Manifestons !

On a beaucoup manifesté devant la Mairie de Sète ces temps-ci ! Derniers en date : pompiers en grève, anti centres de rétention, et anniversaire de la chanson de Brassens « Les copains d’abord ». La Placette que certains appellent maintenant la Place du Poufre a toujours été lieu de rassemblement populaire. Celui qui détient le record d’affluence reste la visite du général de Gaulle au maire communiste Pierre Arraut, record impossible à battre.

Verrons-nous les gigeannais y venir en masse pour réclamer leur piscine au président de l’Agglo M. Commeinhes ? Pas impossible vu l’ire du maire de Gigean qui réclame que la prochaine piscine soit construite chez lui. Mais les sétois, poussés par le président de la Fédération Française de Natation tiennent aussi à construire une piscine, olympique cette fois, qui éviterait aux poloïstes de disputer leurs matchs à Anrigone de Montpellier. Mais Sète compte déjà 3 piscines : Fonquerne , Clavel et Biascamano. Le match Sète-Gigean est commencé et la partie sera rude. Verrons-nous les gigeannais manifester devant la Mairie en slip et se baigner dans la fontaine du Poufre ?

Toutes ces manifestations bon enfant sont sympathiques et démontrent que nous sommes bien en démocratie. Tant que nous pouvons manifester, c’est que nous sommes libres ! Parmi les prochaines manifs possibles, suggérons aux Amis de l’art lyrique chers à Jean Dumas de manifester contre l’Opéra australien de Sydney qui , poussé par la Ligue anti-tabac, vient de supprimer Carmen de son programme sous le prétexte que l’héroïne incarne une cigarière ! Sète s’honorerait de défendre la gitane de Bizet.

Bernard Barraillé

Avec l'APAVH, Voyou, le beau chat, est à l'adoption

voyouIMG_9578

"L'histoire de ma courte année de vie est triste, comme celle de milliers d'autres animaux sur cette pauvre planète. J'ai très certainement été donné lorsque j'étais un bébé à n'importe qui. Une fois que j'ai passé l'âge d'être un tout petit, je n'ai plus intéressé les membres de la famille. Du grand classique chez les humains. Ils m'ont donc tout simplement abandonné comme si c'était un acte normal et absolument pas grave. Un acte anodin dans de pauvres esprits. Je suis resté de long mois dehors... j'avais très faim et j'étais blessé. Je manquais énormément d'amour, je cherchais à rentrer chez des voisins, je cherchais désespérément une personne qui allait enfin me voir, je cherchais de l'aide tout simplement. ""J'ai mis du temps à en trouver... mon désarroi ne faisait que grandir... jusqu'à ce qu'une personne se mobilise enfin pour moi et contacte l'association. Merci du fond de mon petit coeur à cette personne. Ce fût la fin de mon calvaire de chat de rue. Depuis quelques semaines auprès de famille d'accueil, je revis ! Je suis enfin épanoui, je reçois enfin l'amour que je mérite et croyez moi je leur fais des milliers de ronrons et de bisous. Je suis devenu zen, tranquille, je ne suis plus inquiet( la preuve, je dors en montrant mon ventre ce qui est signe pour le chat d'une parfaite confiance)..."

» associations