Rencontres

 

Rencontres

à Sète

Rencontré sous les Halles un vieil ami qui ne décolérait pas : « Pas une sardine, pas un maquereau… Je vais me remettre à pêcher des gobis, ils ont le même gout que ces sardines de l’Atlantique qu’on nous propose ».
Rencontré Yves Marchand s’adressant à ses supporters sétois: « Les Voix Vives » et ces gens qui écoutent des poètes libanais sur des transats, ce n’est pas une priorité pour la ville ». Maïté ne votera pas pour lui.
Rencontré sur la Placette un mercredi un marchand de plantes qui s’étonnait : « Je vends toutes mes fleurs ici mais presque pas de plants de légumes. Les sétois sont riches ! »
Rencontré au parking des Halles un Vicomte de Brageole pestant contre l’anarchie de ce stationnement payant : « Les autos sont esquichées comme des sardines ».
Rencontré Hervé Di Rosa : « On a donné mon nom à une cour du Lycée et mis une plaque avec mon nom. Ca fait flipper de voir son nom sur un mur sans être mort ».
Rencontré le galeriste Martin Bez à Dock Sud. Je lui ai trouve l’air bizarre, je l’ai bien regardé et j’ai compris : « Martin, arrête d’aller en Chine, tu commences à avoir les yeux bridés ! »
Rencontré un patron-pêcheur qui à propos de la pêche pourtant interdite dans les 3 milles répond : « Qui n’a jamais dépassé les 130 sur l’autoroute ? »
On en apprend des choses en se promenant en ville. 

Bernard Barraillé

 

Anciens éditos

 

 

     

Réactions
(envoyez-nous vos commentaires à Cette adresse e-mail est protégée contre les robots spammeurs. Vous devez activer le JavaScript pour la visualiser.)

de CFEM

Bien,mi piace !

de N. Smali

Sympa ce papier!

de Marie Doutrelant

Drôles, sympathiques, savoureux vos éditos !
Je m'empresse de les déguster chaque fois qu'ils m'arrivent...
Merci donc messieurs Barraillé et Carles.
Bel été...

 

 

Anciens éditos

 

Avec l'APAVH, Joe, la fripouille , est à l'adoption

joeIMG_0437Après avoir alerté les vétérinaires, les dianes de chasse les plus proches, mis des annonces, il a bien fallu se rendre à l’évidence personne ne recherchait notre poilu ! Avec sa bouille de chien abandonné et son air de rien, on l’a tout d’abord appelé « Le Chien Marcel », et puis c’était un peu long alors ce fut « Plumeau » finalement 3 jours plus tard c’est Joe qui s’est imposé ! Et ça lui va super bien. Quand Joe est arrivé en famille d’accueil, il n’en menait pas large…les 8 autres chiens l’ont niflé, reniflé. Il était tout kiki à côté. Joe est typé Bleu de Gascogne, mais plutôt version mini! Le Bleu qui n’a pas grandi. Allez savoir pourquoi, il s’est pris d’affection pour le grand Roch qui fait environ 3 fois son poids ! Seulement les premiers temps Roch appréciait très moyennement ce zébulon qui le suivait partout alors il le lui a fait savoir avec force claquements de mâchoires et grognements…nous avons laissé faire. Encore une fois grogner est un mode de communication, même si nous avions peur que le gros nous le coupe en deux… Roch regardait Joe comme si c’était un insecte, un ouistiti qui l’agaçait...

» associations