Respirons

Notre vie ne se résume pas aux fluctuations du CAC40 ni à la croissance du PIB. Si le produit intérieur brut a doublé durant ces 30 dernières années, nous ne sommes pas deux fois plus heureux pour autant.  La santé,  les relations familiales,  le logement, le travail,  la sécurité et bien d’autres facteurs encore influent sur notre qualité de vie.

L’environnement est aussi une composante essentielle de notre bien-être, en particulier la qualité de l’air car contrairement à l’eau que nous buvons qui peut être traitée avant d’être distribuée, l’air ambiant ne peut être filtré avant que nous le respirions.

En pays de Thau, s’il fait bon vivre,  Il arrive cependant que l'on se pince le nez et  que de mauvaises odeurs gâchent la vie de riverains de l’étang.  Il faut donc se réjouir de la récente création de l’observatoire des odeurs pour le bassin de Thau en partenariat avec Air LR qui œuvre depuis longtemps au maintien de la qualité de l’air de notre région.

Les activités industrielles, si utiles par ailleurs, sont souvent à la source des nuisances mais il existe d’autres causes,  parfois  naturelles comme celles liées à la malaïgue des étangs du littoral, ou, le plus souvent,  liées à l’activité humaine comme la circulation automobile. Cette dernière, outre l’odeur, génère une pollution plus pernicieuse encore : un automobiliste émet chaque année en moyenne 2,5 fois le poids de sa voiture en dioxyde de carbone (CO2) et la moitié de son propre poids en  particules fines et polluants divers.  Une commission d’enquête sénatoriale a récemment estimée le coût annuel de la pollution de l’air en France à 101 milliards d’euros, l’équivalent de  la charge de la dette et des dégâts du tabac réunis. Chaque année, elle provoque la mort prématurée de plus de 40 000 personnes en France. La pollution de l’air, qui n’a pas de frontière, devrait d’ailleurs, selon l’O.M.S, devenir la première cause environnementale de mortalité prématurée au niveau mondial à l’horizon 2050

Améliorer la qualité de l’air sera donc un des enjeux majeurs de ce siècle pour tous les pouvoirs publics de la planète. Mais pour le moment, en France, la Cour des comptes, dans son rapport annuel, a dénoncé l’incohérence des politiques nationales successives  de lutte contre la pollution de l'air  et donc  leur faible efficacité. En revanche elle souligne l’importance du niveau local qui est le niveau le plus pertinent pour agir.  On ne saurait mieux dire et l’exemple des élus du pays de Thau en ce domaine le prouve.

Souhaitons maintenant que nos représentants mettent aussi de coté leurs différences partisanes pour développer l’économie locale et agir pour la grande priorité des citoyens qui n’est pas la prochaine élection présidentielle mais l’emploi et le chômage des jeunes

Jacques Carles

Avec l'APAVH, Nénette la douce est à l'adoption

benaIMG_1310Après avoir eu quatre ans d'une vie de misère, à l'attache, prés d'une décharge, Nénette a passé trois années dans un refuge où elle a pu apprécier la liberté, les câlins, les balades et l'amour des bénévoles. "Pendant toutes ces années Nénette n'a jamais intéressé personne, trop discrète, trop ronde, trop poilue... Pourtant notre adorable griffonne a tous les qualités que l'on peut attendre d'un chien. Elle est douce, affectueuse, câline, bon trés gourmande aussi alors un petit régime sera le bienvenu! Nénette aime se promener, elle n'est pas la dernière quand elle voit la longe... Nénette est aussi sociable avec les autres chiens, surtout si on la laisse tranquille et faire les choses à son rythme."Elle un coeur rempli d'amour d'ailleurs vous savez ce que l'on dit des griffons...ce sont des "coeurs avec des poils autour". Et c'est vrai que sous son air un chouia hirsute, c'est la douceur et la gentillesse même. Elle s'entend aussi très bien avec ses congénères, même si quelquefois c'est un peu "à la tête du client"! Nénette est une chienne tranquille, un vrai chien de famille..."

» associations