123.905

Oui, le 1er Janvier prochain, nous serons 123.905 à nous rassembler dans une nouvelle Agglo. Que l’on estime cette fusion prématurée ou bienvenue, la nouvelle agglomération est bien là et les habitants du Pays de Thau en seront les premiers bénéficiaires. Devenue la plus importante agglomération de l’Hérault après Montpellier, l’agglo sera donc plus forte et fera mieux entendre sa voix.

La mise en commun des moyens permettra de tirer parti des complémentarités. Ainsi, par exemple, ceux qui utilisent les transports en commun ne seront plus contraints de changer de bus pour aller de Sète à Mèze. Le réseau transport de Thau agglo va pouvoir rayonner sur tout le territoire. De son coté, la CCNBT va apporter son savoir-faire en matière d’environnement et déployer son exemplaire brigade territoriale de gardes champêtres tout autour de l’étang.

Certes, la fusion administrative des deux entités va être compliquée mais d’ici un an, tout devrait être réglé. Il en sera fini de cet aberrant découpage en deux de cette partie de l’étang de Thau qui retrouvera son unité naturelle.

Souhaitons aussi que cette évolution soit l’occasion pour les élus de dépasser les clivages et appareils politiques actuels pour construire une agglo rassembleuse dans l’intérêt de tous et non au profit d’intérêts parcellaires.

Dans un contexte de crise économique et sociale qui ravage le monde, l’heure n’est plus aux faux débats partisans. Il est urgent d’innover dans la pratique démocratique et de voir grand et large pour le pays de Thau. Les citoyens n’ont pas besoin de plans de communication mais de programmes d‘actions. Le vrai enjeu est d’améliorer leur cadre de vie et de leur donner des perspectives d’emplois stables et de qualité.

Les élus communautaires devront élire en décembre prochain un nouveau président d’agglo mais que nous importe que la présidence aille à la gauche ou à la droite. Grand bien leur fasse ! S’ils sont conscients de la nécessité de rétablir le lien entre les citoyens et leurs représentants, ils devront surtout éviter, lors de ce premier test, de singer la scène parisienne où la politique devient un spectacle dont les candidats sont les comédiens.

Bernard Barraillé - Jacques Carles
co-fondateurs de Thau-info