Première Mondiale pour un tournoi de rugby sur terrain flottant

Evénement mondial pour une première : Sète lançait le tournoi des 6 Stations devant la Maison de la Mer et pour ce premier tournoi des 6 Stations, version méditerranéenne, c'était une version estivale nautique de celle qui existe déjà en montagne. Elle se déroulait ce lundi sur l’Île singulière de Sète, sur un vaste plan d’eau habitué aux festivités et qui en a vu bien d'autres.http://blog.ville-poussan.fr/wp-content/uploads/2017/07/rugby-07-07-17DSC_0283-30.jpg

Cette compétition de rugby à 5 contre 5 se disputait sur un terrain flottant de 40 m de long et 35 m de large, délimité par l’eau.

rugb1707017DSC_0291 (19)

« Je suis très content que cet évènement voit le jour ! C’est une première mondiale, en prime à Sète, dans une ville magnifique avec ses canaux et cette lumière…

Cela représente d’autant plus l’état d’esprit que l’on souhaite amener avec ce rendez-vous, à la fois décalé, ludique et festif », a lancé avec enthousiasme Yann Delaigue, joueur et organisateur de l’évènement. La «barge» du tournoi se déplacera ensuite de plage en plage, elle restera à Sète ce 18 juillet (Palavas les Flots ne pouvant la recevoir) puis elle ira à Marseillan (19 juillet), Valras-Plage (20 juillet), le port de Gruissan (21 juillet) et fin du périple le 22 juillet sur les rivages de Port-Barcarès, dans les Pyrénées-Orientales.rugb 170717DSC_0300 (15)

Chaque match se déroule en deux périodes de 10 minutes. Les équipes disputent trois rencontres par journée et un classement sera établi à l’issue de la 5e.

La 6e étape à Port Barcarès sera le théâtre des finales qui détermineront la station championne. Vingt-quatre stars du rugby ont répondu à l’appel des organisateurs Yann Delaigue, Stéphane Rouault, Françis Ntamack et Cédric Desbrosse.

Chacune des équipes, qui représente l’une des six stations balnéaires, est composée de quatre joueurs amateurs de chacune des villes hôtes et de quatre «jeunes retraités».rugb 17 07 17SC_0310 (13)

A Sète, l’équipe est composée de Christophe Dominici, Jean-Baptiste Gobelet, Brian Liebenberg, et Yann Delaigue auxquels sont associés des joueurs locaux. Ce lundi matin après l'ouverture du Village, après des animations, a eu lieu une séance de dédicace avec les joueurs (Village) suivie en début d'après-midi d'une introduction Rugby avec Brian Liebenberg (Plage de La Ola) et d'un tournoi de joutes sur le site. Une journée de fête pour faire honneur au rugby avec des températures modérées. Et à 19h30 : 3 Matchs de 20 min devant les caméras de nombreuses chaînes de télévision, Nationales et internationales, après la présentation de la compétition, des équipes et des joueurs de renom qui se faisaient un plaisir de jouer à Sète.

Mais attention, l'embut c'était dans l'eau tout comme les limites du terrain. Palavas-Marseillan, pour la 1ère rencontre avec des joueurs qui devaient faire preuve de technique et de ruse pour ne pas se retrouver dans le canal.

La soirée se poursuivait devant un nombreux public composé d'amateurs, de Régionaux ou de Sétois, venus encourager les stars du Monde du Rugby et avec humour leur ville préférée. Un très beau spectacle avec un terrain qui pourrait être utile pour d'autres sports collectifs

La cocotte-minute va-t-elle bientôt siffler ?

Depuis des siècles, partout en Europe, les causes profondes des révoltes sont toujours les mêmes : un État avec des caisses vides, un endettement abyssal, une fiscalité écrasante, des inégalités et une insécurité croissantes. Dans un tel contexte c’est le plus souvent la jeunesse, sans perspective d’avenir, qui déclenche le processus insurrectionnel.
Selon l’INSEE, la France compte près de 9 millions de personnes vivant en deçà du seuil de pauvreté. La moitié d’entre elles sont des jeunes de moins de 30 ans, chômeurs, stagiaires, précaires allant de petits boulots en petits boulots. La situation dans le Midi est plus dégradée encore que dans le reste du pays et dans certaines villes de l’Hérault le chômage des jeunes dépasse même les 50%. .Dans ce contexte, un sondage indique que les deux tiers des 18-34 ans sont prêts à un mouvement de révolte de grande ampleur...

» suite de l'édito