Accusations

 

 Edito
Accusations

C’est fou ce qu’on trouve en ce moment de procureurs et dénonciateurs divers et variés. C’est à qui dénoncera telle pratique ou telle corporation. Derniers en date à être montrés du doigt et du bras vengeur : les pêcheurs plaisanciers dans les canaux et en mer, chasseurs sous-marins compris. Ifremer les accuse de vider la mer de ses poissons ! Nos braves pescofis n’en reviennent pas. Les voilà mis au rang des gros chalutiers et de leurs immenses filets. On pourrait en rire mais les plus avertis voient là un prélude à l’instauration du permis de pêche en mer. Jusque là gratuit, cette pêche échappait à l’onéreux permis qui, depuis toujours, frappe les pêcheurs en rivières et en lacs. Déjà, l’amarrage des petits bateaux dans les canaux, gratuits jusque la; est en train de devenir payant. Gratuité est un mot qui hérisse les gouvernants.

Autre cible à la mode : les maires accusés de trop construire et de favoriser les promoteurs. En cette période pré-électorale, c’est même l’argument favori des opposants candidats au fauteuil si convoité de premier magistrat. Souvent, ce sont les mêmes qui militent pour le droit au logement. J’ai bien aimé la réflexion de la pétulante Marion Devineau, sétoise qui a inventé le soutien critique à la majorité dont elle est l’élue : « Ils râlent contre le béton, mais veulent accueillir toute la misère du monde. Ils envisagent comment, alors… Des tentes pour tous, des camping-cars ? » On ne saurait mieux dire… …

Bernard Barraillé

   

Les réactions à l'édito 

Vos commentaires sont les bienvenus  à Cette adresse e-mail est protégée contre les robots spammeurs. Vous devez activer le JavaScript pour la visualiser. 

Habitat social et les autres

Je suis surprise que vous ne fassiez pas la différence dans votre lettre entre l'habitat social -construction ou amélioration et ces programmes neufs qui pousse comme des champignons -je dirais plus comme des verrues, qui défigurent nos paysages pour le seul plaisir des gens qui ont les moyens d'acheter ces appartements et peut être ne les occuper d'une manière saisonnière. Je ne connais pas la "pétulante" Marion Devinaud" et qui plus est "sétoise" mais je ne trouve pas contrairement à vous sa réflexion très élaborée. - Jeanne Vicente 

'ils ne rêvent que de transformer Sète en une gigantesque cité HLM .

Ma réflexion , que M.Baraillé me fait le plaisir de publier , ne fait effectivement pas la distinction entre l'habitat social et la résidence qui s'adresse à une population plus aisée .
Ce n'était en effet pas sur ce terrain de "lutte des classes " chère à nos éternels communistes que je souhaitais commenter .
Mais sur l'hypocrisie de ceux qui critiquent le "béton" dans son ensemble , alors qu'ils ne rêvent que de transformer Sète en une gigantesque cité HLM . Marion Devineau

 Elle en a

Comme toujours Bernard Baraillé vise juste ,comme les Grands Crus il se bonifie avec l'âge .
Quant aux Corbeaux Flingueurs de tous poils qui polluent les blogs et journaux de leurs attaques sournoises , surtout anonymes, ils devraient s'en mordre les 'Plumes' en se rendant compte que leurs jets de boue sont improductifs . En agissant ainsi, ils s'interdisent de fait la reconnaissance d'une bonne idée ou d'un bon mot (pour peu qu'ils en soient capables). Notre 'Pétulante' Conseillère Municipale ne fait pas partie de ces 'Gens-là' et quoi que l'on en pense "Elle en a..."- Jean Marc Guijarro

 

A bas l'argent ! Pour la gratuité ! Agissons pour le respect de l'eau de sa faune et de sa flore.
La pêche en mer, effectivement pourrait être payante un jour. Je n'en serais pas étonné. Et ce serait fort dommage. Mais pourquoi ? Parce que le poisson se fera tellement rare qu'il faudra avoir recours à l'élevage pour amuser le touriste et que cela a un coût. A qui la faute ? Je ne suis pas pêcheur en mer seulement d'eau douce (insulte suprême du capitaine Haddock) mais je me souviens, quand j'étais gamin en Ariège , que les rivières étaient gorgées de poissons et qu'en une heure de temps on remplissait les bourriches aisément. Les vieux de l'époque nous disaient « malheur povrot ! si t'avais vu avant, on les ramassait à la main ». Je continue à pêcher en rivière. Soixante-dix euros la carte annuelle et malgré les efforts des associations et sociétés de pêche les rivières restent bien vides.
A bas l'argent ! Pour la gratuité ! Agissons pour le respect de l'eau de sa faune et de sa flore. - Le Canard Vert (Max Horde)

Vive le béton ! Donnons des logements à tous !
Depuis que le béton pousse dans cette ville il n'y a jamais eu autant de logements vides. De familles qui attendent d'être relogées et même de SDF qui meurent dans la rue (bien fait pour eux!). A Sète nous avons même battu notre propre record cet hiver. Alors à quoi servent ces nouveaux logements. A qui sont-ils destinés ?
Au moyen-âge, certains cerveaux savants, les alchimistes, pensaient qu'on pouvait faire de l'or avec du sable. En fait ils n'avaient pas tout à fait tort. Demandez aux promoteurs. On peut vraiment faire de l'or avec du béton . Et qu'y-a-t-il dans le béton ? Du sable !
La spéculation immobilière ça commence par construire, seulement construire. Remplir les constructions à 100% n'est pas nécessaire. Construire suffit pour toucher le magot.
Vive le béton ! Donnons des logements à tous ! - Le Canard Vert (Max Horde)

C'est du grand Guignol
J'ai toujours eu de la sympathie pour les écolos . Mais quand ils s'intéressent vraiment à l'environnement . Pas quand ils collent une étiquette "écolo" sur un discours d'extrême gauche .
Avec des arguments insensés . Il faudra que M.Horde m'explique comment un promoteur peut gagner de l'argent sans vendre les appartements qu'il a construit ?
C'est du grand Guignol
C'est d'autant plus dommage car ils donnent de l'écologie une image détestable et ridicule, aux mains d'incompétents . Pauvres ressources naturelles ... Avec ce genre de défenseurs , elles ont du souci à se faire - Marion Devineau