Du bon et du mauvais

A Montpellier, la Mairie  a fait baisser le prix de l’eau. Mais en même temps, elle installait des cameras de surveillance dans le centre ville. Vu l’extrême efficacité de ce système, les PV pleuvent. L’économie réalisée par le prix de l’eau risque de ne pas suffire à payer les amendes car ces caméras ne pardonnent pas le moindre écart dans le stationnement si difficile au cœur du Clapas.

A Sète, la baisse des dotations de l’Etat va contraindre la Mairie à augmenter les impôts locaux, déjà parmi les plus élevés de France. Et certains suggèrent plutôt de baisser les subventions sportives et culturelles. Mais c’est grâce à ces subventions que Sète connaît un dynamisme étonnant, qui se traduit par de belles affluences d’étrangers profitant à la ville. Alors, dilemme…

Fin Mars, Escale à Sète et le 350ème anniversaire du port sétois sera un de ces rassemblements géants. Au point que les organisateurs n’ont qu’une peur : que la foule soit trop importante et suscite maints problèmes de circulation et stationnement.

Toujours à Sète, six platanes malades ont du être abattus sur l’Esplanade centrale. Les sétois craignaient que tous les arbres soient abattus. Bonne nouvelle : le chancre n’a touché que les arbres abattus, tous les autres sont sains. Il y aura donc de l’ombre cet été sur cette grande place.

A Florensac, la mairie voulait transformer l’ancienne décharge en vaste zone photovoltaïque qui aurait fourni la commune en électricité gratuite. Hélas, les naturalistes ont signalé qu’un lézard ocelé, le plus grand d’Europe, y habitait en grand nombre. Les florensacois devront continuer à payer leur facture d’EDF et les grands lézards continueront à batifoler sur ce vaste terrain.

C’est partout la vie avec du bon et du mauvais…

Bernard Barraillé

Avec l'APAVH, Voyou, le beau chat, est à l'adoption

voyouIMG_9578

"L'histoire de ma courte année de vie est triste, comme celle de milliers d'autres animaux sur cette pauvre planète. J'ai très certainement été donné lorsque j'étais un bébé à n'importe qui. Une fois que j'ai passé l'âge d'être un tout petit, je n'ai plus intéressé les membres de la famille. Du grand classique chez les humains. Ils m'ont donc tout simplement abandonné comme si c'était un acte normal et absolument pas grave. Un acte anodin dans de pauvres esprits. Je suis resté de long mois dehors... j'avais très faim et j'étais blessé. Je manquais énormément d'amour, je cherchais à rentrer chez des voisins, je cherchais désespérément une personne qui allait enfin me voir, je cherchais de l'aide tout simplement. ""J'ai mis du temps à en trouver... mon désarroi ne faisait que grandir... jusqu'à ce qu'une personne se mobilise enfin pour moi et contacte l'association. Merci du fond de mon petit coeur à cette personne. Ce fût la fin de mon calvaire de chat de rue. Depuis quelques semaines auprès de famille d'accueil, je revis ! Je suis enfin épanoui, je reçois enfin l'amour que je mérite et croyez moi je leur fais des milliers de ronrons et de bisous. Je suis devenu zen, tranquille, je ne suis plus inquiet( la preuve, je dors en montrant mon ventre ce qui est signe pour le chat d'une parfaite confiance)..."

» associations