Tous artistes!

 "Tout le monde est artiste en ce pays. Comment ne pas l'être ? » C’est la constatation de Paul Valery, en quittant Sète après un petit séjour, marqué par une réception grandiose au Collège de sa jeunesse.
 La prolifération d’artistes sétois en tous genres n’avait pas échappé au bon maitre, comme l’appelait Brassens.

Qu’en est-il aujourd’hui ? La phrase est toujours valable et plus que jamais. Par exemple, la liste des peintres est d’une longueur impressionnante. Chaque année est organisé salle Brassens le Salon des 100 peintres mais cette centaine n’est que la partie émergée de l’iceberg. Sète aujourd’hui en compte au moins un millier ! Si ce n’est plus…

Il y a d’abord les grands, tel Soulages installé dans sa villa entre Musée et Cimetière Marin. L’été, c’est Robert Combas qui retrouve la ville de sa jeunesse dans sa villa de St Clair. Puis viennent les renommés, tel Eric Battista, figuratif passionné, et les anciens Iaros, ex-complices des frères Di Rosa : Cosentino, les frères Biascamano, Cervera. Parmi ceux qui montent : Jean Denant, Marc Duran, Jean-Jacques François. Mais il y en aurait tant à citer, par exemple chez les peintres du CAPPS, si nombreux à animer ce Cercle des artistes plasticiens du pays sétois.

Et il n’y a pas que des peintres chez les artistes sétois. Toutes les formes d’art et de culture sont bien représentés : photographes, sculpteurs, écrivains, chanteurs, comédiens. Oui, l’auteur du Cimetière Marin avait bien vu la singularité sétoise : tous artistes !

Bernard Barraillé

Avec l'APAVH, Joe, la fripouille , est à l'adoption

joeIMG_0437Après avoir alerté les vétérinaires, les dianes de chasse les plus proches, mis des annonces, il a bien fallu se rendre à l’évidence personne ne recherchait notre poilu ! Avec sa bouille de chien abandonné et son air de rien, on l’a tout d’abord appelé « Le Chien Marcel », et puis c’était un peu long alors ce fut « Plumeau » finalement 3 jours plus tard c’est Joe qui s’est imposé ! Et ça lui va super bien. Quand Joe est arrivé en famille d’accueil, il n’en menait pas large…les 8 autres chiens l’ont niflé, reniflé. Il était tout kiki à côté. Joe est typé Bleu de Gascogne, mais plutôt version mini! Le Bleu qui n’a pas grandi. Allez savoir pourquoi, il s’est pris d’affection pour le grand Roch qui fait environ 3 fois son poids ! Seulement les premiers temps Roch appréciait très moyennement ce zébulon qui le suivait partout alors il le lui a fait savoir avec force claquements de mâchoires et grognements…nous avons laissé faire. Encore une fois grogner est un mode de communication, même si nous avions peur que le gros nous le coupe en deux… Roch regardait Joe comme si c’était un insecte, un ouistiti qui l’agaçait...

» associations