Vignes de Thau

Quand on évoque l’activité économique en Pays de Thau, on a tendance à citer d’abord le port sétois, la pêche et la conchyliculture. Or, la viticulture occupe la majeure partie du territoire et génère d’importantes retombées économiques. Et cela depuis fort longtemps.
Les plus célèbres : le muscat de Frontignan avec sa puissante Coopérative, celui de Mireval que vantait Rabelais et le fameux muscat sec de M. Pastourel, élaboré au Château de La Peyrade. Tout aussi célèbres, le Noilly de Marseillan et le Picpoul de Pinet.
Certes, beaucoup de vignes sont devenues des terrains à construire, surtout vers Poussan et Gigean. Mais les vignes en coteaux ont résisté aux appétits immobiliers. Et les viticulteurs ont dit définitivement adieu à la bibine et à la préférence à la quantité au détriment de la qualité.
Entre Mèze et Montagnac et entre Balaruc et l’abbaye de Valmagne à Villeveyrac, les nouveaux viticulteurs jouent à fond la carte de la qualité, produisant des vins de grande tenue qui séduisent de plus en plus les sommeliers et les experts. Ces domaines ont également appris à se faire connaître des amateurs de bons vins, organisant dans leurs châteaux des dégustations festives qui connaissent un grand succès. La viticulture de Thau est en plein essor et commence à rivaliser avec les plus grands crus français. Un bel exemple d’évolution vers le top niveau !

Bernard Barraillé

Avec l'APAVH, Voyou, le beau chat, est à l'adoption

voyouIMG_9578

"L'histoire de ma courte année de vie est triste, comme celle de milliers d'autres animaux sur cette pauvre planète. J'ai très certainement été donné lorsque j'étais un bébé à n'importe qui. Une fois que j'ai passé l'âge d'être un tout petit, je n'ai plus intéressé les membres de la famille. Du grand classique chez les humains. Ils m'ont donc tout simplement abandonné comme si c'était un acte normal et absolument pas grave. Un acte anodin dans de pauvres esprits. Je suis resté de long mois dehors... j'avais très faim et j'étais blessé. Je manquais énormément d'amour, je cherchais à rentrer chez des voisins, je cherchais désespérément une personne qui allait enfin me voir, je cherchais de l'aide tout simplement. ""J'ai mis du temps à en trouver... mon désarroi ne faisait que grandir... jusqu'à ce qu'une personne se mobilise enfin pour moi et contacte l'association. Merci du fond de mon petit coeur à cette personne. Ce fût la fin de mon calvaire de chat de rue. Depuis quelques semaines auprès de famille d'accueil, je revis ! Je suis enfin épanoui, je reçois enfin l'amour que je mérite et croyez moi je leur fais des milliers de ronrons et de bisous. Je suis devenu zen, tranquille, je ne suis plus inquiet( la preuve, je dors en montrant mon ventre ce qui est signe pour le chat d'une parfaite confiance)..."

» associations