monde. Avec cet état des lieux, on sait aujourd’hui qu’une espèce de mammifères sur quatre, un oiseau sur huit et un amphibien sur trois sont menacés. Coté végétal, ce n'est guère plus brillant si on souge qu'une espèce de conifères sur trois est menacée de disparition.

Modifier nos comportements

La nature a été confiée à l'homme non pas pour qu'il la détruise mais pour pour qu'il l'apprivoise (La Bible: Gn, 1, 26) et ce sont souvent les comportements humains qui sont à la source de toutes ces catastrophes (déchets plastiques dans la mer, émissions polluantes danas l'atmosphère, etc...).

Faudra-t-il atteindre le point de non retour pour que l'homme accepte enfin de modifier ses habitudes de vie et de consommation ?

Un site à visiter : www.uicn.fr

Solita à Marseillan

Spectacle sur l’exil espagnol vu par Sophie Talon.

Récit sans paroles, sobre et sensible, drôle et attachant. Solita a dû fuir son pays : exilée poétique, elle emporte le public du rire aux larmes, de la nostalgie à un espoir de renaissance.

Tout public.

  Le samedi 19 mai, à 11h à La Fabrique

Avec l'APAVH, Joe, la fripouille , est à l'adoption

joeIMG_0437Après avoir alerté les vétérinaires, les dianes de chasse les plus proches, mis des annonces, il a bien fallu se rendre à l’évidence personne ne recherchait notre poilu ! Avec sa bouille de chien abandonné et son air de rien, on l’a tout d’abord appelé « Le Chien Marcel », et puis c’était un peu long alors ce fut « Plumeau » finalement 3 jours plus tard c’est Joe qui s’est imposé ! Et ça lui va super bien. Quand Joe est arrivé en famille d’accueil, il n’en menait pas large…les 8 autres chiens l’ont niflé, reniflé. Il était tout kiki à côté. Joe est typé Bleu de Gascogne, mais plutôt version mini! Le Bleu qui n’a pas grandi. Allez savoir pourquoi, il s’est pris d’affection pour le grand Roch qui fait environ 3 fois son poids ! Seulement les premiers temps Roch appréciait très moyennement ce zébulon qui le suivait partout alors il le lui a fait savoir avec force claquements de mâchoires et grognements…nous avons laissé faire. Encore une fois grogner est un mode de communication, même si nous avions peur que le gros nous le coupe en deux… Roch regardait Joe comme si c’était un insecte, un ouistiti qui l’agaçait...

» associations